DVD Jaquette de : Jurowski conducts Strauss & Ravel

Distribution

Interprètes
  • Hélène Grimaud
    Piano
Orchestre
Chamber Orchestra of Europe
Chef d'orchestre
Vladimir Jurowski
Réalisation
Louise Narboni
Origine
Cité de la Musique, Paris
Année
2009

Informations techniques

Durée
90'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Idéale Audience
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
09/09/2010

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DD
5.1 DTS Plein débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Aucun

Jurowski conducts Strauss & Ravel DVD

Le Bourgeois gentilhomme, Métamorphose/Concerto pour Piano

Note générale : 7/10

Richard Strauss  - Maurice Ravel

Concert


En janvier 2009, le directeur musical du London Philharmonic dirigeait à la Cité de la Musique de Paris le Chamber Orchestra of Europe pour un concert exceptionnel en compagnie de la pianiste Hélène Grimaud dédié à Richard Strauss, mais pas seulement…

Singulier programme que celui-ci !
Associer ainsi Richard Strauss à Maurice Ravel n’est pas chose courante tant leurs univers semblent différents.
Pourtant, cette production a bien réussi, sans nécessairement le vouloir au départ, à mettre en lumière certains parallèles inattendus entre les œuvres des deux compositeurs.
Il n’y avait peut-être pas véritable volonté au départ, car ce n’était pas exactement ce qui avait été initialement sélectionné pour la Cité de la Musique en ce mois de janvier 2009.
En effet, l’idée originelle était de proposer un programme entièrement dédié au compositeur d’Ariane à Naxos autour d’œuvres assez peu jouées parmi lesquelles la Burlesque pour piano et orchestre.
Or, les répétitions nécessaires n’ayant pu avoir lieu pour des raisons de santé, la pianiste Hélène Grimaud a préféré se retrancher sur un concerto qu’elle avait sous les doigts pour assurer la performance, en l’occurrence… celui de Ravel.

 

Hélène Grimaud et le Chamber Orchestra of Europe.  © Photo Fred Toulet


Disons le d’emblée, cette interprétation du Concerto pour piano de Ravel n'est pas à classer parmi les inoubliables, mais pour autant, elle nous réserve de bien beaux moments.
La pianiste ne ménage ainsi ni ses efforts dans cette pièce très physique aux accents quasi Gerswhiniens, ni ses effets, parfois presque trop appuyés.
Un engagement qui s’accompagne d’une relative raideur dont elle ne parvient pas totalement à se défaire dans le sublime Second mouvement de ce concerto, notamment dans l’exposition du thème principal qu’on aurait aimé un tantinet plus souple, voire plus sensuel.
D’autant plus que l’accompagnement orchestral se montre particulièrement digne d’éloges, à commencer par les solos magiques, quasi miraculeux de la flûte (Jaime Martin) et du hautbois (François Leleux).
Si, dans les mouvements extrêmes, la maîtrise et le charisme de la pianiste sont tels qu’elle ravirait presque sa place au chef d’orchestre, dans ce mouvement, c’est bien l’orchestre qui nous ravit tandis que la soliste se pâme plus qu’elle ne ressent.
Un paradoxe pour cette artiste connue au contraire pour son authenticité.
Cela dit, Hélène Grimaud s’en sort réellement avec les honneurs pour avoir assuré malgré tout avec une réelle maîtrise - à défaut d’une véritable sensibilité ravélienne - cette pièce redoutable du répertoire à laquelle Le Bourgeois gentilhomme qui clôt ce programme fait écho de manière inattendue à travers un sens des couleurs pas si éloigné.

 

Vladimir Jurowski.  © Photo Fred TouletEn effet, cette suite flirtant avec la musique de chambre de 20 ans antérieure au Concerto de Ravel pourrait être d’une certaine façon le "Ma Mère l’Oye de Richard Strauss", tant elle regorge d’idées et de fraîcheur au niveau de l’orchestration, dans laquelle la subtilité des bois le dispute à la brillance et la virtuosité des cuivres.
Manquent alors les cordes à ce palmarès orchestral, et c’est là que les Métamorphoses de Richard Strauss entrent en lice.
Sorte de poème symphonique inspiré par la destruction de l’Opéra de Munich en 1943, ainsi que par des lectures de Goethe, cette œuvre est l’occasion pour les cordes du Chamber Orchestra of Europe (COE) de mettre en avant leurs nombreuses qualités.
Dans une approche de la matière sonore très chambriste, on est littéralement envoûté par le moelleux du premier violon Steven Copes et du premier violoncelle William Conway.
L’ensemble réussit des fondus parfaitement exemplaires et confondants de naturel, dans une plasticité et une agogique, une manière de faire vivre les notes d’un goût absolument remarquable.
La maturité désormais accomplie de l’orchestre lui permet d’apporter une belle cohésion à l’œuvre.
De fait, il n’est pas simplement "dirigé" par le chef, il dialogue avec lui dans un véritable esprit de complémentarité.
C’est ainsi que la vision de Vladimir Jurowski, magnifiquement aboutie dans son sens du détail, pourrait paraître pour cette même raison un peu trop segmentée voir parcellisante.
Et c’est tout le talent de l’orchestre que de répondre à cette vision, tout en lui apportant une dimension plus organique, une matière, une ligne et une unité totalement bienvenues.


Vladimir Jurowski.  © Photo Fred TouletPeut-être l’ordre des pièces qui constituent ce concert aurait-il pu être différent tant ces Métamorphoses de près d’une demi-heure paraissent un rien longuettes en ouverture.
Cet opus aurait certainement trouvé une place de choix en milieu de programme, comme une respiration introspective entre les deux feux d’artifices de couleurs et de rythmes que constituent le Concerto de Ravel et Le Bourgeois gentilhomme.
Mais c’est bien là l’un des avantages du support DVD que de permettre un visionnage dans l’ordre de son choix.
Pour avoir tenté l’expérience, on ne ressent pas les choses de la même manière et l’oreille est ainsi plus disposée à jouir du subtil contrepoint offert par ces cordes sublimes.


On ressort de ce concert avec des couleurs plein les oreilles, mais avant tout subjugué par l’orchestre, celui-là même qui avait révolutionné l’interprétation des Symphonies de Beethoven sous la baguette de Nikolaus Harnoncourt en 1991.
Pour cela, l’expérience vaut le détour !

 

Lire le test du Blu-ray

Cliquer ici pour lire l'interview que François Leleux, premier hautbois solo du COE, a donnée à <i>Tutti-magazine</i>. © Photo Uwe Arens - Sony-Classical

Jean-Claude Lanot

Suppléments du DVD

Quatre bandes-annonces. (Stéréo DD)

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Une très bonne définition s'allie à un piqué précis dans une lumière très naturelle.
On peut ainsi découvrir à loisir les détails de la flûte très particulière de Jaime Martin, remarquable par le travail du métal, et sur laquelle on décèle avec délectation les marques du temps et de la pratique.
C'est dire la qualité de cette captation.
Des noirs très profonds dopent de profonds contrastes.
Des images quasi parfaites.

Son

Si les grands ensembles n’ont d’ampleur qu’avec l'encodage DTS plein débit, on appréciera aussi cette piste pour la qualité du rendu de l'enregistrement des solistes, avec une mention spéciale pour la flûte, le hautbois et la trompette.
Magnifique rendu des cordes dans les Métamorphoses, rondes, moelleuses et totalement crédibles.
Une véritable ambiance de musique de chambre.
Avec la piste 5.1 DD, les tuttis ont tendance à sonner plus creux, plus compacts, mais surtout plus pincés.
On sera tenté de laisser de côté cette stéréo tant elle s'avère étriquée et compacte là où le multicanal dévoile des plans avec maestria.
Quant au piano, il est plutôt bien rendu quel que soit le format.
Mais, là encore, c'est vers le DTS qu'ira la préférence pour l’éclat scintillant de ses aigus, malgré un médium qui se montre somme toute un peu dur.

Note technique : 8/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Chamber Orchestra of Europe
Cité de la Musique, Paris
Hélène Grimaud
Maurice Ravel
Richard Strauss
Vladimir Jurowski

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.