DVD Jaquette de : Les Vêpres siciliennes

Distribution

Interprètes
  • Alejandro Marco-Buhrmester
    Guy de Montfort
  • Jeremy White
    Le Sire de Béthune
  • Christophe Fel
    Le Comte de Vaudremont
  • Burkhard Fritz
    Henri
  • Balint Szabo
    Jean Procida
  • Barbara Haveman
    Duchesse Hélène
  • Livia Ághová
    Ninetta
  • Fabrice Farina
    Daniéli
  • Hubert Francis
    Thibault
  • Roger Smeets
    Robert
  • Rudi de Vries
    Mainfroid
  • Barbara Spitz
    Barbara Nota (Ballet)
  • Adam Ster
    Henti Nota (Ballet)
  • Richard Gittins
    Frédéric d'Autriche (Ballet)
  • Katharina Wunderlich
    Hélène d'Autriche (Ballet)
  • Samon Presland
    The Young Montfort (Ballet)
  • Chorus of the Netherlands Opera
Mise en scène
Christof Loy
Chorégraphie
Thomas Wilhelm
Orchestre
Netherlands Philharmonic Orchestra
Chef d'orchestre
Paolo Carignani
Réalisation
Lisjel Vermeiren
Origine
Het Muziektheater, Amsterdam
Année
2010

Informations techniques

Durée
185'
Nombre de disques
2
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Opus Arte
Distributeur
DistrArt Musique
Date de sortie
12/10/2011

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.0 DTS plein débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français

Les Vêpres siciliennes DVD

Note générale : 6/10

Giuseppe Verdi

Opéra


Les Vêpres siciliennes ne font pas partie des œuvres régulièrement montées sur les grandes scènes internationales. Nous accueillons donc avec curiosité cette version du Nederlandse Opera enregistrée au Het Muziektheater d'Amsterdam en 2010. Barbara Haveman, Livia Ághová et Burkhard Fritz sont en tête d'une distribution mise en scène par Christof Loy et dirigée par Paolo Carignani. Les DVD et Blu-ray de cette captation sont édités par Opus Arte.

Scène des <i>Vêpres siciliennes</i> mises en scène par Christof Loy.  Photo © Monika Ritterhaus

 

Les Vêpres siciliennes ont du mal à trouver leur place dans le corpus verdien : écrit en français pour Paris, cet opéra suit chronologiquement la fameuse trilogie à succès - Rigoletto, Le Trouvère et La Traviata - dont il pâtit, et précède Simon Boccanegra. Verdi renouvellera cette expérience française avec Don Carlo, mais beaucoup plus tardivement. Avec Les Vêpres, il s'efforçait de trouver sa place dans le monde du "grand opéra" français qui servait de modèle pour le monde entier au milieu du XIXe siècle. Pour cette raison, le français et le ballet formaient un passage obligé, peu évidents pour le compositeur.

Le metteur en scène Christof Loy.Adapter aujourd'hui un grand opéra historique multiplie les problèmes qui se posent au metteur en scène. Dans cette version d'Amsterdam, Christof Loy évacue les armures et accessoires de l'an 1282, date à laquelle est censée se dérouler l'action. L'actualisation est une quasi nécessité dans ce cas précis, ce que n'a pas manqué de faire Christof Loy. Mais elle touche uniquement les costumes car de décor, il n'y a point, hormis pour accompagner le ballet de l'Acte III et une partie de l'Acte V. L'austérité atteint son paroxysme lorsque les artistes chantent devant un rideau rouge lors de certaines scènes. Quelques projections vidéo sur le mur illustrent les interludes orchestraux.

Bien souvent dans pareil cas, les interprètes ont du mal à trouver leur place et à s'investir dans leur rôle, et c'est ce qui se produit ici, atténué cependant par la présence des chœurs dont l'importance est énorme et qui remplissent l'espace scénique. Le chorégraphe Thomas Wilhelm a su les animer avec adresse, les considérant comme un personnage à part entière, ce qu'ils représentent effectivement.

 

Le ballet des <i>Vêpres siciliennes</i>, chorégraphie de Thomas Wilhelm. Photo © Monika Ritterhaus

 

On portera une attention toute particulière à l'insertion du fameux ballet intitulé Les Quatre Saisons. Si la musique ne brille pas par son originalité, force est de reconnaître que sa traduction contemporaine se montre audacieuse et assez réussie. Le chorégraphe Thomas Jonigk a pensé ce passage obligé comme une histoire dans l'histoire, permutant la chronologie en racontant la jeunesse d'Henri, ami d'enfance de Frédéric et Hélène d'Autriche, de sa mère et du jeune Montfort. Les danses apportent un humour et une légèreté bienvenus, malheureusement non dénués de caricatures grossières : le Français avec son béret et sa baguette de pain sous le bras, l'Italienne et ses seins tombants, son fichu et ses plats de pâtes ! Le spectacle est donné aux Pays-Bas, ne l'oublions pas…

Mise en scène et chorégraphie épuisent ainsi bien vite leurs faibles cartouches. Seules quelques idées dynamisent quelque peu un morne déroulement : l'humiliation des Siciliennes, l'installation du couple Henri/Hélène où celle-ci apparaît enceinte tandis que son mari pousse un landau.

Alejandro Marco-Buhrmester et Burkhard Fritz.De plus, regrettons-le, la distribution vocale ne parvient pas à remonter le niveau.
Le rigide Guy de Montfort d'Alejandro Marco-Buhrmester peine visiblement et maîtrise mal un vibrato constant. Le tyran sanguinaire et sadique impressionne uniquement parce qu'on nous persuade, mais jamais le chanteur, bien trop sage, ne parviendra à émouvoir. Burkhard Fritz campe un Henri pas plus crédible à la voix étriquée, blanche et vite saturée. Certes, le politique prend sempiternellement le pas sur l'affectif dans Les Vêpres siciliennes, mais le duo d'amour entre Henri et Hélène laisse bien trop indifférent.

Barbara Haveman.  Photo © Monika Ritterhaus

 

Là encore, aucune passion, aucun feu ne transparaît. La posture de Barbara Haveman n'incite effectivement pas à se jeter à ses pieds : la voix, froide à l'Acte I, prendra pourtant son essor à partir de l'Acte II dans un duo assez réussi avec Henri et son air à l'Acte IV sera franchement bien mené, avant un final qui fera entendre de beaux forte aigus. La puissance est là mais pas la fougue patriotique - son appel au soulèvement au tout début de l'opéra n'incite pas à se révolter contre l'occupant - et encore moins le désir amoureux, sauf aux derniers moments où enfin la chanteuse devient actrice. Jean Procida, l'agitateur, ne s'impose pas mieux, ni scéniquement, ni vocalement.
En revanche, on signalera l'effort porté sur une bonne prononciation globale du français, certes non dénuée de certains accents, mais compréhensible y compris dans les chœurs, ce qui est assez exceptionnel.

Paolo Carignani dirige le Netherlands Philharmonic Orchestra comme il peut avec une partition difficile à rendre vivante, empêtrée dans les académismes obligés et son livret de Scribe, véritable tâcheron de l'écriture opératique au kilomètre.

On se montrera en définitive globalement déçu devant ces Vêpres siciliennes pourtant bien rares : des voix en retrait d'où rien ne sort réellement, un jeu scénique des solistes quasi inexistant, et une partition qui est loin de résonner à l'image des chefs-d’œuvre du maître italien. Jamais nous n'aurons ici le frémissement émotionnel attendu lorsqu'on se rend à l'opéra…


Le chef d'orchestre Paolo Carignani.




À noter :
Le DVD 1 contient les Actes I, II et III (116'01) ;
le DVD 2, les Actes IV et V (68'35).





Lire le test du Blu-ray des Vêpres siciliennes

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du DVD

En hollandais stéréo PCM, avec des sous-titres français, anglais, allemands et espagnols :
- Une dynamique introduction aux Vêpres siciliennes nous invite aux répétitions des chœurs tant au niveau musical que chorégraphique et à celles du ballet, pour lequel est justifié le choix artistique en contre-pied de son rôle dans le grand opéra français. (Sur le DVD 2 - 23')
- Photos de la distribution. (Reprises sur les 2 disques)

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Ce très beau master d'origine HD diffuse de somptueux contrastes basés sur des noirs profonds et une excellente luminosité des sujets éclairés. Les couleurs sont naturelles et les contours bien découpés. La précision se montre en outre excellente sur les plans rapprochés, mais plus en retrait sur les ensembles, ce qui est conforme à ce que l'on peut attendre de ce DVD très soigné.

Son

L'excellente piste stéréo propose un bel équilibre entre la fosse et la scène, une dynamique impeccable et une ouverture assez spectaculaire. L'ensemble très bien séparé respire de façon fort plaisante.
Le mixage 5.0 (et non 5.1 comme le prétend la jaquette) bien nourri en graves malgré l'absence du caisson de basses, permet de bien mieux profiter des voix et accentue leur lisibilité sans user d'artifice. L'orchestre gagne également en étoffe, tandis que la scène surround participe à une immersion de bon aloi.

Note technique : 10/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Christof Loy
Giuseppe Verdi
Les Vêpres Siciliennes

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.