DVD Jaquette de : Palestrina

Distribution

Interprètes
  • Peter Rose
    Papst Pius IV
  • Michael Volle
    Giovanni Morone
  • John Daszak
    Bernardo Novagerio
  • Roland Bracht
    Kardinal Christoph Madruscht
  • Falk Sruckman
    Carlo Borromeo
  • Steven Humes
    Der Kardinal von Lothringen
  • Kenneth Roberson
    Abdisu
  • Christian Rieger
    Anton Brus von Müglitz
  • Wolfgang Koch
    Graf Luna
  • Ulrich Reß
    Der Bischop von Budoja
  • Kevin Conners
    Theophilus
  • Kevin Conners Theophilus Alfred Kuhn
    Avosmediano
  • Christopher Ventris
    Giovanni Pierluigi da Palestrina
  • Christiane Karg
    Ighino
  • Claudia Mahnke
    Silla
  • Christoph Stephinger
    Bischof Ercole Severolus
  • Chor der Bayerschen Staatsoper
Mise en scène
Christian Stückl
Orchestre
Bayerishes Staatsorchester
Chef d'orchestre
Simone Young
Réalisation
Karina Fibich
Origine
Nationaltheater, Munich
Année
2009

Informations techniques

Durée
206'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
EuroArts
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
03/06/2010

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.0 DD
5.0 DTS plein débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Français

Palestrina DVD

Note générale : 7/10

Hans Pfitzner

Opéra


À l’occasion du 60e anniversaire de la mort du compositeur controversé Hans Pfitzner, l’Opéra de Munich nous propose son plus célèbre opéra, Palestrina, produit sur les lieux mêmes de sa création en juin 1917. Christopher Ventris, Peter Rose, Michael Volle et Christiane Karg chantent sous la direction de Simone Young. La mise en scène est assurée par Christian Stückl. Cette captation de 2009 est disponible en Blu-ray et DVD sous le label EuroArts.

 

 

Christopher Ventris (Giovanni Pierluigi da Palestrina)  © Photo Wilfried Hoesl

 

Une œuvre musicale peut-elle réhabiliter son compositeur, notamment quand celui-ci a soutenu, sans jamais les démordre, des thèses nazies ?
Certainement pas.
En revanche, peut-on rejeter une œuvre musicale sous prétexte que son compositeur a soutenu de telles thèses ?
Si l’on en croit le chef d'orchestre juif Bruno Walter qui a dirigé l’œuvre à sa création en 1917 et qui l’a toujours soutenue - l'œuvre, précisément, et non son compositeur ! -, puis l’opéra de Munich aujourd’hui, la réponse est de nouveau négative.
Car c’est bien la question qu’on peut se poser devant l’œuvre de Hans Pfitzner en général et devant ce Palestrina en particulier, que l’on considère comme son œuvre la plus réussie.

Michael Volle (Giovanni Morone).  © Photo Wilfried HoeslModestement, nous remettrons en cause l’engouement quelque peu excessif que suscita cet opéra.
Certes, il fait montre d’un sens inné et tout à fait séduisant des couleurs et d’une réelle technique d’écriture.
Mais cela n’empêche pas son net déséquilibre sur le plan de la forme, avec un Acte I gigantesque qui tient à lui seul la moitié de l’œuvre, et beaucoup de récitatifs maladroits, dans lesquels les rapports texte/musique sont nettement déséquilibrés au profit d’un bavardage inutile, tandis que les commentaires instrumentaux sont écrits de manière bien triviale.

Pour autant, on ne peut nier les qualités intrinsèques de cette œuvre associant un romantisme post-wagnérien, des touches schumaniennes et un langage dramatique proche de Humperdinck, autour d’un sujet pour le moins intéressant : le drame de l’artiste en mal d’inspiration qui trouvera refuge dans l’alcool (d’où les visions très oniriques de cette version) et la satire de l’église, plus attachée à la politique qu’à la foi.
De plus, cette production ne manque pas de qualités musicales lorsqu'il s’agit de ses interprètes.

Christopher Vendris campe un Palestrina totalement crédible, torturé par le manque d’inspiration et la disparition de son épouse.
Son émotion, parfaitement maîtrisée sur le plan technique, et servie par un timbre solide et empathique, nous envahit immédiatement tant son interprétation est à l’unisson avec la chef et son orchestre, dans le prolongement direct du Prélude d’ouverture.

 

Christopher Ventris.  © Photo Wilfried Hoesl


On ne manquera pas non plus de remarquer l’Ighino de Christiane Karg, aux couleurs irrésistibles.
Du côté des ecclésiastiques, les graves dominent largement avec notamment un Müglitz épatant, si ce n’est la remarquable et trop courte partie de ténor d’Ulrich Ress dans le rôle de Budoja ou celle, cette fois trop longue car trop imparfaite par son vibrato dégoulinant, de Kenneth Roberson dans le rôle du Patriarche d’Assyrie.

Avec sérieux et naturel, la chef d'orchestre australienne Simone Young et excellente germaniste, parfaitement intégrée dans le microcosme musical allemand - lire notre test du Dialogue des Carmélites -, défend à bras-le-corps cette œuvre globalement très accessible.

Mais quel que soit l'intérêt que l'on peut porter à cette résurrection maîtrisée et approfondie – en effet, la production s’est donnée 6 mois après la première pour graver le présent enregistrement, de sorte que l’œuvre soit vraiment "digérée"-, elle ne témoigne pas forcément de cette "immortalité" dont Bruno Walter qualifiait Palestrina.

 

Lire le test du Blu-ray Palestrina

Jérémie Noyer

Suppléments du DVD

En allemand et anglais. Sous-titres anglais disponibles :


- Parmi quelques brèves interventions, dont celles de Simone Young et Peter Rose, entrecoupées d'instantanés de répétitions, on retiendra essentiellement du making-of les propos très honnêtes du metteur en scène, qui avoue son ignorance de cette œuvre avant qu’on fasse appel à lui, et nous confie tout ce qu’il y a trouvé sur le plan musical et religieux avec un intérêt communicatif. (Stéréo DD, 10')
- Quatre bandes annonces. (Stéréo DD)

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

En dépit du choix de couleurs criardes (rose et vert fluo) par le décorateur Stefan Hageneier, le rendu reste assez agréable bien que l'on puisse être gêné par cette dialectique à l'opposé des couleurs orchestrales.
Les blancs se montrent toutefois globalement légèrement surexposés.
Quant à la définition, précise sur les gros plans, elle devient insuffisante sur les plans larges et les ensembles.
Les contrastes s'avèrent en revanche satisfaisants.

Son

Choisissons sans hésiter l'une des deux pistes multicanales, robustes et énergiques, bien équilibrées malgré des chanteurs qui surgissent de tous côtés.
Notre choix penchera vers l'encodage DTS, légèrement plus rond et lyrique, notamment dans les solos de violoncelle, et plus organique quant au rendu des timbres orchestraux.
Avec ces deux pistes, on bénéficie d'un excellent rendu des voix, notamment les basses, d’une belle présence et d’un beau grain.
Nous négligerons la piste stéréo trop ingrate tant elle sonne étriquée, et qui a tendance à reléguer l'orchestre au lointain sans respecter la richesse de ses timbres.

Note technique : 8/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Bayerishes Staatsorchester
Christiane Karg
Michael Volle

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.