Blu-ray Jaquette de : Fidelio

Distribution

Interprètes
  • Melanie Diener
    Fidelio/Leonore
  • Roberto Saccà
    Florestan
  • Alfred Muff
    Rocco
  • Lucio Gallo
    Don Pizarro
  • Sandra Trattnigg
    Marzelline
  • Christoph Strehl
    Jaquino
  • Krešimir Stražanac
    Don Fernando
  • Bogusław Bidziński
    First Prisoner
  • Morgan Moody
    Second Prisoner
  • Zurich Opera Chorus
  • Zurich Opera Chorus Zurich Opera Youth Chorus
Mise en scène
Katharina Thalbach
Orchestre
Zurich Opera Orchestra
Chef d'orchestre
Bernard Haitink
Réalisation
Felix Breisach
Origine
Zurich
Année
2008

Informations techniques

Durée
147'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
Opus Arte
Distributeur
DistrArt Musique
Date de sortie
06/05/2010

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.0 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français

Fidelio Blu-ray

Note générale : 7/10

Ludwig van Beethoven

Opéra


Le grand chef d'orchestre hollandais Bernard Haitink dirigeait des représentations de l'unique opéra de Beethoven à la Zurich Opera House les 7, 9 et 11 octobre 2008. Les attentes du public étaient d'autant plus grandes qu'Haitink demeure encore aujourd'hui l'un des plus grands spécialistes de la musique symphonique et lyrique allemande, et plus particulièrement celle de Beethoven.

 

Fidelio a été créé à Vienne en 1805, alors en 3 actes, puis révisé en 1806, pour passer à 2 actes, et enfin donné dans sa version définitive en 1814.

L'Opéra de Zürich.Dès l'Ouverture, Haitink nous donne à entendre son sens du détail, avec une battue très arrondie, une tendresse visible à l'égard de cette musique, mais aussi une énergie et un dynamisme qui lui sont propres.

Lorsque le rideau s'ouvre sur l'Acte I, on se trouve face à un grand mur fait de couleurs grisâtres évoquant bien un univers de type carcéral.
Nous sommes en effet dans une prison, une forteresse, puisqu'avec cet opéra, Beethoven avait voulu s'attaquer aux régimes tyranniques.
En effet, cet hymne à la Liberté n'est pas une simple apologie de l'amour conjugal de Fidelio pour son mari Florestan.

Nous voilà donc transportés non pas près de Séville au XVIIIe siècle, comme le spécifiait le livret d'origine, mais dans le cadre d'un système totalitaire fasciste ou néo-stalinien, en tout cas très largement au XXe siècle.
On ne peut s'empêcher de signaler que le metteur en scène de cette production, Katharina Thalbach, actrice et metteur en scène allemande, a vécu en RDA jusqu'en 1976.

Christoph Strehl (Jaquino).Dès les premières interventions de Marzelline (Sandra Trattnigg, soprano) et de Jaquino (Christoph Strehl, ténor), on constate qu'on a ici affaire à de bons comédiens dotés de moyens vocaux globalement adaptés à leur rôle.
Sans plus.

Dans ce Singspiel qu'est Fidelio, une bonne partie de l'œuvre est parlée, comme avant lui La Flûte enchantée de Mozart, par exemple. On comprend ainsi mieux pourquoi les artistes ont particulièrement soigné leurs prestations scéniques.

Le fameux quatuor (Marzelline, Leonore, Rocco, Jaquino) "Mir ist so wunderbach…", d'une exquise facture quasi-mozartienne, est particulièrement réussi. Les lignes mélodiques sont superbes.

 

Sandra Trattnigg, Christoph Strehl, Alfred Muff (Rocco) et Melanie  Diener (Fidelio).

 

Puis, intervient Rocco le geôlier, seul.
La basse Alfred Muff impose dès le départ une grande présence à la fois vocale et dramatique.
On ne se montrera guère étonné devant le succès considérable que cet interprète obtiendra auprès du public à la fin de la représentation.

Lucio Gallo (Don Pizarro).Un autre moment important de l'Acte I correspond à l'arrivée, tout de blanc vêtu, chapeau y compris, de celui qui incarne le gouverneur de la forteresse, Don Pizarro (Lucio Gallo, baryton).
Son air célèbre "Ah ! welch ein Augenblick !", soutenu par le chœur, est effectivement impressionnant.
Mais, ce personnage "noir", de "méchant", est surjoué.
Son interprétation en devient de fait caricaturale, même si la qualité vocale du chanteur ne saurait être mise en cause.

Et voici le sommet potentiel de l'Acte I : le récitatif et air de Fidelio "Abscheulicher…" par Leonore, déguisée en homme, espérant libérer son époux qu'elle pense prisonnier au sein de la forteresse…
Melanie  Diener et Alfred Muff.Et la déception commence. Mélanie Diener, bien que relativement crédible physiquement, n'a pas les moyens du rôle.
La soprano n'est vraiment connue à ce jour que par un enregistrement de Puccini - Le Villi chez Naïve - dirigé par Marco Guidarini, dans un registre bien différent, plus léger.
Dans Fidelio, son timbre et le vibrato de sa voix sont à la limite du désagréable.
Plus grave, elle connaît des problèmes sur la justesse de certaines notes et sa ligne de chant est instable, ainsi que son portamento (glissement vocal d'une hauteur de note à une autre).
À la décharge de cette artiste, il faut reconnaître que ce rôle particulièrement dramatique, dont Weber et Wagner s'inspireront, n'est pas facile à projeter vocalement.

On arrive enfin, pour terminer l'Acte I, à cet autre moment fort que représente dramatiquement et vocalement le magnifique Chœur des prisonniers "O welche Lust !", débouchant sur le final.

Les chœurs de l'Opéra de Zurich sont ici vraiment très bons vocalement.
Le contraste est saisissant entre cette musique lumineuse composée par Beethoven et l'univers carcéral dans lequel vivent les prisonniers politiques.
Passons sur les tenues de ces hommes.
Mais, pourquoi ces visages peints en jaune ? Les mines de sel de Sibérie en seraient-elles responsables ? Ezio Toffolutti, chargé notamment des costumes, doit être le seul à pouvoir répondre…

Au début de l'Acte II, nous pénétrons, par le biais de nombreux escaliers, assez inquiétants, dans le monde des geôles souterraines de la forteresse, au sein d'un univers sombre fait de noir ou de bleu nuit, dû aux lumières de Hans-Rudolf Kunz.

 

Roberto Saccà (Florestan).


Nous voici donc dans la cellule de Florestan, le mari emprisonné de Fidelio-Leonore.
Si la mise en scène et les éclairages sont soignés, c'est à nouveau la déception…
Le récitatif et air du prisonnier "Gott ! Welch Dunkel hier…", qui fait pendant à l'"Abscheulicher" de Leonore vers la fin de l'Acte I, sont également très largement insuffisants.
Le ténor Roberto Saccà, peu connu lui aussi, en dehors d'une Traviata à Venise en 2004 avec Patrizia Ciofi - là encore dans un autre registre -, n'a pas vraiment la tessiture du rôle dramatique pré-wagnérien de Florestan.
Son chant est étriqué et ses limites sont atteintes dans les aigus forte. Le timbre de sa voix est assez désagréable, nasillard pour tout dire. C'est une sorte de sous John Vickers, dont la voix présentait le même défaut, mais possédait aussi d'immenses qualités, absentes ici.
Enfin, sur le plan de la tragédie, cet artiste apparaît comme le moins performant de toute l'équipe. Son incarnation dramatique est trop appuyée, voire surjouée.

C'est alors que nous entendons la célèbre page orchestrale souvent isolée de ce contexte qu'est l'Ouverture Leonore 3, superbe morceau symphonique, mais de peu d'intérêt sur le plan du déroulement dramatique de l'œuvre prise dans son ensemble.
On sait que Beethoven éprouva bien des difficultés pour créer Fidelio et composa quatre ouvertures : Fidelio, Leonore 1, 2 et 3. De fort nombreux critiques s'accordent du reste à dire que l'art lyrique n'était pas son domaine de prédilection.

Bernard  Haitink.Quoi qu'il en soit, cette coupure symphonique permet ici de bien ressentir et voir les grandes qualités du chef et du Zurich Opera Orchestra.
Bernard Haitink nous fait apprécier pleinement à la fois la douceur, la rondeur, de sa direction, mais aussi son tempérament charismatique.
Il sait faire preuve de souplesse et de dynamisme.

Nous revenons alors aux décors du début de l'Acte I.
Les prisonniers sont libérés, des tracts tombent du haut du mur du fond de scène. Le metteur en scène a sans doute voulu ainsi mettre en évidence cet hymne à la Liberté qu'est Fidelio, sorte de libération révolutionnaire. On pourrait penser aux événements de l'année 1989, et notamment à la révolution roumaine anti-Ceaucescu ou… la chute du mur de Berlin qui l'a nécessairement marqué !

Krešimir Stražanac (Don Fernando) et Alfred Muff.À la suite du chœur final, très réussi, et de l'intervention libératrice de l'ambassadeur du roi Don Fernando (la basse Krešimir Stražanac), dont l'incarnation est convenable, le méchant fasciste ou néo-stalinien Don Pizarro va être puni.

Roberto Saccà et Melanie Diener.

 

L'opéra se termine par un double hymne à l'amour conjugal et à la Liberté.
Faut-il rappeler les idées politiques de Beethoven, favorables aux "Lumières" et aux idées révolutionnaires (1789, puis Bonaparte à ses débuts) ?

 

Le rideau baissé, il restera comme indéniables atouts la direction d'un grand chef à la tête d'un orchestre de qualité, une mise en scène tout à fait intéressante, des artistes-comédiens de valeur, et quelques artistes-chanteurs vocalement à la hauteur de l'œuvre comme Alfred Muff.
Mais, un Fidelio sans véritable Leonore et sans réel Florestan, cela fait désordre.
Reconnaissons toutefois les moyens vocaux exigés par ces rôles lyriques assez difficiles et exigeants. D'où notre indulgence…

Melanie Diener et Sandra Trattnigg.

 

À noter : Le livret qui accompagne le disque présente de très belles photos couleurs des différents interprètes. Mais on regrettera la mauvaise traduction française du commentaire du texte allemand de Michael Richard Küster, version abrégée d'un article extrait de la Revue de l'Opéra de Zürich.

 

 

 

 

Lire le test du DVD

Jean-Luc Lamouché

Suppléments du Blu-ray

En HD et anglais sous-titré en français, allemand et espagnol :

- Synopsis.
- Photos de la distribution.

Bande-annonce du Blu-ray

Bande-annonce de Fidelio enrgistré à l'Opéra de Zürich.

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

Le relatif dépouillement de la mise en scène et les ambiances lumineuses pour la plupart tristes ne provoquent nul éblouissement devant ce master pourtant parfait. Le détail est présent avec autant de richesse sur les chanteurs que les costumes ou les décors dépouillés.
Les couleurs sont bien calibrées, mais on remarquera des carnations curieusement relativement trop "bronzées". Quant aux contrastes, superbes dans les scènes bien éclairées, il demeure très honorable dans les ambiances sombres et même très sombres (le cachot).
Le Blu-ray se montre bien plus expert à reproduire les nombreuses situations "difficiles" de cette production que le DVD, limité par sa définition.

Son

La stéréo, assez large, expose de belles qualités musicales nuancées. Mais les voix semblent parfois trop soudées à l'orchestre et peuvent couvrir certains pupitres, d'où une impression de compacité, de masse.
La piste 5.0 remédie à ce problème avec un apport en profondeur bienvenu, de remarquables détails sur les pupitres de l'orchestre et des voix mieux définies et intelligibles. L'encodage DTS HD Master Audio montre ici sa supériorité musicale, en particulier sur les chœurs qui sonnent remarquablement bien.
La puissance est en outre plus importante, comparée à une stéréo bien plus timide.

Note technique : 8/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.