DVD Jaquette de : Don Giovanni (Glyndebourne 2010)

Distribution

Interprètes
  • Gerald Finley
    Don Giovanni
  • Anna Samuil
    Donna Anna
  • Kate Royal
    Donna Elvira
  • Luca Pisaroni
    Leporello
  • William Burden
    Don Ottavio
  • Anna Virovlansky
    Zerlina
  • Guido Loconsolo
    Masetto
  • Brindley Sherratt
    The Commendatore
  • The Glyndebourne Chorus
Mise en scène
Jonathan Kent
Orchestre
Orchestra of the Age of Enlightenment
Chef d'orchestre
Vladimir Jurowski
Réalisation
Peter Maniura
Origine
Glyndebourne
Année
2010

Informations techniques

Durée
172'
Nombre de disques
2
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
EMI Classics
Distributeur
EMI Classics
Date de sortie
23/05/2011

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS Plein débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français
•  Italien

Don Giovanni (Glyndebourne 2010) DVD

Tutti ovation

Note générale : 10/10

Wolfgang Amadeus Mozart

Opéra


Ce Don Giovanni mis en scène par Jonathan Kent constitue une approche originale et profondément noire de l’opéra de Mozart. Cette production enregistrée en 2010 lors du Festival de Glyndebourne nous permet en outre d'apprécier une remarquable distribution placée sous la baguette de son directeur musical, Vladimir Jurowski.

 

Gerald Finley (Don Giovanni) et Luca Pisaroni (Leporello).  © Bill Cooper licenced to EMI Classics

 

Difficile de ranger le chef d'orchestre Vladimir Jurowski dans une case… Et c’est tant mieux. Si l’on s'en tient à la communication du musicien, on pourrait la prendre pour prétentieuse tant la mise en scène de sa personne a quelque chose d’agaçant. Mais il faut souvent passer la barrière de l’image pour accéder à la véritable personnalité d’un artiste. Certes, le chef d’origine moscovite ne dédaigne pas une certaine dramatisation de l’attitude, mais c’est sans doute parce qu’il ressent la musique comme nul autre, avec une ouverture d’esprit et une imagination inattendues et rafraîchissantes.
En effet, Jurowski s’est fait très tôt remarquer et rechercher par la plupart des grandes maisons d'opéras et de concerts du monde entier : Covent Garden, le Met, l’Orchestre National de Russie, le London Philharmonic Orchestra, le Philadelphia Orchestra ou encore le Chamber Orchestra of Europe, avec lequel il a signé de magnifiques Métamorphoses de Richard Strauss éditées en DVD chez Idéale Audience.
C’est ce même chef qui a su imposer son talent auprès de phalanges des plus prestigieuses parmi les orchestres modernes et qui, dans le même temps, est devenu l’un des chefs attitrés d’un des principaux ensembles de la scène baroque, The Orchestra of the Age of Enlightenment, présent dans la fosse pour cet enregistrement. Une approche à l’inverse d’un Harnoncourt, mais dont la complémentarité s’avère des plus passionnantes et, si l’on en juge par ce Don Giovanni magnifique, des plus efficaces.

Anna Virovlansky (Zerlina) et Gerald Finley (Don Giovanni).  © Bill Cooper licenced to EMI ClassicsEn effet, au radicalisme de certaines versions baroques, Jurowski apporte un recul bienvenu, proposant une version qui réconcilie à merveille les contraires : des tempi rassérénés et un sens accru du drame, un phrasé plus linéaire et un sens inné des détails, conjugués à une maîtrise absolue de tous les paramètres du discours et à une émotion authentique. De fait, c’est un plaisir ineffable que d’entendre son orchestre prendre le temps de sonner et de revisiter ainsi chaque détail de l’orchestration de ce Don Giovanni.

Sans jamais forcer le trait, et avec une élégance folle, le chef parvient à nous offrir une partition d’une humanité confondante et se permet de plonger dans les plus noirs recoins de la personnalité de Don Giovanni, de concert avec une mise en scène pleine d’imagination, hautement référentielle (tableaux, changements à vue), mais délibérément moderne. Tout se passe dans une sorte de boîte protéiforme, visuellement distanciée mais sans pour autant dédaigner quelques effets sanglants plus réalistes. Là encore, réconciliation des contraires…

Le plaisir et le confort générés par l'Orchestra of the Age of Enlightenment se ressentent également sur scène, où les chanteurs peuvent prendre le temps de calibrer et de timbrer au mieux leur interprétation, à commencer par Gerald Finley, dont les couleurs suaves et le phrasé incroyablement fluide se combinent à une incarnation glaciale du rôle-titre. Prenons le fameux "La ci darem la mano" : nos oreilles succombent, à l’instar de Zerlina, tandis que nos yeux ne font que constater le mépris du séducteur à l’égard de cette énième addition à son tableau de chasse. Rappelons que nous avions beaucoup apprécié le baryton canadien dans Doctor Atomic, enregistré sur la scène du Metropolitan Opera.

Éloges également pour le Leporello de Luca Pisaroni, par ailleurs impérial Hercule dans Ercole amante, à l’humour parfaitement calibré et à l’interprétation idoine. Par le jeu et la voix, il trouve pleinement sa place au sein de la distribution en apportant la lumière à ce Don Giovanni de ténèbres. Il permet ainsi au public de s’impliquer malgré tout dans ce duo improbable. Dans la scène des enfers, sans jamais faire appel à des effets faciles, l’attachement de Leporello pour son maître atteint son paroxysme. Jamais le personnage ne sombre dans le ridicule d’un valet un peu simplet, mais se situe à l'inverse dans l’émotion sincère d’un homme du peuple plus clairvoyant que son noble compagnon.

 

Luca Pisaroni (Leporello) et Kate Royal (Donna Elvira).  © Bill Cooper licenced to EMI Classics

 

N’oublions pas non plus les rôles féminins dont se détache l’émouvante Elvira de Kate Royal. Son sens de la ligne donne à son interprétation une véritable élégance, une grâce qui ne laisse pas indifférent tant elle se montre véritablement naturelle. Sa colère et son désespoir sont intenses mais jamais brutaux, ce qui la conduit à l’une des interprétations les plus équilibrées de la discographie.

Tout porte à croire que Vladimir Jurowski, en tant que chef et directeur musical du Festival de Glyndebourne, a sélectionné ses chanteurs sur leurs timbres. On retrouve en effet chez tous ces interprètes le même fondu et le même galbe que dans l’orchestre – un bonheur. De fait, si les solistes soignent admirablement leurs airs, les ensembles sont eux aussi un ravissement.

Écoute, échange et engagement sont les maîtres mots de cette très belle interprétation à laquelle on a ici ou là reproché la froideur, alors que cela tient tout simplement au fait que, à la différence de beaucoup de productions actuelles, celle-ci ne se livre pas immédiatement. Elle se découvre, elle se goûte, elle se savoure.
Mais n’est-ce pas là la marque des choses qui durent ?




Retrouvez la biographie de Mozart sur le site de notre partenaire Symphozik.info.

 

 

 

Jean-Claude Lanot

Suppléments du DVD

En anglais stéréo PCM, avec sous-titres français, anglais, allemands, espagnols et italiens.


Sur le DVD 1

Kate Royal.- Don Giovanni Unmasked propose une approche intéressante de Don Giovanni et des personnages qui gravitent autour de lui. Son interprète Gerald Finley intervient principalement mais quelques propos sont recueillis auprès des autres chanteurs et du chef. Ce sujet, comme le suivant, est parcouru de quelques plans de répétitions et de représentation. (11')
- Module court mais assez informatif sur les costumes, les décors et la mise en scène auquel participent le designer Paul Brown et Jonathan Kent. (9')
- DVD-ROM : Argument détaillé en français et en anglais au format PDF.


Sur le DVD 2

- Longue et riche bande-annonce des principaux titres EMI Classics édités en DVD. (Stéréo PCM, 25')

- DVD-ROM : Argument détaillé en français et en anglais au format PDF.


À noter : Saluons l'initiative de EMI Classics d'avoir sous-titré les bonus en plusieurs langues.

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

La précision du master vidéo d'origine HD permet aux ambiances sombres quasi permanentes de demeurer lisibles et le support DVD présente une définition plus qu’honorable dans ces difficiles conditions d'enregistrement. Les couleurs sont naturelles et les subtils éclairages de Mark Henderson parfaitement reproduits. La puissance des contrastes varie en fonction des scènes. Globalement, seul le support Blu-ray pourrait apporter mieux que cet excellent DVD.

Son

Si elle se montre moins riche du point de vue harmonique, la très honorable piste stéréo demeure intéressante dans la mesure où elle participe du confinement de la scénographie de Jonathan Kent. On lui reprochera néanmoins une certaine acidité.
En 5.1, l'équilibre entre l’orchestre et les chanteurs devient idéal. Les voix bénéficient d'une excellente projection grâce à l'utilisation judicieusement dosée de l'enceinte centrale. Avec une reproduction riche de matière et de présence, les voix d’hommes en sont les vrais bénéficiaires, quand les aigus féminins sont très légèrement plus effacés. L'ouverture est généralement large sans que toutefois l’orchestration soit négligée. Quant à l'utilisation des enceintes surround, on peut parler ici d'un mixage remarquable. Qui plus est, cette piste multicanale diffuse une énergie tout à fait convaincante.

Note technique : 10/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Luca Pisaroni

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.