DVD Jaquette de : O, Fortuna ! - Carl Orff & Carmina Burana

Distribution

Interprètes
  • Gwyneth Jones
  • Susan Chilcott
  • Robert Johnston
  • Roland Hermann
  • The Bayerischer Radio Symphony Orchestra Choir
Orchestre
The Bayerischer Radio Symphony Orchestra
Chef d'orchestre
Donald Runnicles
Réalisation
Tony Palmer
Origine
Grande-Bretagne
Année
2008

Informations techniques

Durée
116'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Digital Classics
Distributeur
Codæx France
Date de sortie
25/03/2010

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
VO stéréo DD
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français
•  Italien

O, Fortuna ! - Carl Orff & Carmina Burana DVD

Note générale : 6/10

Carl Orff

Film  - Documentaire


Le compositeur Carl Orff constitue un cas très particulier : celui d’être devenu et de demeurer célèbre quasi exclusivement grâce à une seule de ses œuvres, Carmina Burana.
C’est en tout cas ce que le grand public en retient…

 

Sentiment très partagé à l’issue du film-documentaire sur Carl Orff réalisé par Tony Palmer.
Sur le film tout d’abord, qui ne nous renseigne pas au cours de son déroulement, sur les œuvres musicales qu’on y entend.
Certes, chacun reconnaîtra Carmina Burana, mais en revanche pas nécessairement Orpheus ou Catulli Carmina dont on voit des images de concert.
La musique n’est donc pas traitée alors qu’elle est bien l’élément constitutif du portrait, puisqu’il s’agit d’un compositeur.


Rien n’explique davantage l’abondance d’images de femmes nues aux poses lascives - seules ou en duo -, car il ne s’agit pas, qu’on sache, de chorégraphies.
Plus loin les sous-titres attribués à quelques pages de Carmina Burana sont eux aussi, quelque peu fantaisistes.
Le film nous laisse en outre un goût incertain, entre rejet de la personnalité fort peu sympathique du compositeur et un intérêt relatif vis-à-vis d’un auteur dont une seule œuvre - Carmina Burana - portera le nom au-delà des frontières.
Tout le monde s’accorde à reconnaître son originalité, sa créativité même, de type néo-baroque (Stravinsky dira "néo-neandertal") mais, à la vue du film de Tony Palmer tout cela ne nous attache guère au personnage qui, selon ses propres dires, n’aime personne à part… la Bavière (sic), où furent trouvés les textes du XIIIe siècle à l’origine des Carmina Burana.


Cela n’est pas une découverte, non plus, d’entendre qu’Orff fût le compositeur officiel du IIIe Reich après en avoir été tout d’abord rejeté, et qu’il a su en tirer avantage.
Il ne s’est jamais montré réservé et encore moins opposant à son égard.
Il semble d’ailleurs, sur la fin de sa vie, en nourrir de profonds mais tardifs regrets.
D’autres artistes, à la même époque, d’éminents chefs d’orchestre, des chanteurs, des orchestres, ont eux aussi été proches du régime ; d’autres encore ont quitté leur pays ou ont pu, grâce à leur importante notoriété, sauver des vies en aidant par exemple, à la fuite de collègues juifs ou opposants vers la Suisse, la France ou l’Amérique.
Malheureusement Orff n’a rien fait qui puisse sauver son ancien ami Kurt Huber, torturé puis exécuté pour faits de résistance en juillet 1943.
Dans le film, le témoignage poignant de sa veuve est bouleversant d’amertume.
Mais on reste plus que dubitatif sur cette lettre de repentance post mortem qu’Orff adressera au défunt.
On s’interroge même sur sa signification profonde…
Au terme de la Guerre, Orff comparaîtra devant un tribunal de dénazification et devra s’expliquer sur son ambition jadis avouée, de devenir le Reichminister de la musique à l’issue de la "victoire finale".


Carl Orff.Reste le musicien, le compositeur, le pédagogue que fut Carl Orff.
On aura vite constaté que son écriture musicale répond avant tout à un système aussi archaïque que bien rodé.
Son indéniable efficacité se base notamment sur un langage de type néo-grégorien, habilement autant que simplement harmonisé, et sur la répétition de sections scandées - presque toujours 3 fois - de cellules rythmiques simples.
Carmina Burana (1937) en est l’exemple abouti et deviendra, pour ce qui le concerne, mais aussi ses ayants droit et son éditeur, une véritable manne financière.
Menu d'accueil du DVD.L’ouvrage constituera en tout cas, un incontournable du répertoire choral classique.
On reconnaît la rutilance de son orchestration, le sens brillamment organisé de sa construction, de ses richesses mélodiques parfois incomparables (n° 22, In trutina).
Cela ne suffit pourtant pas à faire de son auteur un génie, loin s’en faut.
Son œuvre, au cours de sa production, ne comporte pas de signes d’évolution ; son axe compositionnel s’établit autour d’un vif intérêt pour la musique de la renaissance (italienne notamment) autant que pour les particularités des langues utilisées, du rythme et du geste musical.
C'est sur cet axe qu'Il basera d’ailleurs la théorie de sa démarche pédagogique, en concevra le concept didactique à l’origine des Orff-Schulwerk, appelés aussi Méthode musicale Orff.
Celle-ci sera loin de manquer de pertinence et remportera quelque succès.

Le film retrace l’essentiel du parcours artistique du compositeur mort en 1982, sans jamais en dessiner le profil parmi ses contemporains, à l'exception de Richard Strauss, avec lequel il ne peut en aucun cas se mesurer.
S'il demeure à ce titre relativement incomplet, il présente sans aucun doute l’intérêt d’être le seul document accessible de ce type sur Carl Orff.
On pourra donc s'en contenter…



Retrouvez la biographie de Carl Orff sur le site de notre partenaire Symphozik.info.

 

Gilles Delatronchette

Suppléments du DVD

Aucune.

Critique Images et Son du DVD

Images

L'assemblage de documents anciens souffrant de très nombreux défauts et de captations plus récentes se comprend tout à fait dans le cadre d'un tel documentaire.
Les images récentes bénéficient d'une propreté satisfaisante et de contrastes performants.
Les couleurs des captations de concerts sont en revanche souvent bien trop saturées et paraissent peu naturelles.

Son

Une stéréo correcte, sans plus.
Si les voix parlées passent très bien, les forte musicaux sont à la limite de la désagréable saturation.

Note technique : 6/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Tests récents 

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.