SACD Jaquette de : Zubin Mehta : Mahler - Symphonie No. 5

Distribution

Interprètes
  • Andreas Ötti
    Trompette
  • Johannes Dengler
    Corno obligato
Orchestre
Bayerisches Staatsorchester
Chef d'orchestre
Zubin Mehta
Origine
Bayerische Staatsoper
Année
2008

Informations techniques

Durée
72'
Nombre de disques
1
Éditeur
Farao Classics
Distributeur
Intégral Distribution
Date de sortie
12/10/2009

Vidéo

Audio

Version(s) sonore(s)
5.0 DSD
Stéréo DSD
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Aucun

Zubin Mehta : Mahler - Symphonie No. 5 SACD

Note générale : 6/10

Gustav Mahler

Concert


En dépit d’un orchestre exceptionnel Zubin Mehta, dont on connaît deux enregistrements précédents à cette Cinquième Symphonie (Israël Philharmonic chez Decca, New York Philharmonic chez Teldec), ne renoue pas avec la réussite absolue de la Seconde Symphonie "Résurrection".

 

Le présent enregistrement est une vraie réussite pour ce qui est de la qualité de la prise de son, chose jamais facile avec l’orchestre de Mahler. En effet, avec la Cinquième Symphonie, le compositeur aborde une maturité tant du traitement textuel de son langage que de celui de l’orchestre aux proportions géantes et sonores.

L’enregistrement live est d’une clarté limpide et ne présente aucun excès, aucun manquement au moindre détail dont le compositeur est si riche.
On regrette d’emblée qu’il n’en soit pas de même pour l’interprétation du chef dont on a salué l’excellence, à propos de nombreux enregistrement réalisés sous sa baguette. Y compris chez Mahler, avec la plus belle Résurrection de la discographie, qu’il a réalisée chez Decca en 1975 avec le Philharmonique de Vienne.

La Marche funèbre initiale nous fait immédiatement entendre cet orchestre magnifique où règne une totale homogénéité à l’intérieur de chaque pupitre, notamment chez les cuivres. Cette clarté est assez représentative du style de Mehta, un chef dont la technique de direction est incroyablement précise et lisible. On constate assez vite aussi, en dépit d’une perfection d’interprétation sur laquelle rien n’est critiquable, une nette distance entre le texte et le chef. Son manque d’engagement est flagrant ici et n’est pas conforme à ce qu’on est en droit d’attendre d’une telle partition.
Curieusement, quand on connait le tempérament souvent enflammé de Zubin Mehta, le second mouvement - Stürmisch bewegt - Orageusement animé - n’est que bien peu… orageux. En effet, le chef ne l’aborde ni dans la fureur ni dans le grondement tellurique qui le caractérise. Partant, l’écriture apparaît presque banale ou ne nous surprend guère, contrairement à ce que Mahler concevait probablement. Poussant à l’extrême notre opinion, on dira qu’on s’y ennuie presque.

Le mouvement 3, le Scherzo, est sans double plus réussi. On y retrouve une volonté de confronter les éléments véhéments qui en constituent le matériau thématique et qui le structurent. On retrouve avec plaisir l’énergie qui jusque-là faisait trop souvent défaut : l’orchestre est plus virtuose que jamais et suffit à lui seul à nous ravir là où la symbiose entre la partition et le jeu inouï des pupitres devrait en être la cause.

L’Adagietto est enfin digne du chef qu’on admire tant, rappelons le, dans les grandes pages de la musique romantique. Il y dose si subtilement les emportements émotionnels et la seule force souveraine de la partition sans jamais tomber dans un excès coupable.
Zubin Mehta est ici plus impliqué, comme si, seulement à cette étape de l’ouvrage, il entrait en religion avec lui.

Enchaîné, le Rondo-finale, une des rares pages heureuses et solaires de la symphonie chez Mahler (avec celles de la Symphonie n° 3), nous régale à nouveau de la splendeur de cet orchestre, servi nous le répétons par une prise de son idéale, où tout s’entend et où jamais la masse sonore impressionnante de l’orchestre mahlérien n’est écrasée.

Pour le régal d’entendre un si bel orchestre en direct, si bien enregistré, bien plus que pour cette Cinquième Symphonie, ce SACD trouve son mérite mais hélas pas vraiment sa place au sein d’une discographie si riche d’interprétations autrement plus convaincantes.





À noter : Ce SACD hybride est compatible avec tous les lecteurs de CD. Pour bénéficier des pistes multicanales et stéréo encodées en DSD, il faut utiliser un lecteur SACD.

Gilles Delatronchette

Suppléments du SACD

Contient un livret en anglais et allemand, mais pas en français.

 

Critique Images et Son du SACD

Images

Le format SACD ne comporte aucune piste vidéo.

Son

Les ingénieurs du son Andreas Caemmerer et Felix Gargerle livrent ici un enregistrement assez extraordinaire. L'aération est prodigieuse sans jamais léser tel ou tel autre pupitre, résultat d'un mixage maîtrisé avec art. La dynamique est exemplaire et rend tout à fait justice aux écarts qui caractérisent l'œuvre. Les cuivres si importants sonnent avec panache sans aucune acidité et sans nuire à la perception de l'orchestre lorsqu'ils sont placés au premier plan de la scène sonore.


En multicanal 5.0, l'orchestre prend une dimension large devant l'auditeur tandis que les surround créent une ambiance acoustique réaliste et parfaitement à sa place au regard de l'écriture malhérienne. La non-utilisation du canal de graves est en revanche un mystère.

 

La piste stéréo DSD est remarquable mais ne parvient pas à rendre avec autant de brio la profondeur des plans. De fait, elle délivre une image sonore plus plate, comparée à la piste 5.0 si musicale. Elle est en outre encodée à un niveau un peu trop bas.

 

La stéréo PCM s'avère riche et nerveuse mais légèrement compacte. Là encore, les cuivres ressortent à la perfection.

 

Note technique : 9/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.