Blu-ray Jaquette de : La Traviata (Netrebko, Villazón - Salzbourg 2005)

Distribution

Interprètes
  • Anna Netrebko
    Violetta Valery
  • Rolando Villazón
    Alfredo Germont
  • Thomas Hampson
    Giorgio Germont
  • Helene Schneiderman
    Flora Bervoix
  • Diane Pilcher
    Annina
  • Salvatore Cordella
    Gastone
  • Paul Gay
    Barone Douphol
  • Herman Wallén
    Marchese d'Obigny
  • Luigi Roni
    Dottore Grenvil
  • Dritan Luca
    Giuseppe
  • Wolfram Igor Derntl
    Domestico di Flora
  • Friedrich Springer
    Commissionario
  • Konzertvereinigung Wiener Staatsopenchor
  • Mozarteum Orchester
Mise en scène
Willy Decker
Chorégraphie
Athol Farmer
Orchestre
Wiener Philharmoniker
Chef d'orchestre
Carlo Rizzi
Réalisation
Brian Large
Origine
Salzbourg, Grosses Festspielhaus
Année
2005

Informations techniques

Durée
133'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
Deutsche Grammophon
Distributeur
Universal Music Classics
Date de sortie
06/06/2011

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Chinois
•  Espagnol
•  Français
•  Italien

La Traviata (Netrebko, Villazón - Salzbourg 2005) Blu-ray

Tutti ovation

Note générale : 10/10

Giuseppe Verdi

Opéra


Cette Traviata enregistrée à Salzbourg en 2005 est tout à fait représentative de la manière dont on conçoit un opéra de nos jours. Tant au niveau des interprètes que de la scénographie, le spectateur voit son attention captée par des chanteurs-acteurs - Anna Netrebko et Rolando Villazón en tête - évoluant dans un décor actualisé, dépouillé mais efficace, d'où ressortent quelques trouvailles et des moments forts parfaitement en phase avec l'esprit de l'œuvre.

Anna Netrebko (Violetta Valery) dans <i>La Traviata</i> de Verdi au Festival de Salzbourg.

 

Rolando Villazón interprète le rôle d'Alfred Germont.Nous avons déjà eu l'occasion de faire l'éloge du ténor mexicain Rolando Villazón dans Don Carlo de Verdi et Roméo et Juliette de Gounod. Tous les aspects que nous avons déjà évoqués se retrouvent dans cette Traviata mise en scène par Willy Decker. On aimera ou pas son extravagance, mais il est juste de reconnaître qu'elle donne une vie au personnage d'Alfredo et que les passions exprimées ne sont en rien hors-sujet.
Le style vocal du ténor est à l'image de ses talents d'acteur : chaque intention reflète à merveille l'amour fou, la joie, le désespoir, la violence et la honte. La gorge est ouverte, la puissance du son indéniable, la couleur de l'ensemble des registres ne présente aucun défaut. L'investissement absolu et contrôlé se tourne vers l'expressionnisme le plus franc, sans chichis ni faux sentiments théâtraux, car le chanteur est comme cela dans la vie courante, comme nous le montrent les suppléments proposés en accompagnement de l'opéra. Qui mieux que lui sait chanter en courant, allongé sur un canapé ou en train de s'habiller ? Bien sûr, cette façon d'investir l'espace scénique nécessite une implication identique des partenaires qui l'entourent car un jeu minimaliste paraîtrait froid et désengagé.

Thomas Hampson interprète le rôle de Giorgio Germont.Comparons maintenant Thomas Hampson dans le rôle de Giorgio Germont, avec son incarnation du même personnage en 2009 dans La Traviata à Covent Garden sous la direction d'Antonio Pappano. Non seulement le chant est plus ferme à Salzbourg en 2005, mais la composition du père austère et glacial qui prévalait en 2009 laisse place à un personnage beaucoup plus impliqué et violent. Ici, certaines répliques hargneuses sont presque parlées, quand certains gestes expriment une violence sans détour. À Salzbourg, le baryton américain incarne un père plus révolté que quémandeur.

 

Anna Netrebko dans <i>La Traviata</i> mise en scène par Willy Decker.

 

On ne peut que faire un éloge sans réserve de la Violetta d'Anna Netrebko. Jamais la soprano russe n'impose un modèle de diva s'accaparant le rôle pour se mettre en valeur. Toute la démarche est au contraire naturelle, en accord avec celle de Rolando Villazón. Le chant est vécu en tant qu’actrice. Une actrice qui joue avec une grande justesse la complexité du personnage aux prises avec la mort, ce dont attestent les nombreux gros plans sur son visage fort bien filmé par les caméras de Brian Large. Qu'elle se présente sur scène très légèrement vêtue, qu'elle s'habille ou se déshabille, là encore en chantant, Anna Netrebko fait toujours preuve de grâce et de simplicité.
Curieusement, durant le dernier Acte de cette production salzbourgeoise, Violetta ne tousse pas, ne crache pas de sang, pas plus qu'elle ne gît sur son lit. Elle se tient debout sur une scène vidée de tout attribut superficiel, et la présence de la soprano suffit largement à habiter la scène. Et quelle voix ! Couleurs à tous les registres, aigus et vocalises parfaitement clairs et timbrés, aucun vibrato, jamais de cris… Assurément, une forme de perfection.

Carlo Rizzi dirige le Wiener Philharmoniker dans <i>La Traviata</i> à Salzbourg.Le Wiener Philharmoniker, orchestre de luxe emporté par la direction très subtile de Carlo Rizzi, participe bien sûr à l'indéniable réussite de cette Traviata. Et l'on aura le plaisir d'entendre ici ou là quelques détails d'orchestration passés souvent inaperçus dans d'autres interprétations, avec notamment une belle mise en valeur au niveau des vents.

Nous l'avons dit, Willy Decker a choisi l'épure pour cette actualisation de La Traviata. Très peu de meubles, une grande porte à battants fondue dans une paroi uniforme légèrement animée par des rainures qui accrochent les lumières variant symboliquement suivant les situations. La symbolique est primaire mais efficace : la robe de Violetta, dans son rôle de séductrice, ses canapés et ses chaussures sont rouge vif. Ils deviennent blancs lorsque la courtisane devient "pure" dans sa relation à Alfredo. La forme en demi-cercle du plateau est un rappel graphique du cercle du cadran de l'énorme montre posé contre le mur ou sur le sol jusqu'à l'avant-dernière scène. La Traviata se transforme en drame du temps, les aiguilles tournent lentement ou à toute vitesse, mais implacablement. À la fin de l'œuvre, Violetta chantera son "Addio del passato" en partie couchée sur le cadran avant que les fêtards ne viennent l'enlever, accompagnés d'une autre Violetta, clone destiné à remplacer celle qui va mourir.

 

Scène de <i>La Traviata</i> de Verdi mise en scène par Willy Decker à Salzbourg.

 

Willy Decker nous fait en outre comprendre dans sa réinterprétation que tout n'est pas drame dans La Traviata. Ainsi, la Scène I de l'Acte II est jouée en duo - ce qui est inédit puisque, normalement, Alfredo se trouve seul - avec la légèreté et l'humour caractéristiques de deux jeunes amoureux. Les meubles qui les entourent suivent cet état d'esprit : les canapés sont recouverts d'un tissu fleuri très coloré, les chanteurs portent des robes de chambre imprimées du même motif. Rolando Villazón chante en caleçon et joue à cache-cache avec Anna Netrebko.
Les deux parties avec chœur au début de l'Acte I et au Tableau II de l'Acte II ne dérogent pas à la règle d'un esprit évolutif en relation avec l'action, et expriment de ce fait une inquiétude sous-jacente, omniprésente tout le long de l'opéra. D'abord par le choix d'habiller uniformément les choristes en costumes-cravates noirs ; ensuite en cachant à l'occasion leurs visages par des masques plats similaires. Les personnages secondaires entrent et sortent comme des oiseaux de mauvais augure et sont eux aussi costumés de noir. L'allégorie sinistre de la mort, jouant avec le camélia blanc de Violetta, est attachée principalement à un rôle muet créé spécialement pour l'occasion, apparaissant régulièrement et devenant obsessionnel pour violetta. Il sera finalement incarné dans le rôle bref du docteur.

 

Rolando Villazón et Anna Netrebko dans <i>La Traviata</i> mise en scène par Willy Decker.

 

Cette version de la très populaire Traviata, peut être comparée avec profit avec La Traviata de Londres enregistrée en 2009 et éditée par Opus Arte. Tout aussi probante mais dans un style foncièrement opposé tant au niveau musical que scénographique, nous n'hésiterons pas à attribuer à cette Traviata salzbourgeoise un Tutti Ovation amplement justifié et complémentaire à celui décerné à la production de la Royal Opera House avec Renée Fleming.


À noter : Cette Traviata de Salzbourg est également disponible en DVD Standard, mais seule l'édition Collector épuisée depuis longtemps contenait le DVD des suppléments présents sur le Blu-ray.
Acheter le DVD de La Traviata

 

 

Retrouvez la biographie de Giuseppe Verdi sur le site de notre partenaire Symphozik.info.

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du Blu-ray

Le metteur en scène Willy Decker.

 

Repris du DVD de bonus de l'édition Collector épuisée, en Définition Standard, et en allemand ou anglais stéréo PCM avec des sous-titres français, espagnols et chinois, ainsi qu'anglais et allemands selon la langue utilisée.


- Présentation de l'intrigue par Rolando Villazón. (3')

- Derrière les coulisses : Les répétitions de La Traviata avec interventions des principaux interprètes, du metteur en scène, du répétiteur, du chef d'orchestre. Intéressantes interventions des chanteurs sur leur composition, d'où il ressort que Rolando Villazón se comporte sur scène comme dans la vie ! (44')

 

 

 

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

La définition de ce master se montre fort soignée et la finesse des contours se conjugue à un bon rendu des couleurs. On appréciera en particulier un bleu puissant souvent de mise. En revanche, la qualité des contrastes varie grandement en fonction des scènes malgré un noir assez dense. L'éclairage de Hans Toelstede est en effet souvent assez économe et il devient alors difficile à la vidéo de donner une bonne impression de relief d'où, pour le spectateur, un rendu parfois un peu plat. L'ensemble affiche néanmoins de belles qualités.

Son

Le mixage stéréo propose une bonne séparation et une dynamique très convenable. Les aigus sont rendus sans acidité et les graves se montrent consistants. Chœurs et voix solistes sont parfaitement diffusés et l'équilibre entre scène et orchestre ne prête à aucune critique.
Le mixage 5.1 convainc par sa qualité essentielle : celle d'apporter chez soi le côté vivant de la scène et de la salle. L'orchestre gagne de plus une étoffe très convaincante tandis que les voix sont projetées avec plus de réalisme. La scène arrière est assez discrète au regard du trio d'enceintes avant à la répartition idéale. Le caisson de graves accentue davantage les basses, ce dont aurait pu se passer ici.

Note technique : 9/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Anna Netrebko
Festival de Salzbourg
Rolando Villazon
Salzbourg, Grosses Festspielhaus
Thomas Hampson
Wiener Philharmoniker

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.