DVD Jaquette de : Beethoven 5e Symphonie - Une Redécouverte

Distribution

Interprètes
Orchestre
Anima Eterna Brugge
Chef d'orchestre
Jos Van Immerseel
Réalisation
Pierre Barré
Origine
Concert Noble Ballroom, Bruxelles
Année
2009

Informations techniques

Durée
32'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
EPR-Classic
Distributeur
Codæx France
Date de sortie
05/05/2010

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
PAL

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DD
Stéréo DD
Sous-titres
•  Aucun

Beethoven 5e Symphonie - Une Redécouverte DVD

Beethoven's Fifth. A Rediscovery

Note générale : 9/10

Ludwig van Beethoven

Concert  - Documentaire


Avec son ensemble Anima Eterna de Bruges, le pianofortiste et chef d’orchestre Jos van Immerseel nous convie à une sorte de re-découverte de la Cinquième Symphonie de Beethoven sur instruments d’époque dans des conditions proches de sa création.

 

 

Jos van Immerseel poursuit depuis 1987 avec minutie et discrétion une vaste re-lecture de la musique du XVIIIe siècle à nos jours. Sans la pression du feu des projecteurs, il prend donc son temps pour que cette musicologie "active" soit également un plaisir et la production de disques un couronnement plutôt qu’une fin en soi.

L'ensemble Anima Eterna Brugge.

Avec son ensemble Anima Eterna de Bruges, il signait en 2008 pour Zig-Zag Territoires une belle intégrale des symphonies de Beethoven, quelques années après celle de Frans Brüggen chez Philips, Roger Norrington pour EMI et surtout celle de John Eliot Gardiner pour Archiv.
De fait, la dimension vraiment "révolutionnaire" de cette entreprise se voit sensiblement émoussée tant les questions de timbres et de tempi ont déjà été rebattues depuis 1994.
Non, la nouveauté du présent programme est ailleurs : d’une part dans la présentation en DVD d’une performance "historique", et d’autre part dans la volonté d’approcher ce monument de la culture occidentale débarrassé de ses oripeaux issus de la tradition musicographique et romantisante pour revenir au texte lui-même.

Sur la réalisation de ce programme, on ne peut que se réjouir.
Si la mise en scène de ce concert, "comme à l’époque" de Beethoven, dans une salle historique, au milieu d’une assemblée choisie, se veut par certains côtés une reconstitution, on ne sombre heureusement pas dans le passéisme grâce à une lumière qui ne dédaigne pas des tonalités plus actuelles que les bougies et surtout des prises de vue alliant plans d’ensemble à la grue et des contre-plongées "taratatesques" sur les solistes (notamment le cor) dignes d’un Gérard Pullicino.

Musiciens de Anima Eterna Brugge.Vient alors la question de l’interprétation et c’est là que le documentaire, très intéressant au demeurant (voir Interactivité) vient finalement desservir le programme principal dans la mesure où on tente de dédramatiser la Cinquième Symphonie pour mieux l’aborder comme une symphonie, certes particulièrement bien écrite et pleine de surprises, mais bien une symphonie comme une autre.
Mettre en question la tradition hagiographique sur Beethoven est bien une chose saine, mais on peut se demander jusqu’à quel point.
Le grand Ludwig ne composait-il que pour résoudre des problèmes purement formels ?
Comment expliquer, alors, le succès et la pérennité d’une telle œuvre ? Comment expliquer la flamme que met le premier violon de l’orchestre dans cette interprétation (surveillez-le, il est fantastique !) ?

Si l’on peut mettre en doute le mythe du Destin, il n’en demeure pas moins quelque chose d’ineffable, de surhumain dans cette œuvre, et cet aspect est presque gommé dans cette présentation.
De fait, pour remarquable, cette interprétation impressionne, séduit indéniablement, mais n’atteint jamais cette dimension quasi mystique qu’est parvenu à lui donner un Nikolaus Harnoncourt.
Lui a réussi, tout en demeurant l’un des tenants de l’interprétation historique, à équilibrer musicologie et musique.
Non que le présent programme soit dénué de musicalité, loin s’en faut, mais la balance penche parfois trop du côté du projet intellectuel et bride un peu l’élan libertaire qu’un monument de cette envergure renferme indéniablement.

Au final, on ressort de cette expérience avec l’impression d’avoir vécu quelque chose de beau et d’important, avec un apport essentiel à la lasérographie.
On aimerait simplement aller un tout petit peu plus loin. On aimerait simplement être bouleversé…

Jérémie Noyer

Suppléments du DVD

En VO multilingue avec interventions en hollandais, anglais, français et allemand.
Sous-titres hollandais et anglais selon les langues parlées.

Jos Van Immerseel.- Beethoven’s Fifth : A Rediscovery. Documentaire composé d'interviews de Jos van Immerseel et de membres de l’orchestre. (5.1 et stéréo DD, 39')


La "redécouverte" promise ici se situe principalement autour des instruments d’époque.
Que ce soit lors d’une visite de la Hofburg de Vienne ou au moyen de propos recueillis pendant la répétition générale, on nous montre de façon très pédagogique les spécificités des beaux instruments d’époque au son différent utilisés pour cet enregistrement.
On découvre en outre un chef drôle et très ouvert dans sa relation à ses musiciens.
Jos van Immerseel fait également part de ses travaux musicologiques, essayant de démonter d’une certaine façon le mythe de la symphonie du "Destin" pour lui préférer la vision d’une œuvre plus prosaïquement pionnière sur le plan formel, sans jamais vraiment expliciter les détails de cette avant-garde pour l’époque.
À noter : La prise de son est parfois ingrate.

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Très légèrement nimbées, d'où une définition un peu trop diluée, elles allient avec charme le sépia des bougies aux bleus métalliques des projecteurs. L’ambiance de la salle du Concert Noble de Bruxelles, légèrement postérieure à l’Eroica-Saal du Palais Lobkowitz de Vienne, est ainsi joliment rendue, avec les rouges très romantiques de ses tentures.
Les teintes chair ressortent avec naturel.
On regrettera toutefois quelques zones brûlées ; les blanches partitions des musiciens, pour l'essentiel

Son

L’impression dominante offerte par le mixage 5.1 est celle de l’ensemble. Les timbres des instruments d’époque ont cette capacité à se fondre les uns dans les autres pour former un son très homogène dans lequel aucun instrument ne domine réellement, y compris en présence des cuivres.
L'ingénieur du son Steven Maes a sans doute veillé à ne pas capter les pupitres de trop près afin d'éviter tout frottement ou toute âpreté des timbres.
Les interventions des solistes, notamment les vents, sont également bien rendues et dialoguent vraiment d’égal à égal avec les cordes, même si on aurait aimé un peu plus de matière à ce niveau.
La scène sonore est essentiellement concentrée à l'avant.
La piste stéréo, particulièrement ample et aérée diffère peu du mixage 5.1 dans cette impression d'espace qu'elle diffuse.
Les graves sont riches et pleins, et la réverbération ajoute à un sentiment de "débordement du cadre" assez impressionnant et très convaincant.

Mais pourquoi donc l'éditeur a-t-il encodé ces pistes en Dolby Digital, bien connu pour sa compression ?
La durée de l'œuvre aurait permis de proposer du DTS ou du PCM…

Note technique : 8/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Anima Eterna Brugge
Jos Van Immerseel
Ludwig van Beethoven
Symphonie n° 5 de Beethoven

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.