Blu-ray Jaquette de : Richard Strauss : Lieder & Arabella (Fleming), Une Symphonie alpestre

Distribution

Interprètes
  • Renée Fleming
    Soprano
Orchestre
Wiener Philharmoniker
Chef d'orchestre
Christian Thielemann
Réalisation
Michael Beyer
Origine
Salzbourg
Année
2011

Informations techniques

Durée
85'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
Opus Arte
Distributeur
DistrArt Musique
Date de sortie
02/05/2012

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français

Richard Strauss : Lieder & Arabella (Fleming), Une Symphonie alpestre Blu-ray

Tutti ovation

Note générale : 10/10

Richard Strauss

Concert


Il est presque inutile de faire l'éloge de Renée Fleming, tant cette artiste sait nous combler musicalement depuis des années. Le temps passe, et on ne peut pourtant dire qu'il ait une réelle influence sur sa voix, toujours fidèle à sa beauté initiale, comme le prouve ce concert enregistré à Salzbourg en août 2011. Richard Strauss est à l'honneur, et Christian Thielemann dirige le Wiener Philharmoniker. Un programme hautement recommandable paru en Blu-ray et DVD chez Opus Arte.

Renée Fleming chante Richard Strauss en août 2011 à Salzbourg.  © Silvia Lelli

 

Renée Fleming à Salzbourg en août 2011.  © Silvia LelliRenée Fleming s'est illustrée de nombreuses fois dans le lied accompagné et l'opéra germanique. Ce répertoire sied à tant à la soprano que, dans l'intériorité ou la joie exubérante, l'émotion passe, sans effort et sans démonstration déplacée. La tenue des notes de la soprano est toujours aussi remarquable, lancée sans placage dans les forte, conduite en évitant le cri. Mais, surtout, le son est amené pianissimo dans les aigus, ce qui est techniquement très difficile à réaliser, tandis que le son filé perdu en descrescendo judicieusement calibré permet au phrasé de disparaître aussi élégamment qu'il est apparu. Tout relève en fait du très grand art, et l'absence de vibrato renforce encore le sentiment de pureté de la voix. L'allure de Renée Fleming joue toujours la carte du naturel. Ses regards attentifs et opportuns au chef lui accordent une souplesse des gestes qu'elle met en valeur dans l'extrait d'Arabella, légèrement joué pour le rendre encore plus vivant. Le chant de la soprano américaine vit avec honnêteté, sans tenir compte des modes et des écoles stylistiques. La durée de sa carrière est d'ailleurs là pour en témoigner. Quant à l'accompagnement de Christian Thielemann, il est ici aussi soigné que possible, très vigilant à la chanteuse et à sa respiration.

Christian Thielemann.  © Silvia Lelli






Si l'on sait l'affinité particulière que possède le chef avec la musique de Richard Strauss en raison d'indéniables réussites symphoniques (Don Juan) ou lyriques (Salomé) force est de rester davantage sur ses gardes avec Une Symphonie alpestre qui constitue le complément de la prestation de Renée Fleming. En effet, seul un grand chef peut sauver l’œuvre de l'énormité et de la boursouflure, de la simple description naturaliste constituée par l'évocation musicale d'une journée passée dans les Alpes bavaroises. Les annotations de Strauss sur sa partition ne laissent aucun doute quant à ses intentions : chaque section correspond à une évolution et à un changement. Or c'est bien le piège dans lequel tombent quelques-uns : un lever de soleil trop brillant, une cascade trop liquide et un orage trop violent font du poème symphonique une peinture trop signifiante pour être vraie. Si tout est dit, si tout s'avère trop explicite et ne laisse plus aucun doute, nous aurons fait le tour de l’œuvre et il n'en restera qu'un souvenir trop précis pour nous donner le désir d'y retourner afin d'y percevoir un détail ignoré lors de la première audition… Mais c'est justement sur ce plan que peut intervenir un chef s'il a compris que des notes sans subjectivité - ce qui représente en soi une épreuve pour une telle partition - doivent être sublimées par la recherche d'une autre valeur. Le thème sur lequel s'appuie Une Symphonie alpestre - la pérégrination de l'homme dans la nature - n'a rien d'innocent, en particulier pour les compositeurs germaniques. Strauss pensait-il transformer cet itinéraire pour sportif en voyage musical initiatique ? Sans doute un peu, même si la composition fait bien souvent entendre le contraire avec ses évocations très réalistes de chants d'oiseaux, de sonneries de cors, de cloches de vaches et de coups de tonnerre avec machine à vent et tôle secouée. Cet inventaire, il faut le reconnaître, n'incite pas à penser autre chose que ce qu'il suggère…
Alors, nous n'apprécierons que davantage avec Christian Thielemann ces moments délicats qui remplacent l'exagération. Ce qui est si facile à produire, ne se produit pas ici, et la retenue est le maître mot de cette interprétation éblouissante. Thielemann redéploie dans ce concert salzbourgeois ce que l'on avait déjà entendu dans sa Symphonie Pastorale de Beethoven parue chez C Major en DVD et en Blu-ray, avec le même talent, les mêmes moyens et les mêmes particularités intrinsèques du Wiener Philharmoniker. Son interprétation réussit ce pari de redonner ses lettres de noblesse à cette Symphonie alpestre qui a mauvaise presse mais mérite pourtant mieux que le sort qu'on lui réserve souvent.

 

Christian Thielemann, applaudi à l'issue d'<i>Une Symphonie alpestre</i> de Richard Strauss à Salzbourg en août 2011.  © Silvia Lelli

 

En outre, la réalisation de qualité de Michael Beyer prend également part à cette véritable réussite en permettant au spectateur d'être témoin des curiosités instrumentales utilisées par Richard Strauss, et cela est plutôt plaisant vu leur rareté…



Lire le test du concert Richard Strauss avec Renée Fleming en DVD

 

Retrouvez la biographie de Richard Strauss sur le site de notre partenaire Symphozik.info.

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du Blu-ray

Aucun.

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

Si le cadre de ce concert propose des couleurs très sobres, le master Haute Définition les diffuse néanmoins avec maestria. Les teintes chair, les cuivres et l'ensemble des matières sont parfaitement rendus avec un détail et une finesse exemplaires. Le niveau de contraste demeure satisfaisant e

Son

Le mixage stéréo d'excellente facture est ouvert, généreux et dynamique. L'orchestre est somptueusement rendu, bien que la profondeur soit un peu étriquée, et la voix ressort parfaitement mais plutôt intégrée à la masse orchestrale. Les basses sont présentes mais un peu faibles.
L'encodage DTS HD Master Audio magnifie le somptueux mixage 5.1 proposé ici. La dynamique nous transporte au sein de la salle salzbourgeoise grâce au détail dont se pare l'orchestre et à l'ouverture panoramique assez incroyable de la scène avant. Les différents pupitres ressortent parfaitement et le caisson de graves permet une reproduction parfaite du bas du spectre. La voix de Renée Fléming, idéalement captée, est projetée avec vie pour une lisibilité parfaitement naturelle, tandis que les enceintes arrière apportent une précieuse aération à l'ensemble.

Note technique : 10/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.