Blu-ray Jaquette de : Rossini : Otello (Osborn, Bartoli - 2012)

Distribution

Interprètes
  • John Osborn
    Otello
  • Cecilia Bartoli
    Desdemona
  • Peter Kalman
    Elmiro
  • Javier Camarena
    Rodrigo
  • Edgardo Rocha
    Iago
  • Liliana Nikiteanu
    Emilia
  • Nicola Pamio
    Doge di Venezia
  • Ilker Arcayurek
    Gondolireo
  • Zurich Opera Supplementary Chorus
Mise en scène
Moshe Leiser & Patrice Caurier
Orchestre
Orchestra La Scintilla of the Zurich Opera
Chef d'orchestre
Muhai Tang
Réalisation
Olivier Simonnet
Origine
Opéra de Zürich
Année
2012

Informations techniques

Durée
156'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
Decca
Distributeur
Universal Music Classics
Date de sortie
31/03/2014

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Chinois
•  Coréens
•  Espagnol
•  Français
•  Italien

Rossini : Otello (Osborn, Bartoli - 2012) Blu-ray

Otello ossia Il Moro di Venezia

Note générale : 8/10

Gioachino Rossini

Opéra


Avant sa programmation au Théâtre des Champs Élysées, l’Otello de Rossini recevait les honneurs de la vidéo suite à son passage sur la scène de l'Opéra de Zürich en 2012. Decca a en effet eu la bonne idée de graver cette production avec la superlative Cecilia Bartoli comme point d’ancrage, accompagnée par La Scintilla, phalange baroque de l’opéra zurichois, dirigé par le chinois Muhai Tang. Autour d'elle, John Osborn Peter Kalman, Javier Camarena et Edgardo Rocha incarnent les personnages du drame mis en scène par le tandem Moshe Leiser & Patrice Caurier. Une captation disponible en Blu-ray et DVD.

John Osborn (Otello) et Nicola Pamio (le Doge de Venise) dans <i>Otello</i> de Rossini.

 

Muhai Tang dirige l'orchestre La Scintilla.Quand on assiste à l’opéra Otello de Rossini, on est en droit de se demander à quelle œuvre on a véritablement affaire : Un Barbier bis, dont il partage l’Air de la calomnie ? Un écrin pour le célébrissime Duo des Chats ? Ou encore à une version "seria" du Turc en Italie, dont il partage une partie du matériel ?


Force est de constater, à l’étude de cet Otello, que l’écriture rossinienne n’a rien de spécifique en matière d’émotion et de rapport au texte. La même ouverture peut aussi bien introduire un opéra-bouffe qu’un opéra seria. De même pour le matériel musical, réutilisable à l’envi par le compositeur, de façon quasi littérale, dans des situations complètement opposées.

 

 

Cecilia Bartoli (Desdemona) et John Osborn (Otello) dans <i>Otello</i> mis en scène par Moshe Leiser et Patrice Caurier.

 

Patrice Caurier et Moshe Leiser.C’est que Rossini n’impose rien. Il offre aux interprètes un boulevard inédit au XIXe siècle et compte sur leur talent pour s’emparer d’un matériel certes génial, mais générique, et pour se l’approprier tant sur le plan personnel que celui du personnage qu’ils incarnent.
C’est dire l’importance du choix des artistes et de leur implication. A fortiori quand la distribution requise est aussi uniforme que celle d’un opéra de Rossi ou de Cavalli, en faisant appel ici à pas moins de trois ténors. Difficulté encore accrue quand cet Otello, dans sa globalité, repose davantage sur des ensembles que sur des arias solistes.

Autant de défis musicaux posés lors de la mise en place de cet Otello qui n’a finalement qu’un lien diffus avec la pièce de Shakespeare dont il partage l’argument. Le livret de Francesco Maria Berio di Salsa déplace la scène à Chypre, atténue l’impact et l’intelligence de certains personnages tel Iago et, surtout, renforce le thème du racisme, lequel devient prééminent par rapport à la jalousie originelle.
Devant tant de difficultés, cette production, disons-le tout de go, tient fort bien la distance.…

Du côté des trois ténors, félicitations au directeur de casting car John Osborn, Javier Camarena et Edgardo Rocha sont des interprètes solides aux timbres nettement différenciés. À la manière des moteurs diesel d'antan, chacun d’entre eux a du mal à démarrer et à rentrer dans ce costume tout sauf unique que Rossini leur a taillé. Mais la direction de Muhai Tang fait petit à petit son effet et la mayonnaise prend définitivement à partir de l’Acte II : les chanteurs s’affirment alors dans leur rôle et dans leur personnalité musicale. John Osborne nous ravit d’aigus sublimes et virtuoses, Javier Camarena apporte une élégance aristocratique et glaciale à la fois tandis qu’Edgardo Rocha offre quant à lui un naturel et une évidence qui ancrent cette distribution dans le réel. Saluons également en cette réussite le travail réalisé avec le chef chez qui on sent une belle attention aux détails et à l’expressivité.

Javier Camarena (Rodrigo) et Edgardo Rocha (Iago).On regrettera néanmoins qu’aux prouesses vocales et à la qualité d’interprétation s’ajoute un certain manque d’implication qui conduit les chanteurs à camper, à décrire ou encore à dépeindre leur personnage, certes avec grand talent, mais avec un réel défaut d’implication. L’explication nous semble tenir à la mise en scène de Moshe Leiser et Patrice Caurier. Certes, le déplacement de l’intrigue à une époque indéterminée mais sans conteste contemporaine agit plus nettement comme un miroir et fait immanquablement son effet. Mais, pour autant, la direction d’acteurs reste statique, irrémédiablement distanciée, comme bloquée à l’intérieur d’un espace lui-même privé de vie (chambre de Desdémone et appartement d’Otello en décrépitude) qu’il leur est impossible d’habiter. Sans compter certaines fautes de goût - pourquoi Desdémone s’asperge-t-elle ainsi de bière ? - cette direction d'acteurs n’arrive pas jusqu’au bout de sa bonne idée de départ et prive le drame de vie et de poésie, créant une forme de hiatus avec la musique.

Cecilia Bartoli interprète le rôle de Desdemona dans <i>Otello</i> de Rossini mis en scène par Moshe Leiser et Patrice Caurier.

 

Un comble quand on a pour soi Cecilia Bartoli. En tout point au-dessus de tout qualificatif, elle justifie à elle seule, s’il était besoin, l’acquisition de ce programme. Tant de musicalité (désarmant Air du Saule), tant de virtuosité et de présence vocale sur toute la tessiture… La mezzo-soprano fait montre d'un évident esprit d’équipe, tant dans les ensembles vocaux que dans son rapport à l’orchestre, notamment lors des récitatifs orchestrés, parfaitement millimétrés quant aux notes et au texte. Pourtant, on sent bien qu'elle ne parvient pas à trouver une adéquation entre la musique et la mise en scène. Un peu comme si la grande dame était à l’étroit dans sa petite robe noire et qu'il faille parfois fermer les yeux pour goûter pleinement l’art infini que la chanteuse investit et déploie dans le rôle de Desdémone.

 

John Osborn et Cecilia Bartoli dans la scène finale d'<i>Otello</i> de Rossini.

 

Un regret qui ne nous fera pas, à l’instar du public du Théâtre des Champs-Élysées, huer cette production zurichoise qui restera, malgré ces quelques limites, une référence pour cet Otello de Rossini, peu joué pour les raisons que nous avons évoquées plus haut.

Lire le test du DVD Otello de Rossini avec Cecilia Bartoli

Retrouvez la biographie de Gioachino Rossini sur le site de notre partenaire Symphozik.info

 

Jean-Claude Lanot

Suppléments du Blu-ray

Aucun.

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

La production particulièrement sombre profite au maximum de la Haute Définition pour palier au déficit de lumière. La précision du rendu des contours et des matières est de chaque plan et les vues d'ensemble ne perdent aucunement ce détail. Les contrastes dépendent des fonds de scène mais, dans l'ensemble, sont assez probants. Cependant, pour profiter au mieux des qualités de ce master HD, il faudra visionner ce programme dans une pièce la plus sombre possible.

Son

Le mixage stéréo offre une très bonne lisibilité à l'expression vocale que l'orchestre soutient au mieux. Dans les passages purement orchestraux, la fosse s'impose avec dynamisme et équilibre des timbres. Le message global est particulièrement clair et une dynamique agréable accompagne l'écoute.
Avec la piste multicanale, la projection vocale est accentuée au point d'apporter un relief supplémentaire à l'image. Les timbres vocaux sont mieux affichés et l'orchestre trouve une étoffe digne de ses musiciens. La dynamique, bien supérieure, électrise la scène avant, secondée par un caisson de graves parfaitement intégré à l'ensemble. Enfin, les enceintes arrière, bien que peu exploitées, aèrent légèrement la diffusion.

Note technique : 9/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Cecilia Bartoli
Gioachino Rossini
John Osborn
Moshe Leiser & Patrice Caurier
Opéra de Zürich
Orchestra La Scintilla

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.