DVD Jaquette de : Tosca

Distribution

Interprètes
  • Karita Mattila
    Tosca
  • Marcelo Álvarez
    Cavaradossi
  • George Gagnidze
    Scarpia
  • Paul Plishka
    Sacristan
  • Joel Sorensen
    Spoletta
  • David Pittsinger
    Angelotti
  • James Courtney
    Sciarrone
  • Jonathan A. Makepeace
    Shepherd
  • Keith Miller
    Jailer
  • The Metropolitan Opera Orchestra Chorus
Mise en scène
Luc Bondy
Orchestre
The Metropolitan Opera Orchestra
Chef d'orchestre
Joseph Colaneri
Réalisation
Gary Halvorson
Origine
Metropolitan Opera, New York
Année
2009

Informations techniques

Durée
137'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Virgin Classics
Distributeur
EMI Classics
Date de sortie
15/11/2010

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS mi-débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français
•  Italien

Tosca DVD

Note générale : 8/10

Giacomo Puccini

Opéra


Cette Tosca s'apparente à une lecture réaliste du livret inspiré de Victorien Sardou. Si l'on a bien plus parlé du scandale disproportionné de sa mise en scène, ses qualités sont pourtant bien réelles, à tous les niveaux. Voici l'occasion de nous pencher sur cette production du Met.

Photo de promotion de Tosca pour la saison 2009/2010 du Met.  © Metropolitan Opera

 

Le Metropolitan Opera s’est construit une réputation dans l'axe des grands spectacles classiques, avec des constructions dignes de péplums hollywoodiens. Un univers dans lequel un metteur en scène comme Franco Zefirelli a très naturellement trouvé sa place, au point de faire figure de référence. Il est vrai que le réalisateur italien maîtrise le langage propre aux grands espaces et qu'il a parfaitement compris l’intelligence du lieu, allant jusqu'à habiller cette vaste scène de force détails à en donner le vertige.

Karita Mattila et Marcelo Álvarez.Mais voici que Peter Gelb, désormais seul aux commandes du Met, cherche d’autres directions, plus nécessairement grandioses ou cinématographiques, et lorgne vers un sang neuf que pourraient lui apporter des figures européennes tel le metteur en scène suisse Luc Bondy. Ce dernier a, comme on pouvait s’y attendre, délaissé le spectacle pour mieux resserrer le propos autour du trio des personnages principaux de l’opéra, de leur personnalité, de leurs émotions. Au réalisme de carton-pâte fait maintenant place la crédibilité des sentiments. Ce n’est ni mieux ni moins bien, simplement différent et tout aussi honorable. Seulement, pour généreux qu’il est d’habitude, le public du Met n’en est pas moins très conservateur. Il a ses attentes et Luc Bondy les a certainement trop bousculées.

Pourtant rien ne choque ici nos yeux européens auxquels les avant-gardes anglaise ou allemande ont déjà proposé bien plus osé, bien plus gore. Pour Luc Bondy, Scarpia se sent tellement tout-puissant et irrésistible que, non seulement, il ne manifeste aucun respect pour la religion, pour ses ministres et les lieux de culte, mais cherche même à faire succomber la Vierge Marie en embrassant avec gourmandise sa statue. L’effet n’est pas forcément d’un goût parfait sur le plan visuel, mais il est diablement efficace sur le plan dramatique, et sur celui de la compréhension de la personnalité du baron Scarpia : c’est un homme de pouvoir et un homme à femmes. C’est ce qui a valu à Luc Bondy d’être hué à la fin de la première représentation, en septembre 2009.

 

George Gagnidze.

 

Mais cette démonstration extrême de puritanisme et d’étroitesse d’esprit nous est épargnée sur cette captation dans la mesure où il s'agit de la représentation du 10 octobre 2009 diffusée en direct et en HD dans les salles de cinéma. Nous pouvons ainsi nous concentrer sur les qualités de ce spectacle, tant au niveau de la scénographie que de l’interprétation musicale.

Karita Mattila et Marcelo Álvarez.Car nous tenons là une très belle version de Tosca. Si l’orchestre est plus un accompagnateur qu’un réel partenaire, force est de constater et d’apprécier la force et la présence des protagonistes principaux de ce drame.
À commencer par Karita Mattila. Si la chanteuse scandinave n’est plus une jouvencelle, elle n’en apporte que plus de force à son personnage. Dans un état quasi de transe tout au long de l’opéra, elle nous transporte de la rage au désespoir avec une puissance de timbre et d’interprétation absolument confondante.
Le Cavaradossi de Marcelo Alvarez est quant à lui exemplaire, tant dans sa maîtrise du Bel Canto comme exercice de style, que dans son implication. Le timbre est idoine, le lyrisme à fleur de peau, l’émotion palpable.
Vient enfin la basse terrible - au meilleur sens du terme - de George Gagnidze. Chaque note est avec lui parfaitement lisible et parfaitement pesée, dans un mélange de délire mégalomaniaque et de violence implacable. Son interprétation apporte un relief nouveau à l’image de Scarpia, qui n’est plus, avec lui, un "méchant" de base, mais bien un homme à multiples facettes, qui nous invite à une véritable réflexion sur le pouvoir.

La très belle alchimie entre les protagonistes fait de cette Tosca une très belle version.
Face aux excès européens, le Met a sans doute, de par sa tradition, une troisième voie à montrer à l’art lyrique, rompant avec le conservatisme, mais toujours dans l’intelligence et l’équilibre. Les débuts de cette nouvelle ère sont visiblement difficiles, mais tellement prometteurs…

Jean-Claude Lanot

Suppléments du DVD

La mezzo-soprano Susan Graham assure l'introduction et les courtes interviews backstage présentées entre les actes, en anglais non sous-titré.
- Ces interviews éclair sont assez superficielles mais peuvent séduire par leur côté spontané, car réalisées dès que les artistes sortent de scène. Nous retrouvons ainsi George Gagnidze, Marcelo Álvarez, Karita Mattila, la créatrice des costumes Milena Canonero et le metteur Luc Bondy, lequel avait sans doute bien d'autres choses à exprimer si on lui en avait donné l'occasion.
- Une interview est isolée dans les bonus, celle du chef de chœurs Donald Palumbo. Elle se révèle sans le moindre intérêt. (Stéréo PCM, 2')

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

L’ambiance générale est assurément sombre. Des ocres des pierres ecclésiales aux cramoisis des tissus du Palais Farnese et de la robe de Tosca, les couleurs sont intenses, mais à la fois éteintes, d’un éclat tout méditerranéen que la réalité des cœurs vient irrémédiablement assombrir.
La définition est très correcte mais montre ses limites dans les plans généraux. Une nouvelle fois, nous déplorons que ce programme, diffusé en HD dans les salles de cinéma du monde entier, ne soit pas édité en Blu-ray, seul format apte à retranscrire la pleine qualité de cette captation.

Son

La stéréo, pour précise au niveau des voix, convient peu à l’ampleur orchestrale de Puccini, car elle la restreint bien trop. Saluons toutefois la musicalité de cet encodage.
Si la piste multicanale DTS n’est pas d’une limpidité exemplaire au niveau des orchestrations, elle apporte une radicale densité, une masse à l’orchestre, et en fait un véritable partenaire du beau chant, lui-même traité avec respect et équilibre. En outre, l'immersion du spectateur le rapproche de l'acoustique d'une salle d'opéra.

Note technique : 8/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

George Gagnidze
Giacomo Puccini
Karita Mattila
Marcelo Alvarez
Metropolitan Opera
Tosca

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.