DVD Jaquette de : Rigoletto - Dresden

Distribution

Interprètes
  • Juan Diego Flórez
    Il Duca di Mantova
  • Željko Lučić
    Rigoletto
  • Diana Damrau
    Gilda
  • Markus Marquardt
    Il Conte di Monterone
  • Markus Butter
    Il Conte di Ceprano
  • Kyung-Hae Kang
    La Contessa di Ceprano
  • Matthias Henneberg
    Marullo
  • Olivier Ringelhahn
    Borsa
  • Georg Zeppenfeld
    Sparafucile
  • Christa Mayer
    Maddalena
  • Angela Liebold
    Giovanna
  • Dominik Licht
    Un usciere di corte
  • LinLin Fan
    Un paggio
  • Choir of the Sächsische Staatsoper Dresden
Mise en scène
Nikolaus Lehnhoff
Chorégraphie
Denise Sayers
Orchestre
Sächsische Staatskapelle Dresden
Chef d'orchestre
Fabio Luisi
Réalisation
Andreas Morell
Origine
Sächsische Staatsoper Dresden Semperoper
Année
2008

Informations techniques

Durée
137'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Virgin Classics
Distributeur
EMI Classics
Date de sortie
20/09/2010

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.0 DTS mi-débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français
•  Italien

Rigoletto - Dresden DVD

Note générale : 10/10

Giuseppe Verdi

Opéra


De nombreuses versions du Rigoletto de Verdi figurent déjà au catalogue DVD d’aujourd’hui, et pas des moindres : Pavarotti, Domingo, Gobbi, Carlos Alvarez, Cotrubas ou Gruberova se partagent les affiches les plus riches. Autant dire que la bataille en concurrence n’est pas gagnée d’avance. Voyons ce qu’il en est avec la présente production de Dresde.

 

Le Sächsische Staatsoper Dresden Semperoper.


Le Semperoper de Dresde est attachant à plus d’un titre. D’abord il constitue en Allemagne comme en Europe, un des hauts lieux de l’art lyrique. Jouissant de la présence prestigieuse de l’Orchestre de la Staatskapelle, l’institution a, de tout temps, été garante de la plus haute qualité musicale. Le bâtiment sera sauvé à plusieurs reprises de la destruction, d’abord, par le feu, peu après sa construction en 1869, puis en 1945 par les bombes de la Seconde Guerre mondiale, et encore par les inondations du siècle en 2002. C’est à croire que le sort s’acharne sur cette salle magnifique, accessible à tous, de l’Est comme de l’Ouest, depuis la chute du mur de Berlin.
La programmation y est fort classique et comprend les grands chefs-d’œuvre du répertoire opératique allemand, italien et français, et de celui du ballet. Mozart, Strauss, Wagner, Bizet et Tchaïkovsky figurent inlassablement à l’affiche et Verdi et Puccini à peine plus rarement, ce qui est naturel quand on sait combien le public allemand se montre connaisseur et friand du répertoire italien du XIXe siècle.

Željko Lučić (Rigoletto).C’est donc avec Rigoletto qu’on entre ici dans les murs de la grande salle. Ouvrage quasi central au sein du catalogue de son auteur, il l’est aussi par la grande maturité de son langage, requérant à la fois les ressources du beau chant, un sens dramatique profond et de la virtuosité vocale. Les trois personnages principaux incarnent cette maturité, ainsi les rôles de Rigoletto, du Duc de Mantoue et de Gilda sont-ils aussi périlleux vocalement que complémentaires dans l’architecture musico-théâtrale de l’ouvrage.

La présente distribution de Dresde atteint pratiquement la perfection. Le Rigoletto du baryton serbe Željko Lučić a tout pour lui : un timbre percutant et richissime en harmoniques, un phrasé au souffle inépuisable, une puissance vocale redoutable, une diction digne de celle de Capuccilli ou de Bruson, un legato moelleux et sans faille. Ajoutons qu’en plus de tout cela, loin de caricaturer le bouffon Rigoletto, il lui apporte par une personnification habitée et sincère - le regard ne trompe pas - une incroyable dimension. Son jeu, qu’implique la belle mise en scène, est nourri de cette force noire qui traverse de part en part le chef-d’œuvre de Verdi. L’artiste ne ménage pas sa force spontanée et devra, comme on le redoute à plusieurs reprises où ses moyens sont sollicités presque jusqu'à rupture, savoir s’économiser jusqu’au bout s’il veut préserver ses qualités vocales exceptionnelles sur le long terme.

Juan Diego Flórez (Le Duc de Mantoue). Le Duc de Juan Diego Flórez possède lui aussi le naturel et le spontané qui caractérisent le rôle et qui en font, quand on en domine l’art comme c’est le cas ici, une splendeur vocale inégalée. Lieu commun que de louer la classe de l’artiste péruvien ; il conjugue la beauté vocale incomparable de son chant à une présence scénique dense, d’une suprême élégance que, de surcroît, son physique avantageux confirme. Égal à lui-même dans son art de maîtriser la phrase musicale, la projection sonore de ce timbre au vibrato singulier, serré et ardent, caractérise sa typologie vocale. Ce profil particulier le laisse aujourd’hui pratiquement sans rival, depuis la disparition d’Alfredo Kraus, dont il n’a toutefois pas encore l’insolente splendeur. Plus que dans son air d’entrée "Questa o quella", son duo avec Gilda à l’Acte I scène 3 "E il sol dell’ anima" est un des sommets de la présente captation. L’un comme l’autre s’acquittent avec insolence de la virtuose cabalette "Addio, addio" qui suit, et se conclut avec flamme sur un splendide et "facile" contre-ré bémol !

Le beau Sparafucile de Georg Zeppenfeld impressionne par la maîtrise du rôle et par l’éclat de sa plastique vocale. Son timbre puissant et stable déborde de richesses harmoniques et confère une impressionnante présence au bandit.

 

Diana Damrau (Gilda).


Diana Damrau en Gilda constituerait à elle seule la bonne raison de voir ce programme de toute urgence ! On se dispute, aujourd’hui et un peu partout, les places des salles où elle se produit. Au sein de cette superbe distribution, la cantatrice germanique est dans un excellent jour ! Elle ajoute à la tessiture quasi-colorature du rôle, une présence de chair par son timbre et par ses qualités de phrasé - et quelles nuances ! - aussi exceptionnels l’un que l’autre. Le célèbre "Caro nome" de l’Acte I est loin d’être l’unique moment de bonheur musical de la soirée, il est insolent de beauté sonore et expressive. Le public se réveille enfin et réserve ici à la représentation pourtant déjà bien entamée, un accueil chaleureux. Oui, nous sommes à Dresde, pas à Londres ni à Buenos Aires… Diana Damrau s’impose comme une artiste exceptionnelle avec laquelle toutes les scènes du monde comptent désormais. La bouleversante scène finale et son ultime "Lassù in Cielo" parachèveront de convaincre les plus récalcitrants.

Željko Lučić.La mise en scène de Nikolaus Lehnhoff allie une relative efficacité au classicisme. Le jeu de chacun est élaboré sans surprise, et souligne les traits dominants, sinon évidents, des personnages. Mais reconnaissons qu’il s’en dégage une incontestable authenticité dramatique. Lehnhoff atteint toutefois ses limites avec plusieurs gestes libidineux déplacés du Duc qui ne suffisent pas à eux seuls, à caractériser l’audace du personnage. Alors que le décor encadre l’ensemble de métaphores appropriées (les grilles d’une prison après l’enlèvement de Gilda), on s’habituera au noir et au sombre des éléments masculins et à ceux colorés qui entourent Gilda.


La direction de Fabio Luisi souligne à plusieurs reprises le raffinement de la partition de Rigoletto. Peut-être au passage Luisi en perd-il un peu le feu et la spontanéité mais il est vrai que l’ouvrage donne autant sur les deux tableaux. Le chef dirige un des meilleurs orchestres du monde, sinon le plus ancien, et la Staatskapelle de Dresde rivalise ici de beautés sonores en se gardant de tout excès tapageur.

Mais ce sera avant tout pour une distribution vocale exceptionnelle que ce Rigoletto remportera nos suffrages et se devra de figurer parmi les toutes meilleures places de toute vidéothèque verdienne digne de ce nom.

Gilles Delatronchette

Suppléments du DVD

Aucune.

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Des noirs d'encre, de beaux contrastes et des couleurs saturées (parfois un peu trop) nous permettent d'assister à un spectacle visuellement très riche. Certains éclairages de plateau passent néanmoins assez mal et apportent une légère surexposition aux visages. Quant à la définition de bonne facture, elle nous fait regretter une fois de plus que le support Blu-ray ne soit toujours pas au programme de Virgin Classics.

 

Son

La piste stéréo, savamment réverbérée, fait la part belle aux voix mais néglige quelque peu l'orchestre. Une impression de lointain nous éloigne ainsi parfois de la scène.
Avec le mixage multicanal, les voix, toujours assez réverbérées, paraissent néanmoins plus proches de nous en même temps que la fosse gagne en présence, révélant immédiatement une richesse insoupçonnée. Mais, à haut niveau, l'écoute devient assez fatigante en raison de cet écho quasi-permanent qui enrobe les chanteurs.

 

Note technique : 7/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.