DVD Jaquette de : Stephen Kovacevich live at Verbier Festival

Distribution

Interprètes
  • Stephen Kovacevich
    Piano
Réalisation
Pierre-Martin Juban
Origine
Église de Verbier, Suisse
Année
2009

Informations techniques

Durée
95'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Idéale Audience
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
23/09/2010

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DD
5.1 DTS Plein débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Aucun

Stephen Kovacevich live at Verbier Festival DVD

Note générale : 9/10

Jean Sébastien Bach  - Robert Schumann  - Ludwig van Beethoven

Concert


Concert donné le 28 juillet 2009 à l'église de Verbier en Suisse durant la 16e édition du Festival.


 

À 69 ans, le pianiste américain Stephen Kovacevich propose un programme classique et se confronte à des pièces majeures du répertoire.

 

Stephen KovacevichLa Quatrième Partita en ré M de Bach, tonalité induisant gaieté et luminosité, se compose de sept parties de durées inégales demandant à l'interprète vigueur rythmique et main gauche imperturbable (no. 5 - Sarabande), main droite infaillible (no. 2 - Allemande), et ligne mélodique impeccable.
Le jeu de Stephen Kovacevich ne privilégie pas le tout polyphonique.
Son jeu sur un piano moderne à la sonorité bien timbrée et sa tendance au legato subtil, parfois soutenu par une basse détachée, concentre la mélodie sur la main droite.


Son extrême concentration laisse peu de place aux sentiments et les adeptes d'une musique sans débordement y trouveront leur compte. Ce Bach sur instrument contemporain ne laisse pas le champ libre à une libération de l’interprétation. En revanche, elle s'exprimera mieux à travers les très célèbres Scènes d'enfants de Robert Schumann. La personnalité du pianiste s'y manifeste en effet davantage. Avant tout, par une prise de position nette quant aux tempi proches des indications figurant sur la partition, c'est-à-dire assez rapides.
À titre de comparaison, la fameuse Rêverie dépasse à peine deux minutes alors qu'avec Claudio Arrau elle en atteint trois dans son enregistrement au disque pour Philips en 1974.
Ceci est à mettre en corrélation avec une absence totale d'alanguissement romantique, hors de propos pour Kovacevich.


Dès le no. 1, le phrasé lisse semble corrompu. Rien ne coule de source. La recherche du beau son est absente. Des pièces supposées "tendres" comme L'Enfant supplie, Rêverie ou L'Enfant s'endort se réfèrent davantage à un monde d'adulte qu'à une jeunesse innocente. L'intention descriptive n'a pas la parole et transforme les moments d'excitation infantile en inquiétudes (Colin-Maillard, Chevalier sur le cheval de bois, Croque-mitaine).
Innocence, délicatesses transparentes et mièvreries infantiles n'ont pas de place ici.

L'enfance selon Stephen Kovacevich est une enfance perdue.Aussi, son jeu pianistique va montrer son vrai visage dans les très fameuses Variations Diabelli de Beethoven.

Il devient de fait très intéressant de suivre le pianiste dans ce répertoire qui lui va si bien et pour lequel il semble fait.
Comparables à son interprétation splendide, bien que méconnue, des 32 sonates du maître de Bonn, les 32 variations lui offrent un terrain semé de contrastes, de brisures, d'élans fougueux, de rage et d'ironie.
L'opération de destruction en règle de la simplette Valse de Diabelli est prise à bras-le-corps. La fougue iconoclaste correspond bien à l'esprit de Beethoven. Grossir globalement le trait, éviter toute intellectualisation hors sujet tout en restant dans une cohérence totale fuyant la gratuité du geste témoigne d'une interprétation réellement engagée.



Stephen Kovacevich ne se cache ni derrière la partition ni derrière le respect dû au maître.
Faisant fi de la convention, il ose, et fait entendre l'imprévisible, pour notre plus grand bonheur.
La Cinquième Bagatelle de l'opus 126 offre un peu de détente et clôt comme un clin d'œil cette belle prestation. La mise en images privilégie les gros plans sur l'interprète, sur ses petites mains aux doigts légèrement tremblants, et sur son visage, concentré et peu expressif, tourné sur le clavier.
Quelques zooms rythment l'ensemble.

On l'entend même murmurer, surtout dans Beethoven, et taper parfois du pied comme pour donner encore plus d'énergie et d'allant au texte.

La qualité de cette captation fait de nous un spectateur privilégié.

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du DVD

Quatre bandes-annonces. (Stéréo DD)

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Le Festival de Verbier, désormais assez présent au catalogue DVD, est connu pour ses éclairages de concerts sophistiqués dans lesquels bleu et orange s'inscrivent avec art.

Ce mariage assez High-Tech est parfaitement rendu ici, allié à une précision quasi chirurgicale sur les gros plans de visage et de mains.
Les noirs profonds permettent un jeu de contrastes splendides qui participent à une mise en images de haut niveau et un intérêt visuel renouvelé.
À noter : Il est fort regrettable que le passage à la seconde couche du DVD se produise juste avant la transition entre les 16e et 17e variations, interrompant à la fois le geste et la musique.

Son

La piste stéréo offre une très bonne clarté et une précision qui permet d'apprécier tant la qualité de toucher du pianiste que la réverbération naturelle de l'église de Verbier.
Le mix 5.1 DD place le piano légèrement en retrait tout en l'inscrivant dans une dimension plus profonde.
Mais c'est avec la piste DTS plein débit, d'un niveau un peu plus élevé, que la présence de l'instrument atteint sa vérité alors qu'en parallèle se détaillent les harmoniques avec richesse.
Ce format sonore convient au mieux aux nuances pianistiques.

Note technique : 9/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Festival de Verbier
Johann Sebastian Bach
Ludwig van Beethoven
Robert Schumann
Stephen Kovacevich

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.