Blu-ray Jaquette de : Don Pasquale

Distribution

Interprètes
  • Claudio Desderi
    Don Pasquale
  • Mario Cassi
    Dottor Maltesta
  • Francisco Gatell
    Ernesto
  • Laura Giordano
    Norina
  • Gabriele Spina
    Un notaro
  • Chorus of the Teatro Municipale di Piacenza
Mise en scène
Andrea De Rosa
Orchestre
Orchestre Giovanile Luigi Cherubini
Chef d'orchestre
Riccardo Muti
Réalisation
Gabriele Cazzola
Origine
Teatro di Tradizione Dante Alighieri, Ravenna
Année
2006

Informations techniques

Durée
124'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
Arthaus Musik
Distributeur
Intégral Distribution
Date de sortie
15/05/2010

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
7.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français
•  Italien
•  Japonais

Don Pasquale Blu-ray

Note générale : 6/10

Gaetano Donizetti

Opéra


Lors du Festival de Ravenne 2006, le Maestro Muti mettait la jeunesse à l’honneur à travers un plateau presque exclusivement constitué d’étoiles montantes de l’opéra.

Travailler en famille a ses avantages et ses désagréments.
Dans la famille Muti, cela semble plutôt bien se passer !

Il y a le père, Riccardo, que l’on ne présente plus.
Chef principal de la Scala de Milan pendant près de 20 ans, il connaît son opéra sur le bout des doigts et notamment Don Pasquale avec lequel il a fait ses débuts au Festival de Salzbourg en 1971.


Riccardo Muti.On le retrouve en bonne forme, voire avec un surcroît d’énergie (Acte II), quelques rubatos bien soulignés ça et là, mais ne cédant jamais à la facilité.
Il utilise la partition comme garde-fou et l'approche ici, comme à son habitude, de façon extrêmement littérale et précise, oblitérant parfois certaines notes modifiées par tradition pour mieux revenir à la lettre du texte édité.
Il porte aussi une attention particulière aux sonorités orchestrales, riches et moelleuses, ainsi qu’à la beauté et au sens de la langue, merveilleusement dramatisée sous sa baguette dans les récitatifs.
S'il y a parfois de la routine dans sa direction - cela se ressent lorsque l’opéra a du mal à démarrer - on y trouve aussi beaucoup de tendresse "paternelle" pour les jeunes musiciens.

Dans la famille Muti, il y a également la mère, Cristina Mazzavillani Muti, fondatrice en 1990 du Festival de Ravenne qui, non content de bénéficier d’un écrin exceptionnel, se voit régulièrement gratifié de la présence de Riccardo, lui assurant de fait une renommée et un succès jamais démentis – échange de bons procédés !

Mario Cassi (Dottor Maltesta) et Claudio Desderi (Don Pasquale). Dans cette production, Claudio Desderi, baryton-basse bien connu à la Scala, pourrait faire office de grand-oncle tant son Don Pasquale chapeaute avec bonhomie une troupe juvénile.
Spécialiste des rôles comiques, ses dons de comédien ne sauraient dissimuler un vrai talent vocal conjugué à un timbre généreux, une connaissance approfondie du personnage sous toutes ses facettes - et non uniquement comique -, ainsi qu'à une technique accomplie. On sent bien, sous la barbe du rôle-titre, que l’homme d’expérience se fait plaisir et regarde avec compassion, bienveillance, voire parfois même une légère pointe d’ironie, ces débutants si touchants dans leur volonté de bien faire.

Laura Giordano (Norina).Enfin viennent les enfants : ceux de la fosse et ceux de la scène.
Pour les premiers, ne nous laissons pas déstabiliser par une mise en route poussive et peu inspirée. La timidité peut-être…
Pourtant, ces jeunes musiciens peuvent avoir confiance dans leur talent, et notamment les solistes.
Écoutez le solo de violoncelle de l’Ouverture ou encore la première flûte traversière.
Si jeunes et pourtant tout est là.
Avec une élégance qu’on n’attendait pas forcément à cet âge où l’on serait plutôt enclin à en faire des tonnes.
Ne manquerait en fait ici et là, qu’un véritable sentiment d’ensemble, une véritable unité de toutes ces individualités prometteuses.
Mais il ne faut pas non plus être trop exigeant vis-à-vis d’un orchestre d’à peine deux ans de maturité.

 

Francisco Gatell (Ernesto).

 

Côté plateau, on s’amusera - toujours avec bienveillance - d’un Mario Cassi plus focalisé sur le chef que sur son personnage ou ses partenaires, et qui en viendrait presque à s’extraire de l’histoire pour être sûr d’être au tempo !
Ceci étant, on remarquera davantage la performance un rien convenue, un peu à l’eau de rose, mais aux aigus rayonnants de Francisco Gatell dans le rôle d’Ernesto, à qui il manque simplement plus de caractère et plus de graves pour sortir de cette image désuète de prince charmant de conte de fées, et surtout la belle Norine de Laura Giordano, dont le timbre un tantinet nasillard ne manque ni de charme ni de piquant.
Un peu plus de précision dans les vocalises et nous tiendrons là une grande et belle interprète.

 

Claudio Desderi et Laura Giordano.

 


Voilà une captation à prendre comme le souvenir des débuts de certaines gloires de demain : définitivement sympathique, sans être immortel pour autant.






 

Existe aussi en DVD, disponible à la boutique de Tutti-magazine

Jean-Claude Lanot

Suppléments du Blu-ray

En Haute Définition.
Cinq bandes-annonces de Blu-ray édités par Arthaus Musik. (Stéréo)

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

L’indigence d’une toile noire tendue en fond de scène contraste avec la qualité et le travail des matières des accessoires, costumes et mobilier dont la HD nous permet d’apprécier toutes les textures et les détails.
Cette définition performante nous fait même distinguer les rougeurs de peau suscitées par l’émotion des jeunes chanteurs.
Les couleurs sont par ailleurs assez douces et naturelles.
Toutefois, une saturation un peu plus poussée aurait ajouté plus de vie à certains plans.
Tout juste regretterons-nous des contrastes quelque peu plats.

Son

Le mixage essentiellement frontal n’utilise pratiquement pas les ressources du format 7.1, si ce n’est sur certains passages où l'aération, au demeurant excellente, est un peu plus renforcée.
Au niveau des timbres instrumentaux, l'encodage DTS s’avère à double tranchant tant il saisit la moindre impulsion des musiciens de l’orchestre, mornes et sans éclat durant l’Ouverture, puis se révélant dynamiques dans l’accompagnement des chanteurs.
Les timbres de ces derniers sont par ailleurs rendus avec équilibre et naturel : la basse gouailleuse de Don Pasquale, les aigus suaves d’Ernesto, le timbre délicieusement pincé de Norina.
La projection vocale est en outre bien plus réaliste en comparaison du retrait imposé par la piste stéréo.
Cependant, l’orchestre a parfois tendance à prendre le dessus sur les chanteurs, notamment dans les graves du ténor.
La stéréo, plus retenue que le DTS, s'avère d’un excellent niveau : équilibrée entre orchestre et voix, parfaitement séparée, avec une clarté constante.
Une option en tout point musicale.

Note technique : 7/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Gaetano Donizetti

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.