Blu-ray Jaquette de : Mahler : Symphonie No. 2 "Résurrection" (Riccardo Chailly - Leipzig)

Distribution

Interprètes
  • Christiane Oelze
    Soprano
  • Sarah Connolly
    Mezzo-soprano
  • MDR Rudnfunkchor
  • Berliner Rundfunkchor
  • GewandhausChor
Orchestre
Gewandhausorchester Leipzig
Chef d'orchestre
Riccardo Chailly
Réalisation
Henning Kasten
Origine
Gewandhaus, Leipzig
Année
2011

Informations techniques

Durée
96'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
Accentus Music
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
13/10/2011

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Français

Mahler : Symphonie No. 2 "Résurrection" (Riccardo Chailly - Leipzig) Blu-ray

Note générale : 10/10

Gustav Mahler

Concert


Avec cette Symphonie No. 2, Riccardo Chailly poursuit à la tête du Gewandhausorchester Leipzig son cycle du centenaire des Symphonies de Mahler. Après avoir abondamment dirigé ce répertoire à Amsterdam lors de sa présence à la tête du Concertgebouw, il se trouve ici en terrain particulièrement connu, sinon familier. Les DVD et Blu-ray édités par Accentus Music en apportent la preuve.

 

Riccardo Chailly dirige la <i>Symphonie No. 2</i> de Gustav Mahler à Leipzig en mai 2011.

 

Cuivres du Gewandhausorchester Leipzig.Une fois encore, le Gewandhausorchester Leipzig atteint des sommets de perfection. Du reste le public, connaisseur et de toute évidence doué d’une vraie culture musicale, lui réserve un accueil particulièrement chaleureux en fin de programme. Non seulement chaque pupitre rivalise d’excellence musicale - cor anglais, piccolo, trombones et violoncelles, notamment - mais c’est toujours et seulement dans un axe de conception sonore globale que s'exprime l'orchestre, comme constamment inspiré par lui-même. C’est un subtil régal puisqu’à ce titre, il prend un peu le contre-pied du courant actuel au sein duquel les plus grands orchestres gagnent et préservent leur crédit par la juxtaposition de talents remarquables mais plus enclins à l'expression personnelle que collective.

Riccardo Chailly se lance dans le combat de cette monumentale Symphonie No. 2 avec l’engagement sincère et approprié qui est le sien. À l’évidence, sa démarche est irréprochable tant sa conception de la partition se montre constamment. Il en souligne à ce titre, les appels ou les singularités dont seul le déroulement de l’ouvrage dans sa longueur nous révèle le sens. Il recherche et trouve sans aucun doute sa propre spiritualité, et on le devine à sa capacité à se concentrer ou plus certainement à se replier sur lui-même. La narration est bien là et le paysage musical se répand comme un fleuve. Mais que nous transmet-il vraiment sur le plan du ressenti ? Le tempo, par exemple au 1er mouvement, est sans empressement et l’on se demande bientôt si on ne se perd pas dans le discours et dans l’invraisemblable abondance de verbe. C’est probablement là qu’apparaît la limite du chef dont on ne peut pas dire, outre la perfection qu’il obtient, qu’il parvient à nous bouleverser. Son engagement n’est finalement que peu communicatif car il choisit de rester en deçà de l’enthousiasme ou du feu qui brûle à chaque ligne ou presque de la partition.

 

Riccardo Chailly dirige la <i>Symphonie No. 2</i> de Gustav Mahler au Gewandhaus de Leipzig.  Photo © Gert Mothes

 

Certes le 3e mouvement, le fameux Scherzo qui inspirera hautement Luciano Berio pour sa merveilleuse Sinfonia, présente bien tout le moelleux requis et son balancement léger nous berce. Mais là non plus, point de mystère révélé, point d’évidente truculence dont la partition regorge pourtant. Avec le recul nécessaire, l’écoute deviendrait presque fastidieuse si elle n’offrait pas le confort moelleux et bienveillant des timbres et du jeu si merveilleusement collectif de l’orchestre du Gewandhaus.
Sarah Connolly fait merveille dans son Urlicht. Son timbre est somptueux, sa musicalité exquise. Elle forme avec Christiane Oelze, magnifique musicienne elle aussi, un duo de premier rang.
Le dernier mouvement de la Symphonie est un long périple de l’ombre vers la lumière. Une fois encore les tempi de Chailly filtrent avec une lenteur qui ne rompt certes jamais le discours, mais qui pousse à l’extrême le jeu des musiciens, le souffle des chanteurs et celui des chœurs. Il en ressort pourtant une plénitude sonore incomparable qui fait étinceler de tous ses feux un orchestre et des chœurs de rêve. Ces derniers atteignent dans le dernier volet du chef-d’œuvre, une perfection musicale, une cohésion qu’il nous a rarement été donné d’entendre.

 

La soprano Christiane Oelze.La mezzo-soprano Sarah Connolly.

 














L'imposant chœur rassemblé pour la <i>Symphonie No. 2</i> de Mahler.Mais quel choix étrange que ces dessins aux contours presque approximatifs et qui baignent dans un expressionnisme à la naïveté visuelle déconcertante pour illustrer Mahler sur les digipacks. Certes le peintre Neo Rauch est citoyen de Leipzig, mais ses illustrations n’apparaissent pas ici à la hauteur des sujets qu’elles accompagnent.

Comme pour la Symphonie No. 8, avec le même orchestre, on remarque tant la qualité de la prise de son, que l’efficacité des prises de vues, jamais troublantes pour notre concentration et accompagnant avec une belle humanité le jeu des musiciens. À ce titre, comme pour le travail de qualité supérieure sinon superlative de tous les artistes, on doit parler ici d’une vraie réussite.



Lire le test de la Symphonie No. 2 de Mahler en DVD

Gilles Delatronchette

Suppléments du Blu-ray

En Haute Définition :
Quatre brillantes bandes-annonces. (Stéréo DD)

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

Ce master Haute Définition diffuse une impressionnante précision sur l'ensemble du programme. Seul un regard averti captera les quelques micro-saccades qui parsèment l'ensemble sans provoquer de grande gêne. Matières et textures ressortent divinement et suscitent parfois une impression de relief, alors qu'à d'autres moments, la lumière joue sur la surface des instruments avec une complicité séduisante au possible. Les contours sont en outre d'une grande finesse. On regrettera seulement une dominante rouge peu avantageuse pour la carnation des musiciens. L'ensemble reste toutefois exceptionnel de qualité.

Son

La brillante piste stéréo bénéficie d'une dynamique rare qui se met avec panache au service de l'orchestre. Une certaine profondeur apporte même une forme de respiration bienvenue. Les voix solistes s'installent avec musicalité au-devant de l'ensemble mais les chœurs manquent un peu de définition.
Le mixage 5.1 nous propulse au cœur du Gewandhaus Leipzig avec une dynamique extrême à même de servir les puissants contrastes de l'écriture mahlérienne. Tout devient défini avec justesse, de la plus infime nuance aux éclats éblouissants de la partition. Le grain des voix solistes est rendu on ne peut mieux et les chœurs bénéficient d'un surcroît bienvenu de précision. L'utilisation du caisson de basses et des enceintes surround sont bien sûr à l'origine de l'immersion rendue possible par cet excellent mixage. L'encodage DTS HD Master Audio fait ici des merveilles.

Note technique : 9/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.