Blu-ray Jaquette de : Admeto (Tim Mead)

Distribution

Interprètes
  • Tim Mead
    Admeto, Re di Tessalia
  • Marie Arnet
    Alceste
  • William Berger
    Ercole
  • Andrew Radley
    Orindo
  • David Bates
    Trasimede
  • Kirsten Blaise
    Antigona
  • Wolf Matthias Friedrich
    Meraspe
  • Tadashi Endo
    Tadashi Endo
  • Mamu Dance Theater
Mise en scène
Doris Dörrie
Chorégraphie
Tadashi Endo
Orchestre
FestspielOrchester Göttingen
Chef d'orchestre
Nicholas McGegan
Réalisation
Agnes Méth
Origine
Internationale Händel-Festspiele, Göttingen
Année
2009

Informations techniques

Durée
181'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
C Major
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
03/06/2010

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Français
•  Italien

Admeto (Tim Mead) Blu-ray

Note générale : 9/10

George Frideric Handel

Opéra


La rencontre inattendue de l’art baroque et de la culture japonaise d’hier et d’aujourd’hui.

 

Une petite mise au point s'impose d'emblée.
Pour cette production, l’éditeur C Major met nettement l’accent sur la rencontre entre le Baroque et le Butoh, ce qui ne correspond pas tout à fait à la réalité de ce spectacle, qui s’avère bien plus riche que cela.



Tim Mead (Admète, Roi de Thessalie) et Tadashi Endo.  © Photo Theodoro da SilvaLe Butoh est un art chorégraphique japonais relativement récent puisqu’il remonte aux années 1970. On le reconnaît dans cette production notamment à travers la présence muette du danseur et chorégraphe Mamu, grand spécialiste du genre.
L’ambiguïté de cette présentation vient du fait qu’on nous explique dans les bonus que la metteur en scène a vu un parallèle entre l’ère Edo - XVIIe siècle japonais - et l’âge baroque, ce qui rend la présence du Butoh assez inattendue.



Plus pertinente aurait été une présentation du Kabuki, art théâtral traditionnel nippon plus largement utilisé dans cette production et qui offre plus d’un parallèle, historique et artistique, avec l’opéra baroque.

Tous deux ont en commun leurs origines historiques, dans la mesure où ils sont nés dans une société marquée par l’étiquette, et cela se ressent nettement dans le livret d’Admeto, re di Tessaglia.
Tous deux partagent une codification rigoureuse, complexe et raffinée, tant dans les gestes que le langage.
Tous deux partagent enfin des rôles travestis : hommes déguisés en femmes au Japon, castrats ou contre-ténors pour Händel.

La mise en scène est signée Doris Dörrie.  © Photo Theodoro da SilvaDe fait, ce parallèle, pertinent, conditionne de façon assez naturelle la présente scénographie, avec des personnages vêtus de costumes traditionnels japonais (samouraï, sumotori, geisha…) dans un décor très épuré fait de tentures propre à l’utilisation très poétique d’ombres chinoises sur fonds de différentes couleurs.
À partir de là, le Butoh se justifie pour apporter une dimension plus actuelle à l’ensemble, avec la présence de ce spectre qui apporte un contrepoint psychologique tout à fait intéressant à l’intrigue, tout en se fondant dans le dessein artistique de la metteur en scène.

Le décor est maintenant posé et bien posé, à la fois pertinent, justifié et argumenté. Reste la réalisation de cette ambition louable, et force est de constater qu’elle n’est pas nécessairement à la hauteur.

Côté musique, rien à dire si ce ne sont des éloges.
L’orchestre est dirigé par un haendelien convaincu et averti. Avec certes un peu de retenue - trop, parfois - qui sied bien à l’ambiance japonaise, il brille par sa cohésion, la beauté de ses timbres et son sens du drame, notamment dans des récitatifs fort bien menés.
Quant aux chanteurs, on ne peut qu’être admiratif de la performance de Tim Mead dans le rôle-titre qu’il tient avec panache d’un bout à l’autre de la représentation sans faiblir.
Mention spéciale également pour Kristen Blaise (Antigone), particulièrement brillante et impliquée.

 

 

Les rôles masculins, moins impressionnants, ne déméritent pas, même si les timbres auraient pu être plus riches. Mais cela leur permet dans le même temps une lisibilité de la grammaire baroque des plus appréciables, à travers une ornementation précise.
La performance de l’ensemble de ce beau plateau vocal est d’autant plus admirable que la metteur en scène ne leur a pas facilité la tâche avec des mouvements allant parfois à l’encontre du chant, comme vocaliser en se roulant par terre.

Tim Mead (Admète) et Marie Arnet (Alceste).Tout se gâte, en fait, dans les incursions "modernes" de cette version.
Si l’actualisation du propos est pertinente et même essentielle, avec cet apport très inattendu et anachronique du Butoh, on sera plus réservé quant aux moyens employés pour ce faire.


C’est ainsi qu’à la beauté des costumes féminins répond un Transimède assez grotesque et surtout un Hercule parfaitement ridicule en sumo de plastique. Pour actuelle, cette matière et sa mise en scène retire toute profondeur au propos, et attire exagérément l’œil sur ce qu’il y a de plus factice dans cette production, en tendant vers le risible au détriment de son véritable propos. Même remarque pour l’ "âme" d’Admeto (Mamu) dont le déguisement tire plus sur Sadako, la créature horrifique du film The Ring et autres Grudge que sur une ombre venue des Enfers qui s’intègre difficilement à l’ensemble.

Finalement, la metteur en scène en arrive à discréditer sa propre vision par ce collage facile et maladroit.
Et quand démarre l’acte final, qui se veut une synthèse des univers associés dans cette production, on assiste plutôt à une superposition forcée et indigeste de samouraïs perdus dans un salon XVIIIe, témoignage ultime d’une vision non aboutie.



À partir de prémices passionnantes, cet Admeto finit malheureusement par décevoir en donnant l’impression d’une greffe qui n’a pas pris faute d’une réflexion suffisamment approfondie.
Dommage, car il y avait matière à une approche véritablement revivifiée de cette œuvre, et même de l’opéra baroque en général…

 

 

 

Lire le test du DVD

 

Jean-Claude Lanot

Suppléments du Blu-ray

En version originale sous-titrée en anglais :

Le documentaire Baroque & Butoh passe malheureusement à côté de son sujet en se concentrant plutôt sur des interviews basiques des interprètes, principalement chanteurs, que sur l’ambition artistique de ce spectacle, quitte à faire des contresens. (21')

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

La précision est superbe et offre un détail qui, des costumes au grain de peau et au brillant de la pupille des yeux dans lesquels se reflètent les éclairages, apporte une dimension des plus appréciables.
Les couleurs sont rendues avec naturel, que ce soit la pâleur de certaines carnations ou les fonds fluos peu nuancés que d'aucuns pourront trouver d'un goût douteux. Les noirs sont denses et le contraste probant.
Les éclairages, souvent peu flatteurs pour les chanteurs sont en outre très bien reproduits par ce master HD de belle qualité.

Son

La piste stéréo exprime une ouverture et une aération à même d'accueillir avec naturel les instruments.
La réverbération est idéale et les timbres précis permettent une grande lisibilité.
Les voix s'intègrent avec la même clarté au premier plan sans écraser l'orchestre et le mariage fosse/plateau est des plus réussis.
Le niveau sonore est toutefois un peu trop faible.
Avec la piste 5.1, la présence de l'orchestre est toute autre.
Les instruments jaillissent des enceintes avant au point de nous saisir et le caisson réveille les graves et accentue l'assise de la structure orchestrale.
Les voix sont projetées avec panache.
À noter : La salle se fait trop souvent remarquer par ses bruits parasites.
De même, ceux du plateau sont bien trop présents, surtout en multicanal.

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.