DVD Jaquette de : Sadko

Distribution

Interprètes
  • Vladimir Atlantov
    Sadko
  • Irina Arkhipova
    Luybava, his wife
  • Boris Morozov
    The Sea King
  • Tamara Milashkina
    Volkhova, The Sea Princess
  • Nina Grigorieva
    Nezhata, a young Gusli-Player
  • Andrei Sokolov
    Foma (First Elder)
  • Valery Jaroslavtsev
    Luka (Second Elder)
  • Petr Glubokiy
    Duda (First Buffoon)
  • Konstantin Baskov
    Sopel (Second Buffoon)
  • Alexander Ognivtsev
    Viking Guest
  • Lev Kuznetsov
    Indian Guest
  • Alexander Voroshilo
    Venetian Guest
  • Yuri Grigoriev
    An Apparition (The Mighty Ancient)
  • Chorus of the Bolshoi Theatre
Mise en scène
Boris Pokrovsky
Orchestre
Orchestra of the Bolshoi Teatre
Chef d'orchestre
Yuri Simonov
Réalisation
Alexander Barannikov
Origine
Bolshoi Theatre, Moscou
Année
1980

Informations techniques

Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
VAI
Distributeur
Codæx France
Date de sortie
08/04/2010

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.33
Format vidéo
4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
Mono 2.0 DD
Sous-titres
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français
•  Italien
•  Russe

Sadko DVD

Note générale : 7/10

Nikolai Rimski-Korsakov

Opéra


Le ténor Vladimir Atlantov et la mezzo-soprano Irina Arkhipova, stars du chant russe, sont réunis en 1980 au Théâtre Bolchoï dans Sadko, un des opéras les plus populaires de Rimsky-Korsakov, créé en janvier 1898 à Moscou.

 

Un cadre général assez impressionnant et conventionnel


Menu d'accueil du DVD.La mise en scène, les décors et les costumes se situent dans la tradition des grandes productions de prestige du Bolchoï, au service d'une certaine propagande nationale de l'ancien régime communiste pour laquelle il fallait mettre en avant le patrimoine lyrique russe avant tout.
Pour nous, elle prime d'ailleurs sur la distribution, quelle que soit du reste sa valeur.

À l'Acte I, les décors représentent la ville de Novgorod, puis, à l'Acte II, la maison russe traditionnelle, et des bateaux un peu ridicules à l'Acte III, accompagnés de mouvements des vagues et de costumes traditionnels plus que bariolés.
Signalons aussi les décors de l'Acte III - tableau 2, translucides pour ainsi dire, qui nous plongent au sein de l'univers subaquatique du Roi de la mer et de sa fille, la Princesse Volkhova, courtisée par Sadko. Malgré certains aspects un peu routiniers, cette scène met assez bien en valeur les caractères merveilleux et magiques de l'œuvre, fondée sur cette mer que le marin Rimsky-Korsakov aimait tant.

Enfin, le Bolchoï a vraiment investi dans la scène finale de l'opéra, avec des décors en carton-pâte pseudo-réalistes, multipliant les bateaux à l'arrière-plan de Novgorod, sans oublier le nombre incroyable de personnages présents sur scène, toujours avec ces costumes de toutes les couleurs.

Quelques grands caractères de l'œuvre bien mis en valeur


Dès le début de Sadko, on saisit l'importance des chœurs, particulièrement réussis - ceux du Bolchoï évidemment - et des danses, avec de très belles chorégraphies, comme celle, très spectaculaire, du 2e tableau de l'Acte III.
Ces ensembles expriment une des caractéristiques essentielles de cet opéra, et ce qui fait vraiment son originalité, son "âme" pour tout dire…

Ensuite, il faut insister sur l'importance des chants traditionnels et légendaires, des bardes ou ménestrels russes, joueurs de "gusli" (sorte de lyre ou de cithare, instrument très ancien à cordes pincées). Le personnage de Sadko est du reste lui-même un joueur de gusli avant de devenir marchand.

Alexander Voroshilo (l'invité vénitien).Enfin, une caractéristique importante de l’œuvre réside dans la rareté des airs.
On citera néanmoins ceux de l'Acte II, avec le marchand Viking (remarquable basse d'Alexander Ognivtsev), le marchand indien (le ténor Lev Kuznetsov, un cran en dessous), et le marchand vénitien (Alexander Voroshilo, baryton resplendissant). Ces marchands étrangers apportent cette touche si particulière d'exotisme à Sadko.
En fait, dans cet opéra, la forme de "l'arioso" domine. Ce genre qui est un intermédiaire entre le récitatif, de nature narrative, et l'aria, purement musicale, représente un moyen intermédiaire pour marier le déroulement de l'argument de l'opéra et l'intérêt musical véritable. Il échappe ainsi aux anciennes formes opposant récitatifs et airs.
On se doit de rappeler que Richard Wagner, sur lequel s'appuya d'ailleurs Rimsky-Korsakov, fut le principal artisan de cette révolution de l'arioso vers 1850.

Des interprètes dans leur répertoire naturel


Yuri Simonov.On remarquera la grande classe de la battue de Yuri Simonov, chef moyennement connu au moment de cette captation.
Au début de l'Acte II - 1er tableau, il dirige le très bon orchestre du Théâtre Bolchoï avec maîtrise, concentration, calme, tranquillité et douceur même parfois.
À l'Acte III - 2e tableau, pour les scènes liées au Royaume de la mer, le chef et son orchestre deviennent extrêmement précis, voire scrupuleux, méticuleux même.
À l'Acte III - 3e tableau, l'interlude orchestral est l'objet d'un grand soin, particulièrement travaillé, sculpté. L'envolée lyrique du chant d'amour au sein d'une clairière entre Sadko et la Princesse de la mer, à venir bientôt, sera superbe.
Enfin, il faut particulièrement signaler, tout au long de l'œuvre, l'importance en vivacité apportée par Yuri Simonov et son orchestre, lors des danses très entraînantes, si caractéristiques de cet opéra.

Vladimir Atlantov (Sadko).Pour le personnage de Sadko, nous retrouvons le grand ténor russe Vladimir Atlantov, star internationale du lyrique, notamment dans les années 1970-80.
On peut dire qu'il remplit parfaitement son rôle de joueur de gusli transformé en riche marchand puis en époux de la Princesse de la mer, revenant ensuite à Novgorod en se demandant s'il a rêvé.
Ses multiples interventions, souvent relativement courtes, peuvent aussi être prolongées par des duos, des trios, puis des ensembles.
Les mélodies projetées sont parfois superbes, comme, par exemple, à l'Acte II : "De blancs cygnes…", ou "Suis-je votre époux… ?".

La voix de ténor émise pour le rôle de Sadko doit être à la fois relativement lyrique et dramatique : ainsi, lyrique dans la scène du Royaume subaquatique, et héroïque comme dans le final de l'œuvre. Atlantov remplit parfaitement bien cette double fonction, ce qui n'est pas évident a priori !
Soulignons le fait que le grand ténor russe est un comédien assez crédible, qui ne surjoue pas, contrairement à nombre de ses confrères du début des années 1980.

Irina Arkhipova (Luybava).La femme de Sadko, Lyubava, s'incarne dans une autre grande star du lyrisme russe de cette époque : Irina Arkhipova.
Mezzo-soprano de qualité, mais relativement peu convaincante par rapport au jeune physique voulu par le rôle, voire même piètre comédienne, son chant mérite en revanche amplement les ovations du public.
Une de ses interventions les plus importantes est celle de l'Acte II - 1er tableau, lorsqu'elle chante, désespérée : "Je sais que Sadko ne m'aime pas…". Elle possède tout à fait la tessiture du personnage.
Son chant s'exprime avec la même musicalité que ce soit en duo avec Sadko, son époux, ou dans les ensembles.

Moins célèbre au sein de la galaxie lyrique, la cantatrice russe Tamara Milashkina incarne la Princesse de la mer, qui finit par se transformer en rivière.
Tamara Milashkina (Volkhova).Son interprétation est vraiment une réussite bien que, là aussi, elle ne soit ni vraiment gracile, ni très grande comédienne pour servir ce rôle onirique.
Dès sa première intervention, à l'Acte I - 2e tableau, entourée de cygnes et de naïades (on pense à Russalka de Dvorak ou aux Filles du Rhin de L'Or du Rhin de Wagner), on apprécie son expression lyrique.
Ainsi, dans cette très belle page lyrique, un des grands moments de la partition qu’est son duo avec Sadko, la Princesse arrondit remarquablement sa voix, surtout dans les médiums.
Un autre exemple est celui de la clairière : Acte III - 3e tableau. Sur le point de se métamorphoser en rivière, la Princesse chante la berceuse "Sadko dort dans la clairière…".
La très belle mélodie profite d'une interprétation de qualité, animée d'une certaine force lyrique et dramatique.
On pense, là aussi, à Russalka

Les autres rôles sont, somme toute, assez secondaires, bien que de grande qualité.
En particulier le Roi de la mer, chanté par l'excellent Boris Morozov, dans la tradition des basses slaves, le jeune joueur de gusli (voix juvénile agréable de la mezzo-soprano Nina Grigorieva) et, accessoirement, l'Apparition (Yuri Grigoriev), annonçant la fin prochaine du règne du Roi.



Les forces du Bolchoï se mobilisent ici pour la représentation d'un opéra que seuls les Russes pouvaient monter d'une telle façon, faisant partie du meilleur de leur patrimoine lyrique.
Mais, si le résultat est certes bien le fruit d'un travail d'équipe, on se doit toutefois d'apprécier avant tout ce qui a trait à la démarche orchestrale, si riche chez Rimsky-Korsakov, ainsi que la présence de deux grands interprètes : Vladimir Atlantov et Irina Arkhipova.

Jean-Luc Lamouché

Suppléments du DVD

Générique isolé.

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Issu des archives de la Gostelradio, ce master de 1980 semble avoir été boosté en vue de son utilisation sur DVD, quitte à accentuer les défauts rédhibitoires qu'il présentait à l'origine.
La définition, médiocre, ne se bonifie que sur les plans serrés, laissant les ensembles dans un "à peu près" bien peu flatteur.
En revanche, les couleurs sont assez vives mais leur rendu déçoit par sa piètre qualité et ses contours dilués.
Reste que cette captation doit être considérée comme un document qui, à ce seul titre, en devient acceptable.

Son

La piste sonore mono 2.0 apparaît plus acceptable que la vidéo.
Malgré une certaine confusion dans les masses chorales, un mauvais étagement des pupitres de l'orchestre et un léger voile occasionnel, l'ensemble sonne globalement avec clarté et permet aux voix solistes de s'exprimer avec intelligibilité.
Dans une certaine limite, la dynamique parvient même à nous étonner, en particulier à la fin de l'Acte I.
L'équilibre spectral, en revanche est loin d'être satisfaisant.

Note technique : 4/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.