DVD Jaquette de : Il Barbiere di Siviglia (DiDonato, Flórez)

Distribution

Interprètes
  • Joyce DiDonato
    Rosina
  • Pietro Spagnoli
    Figaro
  • Juan Diego Flórez
    Count Almaviva
  • Alessandro Corbelli
    Doctor Bartolo
  • Ferruccio Furlanetto
    Don Basilio
  • Changhan Lim
    Fiorello
  • Jennifer Rhys-Davies
    Berta
  • Bryan Secombe
    Ambroglio
  • Christopher Lackner
    Officer
  • Andrew Macnair
    Notary
  • Royal Opera Chorus
Mise en scène
Moshe Leiser, Patrice Caurier
Orchestre
Orchestra of the Royal Opera House
Chef d'orchestre
Antonio Pappano
Réalisation
David Stevens
Origine
Royal Opera House - London
Année
2009

Informations techniques

Durée
177'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone 2
Éditeur
Virgin Classics
Distributeur
EMI Classics
Date de sortie
31/05/2010

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS Plein débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français
•  Italien

Il Barbiere di Siviglia (DiDonato, Flórez) DVD

Le Barbier de Séville (DiDonato, Flórez)

Tutti ovation

Note générale : 9/10

Gioacchino Rossini

Opéra


Une représentation pas comme les autres dans la mesure où, après une chute durant la Première de l'opéra, la soprano Joyce DiDonato a été contrainte de donner les spectacles suivants en chaise roulante.
Un aléa qui a finalement permis à tous les interprètes de se dépasser.

 

Certes, les conditions de cette production ne furent pas très orthodoxes, et les producteurs de ce DVD ne se sont pas privés pour insister plutôt lourdement sur cet aléa propre à fournir une manne promotionnelle considérable.
Nous aurions sans doute passé rapidement sur cette aventure si elle n'avait pas stimulé les déjà remarquables interprètes de ce Barbier d'une manière aussi inattendue que louable.

Autour de Joyce DiDonato en fauteuil roulant après être tombée en pleine représentation (de gauche à droite) : Pietro Spagnoli, Antonio Pappano, Juan Diego Flórez et Alessandro Corbelli. © 2009 ROH-Neil Gillespie-Virgin ClassicsTout d'abord, du point de vue de la mise en scène, Joyce DiDonato explique fort bien dans sa présentation qu'il a fallu que les chanteurs trouvent par eux-mêmes de nouvelles solutions scénographiques pour intégrer et surtout donner une vie particulière à son fauteuil roulant.
De fait, cette contrainte supplémentaire permet à l'interprète de vivre véritablement le sentiment d'emprisonnement de Rosine dans la maison de son père, donnant à son personnage une crédibilité toute particulière à travers une implication impressionnante.

Vocalement aussi, la performance est incroyable. Avec quelques serviettes salutaires et quelques mouvements de bras, la soprano a pu libérer sa colonne d'air et nous offrir l'un des plus beau "Una voce poco fa" de la discographie. Une aisance ahurissante, au service d'une justesse, d'une élégance du phrasé et d'une conviction qui font qu'aucune note n'est anodine, que chaque trait, chaque vocalise revêt un véritable sens dramatique, une puissance inédite.

L'autre point d'importance de cette soirée était la présence de Juan Diego Flórez, étoile montante du petit monde de l'opéra, dans le rôle du Comte Almaviva.
Tout comme dans La Sonnambula, la voix du chanteur-vedette met un peu de temps pour se chauffer et prendre son timbre de croisière, mais l'on n'est finalement pas déçu par cette version exhaustive de la partition du ténor, qui va de pair avec une implication sans faille.




 

Pietro Spagnoli.Mais la présence de la star ne saurait occulter la performance notable de Pietro Spagnoli, qui constitue à n'en pas douter l'autre sommet de cette version.
Il campe un Figaro idéal, drôle et parfaitement solide vocalement.
Là encore, avec lui, rien n'est gratuit.
À l'image de l'ambition des metteurs en scène, tout est au service de l'histoire, à commencer par un timbre idoine, une diction parfaite et un charisme irrésistible.
À croire que le rôle a été écrit pour lui !



N'oublions pas non plus les seconds rôles, à commencer par les Bartolo et Basilio d'Alessandro Corbelli et Ferruccio Furlanetto, qui traitent au premier degré leurs personnages, ce qui leur confère un humour totalement convainquant dans les situations burlesques où on les retrouve.
Sans compter leurs performances vocales aux timbres riches et chaleureux.

Final de l'Acte I. © 2009 ROH-Neil Gillespie-Virgin ClassicsCôté orchestre, il s'agit du premier Barbier d'Antonio Pappano et force est de constater que le directeur musical du Covent Garden a su le lire avec beaucoup de fraîcheur et d'énergie, sans effet gratuit.
Les tempi sont allants, mais pour autant jamais précipités, ce qui permet une parfaite intelligibilité du texte tant vocalement qu'instrumentalement.
Un plaisir de bout en bout qui se double d'une authentique lecture sur le plan musicologique. Les ornements sont revisités, les phrasés sont d'une élégance folle, avec une idée nouvelle à chaque fragment. Les timbres de l'orchestre sont nettement différenciés et se répondent effectivement, tout en sachant se fondre les uns dans les autres quand la partition le demande. Une vraie cure de jouvence, sans jamais renier une certaine maturité.
Antonio Pappano a su marier les contraires dans une vision approfondie, passionnée et pleine de détails, à l'image de la mise en scène, témoin d'une lecture très précise et humaine d'un mélodrame pas si superficiel que cela.

Une référence du genre et un bonheur à l'état pur…

Jean-Claude Lanot

Suppléments du DVD

Plusieurs modules en anglais sous-titré en français, allemand, espagnol et italien sont répartis sur les 2 disques.

- Allez savoir pourquoi, le synopsis est proposé sur le DVD 2 !
- Dans l'Introduction, à regarder avant l'opéra, Joyce DiDonato explique comment elle s'est retrouvée dans un fauteuil roulant.
- Joyce Di Donato s'exprime de façon assez judicieuse et fouillée sur sa vision de Rosina. (6')
- L'interview de Juan Diego Flórez débute assez platement mais prend corps quand il nous parle de son choix d'interpréter l'intégralité de son rôle sans les coupures habituelles. (8')
- Antonio Pappano explique sa fonction au sein de la Royal Opera House et le rôle du chef d'orchestre. (9')
- Les metteurs en scène Moshe Leiser et Patrice Caurier apportent des précisions sur leur approche de l'œuvre et leur compréhension profonde du livret. (14')

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Les couleurs marquées des costumes, oscillant entre les verts, le rose fluo et les rouges flashys, se détachent avec précision sans agresser la vision lorsque l'éclairage le permet.
En revanche ils sont en retrait lorsque la lumière est insuffisante, ce qui est fréquent au regard du nombre de scènes sombres.
Un Blu-ray se montrerait objectivement bien plus à l'aise dans ce contexte.
La définition est honnête et dépend comme il se doit de la luminosité des scènes, comme la profondeur des contrastes.

Son

En DTS, on admirera surtout la captation exemplaire de l'orchestre, avec une image d'ensemble parfaitement équilibrée de laquelle se détache avec naturel chaque famille d'instrument. Les tutti sont bien charpentés, sans excès de basses, tandis que les cordes brillent par leur moelleux et les bois par leur sensualité sans ostentation. La finesse du DTS plein débit s'exprime ici de façon exemplaire. Si le multicanal reste peu exploité, il permet néanmoins de rendre assez précisément l'atmosphère de la Royal Opera House, notamment lors de l'entrée de Figaro par la salle.
C'est du reste au niveau de l'acoustique que se ressent en premier lieu la différence avec l'encodage stéréo, plus impersonnel dans son rapport au lieu, même si les timbres restent bien rendus et la limpidité du signal tout à fait réjouissante.
Mais la tendance à favoriser les aigus vire parfois au son aigrelet exempt de basses qui peut fatiguer sur la durée.

Note technique : 7/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Antonio Pappano

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.