DVD Jaquette de : Jenufa (Malmö Opera, 2011)

Distribution

Interprètes
  • Ingrid Tobiasson
    Starenka
  • Gitta-Maria Sjöberg
    Kostelnicka Buryjovka
  • Erika Sunnegardh
    Jenufa
  • Daniel Frank
    Laca Klemen
  • Joachim Bäckström
    Steva Buryja
  • Per Hoyer
    Starek
  • Malin Liljefors-Parkler
    Jana
  • Laine Quist
    Barena
Mise en scène
Orpha Phelan
Chorégraphie
Lynne Hockney
Orchestre
Malmö Opera Orchestra
Chef d'orchestre
Marko Ivanovic
Réalisation
Johan Öberg
Origine
Malmö Opera
Année
2011

Informations techniques

Durée
120'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Arthaus Musik
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
29/01/2013

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DD
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Français
•  Suédois

Jenufa (Malmö Opera, 2011) DVD

Note générale : 10/10

Leoš Janáček

Opéra


La production de Jenufa du Teatro Real de Madrid éditée par Opus Arte nous avait laissé un sentiment mitigé et nous plaçait dans l'attente d'une version à la hauteur de ce premier grand chef-d’œuvre lyrique de Janáček. Avec cette production suédoise de l'opéra de Malmö, cette attente n'a pas été vaine. Erika Sunnegardh tient le rôle-titre, Marko Ivanovic dirige l'orchestre maison et la mise en scène est signée Orpha Phelan. Cette captation de 2011 est disponible en DVD chez Arthaus Musik.

 

Daniel Frank (Laca Klemen) et Erika Sunnegardh (Jenufa) dans <i>Jenufa</i> en 2011.  © Malin Arnesson

 

Nous laisserons volontairement de côté les détails qui concernent à la fois le contexte de la création de Jenufa ainsi que ses spécificités musicales et linguistiques en renvoyant le lecteur à notre critique de la production de Jenufa mise en scène par Stéphane Braunschweig enregistrée au Teatro Real de Madrid. D'un point de vue global, sans toutefois être aptes à juger de la langue tchèque, nous pouvons cependant affirmer un investissement autrement plus convaincant et naturel qui ressort du rapport des interprètes avec une des langues les plus complexes d'Europe. Sans doute est-ce la raison pour laquelle l'impression de naturel et d'aisance dans la diction permet au chant de s'épanouir. Ainsi, les deux pôles masculins et féminins autour desquels tourne la distribution trouvent dans cette version de très belles connivences musicales et théâtrales.

Gitta-Maria Sjöberg (Kostelnicka Buryjovka) et Ingrid Tobiasson (Starenka).  © Malin ArnessonLes moyens vocaux étendus demandés aux interprètes par le compositeur engendrent des résonances idéales à la hauteur des caractères puissamment dessinés de ce drame épouvantable. Dans la présente distribution les rôles de Jenufa (soprano lyrique) et de Kostelnicka (soprano dramatique) emportent sans réserve l'adhésion.
Erika Sunnegardh, au visage souple très éloquent, passe par toutes les phases expressives du personnage. La voix conserve le lyrisme basique indispensable à cette "mélodie du parler" inventée par Janáček. La jeune fille, victime du poids des traditions et de l'éducation de sa mère, est incarnée par la chanteuse sans laisser place à la facilité des débordements de douleur ou d'inquiétude qui peuvent fuser ici ou là. Ses cris comme sa violence sont anticipés par des gestes et des attitudes remarquablement bien préparés. De nombreux gros plans significatifs attestent de cette parfaite maîtrise expressive.
Dans le rôle de sa mère, Kostelnicka, Gitta-Maria Sjöberg adopte une attitude beaucoup moins sévère et méchante que celle qu'on lui prête habituellement dans diverses mises en scène. L'interprète humanise en profondeur l'infanticide qu'elle devient en transformant la haine pure envers l'enfant de sa fille en étrange nécessité salvatrice, garante d'un bonheur qui suivra le droit chemin. Mais c'est sans compter sur le poids de la conscience, relayée et en quelque sorte soulagée par le hasard de la découverte du corps de l'enfant dans une rivière gelée… Le visage rond de la soprano lui donne une allure de bonne mère dévouée à sa fille et à son bonheur, et nous sommes d'autant plus touchés du malheur qui l'accable. Les yeux de Gitta-Maria Sjöberg assument toutes les contradictions de cette génération de femmes qui ne fait que diffuser l'atavisme de son sang. Sa voix particulièrement généreuse transmet tout le spectre des émotions, sans aucune faille. Il n'existe pas de bonne Jenufa sans bonne Kostelnicka : or la présente incarnation représente sans conteste ici un des facteurs de cette réussite.

 

Daniel Frank (Laca Klemen) et Per Hoyer (Starek).  © Malin ArnessonJoachim Bäckström (Steva Buryja).  © Malin Arnesson

 
















Les deux rôles masculins sont tenus par des ténors lyriques. Contrairement à la boutade du chef d’orchestre Arturo Toscanini qui considérait le ténor non comme un chanteur mais comme une maladie, nous n'avons heureusement pas à subir dans ce Jenufa de ténor ténorisant métallique au vibrato insupportable… Daniel Frank (Laca) et Joachim Bäckström (Steva) s'écoutent avec plaisir, le timbre plus sombre du premier apportant un juste complément à celui, plus léger, du second, du reste à l'image de son tempérament.
Le reste de la distribution propose des rôles peu signifiants mais assurés avec valeur par les différents chanteurs auxquels ils incombent. L'orchestre de l'Opéra de Malmö parachève par sa virtuosité et sa finesse l'orchestre-parole utilisé par le compositeur dans les parties instrumentales de Jenufa. On pourra d'ailleurs aisément se concentrer sur l'orchestre dirigé par Marko Ivanovic en mettant entre parenthèses les voix pour apprécier le raffinement d'un commentaire musical quasi autonome.

 

Scène de <i>Jenufa</i> menée par Joachim Bäckström (Steva Buryja).  © Malin Arnesson

 

La mise en scène était un énorme point faible dans la production du Teatro Real de Madrid. Pour sa mise en scène à l'Opéra de Malmö, Orpha Phelan fait le choix de conserver la même base de décor durant toute l’œuvre mais lui donne une fonction signifiante et évolutive qui va dans le sens du drame raconté. Ainsi, les jeux de lumière suivent à l'Acte I, par le bleu nuit menaçant, les nuages lourds puis le rouge-rose final, la montée des passions jusqu'au point culminant de l'accident du couteau qui va défigurer Jenufa. Le moulin qui sert de cadre à l'action se limite à une palissade de planches horizontales violemment éclairées devant laquelle une partie des personnages évolue. Ces éléments présentent un "au-dessus" qui trouve un équivalent-miroir dans un "au-dessous" de poutrelles enchevêtrées et sombres posées sur un sol graveleux et humide où évoluent négativement certains personnages. L'architecture est volontairement penchée, de même que certains éléments mobiliers, dans la très signifiante symbolique cinématographique du décadrage. Par la suite, on rentrera à l'intérieur de ce moulin qui deviendra une espèce de cage délabrée où les planches de bois ressemblent de plus en plus à des barreaux de prison. À l'Acte III, le plus lumineux sous l'angle des éclairages, elles sont encore plus clairsemées et approchent de la ruine. Ainsi, cette imagerie reflète clairement l'état de délabrement intérieur et social des personnages, du milieu et de l'époque auxquels se déroulent Jenufa. Une fêlure dont tout le monde est victime, cruellement visualisée sur le visage de l'héroïne, scarifiée d'une larme de sang.

 

<i>Jenufa</i> mis en scène par Orpha Phelan à l'Opéra de Malmö.  © Malin Arnesson

 

Volontairement, Janáček finira son œuvre sur une plus-value positive. Elle trouvera un écho ambigu dans la dernière scène de cette version : un ouvrier des temps modernes visualise un monde nouveau en construction, parsemé de buildings. Des barres de fer recouvrent progressivement la ruine en bois, témoin de tant de malheurs. Pourtant, les nouvelles constructions apparaissent elles aussi penchées, laissant prévoir le pire…

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du DVD

Aucun.

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Cette captation soignée affiche une colorimétrie naturelle, de fort bons contrastes et un détail pertinent sur les plans rapprochés. Les éclairages de plateau sont parfaitement traduits à l'image, à l'exception de petites solarisations sur certains costumes clairs. Mais rien de rédhibitoire ici, cet enregistrement sans aucun doute d'origine Haute Définition délivre sur DVD de fort belles qualités et procure un visionnage particulièrement agréable sur grand écran.

Son

Le mixage stéréo diffuse une scène avant assez ouverte, claire et dynamique. Les voix légèrement réverbérées bénéficient d'une bonne présence au-devant d'une expression orchestrale vivante et expressive. Des basses assez consistantes équilibrent des aigus parfaitement diffusés sans agressivité. L'écoute proposée est équilibrée et particulièrement lisible.
La piste 5.1 développe de façon sensible le message sonore. Tout d'abord, les voix semblent sortir de l'écran et les timbres nous paraissent mieux définis. Ensuite, l'orchestration bénéficie d'un traitement qui la valorise bien mieux que le mixage stéréo. Les enceintes arrière, savamment dosées, permettent une immersion sonore de qualité et le caisson de basses diffuse parfaitement un bas de spectre rond dont la présence décuple la sensation de relief. La dynamique globale est en outre bien plus importante. Un seul regret : l'encodage Dolby Digital écrase quelque peu les harmoniques, en particulier celles des timbres vocaux ou des cordes, et rend les forte par trop criards.

Note technique : 9/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Jenufa
Leos Janacek
Malmö Opera

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.