DVD Jaquette de : Claudio Abbado : Mahler - Symphonie No. 5

Distribution

Interprètes
Orchestre
Lucerne Festival Orchestra
Chef d'orchestre
Claudio Abbado
Réalisation
Michael Beyer
Origine
Lucerne Festival
Année
2004

Informations techniques

Durée
74'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
EuroArts
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
11/10/2010

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DD
5.1 DTS mi-débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Aucun

Claudio Abbado : Mahler - Symphonie No. 5 DVD

Mahler : Symphonie no. 5

Note générale : 10/10

Gustav Mahler

Concert


Avec ce concert donné au Festival de Lucerne en 2004, Claudio Abbado pose une pierre supplémentaire dans la construction de son édifice mahlérien.

 

Claudio Abbado dirige le Lucerne Festival Orchestra.

 

Le chant et la couleur ont toujours fait partie des moyens d'expression de Claudio Abbado. Dans la complexe Cinquième symphonie, face à une orchestration très travaillée ayant donné beaucoup de difficultés à Mahler, il ajoute l'indispensable clarté polyphonique nécessaire à une bonne compréhension textuelle.
Cette intelligence du message mahlérien doit aller dans le sens d'un passage de l'obscurité à la lumière. Mais dans la Marche funèbre initiale, Claudio Abbado sait trouver une voie prenant ses distances avec la lourdeur pesante inhérente à ce type de mouvement. Les thèmes naissent puis sont portés par des phrasés très chantés, extrêmement lyriques, très bien dessinés, comme si le chef – et Mahler lui-même sans doute – voulait compenser l'absence de parties vocales, présentes, rappelons-le, dans ses trois symphonies précédentes. Cette respiration des phrasés donne une vie réelle dans une atmosphère plutôt mortifère.

Lucerne Festival Orchestra.Le Second mouvement devient plus agité, plus dynamique. Le relatif immobilisme l'ayant judicieusement précédé, compensé par un perpétuel jeu de sonorités entre les instruments, disparaît donc au profit d'une rythmique à la puissante énergie, comme libérée. On l'entend dès les premières notes graves menaçantes des cordes, à la très bonne assise sonore. Le choral tant attendu, véritable pivot dans l'évolution du texte, arrive enfin : hymnique dans le sens festif du terme, il évite la brillance vulgaire et superficielle hors de propos ici. Claudio Abbado maîtrise parfaitement le volume sonore. L'énorme fortissimo renforcé par une puissante intervention des percussions est immédiatement suivi par un decrescendo tout aussi fulgurant.

Après ces deux parties quasiment enchaînées, arrive le Scherzo dans sa tonalité majeure. La caméra fixe son attention sur le foisonnant échange entre solistes, mettant en avant leur jeu particulier : les très longues parties du cor solo sont jouées debout, les hautbois, les clarinettes levées en l'air comme pour mieux se faire entendre. L'ambiance de danse autrichienne populaire, proche du ländler ou de la valse, apporte un relâchement jouissif de la tension accumulée jusqu'alors.

Le fameux Adagietto qui suit reste la partie la mieux connue du grand public. Heureusement, cette véritable pierre d'achoppement pour les chefs, si connotée et pouvant servir d'épanchement romantico-lyrique de très mauvais goût, est jouée assez rapidement – 8'30 - si on la compare à certaines versions (par exemple Bernstein II) qui vont jusqu'à plus de 11'. En fait, le mouvement trouve ici sa juste place comme introduction au Finale. Le tissu orchestral, limité aux cordes et à la harpe, demeure limpide, très léger, voire diaphane dans les passages introductif et conclusif. Ainsi, la transition se fait tout en douceur avec le Dernier mouvement, dans lequel les bois dialoguent en de petit solos, prémices aux différents épisodes en style fugué. Ce joyeux Rondo final peut vite se transformer en foire triviale musicalement incompréhensible. Une fois  encore, le chef est là pour rendre cohérente cette agitation extrême et la transformer en désordre organisé.

 

Claudio Abbado dirige le Lucerne Festival Orchestra.Claudio Abbado vit absolument la musique qu'il dirige. Davantage qu'en studio d'enregistrement, on le sent galvanisé par la présence du public et tout en confiance à l'égard de son fabuleux orchestre, composé de solistes chevronnés dont la liste détaillée figure au générique de fin. Claudio Abbado ne laisse aucune mesure au hasard et fouille la partition dans ses moindres recoins afin de la rendre le plus lisible possible.


Nous assistons à la réalisation sonore du travail de toute une vie.

 

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du DVD

Jeremy Barham.
En anglais, avec sous-titres français, allemands et espagnols :


- Dans cet intéressant documentaire, le musicologue Jeremy Barham présente les thèmes et la construction de chaque mouvement de la symphonie. (Remarquable stéréo PCM sur les extraits musicaux, 26')


- Quatre bandes-annonces. (Stéréo DD)




Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Un déficit flagrant de définition dans les plans larges montrant l'orchestre frappe tout d'abord. Heureusement, cela est un peu moins gênant sur les plans moyens, bien qu'ils se révèlent tout juste corrects. Les couleurs sont saturées mais une fâcheuse dominante orange a pour effet de "bronzer" les visages. Les contrastes sont en revanche satisfaisants.

 

Son

La piste stéréo, ample et généreuse, étonne par sa dynamique réellement convaincante.
Mais la piste 5.1 DD sied encore mieux à l'orchestre de Mahler. Son efficacité se voit amplifiée par le canal de graves et le flux multicanal devient porteur d'un pouvoir de séduction musicale important.
Avec l'encodage 5.1 DTS, ces qualités se retrouvent conjuguées à un niveau de précision supérieur, et l'enveloppe sonore se montre plus respectueuse des timbres instrumentaux.

 

Note technique : 7/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.