Blu-ray Jaquette de : Dido and Aeneas

Distribution

Interprètes
  • Malena Ernman
    Dido
  • Christopher Maltman
    Aeneas
  • Judith van Wanroij
    Belinda
  • Hilary Summers
    Sorceress
  • Lina Markeby
    Second Woman
  • Céline Ricci
    First Witch
  • Ana Quintans
    Second Witch
  • Marc Mauillon
    Spirit
  • Damian Whiteley
    Sailor
  • Fiona Shaw
    Prologue
  • Chœur des Arts Florissants
Mise en scène
Deborah Warner
Orchestre
Les Arts florissants
Chef d'orchestre
William Christie
Réalisation
François Roussillon
Origine
Opéra Comique Paris
Année
2008

Informations techniques

Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
FRA Musica
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
19/11/2009

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français
•  Italien

Dido and Aeneas Blu-ray

Didon et Énée

Tutti ovation

Note générale : 10/10

Henry Purcell

Opéra


Pour la première publication sous son propre label, FRA Musica, François Roussillon filme Didon et Énée à l'Opéra-comique et signe un coup de maître !

 

 

<i>Dido and Aeneas</i> mis en scène par Deborah Warner présenté à l'Opéra Comique.  Photo © Elisabeth Carecchio

La production de Deborah Warner est une réussite : elle a choisi de restituer un prologue dont toute trace a disparu et c’est une merveilleuse idée que d’ouvrir avec une sélection de 3 poèmes déclamés par la comédienne Fiona Shaw. Du théâtre bien sûr, et de magnifiques poésies préludent ainsi à la représentation dans l’esprit originel. William Christie précise dans le documentaire proposé en accompagnement qu’il n’existe aucune documentation sur ce prologue et que l'on ignore même s’il était musical ou déclamé. Le choix effectué ici est parfaitement opportun.


D’un espace scénique parfaitement adapté au format de l’ouvrage, le décor est aussi splendide que les costumes ou les éclairages. À chaque instant un événement intervient et rend particulièrement lisible et rafraîchissant l’ensemble du spectacle. Les personnages d’Enée, de Didon et de ses suivantes, nous apparaissent sous les plus beaux atours de la cour du XVIIe, se donnant en spectacle sur l’Énéide de Virgile. Cela fut d'ailleurs vraisemblablement le cas à la Cour de Charles II, en 1684, lors de la première représentation, soit 5 ans avant celle, généralement plus connue, à la Boarding School for Girls de Londres.

Le chœur est relégué de notre côté, celui des spectateurs, et en remplit le rôle sur scène. Cela fonctionne parfaitement et ne fait que rendre plus attrayant le drame qui se joue : le destin des personnages, comme à nous-mêmes, lui échappe.

Le spectacle tient d’une véritable magie, à laquelle président Les Arts florissants et leur chef William Christie. Comme toujours, l’interprétation colle à la lettre au drame qui se joue sur scène, avec une fraîcheur et une subtilité musicale stupéfiante. L’effectif instrumental est celui utilisé à Londres à l’époque, où l’on s’inspirait généralement de ce qui se faisait à la Cour de France, et qui réunissait une vingtaine d’instrumentistes.

<i>Dido and Aeneas</i> enregistré en décembre 2008 à l'Opéra Comique par la caméra experte de François Roussillon.  Photo © Elisabeth CarecchioLa distribution est dominée par l’admirable Didon de Malena Ernman, aussi remarquable musicienne que comédienne. La célèbre mort de Didon "When I am laid in Earth" est émouvante aux larmes.

Le rôle de la sorcière aurait été conçu tant pour une voix grave de femme (ici Hilary Summers), que pour une voix grave d’homme.
L’esprit qui anime la production, avec son goût de la provocation et du mordant, justifie parfaitement le style choisi, qui s’apparente au théâtre chanté : la voix est volontairement monstrueuse et l’essaim de petits sujets, magnifiquement distribué à des enfants, exerce une certaine frayeur. La puissante voix de basse de Christopher Maltman et sa présence scénique imposante compensent largement le rôle d’Énée, aussi court que dramatiquement essentiel.

Tout cela est magnifiquement filmé et nous invite à découvrir des expressions et des postures au plus près, ce que notre position dans la salle ne nous permettrait pas. Avec des artistes d’une telle qualité de jeu et d’engagement c’est là aussi, un vrai régal pour tout public, initié ou pas.

À découvrir d’urgence et si vous avez manqué d’imagination pour vos cadeaux de Noël et puisqu’il n’est jamais trop tard, voici le présent tout trouvé, si personne jusque-là ne vous en a ravi l’idée.

À noter : La présentation du disque est vraiment superbe et le livret d'accompagnement en couleurs particulièrement luxueux, sous son surétui à découpe. Mais veillez à ne pas confondre le DVD avec Blu-ray. Un sticker permet de distinguer ce dernier, ainsi qu'un petit logo différent pour les deux supports, imprimé au bas du dos de l'étui.


Lire le test du DVD

 

 

 

 

 

 

 

 

Retrouvez la biographie de Henry Purcell sur le site de notre partenaire Symphozik.info.

 

Gilles Delatronchette

Suppléments du Blu-ray

En VF et anglaise, avec les mêmes sous-titres que sur le programme principal.

Deux intéressants entretiens, l’un avec William Christie et l’autre avec Deborah Warner nous permettent un accès plus documenté à l’opéra de Purcell.
On apprend de la bouche même de William Christie les origines et les nombreuses incertitudes sur la partition. Comme a son habitude, Christie explique de façon très claire et très pédagogique, à la fois les procédés pour lesquels il a opté avec la productrice, mais aussi la façon dont il a tenté de lever les doutes sur l’absence d’indication précise, comme par exemple, l’effectif instrumental. Ce documentaire de 23' est un précieux témoignage du travail et de l’engagement autour d’une œuvre d’importance majeure et pour laquelle il existe si peu d’éléments.

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

La différence avec la qualité exprimée par le DVD est flagrante. Les zones d'ombre se parent de détails et les visages parfois trop éclairés sur un profil gagnent en précision. Le soin apporté à la réalisation des costumes devient par exemple flagrant grâce à la HD. La beauté des teintes est restituée avec une maestria qui fait presque oublier la difficulté de captation d'un tel spectacle.

Son

Avec la piste DTS HD Master Audio (timidement décrite comme simple "DTS" sur l'étui), la restitution musicale devient somptueuse tant pour l'orchestre que les voix vibrants de naturel. La ventilation 5.1 est sobre mais réussie, en dehors de toute grandiloquence déplacée. Contrairement au DVD, le canal de basses est constamment utilisé. Le mixage stéréo ne peut naturellement rivaliser avec l'aération du multicanal, mais l'encodage PCM apporte un détail bien supérieur au Dolby Digital utilisé pour le DVD.

Note technique : 9/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

François Roussillon

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.