DVD Jaquette de : An Evening with Renée Fleming

Distribution

Interprètes
  • Renée Fleming
    Soprano
Orchestre
Berliner Philharmoniker
Chef d'orchestre
Ion Marin
Réalisation
Henning Kasten
Origine
Waldbühne Berlin
Année
2010

Informations techniques

Durée
126'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
EuroArts
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
21/10/2010

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DD
5.1 DTS mi-débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Français

An Evening with Renée Fleming DVD

Waldbuhne 2010

Note générale : 8/10

Giacomo Puccini  - Modest Mussorgsky  - Erich Wolfgang Korngold

Concert


Le public attend toujours avec impatience le concert annuel de la Waldbühne à Berlin.
Le 27 juin 2010, sous les auspices de la lune et de l'une des plus grandes sopranos actuelles, Renée Fleming, la magie a une fois de plus fonctionné avec la collaboration du chef invité Ion Marin.

 

Ion Marin dirige le Berliner Philharmoniker.

 

Dans ce superbe amphithéâtre hellénisant où purent s'assembler dès sa construction en 1936 - fortement connotée à une époque troublée - plus de 20.000 personnes, un nouveau public assiste aujourd'hui, décontracté, à la clôture de la saison donnée par les Berliner Phiharmoniker.
L'amour de la musique réunit symboliquement toutes les styles et tous les âges. Les nombreuses caméras-grues nous font planer au-dessus des gradins et de l'orchestre avec fluidité. Au détour d'un travelling ou d'un gros plan, nous saisissons l'impact physique que produit la musique sur des gens dont nous ne savons rien mais qui ressentent la même émotion que nous.

Nous nous étions beaucoup amusé lors de la saison 2002 (Open Air, DVD édité par EuroArts - lire le test), mais cette fois, nous sommes placés dans un autre univers, celui de l'amour, de la nuit et de la contemplation. La grande, l'immense, soprano américaine Renée Fleming nous fait don de sa beauté tant vocale que physique. Elle changera trois fois de robe, passant du rouge au bleu vifs pour finir par un élégant blanc.

Mais avant de succomber à son charme, nous entrons dans la nuit par son côté inquiétant. Le monde des sorcières et des spectres danse dans nos oreilles en même temps que sur le Mont Chauve. Une entrée en matière dynamique, d'autant plus surprenante qu'il ne s'agit pas de la populaire version réécrite par Rimski-Korsakov mais de l'original de Moussorgsky qui diffère totalement dans sa dernière partie.

 

Renée Fleming.

 

Très vite pourtant, nous voilà partis pour la première prestation de la soprano, le superbe Chant à la Lune tiré de l'opéra de Dvorak Rusalka. Puis viendront la scène finale de Capriccio de Strauss, un extrait de La Ville Morte de Korngold puis un court lieder de Strauss qui conclura une sélection germanique opportuniste mais aussi thématique. Renée Fleming enchaînera sur le répertoire italien : Puccini et un air d'adieu de La Bohème, deux extraits légers de l'œuvre homonyme beaucoup moins connue de Leoncavallo, puis Puccini encore avec "Tu che di gel sei cinta" de Turandot et, en bis, l'incontournable "O mio babbino caro" de Gianni Schicchi.
La voix ne semble pas se soucier ni de l'éclectisme des styles ni de la diversité des langues. Idéalement placée dans les aigus, lisse et charmeuse, elle devient émouvante au possible dans des scènes tragiques très expressives. Renée Fleming théâtralise un minimum, avec justesse et retenue, les grandes héroïnes dramatiques qu'elle incarne à la scène depuis longtemps à la perfection.

 

Renée Fleming.


Le Berliner Philharmoniker dirigé par Ion Marin.

En dépit d'un Roméo & Juliette de Tchaïkovsky un peu étiré et d'une Ouverture du Rienzi de Wagner fortement ancrée dans la tradition allemande, les cordes langoureuses de l'Adagio du ballet Spartacus de Katchaturian comme celles du Salut d'amour d'Elgar sauront trouver leur public. L'orchestre reste concentré mais les bénéfices de la pression d'un concert entre quatre murs devant un public attentif s'évanouissent sous cette tente plantée au milieu de la nature verdoyante et sous le ciel étoilé.

Le morceau final, précédé par un bis vocal, redonnera vigueur et enthousiasme après ces rêveries sonores s'achevant au clair de lune. En effet, le Berliner Luft de Paul Lincke, très attendu et devenu en quelque sorte rituel à la Waldbühne, réservera une amusante surprise qui ne touchera pas les seuls amateurs de musique classique en assurant un lien entre deux mondes apparemment totalement étrangers l'un à l'autre.
On ne vous en dira pas plus…

 

 


Lire le test du Blu-ray

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du DVD

Quatre bandes-annonces de DVD de l'éditeur. (Stéréo DD)

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Le début du concert met à mal la colorimétrie qui peine à trouver un équilibre entre les éclairages de scène et la luminosité extérieure encore puissante au point de "brûler" les spectateurs assis en haut des gradins. D'où ces teintes jaunasses apparaissant derrière le chef en contre-jour et, de ce fait, bien peu détaillé.
En revanche, chaque plan rapproché de l'orchestre montre une bonne définition, un piqué superbe et des couleurs fort bien rendues. Mais, dès la nuit tombée, le master présente un ensemble de toute beauté soutenu par de profonds contrastes, et les problèmes dus à la lumière du jour sont aussitôt oubliés. L'éclairage du mur situé derrière les musiciens variant au gré de la musique est du plus bel effet.
Seul le support Blu-ray du même programme permettra de relativiser ce pourtant superbe résultat.

Son

La piste stéréo propose des sonorités un peu trop compactes, mais surtout trop sourdes (La Nuit sur le Mont Chauve). Les pistes multicanales apportent certes une aération fort bienvenue mais ne tempèrent toutefois pas ces basses trop grasses. La précision des timbres est légèrement accrue avec la piste DTS.
Mais, dès qu'intervient la voix de Renée Fleming, la stéréo gagne en profondeur, tandis que les pistes multicanales diffusent un superbe étagement des plans. Les harmoniques de la voix sont mieux rendues en DTS, mais certains aigus sont un peu trop "criards" en 5.1 et deviennent fatigants à un fort niveau d'écoute.

Note technique : 8/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Antonin Dvorak
Rusalka

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.