DVD Jaquette de : Les Vêpres Siciliennes (Parma, 2010)

Distribution

Interprètes
  • Leo Nucci
    Guido di Monforte
  • Dario Russo
    Bethune
  • Andrea Mastroni
    Vaudemont
  • Fabio Armiliato
    Arrigo
  • Giacomo Prestia
    Giovanni da Procida
  • Daniela Dessi
    Elena
  • Adriana Di Paola
    Ninetta
  • Raoul d'Eramo
    Danieli
  • Roberto Jachini Virgili
    Tebaldo
  • Alessandro Battiato
    Roberto
  • Camillo Facchino
    Manfredo
  • Coro del Teatro Regio di Parma
Mise en scène
Pier Luigi Pizzi
Chorégraphie
Roberto Maria Pizzuto
Orchestre
Orchestra del Teatro Regio di Parma
Chef d'orchestre
Massimo Zanetti
Réalisation
Tiziano Mancini
Origine
Teatro Regio di Parma
Année
2010

Informations techniques

Durée
170'
Nombre de disques
2
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
C Major
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
23/04/2013

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS mi-débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Chinois
•  Coréens
•  Espagnol
•  Français
•  Italien
•  Japonais

Les Vêpres Siciliennes (Parma, 2010) DVD

I Vespri Siciliani

Note générale : 5/10

Giuseppe Verdi

Opéra


Comme Don Carlo, Les Vêpres siciliennes fût créé en français à l'Opéra de Paris, puis traduit ensuite en italien. La version dans la langue maternelle de son libretiste Eugène Scribe n’est pourtant ni la plus connue ni la plus représentée des œuvres pour la scène de Verdi. Après une médiocre production en français de Christof Loy à Amsterdam parue chez Opus Arte [Lire critique], voici, dans le cadre de l'intégrale Tutto Verdi éditée en Blu-ray et DVD par C Major à l'occasion du bicentenaire de la naissance du compositeur, une version italienne des Vêpres. Daniela Dessi, Fabio Armiliato et Leo Nucci sont rassemblés sur le plateau du Teatro Regio de Parme sous la baguette de Massimo Zanetti. La mise en scène, les décors et les costumes sont signés Pier Luigi Pizzi.

Scène d'ouverture des <i>Vêpres siciliennes</i> mis en scène par Pier Luigi Pizzi à Parme.

 

Massimo Zanetti dirige <i>Les Vêpres siciliennes</i>.On aurait pu croire que remonter Les Vêpres siciliennes (I Vespri siciliani) dans le lieu même de sa création italienne à la fin de l'année 1855 allait stimuler l'imagination et doper les chanteurs. Or, il n'en est rien. À croire que les ors pompiers du début du XIXe siècle n'ont fait que stériliser Pier Luigi Pizzi, artisan de cette production, qu'on a connu autrement plus inspiré. Le metteur en scène italien possède une nette prédilection pour les ambiances en camaïeu de grisaille. Mais l'absence quasi totale de couleurs et de chaleur plombe ici gratuitement le rendu visuel des Vêpres, rendu qui ne sera jamais accompagné par une quelconque richesse décorative mais plutôt par des dominantes vertes et bleues de la pire esthétique qui soit pour les visages des chanteurs. Trois barques utilisées au premier Acte seront les seuls éléments mobiles d'un plateau marqué par une symétrie sèche et une symbolique bien peu recherchée…

 

Le drame des Vêpres siciliennes se déroule en 1282, et la transposition de l'action à la période où Verdi a composé l’œuvre n'apporte elle non plus strictement rien à notre plaisir. Costumes militaires et habits du peuple de cette époque enfoncent même davantage l'impression de monotonie générée par des lumières froides. Un peu de rouge et une robe de mariée sans surprise ne suffiront décidément pas à nous réveiller, d'autant que ces éléments sont présentés dans des situations par trop attendues. Ainsi, le spectateur en proie à un tel sommeil visuel pensera une fois de plus que la richesse politique de l'opéra, certes simpliste et de peu de résonance avec notre actuelle société occidentale, est incapable de susciter un intérêt profond. 

Seule la chorégraphie de Roberto Maria Pizzuto viendra réveiller notre attention de cette très prudente représentation. Mais sa répétition mécanique évente rapidement l'effet de surprise. En outre, élargir les limites du plateau du théâtre aux allées et à la porte d'entrée principale de la salle devient de plus en plus courant et n'apporte finalement pas grand-chose. Le miroir accroché au plafond de l'Acte III a lui aussi déjà été vu maintes fois, et sa présence est ici d'une totale gratuité. Heureusement, les quelques contrechamps de caméra réalisés par Tiziano Mancini, artisan de cette captation, renversent sagement nos habitudes télévisuelles.

 

Fabio Armiliato (Arrigo), Daniela Dessi (Elena), Adriana Di Paola (Ninetta) et Raoul d'Eramo (Danieli) dans <i>Les Vêpres siciliennes</i>.

 

La pauvreté visuelle de la production fait que nos oreilles sont fortement sollicitées et concentrées sur les interprètes. En effet, déplacements et jeux de scène restent au niveau zéro de l'écriture et sont totalement exempts d'inventivité. Tout cela est même d'un classicisme soporifique… 

 

En dépit d'un nombre de personnages important, seuls quatre rôles soutiennent ces Vêpres siciliennes.

 

Leo Nucci interprète le rôle de Guido di Monforte.Leo Nucci est sans conteste le meilleur chanteur de cette distribution. Grâce à sa seule voix, le baryton italien donne à son Gouverneur français de Sicile beaucoup de présence. L'âge du chanteur ne semble nullement altérer les moyens et le son demeure entier, chaud et présent. L'interprète connaît certes ses propres limites que l'on pressent dans les forte aigus, mais il a l'intelligence de les contrôler. On aborde donc ses interventions sans crainte, tel l'air de l'Acte III "In braccio alle dovizie", un des grands moments de l'opéra…

Ce n'est malheureusement pas le cas de Daniela Dessi. L'impressionnante collection de rôles de la soprano génoise a visiblement eu raison de son organe, miné par un vibrato permanent qui, s'il est dérangeant pour le médium, est à proprement parler crispant pour les aigus. Le seul emploi féminin conséquent de l'œuvre se trouve donc définitivement hors course, désagréable et geignard dans les scènes d'amour, faible et à bout de souffle dans les moments de désespérance de l'Acte IV, qu'elle aborde à vrai dire naturellement, affaiblie et éteinte.
Cette pauvre prestation porte une ombre fâcheuse au ténor Fabio Armiliato, avec lequel elle a souvent chanté. La voix du chanteur n'est pas exempte de ce que nous considérons comme des étrangetés mais qui peuvent ne pas déranger tout le monde : un placement des aigus en deux temps avec une recherche de la note basse qui sert alors de tremplin à la note haute, alors projetée subitement et sans finesse ; des notes de tête très étranges pour des aigus en douceur, comme si la possibilité de pianissimo en voix de poitrine s'avérait impossible. Dans la Scena e duetto de l'Acte II, les notes avalées sonnent de curieuse façon, et le duo avec la soprano synthétise à lui seul notre sentiment mitigé. Pourtant, reconnaissons à Fabio Armiliato une belle tenue de son, solidement charpentée, ce qui le situe loin des ténors italiens ténorisants de manière métallique, sans profondeur et nasillards, qui occupent nombre de scènes italiennes. 

 

Fabio Armiliato (Arrigo) et Daniela Dessi (Elena) dans <i>Les Vêpres siciliennes</i> à Parme.

 

 

Giacomo Prestia interprète le rôle de Giovanni da Procida.Giacomo Prestia est une basse régulière mais elle aussi un peu affaiblie, au vibrato et aux limites qui ne cessent jamais de s'exposer. 

 

Leo Nucci, seul chanteur presque irréprochable et non omniprésent sur scène n'est décidément pas suffisant pour faire de ces Vêpres siciliennes une version italienne de référence. Pour un opéra si long composé sous l'influence stylistique du Grand Opéra à la française, le vide abyssal creusé par le manque consternant d'imagination théâtrale et par la faiblesse d'une distribution qui ne rattrape rien, est fatal à l'entreprise. On attend encore une version à la hauteur et digne de Verdi des Vêpres siciliennes.



À noter : le DVD 1 propose les Actes I, II et III (101'42) ; le DVD 2, les Actes IV et V (68'09).

 

Lire le test du Blu-ray Les Vêpres siciliennes enregistré à Parme

 



Retrouvez la biographie de Giuseppe Verdi sur le site de notre partenaire Symphozik.info

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du DVD

Caricature de Verdi.
En anglais ou italien stéréo DD non sous-titrés :

 

- Sur le DVD 1 : Un court documentaire revient sur la création des Vêpres siciliennes, images d'archives à l'appui et, de façon bien plus développée, sur l'argument de l'opéra sur fond de nombreux extraits de la captation. (10'58).

 

Sur le DVD 2 : Cinq bandes-annonces d'opéras tirés de l'intégrale Tutto Verdi.

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Le parti pris colorimétrique totalement axé sur le bleu et le vert aboutit à des dominantes souvent très laides sur la plupart des tableaux. Si l'éclairagiste Vincenzo Raponi a peut-être réussi son pari vis-à-vis des spectateurs du Teatro Regio, ceux installés devant leur diffuseur ne seront pas du même avis à la vision de ces carnations grises voire cadavériques… Pour le reste, la définition se montre très honnête malgré des vues d'ensemble bien peu détaillées. Le niveau de contraste est globalement satisfaisant et un bon piqué sert au mieux ce spectacle tout de même visuellement assez ingrat.

Son

Le mixage stéréo offre un rendu très naturel et particulièrement bien dosé entre l'orchestre et le plateau. Les voix des solistes ressortent parfaitement, les timbres sont affichés avec précision, et la dynamique d'ensemble est satisfaisante.

En 5.1, les voix sont bien davantage projetées et la scène avant trouve là un relief des plus satisfaisants. L'orchestre gagne en largeur et en profondeur, et l'écoute devient bien plus dynamique et précise. Les enceintes arrière, très bien intégrées, reproduisent la réverbération naturelle de la salle, tandis que le caisson de graves soutient parfaitement le bas du spectre dans le cadre d'un ensemble à la fois réaliste et vivant.

Note technique : 7/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Adriana Di Paola
Daniela Dessi
Giacomo Prestia
Giuseppe Verdi
Leo Nucci
Les Vêpres Siciliennes
Marco Armiliato
Massimo Zanetti
Pier Luigi Pizzi

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.