Blu-ray Jaquette de : War Requiem (Andris Nelsons)

Distribution

Interprètes
  • Erin Wall
    Soprano
  • Mark Padmore
    Tenor
  • Hanno Müller-Brachmann
    Baritone
  • CBSO Chorus
  • CBSO Youth Chorus
Orchestre
City of Birmingham Symphony Orchestra
Chef d'orchestre
Andris Nelsons
Réalisation
Ute Feudel
Origine
Coventry Cathedral
Année
2012

Informations techniques

Durée
97'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
Arthaus Musik
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
12/11/2012

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français

War Requiem (Andris Nelsons) Blu-ray

Tutti ovation

Note générale : 9/10

Benjamin Britten

Concert


En 1962 eut lieu la création du War Requiem de Benjamin Britten dans la cathédrale de Coventry, nouvellement consacrée après sa reconstruction tout près des ruines de la précédente, vestige des bombardements ayant touché le centre de la ville. Avec cette captation réalisée en mai 2012 pour le 50e anniversaire de la création, l'œuvre retrouve sa place dans le même lieu, interprétée comme à l'origine par l'Orchestre Symphonique de Birmingham. Erin Wall, Mark Padmore et Hanno Müller-Brachmann et les musiciens sont dirigés par Andris Nelsons. Un Blu-ray et un DVD édités par Arthaus Musik.

 

Les ruines de la Cathédrale de Coventry en 2012.

 

Le bouleversant War Requiem de Britten est une œuvre composée pour chœur mixte et chœur d'enfants, trois solistes et un orchestre avec orgue. La partition mêle le concept traditionnel du requiem romain à des éléments empruntés au poète anglais Wilfred Owen, pacifiste convaincu mort au combat quelques jours avant la fin de la Première Guerre mondiale, alors qu'il s'agit ici d'un manifeste en musique lié à la Seconde.

 

Andris Nelsons dirige le <i>War Requiem</i> à Coventry le 30 mai 2012.

 

Le premier atout de cette captation réalisée le 30 mai 2012 est sans conteste la direction du jeune chef d'origine lettone Andris Nelsons à la tête de l'Orchestre Symphonique de la Cité de Birmingham, dont il est le directeur musical depuis 2008. Dès les débuts de l'œuvre, il nous plonge dans un "Requiem aeternam" par une douce entrée pianissimo sculptée jusqu'aux moindres détails grâce à une concentration et une motivation portées à l'image. Il parvient ensuite, en totale rupture, à susciter une énergie vrombissante ! Il y a chez ce chef une précision des gestes et des attaques, mais aussi un pouvoir de retenue qui s'exprime dans le "Kyrie Eleison" par les pianissimi les plus émouvants. Pour le "Dies Irae", il fait preuve d'une énergie grandissante et obtiendra de son orchestre - les cuivres, en particulier - des sonorités toutes mahlériennes et ponctuellement militaires, en rapport avec le sens profond de la partition.
Pour le "Libera me", la mise en place de sonorités piano est à nouveau exceptionnelle. Des percussions presque imperceptibles sont bientôt soulignées par les bois et les cordes, le chef développant une énergie vraiment sidérante. Après la montée progressive en puissance de l'ensemble, il s'entend parfaitement à faire retomber la tension dramatique musicale qui enveloppe une bonne partie de cette section de l'œuvre. Dans le "In paradisum deducant", il nous conduit avec une douceur extrême vers une coda recueillie, suivie par un long silence religieux de l'assistance.

 

Le City of Birmingham Symphony Orchestra Chorus dans le <i>War Requiem</i> de Britten à Coventry le 30 mai 2012.

 

Le City of Birmingham Symphony Orchestra Youth Chorus.La maestria de la direction et de l'orchestre est parfaitement secondée par un chœur mixte et un chœur d'enfants, en l'occurrence de jeunes filles, lesquels livrent une superbe impression dès le premier mouvement. Durant le "Dies Irae", le sentiment d'inquiétude véhiculé par le chœur mixte fait parfois penser à certains passages des Carmina Burana de Carl Orff et, vers la fin de ce mouvement, il contribue grandement à l'apaisement général de cette page magnifique. Pour l'"Offertorium", le chœur de jeunes filles montre une grande pureté sonore, bientôt soutenue par le chœur mixte, avant un "Sanctus" composé selon le procédé postromantique de la tension/détente, aboutissant à un ensemble d'une dimension quasi triomphante, excellemment soutenue par l'orchestre… Enfin, le chœur de jeunes filles participera avec musicalité à la douceur apaisante sur laquelle se clôt la partition : "Repos éternel… luire la lumière sans fin… qu'ils reposent en paix… !".

 

La soprano Erin Wall.

Le ténor Mark Padmore

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Que penser ensuite du maillon essentiel de l'interprétation : les trois solistes - ténor, soprano et baryton ? La voix claire, et le timbre limpide mais affirmé du ténor britannique Mark Padmore, s'accordent à la relative modernité de l'écriture vocale de Britten. Dans le "Dies Irae", quand la tension dramatique retombe, il sait faire preuve d'une très grande tendresse expressive soutenue par les cordes de l'orchestre et par le chœur. Son lyrisme devient bientôt total, se transformant progressivement en duo avec la soprano. Mais, c'est sans doute dans l'"Offertorium" qu'il nous émeut le plus, en duo avec le baryton, lorsque sa voix lance : "Un ange…", accompagnée par le son cristallin de la harpe. Sans doute le passage le plus tendre et le plus beau de toute la partition !

C'est en 2002, à Londres, justement après une représentation du War Requiem, que l'on a commencé à entendre parler de la soprano Erin Wall. Ici, son intervention la plus intéressante se concentre dans le "Dies Irae", lorsqu'on découvre l'étendue de son registre, impressionnant dans les aigus avec ces sauts d'octaves, et la stabilité de son vibrato pour un passage particulièrement difficile à chanter à froid. Un peu plus loin, elle saura apporter des rondeurs très différentes à son timbre, et façonnera autant de splendides pianissimi dans les aigus que de forte vocalisés avec facilité. De la même façon, elle semble très à l'aise face à la projection du "Sanctus", y compris au sein du "Benedictus", où sa retenue parfaitement maîtrisée parvient à s'imposer malgré la présence de l'effectif choral.

Le baryton Hanno Müller-Brachmann.

Même si Hanno Müller-Brachmann ne démérite pas et ne manque pourtant pas de présence dramatique, on peut trouver que le baryton ne possède pas réellement - vocalement - la rondeur souhaitable et que son autorité parait parfois étriquée. Dans le "Dies Irae", il présente cependant une bonne ligne de chant et une belle capacité à utiliser la voix mixte. De même, il se montrera excellent dans l'"Offertorium", au sein d'un duo assez théâtral avec Mark Padmore, puis dans le "Libera me", à nouveau en duo avec le ténor, sur un texte lié à la guerre de 1914-18.

 

Andris Nelsons à la fin du <i>War Requiem</i>.


Cette captation, au final, se montre d'un excellent niveau et ne présente aucune grande faiblesse malgré notre légère retenue face à la prestation de Hanno Müller-Brachmann. L'ensemble des interprètes réunis sous la direction énergique et précise d'Andris Nelsons réussit pleinement à se hisser à la hauteur de ce qu'exigeaient les circonstances exceptionnelles de ce concert. Les Blu-ray et DVD en deviennent hautement recommandables.




Lire le test du DVD War Requiem dirigé par Andris Nelsons

Retrouvez la biographie de Benjamin Britten sur le site de notre partenaire Symphozik.info

Jean-Luc Lamouché

Suppléments du Blu-ray

En HD : 3 bandes-annonces. (Stéréo PCM)

 

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

Ce superbe master HD propose une colorimétrie à la fois riche et variée, soutenue par des noirs profonds. L'immense vitrail bleuté du chœur de la Cathédrale est affiché avec une grande subtilité de nuances. Les contrastes appuyés, les contours finement dessinés et la définition d'une précision constante et absolue servent au mieux cette belle mise en images. L'aspect mat des costumes des musiciens le dispute à l'éclat des lumières jouant sur les cuivres et c'est, au final, un bonheur de visionnage.

Son

Le mixage stéréo, dynamique et ouvert, profite d'une réverbération maîtrisée pour offrir une diffusion ample, à même d'accueillir le détail des timbres instrumentaux et une bonne projection des voix.
Toutefois, la piste 5.1 encodée dans le format idéal DTS HD Master Audio, dépasse de beaucoup la diffusion sur 2 canaux en apportant bien plus de présence à la scène avant. Le caisson de graves diffuse des basses rondes et riches qui amplifient l'impact de l'orchestre sans en faire trop, tandis qu'à l'avant, la profondeur se creuse et les voix gagnent une projection plus marquée. Les solistes deviennent alors plus présents et les chœurs mieux définis par rapport à l'orchestre. Les haut-parleurs surround plongent le spectateur au sein d'un mixage parfaitement cohérent, musical et, parfois, spectaculaire.

Note technique : 10/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Andris Nelsons
Benjamin Britten
Erin Wall
Hanno Müller-Brachmann
Mark Padmore
War Requiem

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.