Blu-ray Jaquette de : Volodos à Vienne

Distribution

Interprètes
  • Arcadi Volodos
    Piano
Réalisation
Michael Beyer
Origine
Musikverein, Vienna
Année
2009

Informations techniques

Durée
89'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
Sony Classical
Distributeur
Sony Classical
Date de sortie
18/01/2010

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
MPEG-2
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DD
Sous-titres
•  Aucun

Volodos à Vienne Blu-ray

Volodos in Vienna

Note générale : 7/10

Alexandre Scriabine  - Maurice Ravel  - Robert Schumann

Concert


Le Musikverein de Vienne accueillait en mars 2009 le pianiste russe Arcadi Volodos pour un récital au programme éclectique proposant entre autres des œuvres de Scriabine, Schumann et Ravel. Témoignage chez Sony Classical en Blu-ray et en DVD…

 

Grande salle du Musikverein de Vienne.

 

Arcadi Volodos est un colosse, et l'on pourrait craindre que les délicates miniatures de Scriabine et les valses fragiles de Ravel aient du souci à se faire. On pensera aussi que la Dante Sonata de Liszt trouvera son maître et que les évocations poétiques et sylvestres de Schumann nous mèneront avec la sûreté d'un bon guide dans la forêt germanique.
Or, il n'en est rien…

 

Arcadi Volodos salue le public du Musikverein de Vienne.

 

Le pianiste possède la virtuosité et la sensibilité requises. Son toucher délicat caresse les touches et fait sonner les basses avec fermeté sans brutalité. L'équilibre dynamique des deux mains et la clarté polyphonique apportée aux textes de Scriabine et de Ravel mettent en avant toute la richesse harmonique et rythmique de ces joyaux d'une musique en avance sur son temps. Le modernisme novateur de la Sonate No. 7 dite "Messe blanche" du compositeur russe nécessite un virtuose de la technique doublé d'un coloriste imaginatif. Il le trouve sans peine en Volodos. Les Valses de Ravel, pour un tout autre genre musical, bénéficient à leur tour de ces qualités interprétatives, le pianiste nous faisant très bien sentir l'esprit moderne du texte basé sur une ambiguïté et une décadence d'un genre passé de mode à l'époque de sa composition, même si on le sent parfois à la limite d'en faire de la "belle musique" en arrondissant les angles.

Arcadi Volodos en concert à Vienne le 1er mars 2009.Après ces débuts élogieux et prometteurs, arrivent les Scènes de la forêt de Schumann. Et le doute s'installe, car le cycle offre certainement moins d'équivoque et d'abstraction que d'autres compositions de Schumann. Ici, le langage est franc et l'on doit avoir réellement l'impression d'une promenade dans les bois et de vivre les événements qui s'y rattachent. Or, on peut légitimement se demander si l'on assiste à une partie de chasse (No. 2), si une inquiétude est censée nous envahir (No. 4), ou la chaleur d'une auberge nous rassurer (No. 6). La grosse joie de la chanson de chasse (No. 8) ou l'adieu bienfaisant du final (No. 9) manquent de franchise. Quant à la pièce la plus célèbre (No. 7), son modernisme éclatant de chant d'oiseau au milieu d'une forêt silencieuse ne possède aucunement le mystère d'appoggiatures dissonantes. Le toucher n'est certes pas en cause, c'est l'esprit qui manque à cet indomptable Schumann pour lui donner un sens.

Gros plan sur les mains d'Arcadi Volodos réalisé par Michael Beyer.À notre grande surprise, c'est là où se portaient sans inquiétude toutes nos attentes que la déception est la plus forte. La septième pièce tirée de la seconde Année de pèlerinage, est une des plus importante et la plus longue de tout le cycle. Elle possède une puissance et un souffle épique à l'image de son sujet dantesque. La virtuosité, nous l'avons dit, Volodos la détient sans problème. Mais la musique de Liszt ne se résume pas à cela, heureusement, et impose bien souvent à l'interprète d'avoir une conception globale des grands ensembles expressifs définis par une thématique aisément reconnaissable. Cette musique réclame un sens poétique et une architecture constructive pour animer ces espèces de blocs sonores contrastés souvent très développés.
Avec Volodos, notre impression est tout autre : non seulement la direction globale manque mais le lien entre les masses thématiques n'est pas assuré. Il nous conte ici une histoire comme une succession de chapitres sans lien entre eux. Au final, on ne sait pas trop ce qu'a voulu dire l'auteur.
En outre, certaines options interprétatives ne semblent pas justifiées : pourquoi adopter des trémolos à l'octave à la main gauche sur le premier mi bémol grave, normalement écrit pour tenir six temps ? Les prémices du martellement chromatique démarrant réellement au presto (mesure 35) et qui apparaît dès la mesure 20 semblent ne pas faire partie de la même idée. L'inquiétude sourde du décalage des  croches des mesures 25 à 28, conçues comme des fantômes, n'apportent ici ni la surprise ni l'inquiétude escomptées. Et pourquoi commencer justement si lentement ce presto lamentoso si difficile à faire chanter, car presque athématique et s'étirant pendant quarante mesures ? Là non plus, on ne sait quel sens lui donner.

Menu du Blu-ray <i>Volodos in Vienna</i> édité par Sony Classical.Heureusement, nous ne finissons pas ce récital par une déception. En effet, grâce aux bis, nous retrouvons Arcadi Volodos dans un répertoire qui lui sied définitivement bien après ce demi-échec lisztien et schumanien : un Bach-Vivaldi très pur, un Tchaïkovski-Volodos très chantant et enfin un Feuillet d'album de Scriabine pour lequel il semble décidément posséder le plus d'affinités.
Le jeu pianistique de Volodos crée l'instant, poétise la miniature. La richesse de la petite forme de cette musique moderne inventée par Scriabine et par Ravel où l'imminent est expression immédiate d'une couleur, d'un rythme, suffit à rendre compte d'une direction. Mais dès qu'il s'agit de raconter non plus une nouvelle mais un roman épique, le système fonctionne moins bien. Il n'en demeure pas moins qu'Arcadi Volodos s'avère porté par la musique qu'il joue et que sa prestation viennoise ne laisse pas un arrière-goût de franche déception, tout au plus une impression en demi-teinte.



Lire le test de Volodos in Vienna en DVD

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du Blu-ray

Aucun.

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

Cette belle captation est rendue par un master HD de toute beauté. Les ors du Musikverein ressortent avec un piqué et une précision excellente, les noirs montrent une remarquable intensité et soutiennent de probants contrastes, tandis que la colorimétrie joue plutôt la carte du naturel sage. La constante précision permet néanmoins d'observer avec plus d'acuité que sur le DVD de ce programme les différences d'éclairage du visage du pianiste lorsqu'il se penche en arrière, ce qui est assez fréquent. Des variations peu esthétiques, en fait, mais la vidéo n'en est aucunement responsable.

Son

Il est réellement difficile de comprendre pourquoi l'unique piste proposée, fort bien mixée en 5.1 (et non en Dolby surround comme le décline la jaquette) a été encodée en Dolby Digital. Le format DTS HD Master Audio était bien mieux indiqué pour rendre la richesse de son du Steinway. Mais ne boudons pas notre plaisir malgré la compression due à ce malheureux choix éditorial, car la répartition multicanale se montre excellente, aérée et naturelle. Les nuances sont superbes et le relief de la prise de son de Tobias Lehmann fort bien valorisé par l'utilisation mesurée des enceintes surround et le léger soutien du caisson de graves.

Note technique : 7/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.