DVD Jaquette de : The Nose

Distribution

Interprètes
  • Eduard Akimov
    Platon Kuzmich Kovalyov
  • Alexander Lomonosov
    The Nose
  • Valery Belykh
    Ivan Yakovlevich
  • Nina Sasulova
    Praskovia Osipovna
  • Boris Druzhinin
    Ivan
  • Ashot Sarkisov
    Doctor
Mise en scène
Boris Pokrovsky
Orchestre
The Moscow Chamber Opera Theatre
Chef d'orchestre
Gennady Rozhdestvensky
Réalisation
Juri Bogatirenko
Origine
The Moscow Chamber Opera Theatre
Année
1979

Informations techniques

Durée
105'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
VAI
Distributeur
Codæx France
Date de sortie
22/08/2010

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.33
Format vidéo
4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
Stéréo DD
Sous-titres
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français
•  Italien
•  Russe

The Nose DVD

Le Nez

Note générale : 9/10

Opéra


Filmée en 1979 à Moscou, cette production du Nez fit la nouvelle gloire d'un chef-d'œuvre scénique du XXe siècle écrit d'après un récit de Nicolas Gogol.

 

Le Nez fut créé en 1930, puis oublié pendant 40 années, pour être ensuite repris triomphalement en 1974 par l'Opéra de Chambre de Moscou, dans une mise en scène de Boris Pokrovsky.
Les interprètes de cette captation de 1979 sont les mêmes que ceux du premier enregistrement pour le disque en 1975, fruit d'une étroite collaboration avec le compositeur.

Autant dire que l'approche musicale reste un gage de qualité encore inégalé.
L'écriture shostakovienne reflète parfaitement le bouillonnement intellectuel post-révolutionnaire de la Russie des années 1920.
La complexité effarante de cette partition demande des interprètes de haut vol, se surpassant à chaque instant, dirigés par un fin connaisseur des intentions du compositeur.

On ne peut en effet y briller ni par de beaux airs ni par une virtuosité opératique, pas plus que s'appuyer sur une mise en scène avantageuse ou compter sur le soutien mélodique d'un bel orchestre aux cordes chaleureuses et aux bois fruités.
Le modernisme explose ici en permanence.
La convention propre à l'opéra – quoi de plus irréaliste en somme que de chanter une histoire sur scène ? – y est consciencieusement éliminée dans ses moindres détails : absence d'arias, invraisemblance des situations, saturation fréquente des émissions vocales dans des registres rarement fréquentés (suraigus et voix de tête pour les hommes, par exemple), formation orchestrale de chambre où dominent les vents et les percussions à l'écriture très complexe.
Tout ceci a choqué lors de la création et peut encore déranger de nos jours.

Dans ce total négationnisme, le fidèle ami de Shostakovich et chef d'orchestre Guennady Rozhdestvenski joue parfaitement le jeu iconoclaste qui lui a toujours bien convenu.
Le choix des interprètes semble judicieux, même s'il est parfois difficile de bien cerner les qualités de certains en raison de l'écriture musicale.
On retiendra en particulier par le rôle principal tenu par Eduard Akimov.

Le premier contact "vocal" se fait par les bruits grotesques qu'il émet en sortant du lit !
Son jeu scénique parfaitement maîtrisé contrebalance l'extrême difficulté de son personnage.
Le seul moment où il paraît interpréter un semblant de mélodie se situe dans la touchante scène se déroulant à la rédaction du journal, qui synthétise l'écrasement de l'être humain face aux pouvoirs politique et administratif.
Ce grand thème qui marque l'œuvre entière de Shostakovich est cristallisé dans le personnage du Gendarme, remarquablement joué par Boris Tarkhov.
Sa voix naviguant en quasi-permanence dans les suraigus, nasillarde, criarde, toujours dans l'excès, exprime bien l'autorité et son abus, la veulerie et la corruption des petits chefs.
Cette hurlante et autoritaire parodie du Pouvoir où les censeurs de l'époque se sont reconnus, est à mettre en parallèle avec la grossièreté, le vice et la médiocrité des policiers placés sous la direction du Gendarme.

Le rôle-titre, celui qui joue le Nez, sous les traits d'un conseiller d'État en uniforme, est difficilement appréciable, tant sa voix semble marmonner dans son costume dominé par un énorme appendice nasal.


La musique suit un rythme infernal, quasiment sans pauses.
Aucune répétition thématique, une invention en permanence renouvelée, une saturation polyphonique étonnante : "Scène de la lettre" à la fois écrite par deux femmes et lue par deux hommes, "Scène de la foule" violente capturant le nez.
Malgré ce nihilisme de tous les instants, Shostakovich utilise curieusement des procédés d'écriture parfois classiques, comme la fugue, très présente, la valse ou la musique religieuse orthodoxe dans la Scène de la cathédrale.
Mais sans jamais se départir d'un esprit sardonique et destructeur.


La mise en scène, bien conventionnelle, avec costumes d'époque et décor unique tempère l'esprit révolutionnaire de la musique, et la présente captation ne peut être considérée que comme simple témoignage visuel.
En effet, la bande-son n'est pas constituée de l'enregistrement live de l'interprétation mais d'une bonne post-synchronisation.
On n'entend de fait aucun bruit ni de plateau ni de salle.
Seuls les applaudissements ont été pris sur le vif, provoquant un contraste flagrant du pire effet.

Au final, ce témoignage filmé d'un des plus modernes "opéras" du XXe siècle permet d'apprécier des images sur un enregistrement musical de référence qui servira de modèle incontournable.

 

 

Vous lirez avec intérêt l'article sur les rapports entre Chostakovitch et Staline sur le site de notre partenaire Symphozik.info.

 

 

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du DVD

Dmitri Shostakovich en 1975.
En russe mono 2.0 DD, avec les mêmes sous-titres que pour le programme principal :


- Bref document montrant Guennady Rozhdestvenski et Dmitri Shostakovich en répétition pour la production du Nez en 1975. (2')
- Boris Potrovsky, metteur en scène et Directeur de l'Orchestre de l'Opéra de Chambre de Moscou, confie quelques propos sur la production du Nez. (5')

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Une précision très en retrait, des contours flous, des couleurs criardes qui bavent le plus souvent et des contrastes indignes de ce terme, des zones sous-éclairées s'opposant à des blancs sales qui virent au jaune : voici un master vidéo d'une médiocrité absolue.

Son

La bande-son utilisée pour la post-synchronisation se montre claire et puissante. La dynamique est même surprenante.
Voix et instruments ressortent avec éclat malgré une réverbération conséquente aucunement crédible en regard du lieu de captation.
En revanche on notera une présence insuffisante des graves et des aigus suraccentués qui, heureusement, ne versent pas dans une désagréable saturation.
Les applaudissements enregistrés en live contrastent méchamment avec leurs basses surdimensionnées.

Note technique : 4/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.