Blu-ray Jaquette de : Les Vêpres Siciliennes (ROH - 2013)

Distribution

Interprètes
  • Lianna Haroutounian
    Hélène
  • Bryan Hymel
    Henri
  • Michael Volle
    Guy de Montfort
  • Erwin Schrott
    Jean Procida
  • Neal Cooper
    Thibault
  • Jihoon Kim
    Robert
  • Jean Teitgen
    Le Sire de Béthune
  • Jeremy White
    Le Comte de Vaudemont
  • Nicholas Darmanin
    Daniéli
  • Michelle Daly
    Ninetta
  • Jung Soo Yun
    Mainfroid
  • Royal Opera Chorus
Mise en scène
Stefan Herheim
Chorégraphie
André de Jong
Orchestre
Orchestra of the Royal Opera House
Chef d'orchestre
Antonio Pappano
Réalisation
Rhodri Huw
Origine
Royal Opera House
Année
2013

Informations techniques

Durée
179'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
Warner Classics
Distributeur
Warner Classics
Date de sortie
24/02/2015

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français
•  Italien

Les Vêpres Siciliennes (ROH - 2013) Blu-ray

Note générale : 8/10

Giuseppe Verdi

Opéra


En octobre 2013, le Royal Opera House diffusait en direct dans les cinémas sa nouvelle production des Vêpres siciliennes de Verdi. Antonio Pappano, Directeur musical, dirigeait l'orchestre et un plateau international mis en scène par le Norvégien Stefan Herheim. Dans les rôles principaux : Liana Haroutounian - en remplacement de Marina Poplavskaya, souffrante - Bryan Hymel, Michael Volle et Erwin Schrott. Warner Classics édite cette captation en Blu-ray et DVD, parallèlement à la sortie du premier disque du ténor Bryan Hymel sous son label.

 

André de Jong a signé la chorégraphie des <i>Vêpres siciliennes</i> mis en scène par Stefan Herheim à Covent Garden. © ROH/Bill Cooper

 

Lianna Haroutounian (Hélène). © ROH/Bill CooperCertes une première pour Covent Garden, mais ces Vêpres siciliennes, disons-le d’emblée, marquent tant par leur intelligence scénographique que par leur mystère. Cela commence par la bonne idée de transposer cette histoire originale de guelfes et de gibelins à l’époque et sur les lieux mêmes de la création de l’Opéra de Paris, en ce 13 juin 1855. Les rouges et ors du Second Empire se combinent avec différentes formes de mises en abîme - chœur/public de l’opéra - et effets de miroir qui apportent également à cette transposition historico-géographique une dimension philosophique. Tout cela s'exprime au sein d’un réseau multi-référentiel parfois si complexe qu’il en vient à dérouter le spectateur.
La frontière entre fiction et réalité se fait ainsi ténue, voire floue, quitte à associer un réalisme parfois cru, tel le viol introductif, à une fantaisie troublante voire quasi ésotérique avec le déguisement féminin de Procida et le rôle parfois franchement dérangeant des enfants. Devant une telle complexité, l’outil vidéo s’avère tout à fait crucial, permettant de multiples lectures et force est de constater que plusieurs visionnages sont encore loin d’épuiser cette mise en scène labyrinthique.

 

<i>Les Vêpres siciliennes</i> mis en scène par Stefan Herheim au Royal Opera House en 2013. © ROH/Bill Cooper

 

Erwin Schrott (Jean Procida). © ROH/Bill CooperCôté musique, la réussite de cette production repose en grande partie sur la direction d’Antonio Pappano, qui a su explorer les tréfonds de cette sombre partition et en extraire mille et une nuances, de l’obscurité à la pénombre, de la colère au désespoir. Il y a un peu de Meyerbeer dans ce Verdi, et le drame qui se joue ici se pare d’un lyrisme qui emporte tout sur son passage, sans jamais dédaigner une certaine élégance qui fait écho au ballet sacrifié, lequel ponctue la mise en scène. Cordes impeccables, bois suaves et ténébreux, on ne sait que louer en premier lieu, et cette interprétation parvient à distiller à l’envi tensions et détentes, faisant passer la pilule des quelques longueurs auxquelles la grande forme ne permet hélas pas d’échapper. Malheureusement, le niveau de diffusion sonore, bien trop bas, nous prive d’une partie non négligeable de cette performance musicale.

Bryan Hymel (Henri) et Michael Volle (Montfort). © ROH/Bill CooperLe plateau de chanteurs, sans être totalement enthousiasmant, est cependant digne d’éloges. Mais, en tant que Français, nous ne pouvons que déplorer la qualité de la diction française. Heureusement, l'approximation de la prononciation se fait oublier au profit de la musique. À commencer par celle que déploie le baryton allemand Michael Volle dans le rôle de Guy de Monfort. Impérial et détestable à souhait, il use avec maîtrise d’une technique imparable qui lui permet de peindre un personnage glacial. Certes Lianna Haroutounian, appelée en urgence pour remplacer Marina Poplavskaya souffrante, a eu peu de temps pour prendre ses marques dans cette production. Mais la soprano arménienne fait bonne figure et apporte ce qu’il faut de grâce au rôle d'Hélène pour dépasser le seuil de la simple honnêteté. Erwin Schrott impressionne quant à lui par son timbre d’airain qui nous fait atteindre des sommets dans cette tessiture. Malheureusement, une perte de contrôle en certains endroits fait passer la voix à un nasillard détonnant et déplaisant. Un peu plus de constante et de maîtrise sur la durée aurait abouti à une très grande interprétation à même d'inspirer aussi bien la crainte que le ridicule, notamment dans ce costume vraiment improbable de courtisane.
Enfin Bryan Hymel confirme son inexorable progression, avec ce mélange de naturel désarmant qui cache avec pudeur et humanité une technique aguerrie. Son timbre surprend malgré tout quelque peu dans Verdi, et c’est finalement une chance que l’opéra soit en français, une langue et un style qui lui conviennent visiblement davantage que le bel canto.

Intelligence et musique font donc bon ménage dans cette production emblématique des Vêpres siciliennes qu’il convient de ne pas rater tant par sa rareté en vidéo que par ses qualités intrinsèques que des visionnages répétés ne feront que bonifier.

 

Jean-Claude Lanot

 

Lire le test du DVD Les Vêpres siciliennes au Royal Opera House

Retrouvez la biographie de Giuseppe Verdi sur le site de notre partenaire Symphozik.info





Le ténor Bryan Hymel (Henri dans Les Vêpres siciliennes) a enregistré un superbe récital consacré aux héros de l'opéra francais sous le titre Héroïque. Accompagné par le Prague Philharmonia dirigé par Emmanuel Villaume, il interprète avec vaillance et nuances des airs d'opéras peu défendus voire oubliés, tels L'Attaque du moulin d'Alfred Brunau, Rolande et les mauvais garçons d’Henri Rabaud ou Sigurd d'Ernest Reyer. Rossini, Berlioz, Verdi, Gounod, Meyerbeer et Massenet sont par ailleurs parfaitement servis par cet interprète amoureux du chant français.

 

Cliquer pour commander ce CD…

 

Suppléments du Blu-ray

En HD et en anglais, uniquement sous-titrés en anglais sur une courte intervention en français, dans les mêmes formats audio que ceux proposés pour le programme principal :


- The Making of Les Vêpres siciliennes donne la parole à Antonio Pappano et Stefan Herheimn, ainsi qu’aux principaux rôles chantés sur fond de plans de répétitions, ce qui constitue une bonne introduction à l’opéra. De fait, à visionner avant ! (6’19)
- Un court sujet permet de situer la place du ballet dans la mise en scène de Stefan Herheim. Le chorégraphe André de Jong intervient brièvement entre quelques images des répétitions. (3’17)

 

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

Voilà un master Haute Définition en tout point splendide pour les images. De parfaits contrastes assis sur un noir d’encre s’associent à une superbe colorimétrie servant merveilleusement les rouges cramoisis et les ors, comme la blancheur des chemises et des tutus. L’excellent rendu des matières, notamment des étoffes des costumes et de leurs ornements, ravissent l’œil. La luminosité est parfaitement gérée pour traduire les partis pris esthétiques de la scénographie, et les plans larges richement définis garantissent un confort de visionnage permanent. Superbe !

Son

Avant toute chose, il convient de déplorer ici un niveau de restitution sonore beaucoup trop bas. Il faudrait pousser le volume de façon bien trop excessive pour atteindre le niveau d’une écoute standard, et cela aurait pour effet d’écraser totalement les harmoniques. Le son entendu dans les salles de cinéma était absolument parfait. C’est vraisemblablement lors de l’encodage du son qu’est apparu ce problème.
Partant de cette constatation, la piste stéréo manque d’éclat et de dynamique. Pourtant, on remarquera un bon équilibre entre la fosse et le plateau, une bonne clarté d’ensemble et des timbres bien définis.
Le mixage 5.1 sonne bien mieux en décollant les voix et en offrant une plus grande dynamique à l’ensemble. L’orchestre s’épanouit un peu, soutenu par les interventions discrètes du caisson de graves. Les enceintes arrière apportent une très légère aération. Mais, là encore la restitution pâtit d’un niveau bien trop bas pour être acceptable. Cela explique la note technique.

Note technique : 6/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Antonio Pappano
Bryan Hymel
Erwin Schrott
Giuseppe Verdi
Les Vêpres Siciliennes
Lianna Haroutounian
Michael Volle
Stefan Herheim
The Royal Opera House

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.