DVD Jaquette de : Le Trouvère (La Monnaie 2012)

Distribution

Interprètes
  • Misha Didyk
    Manrico
  • Marina Poplavskaya
    Leonora
  • Scott Hendricks
    Il Conte di Luna
  • Sylvie Brunet-Grupposo
    Azucena
  • Giovanni Furlanetto
    Ferrando
  • Chœurs de La Monnaie
Mise en scène
Dmitri Tcherniakov
Orchestre
Orchestre Symphonique de La Monnaie
Chef d'orchestre
Marc Minkowski
Réalisation
Andy Sommer
Origine
La Monnaie - Bruxelles
Année
2012

Informations techniques

Durée
143'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Bel Air Classiques
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
21/10/2014

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DD
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Français
•  Néerlandais

Le Trouvère (La Monnaie 2012) DVD

Note générale : 5/10

Giuseppe Verdi

Opéra


En juin 2012, à l'invitation de la Monnaie de Bruxelles, l'imagination débordante de Dmitri Tcherniakov a produit un Trouvère qui pousse plus loin encore le pouvoir décoiffant du metteur en scène d'opéra. Pour son premier Verdi, Marc Minkowski dirige cinq chanteurs au lieu des neuf prévus par le compositeur, la mezzo-soprano Sylvie Brunet-Grupposo en tête. Bel Air classiques publie en DVD et Blu-ray la singulière démarche du trublion russe.

 

Sylvie Brunet-Grupposo (Azucena), Misha Didyk (Manrico), Giovanni Furlanetto (Ferrando), Marina Poplavskaya (Leonora) et Scott Hendricks (Il Conte di Luna).  © Bernd Uhlig

 

S'il fait partie de ce qu'il est communément convenu d'appeler la "trilogie populaire de Verdi", Le Trouvère (Il Trovatore) ne touche pas au cœur comme ses deux vis-à-vis, Rigoletto et La Traviata. Malgré son dramatisme intense et son avalanche de numéros devenus des classiques dès sa création en 1853, son livret alambiqué prête souvent à sourire. On peut donc, dans un premier élan, savoir gré à Dmitri Tcherniakov d'avoir voulu monter à l'assaut de ce bastion narratif. Va-t-on enfin comprendre Le Trouvère du premier coup ?
Las, la voie choisie par le metteur en scène s'engouffre cette fois dans la plus inexplicable des impasses. En effet, pour cet opéra plus compliqué à mémoriser que tous les opéras de Vivaldi réunis, Tcherniakov a décidé de rajouter une complexité supplémentaire ! Qu'on en juge…

Misha Didyk (Manrico), Scott Hendricks (Il Conte di Luna) et Marina Poplavskaya (Leonora) dans <i>Le Trouvère</i> à La Monnaie.  © Bernd UhligL'action ne se situe plus en Espagne au XVe siècle. Peu importe, car les transpositions historiques ont donné lieu à des mises en scène mémorables chez Patrice Chéreau, Olivier Py, Robert Carsen, Paul Guth, Mariame Clément et même chez Tcherniakov lui-même. L'action se situe dans un lieu unique. Aucun problème de ce côté-là non plus, et pour les mêmes raisons : il n'est qu'à citer les chocs récents des Mozart de Michael Hanecke.
C'est peut-être bien une première, la nouveauté vient ici de ce que Tcherniakov a décidé de raconter une autre histoire que celle du livret de Salvadore Cammarano et Leone Emanuele Bardare. Parti fort judicieusement de l'idée de Verdi d'intituler son opéra "Azucena", et qu'une grande partie de l'action se passe hors la scène et le plus souvent dans le souvenir, il fait de la gitane le personnage principal de son Trouvère. Dans cette production, Azucena est une sorte de cartomancienne de luxe qui, des années après, dans le but de comprendre ce qui est arrivé, va inviter les personnages du drame verdien à se remémorer via des jeux de rôles les événements que Verdi leur a fait vivre dans son abracadabrantesque chef-d'oeuvre. Tcherniakov fait aussi sienne la célèbre remarque de Toscanini relative aux cinq plus grands chanteurs du monde nécessaires à tout Trouvère. De fait, il évaccue tous les comprimarii. Exit ainsi la confidente Inès, le soldat Ruiz, sans parler du vieux gitan et du messager. Les répliques de ces personnages épisodiques sont réparties dans les bouches des cinq chanteurs rescapés, lesquels ont parfois aussi en charge certaines parties chorales. Précisons que le chœur sera invisible aux yeux des spectateurs, relégué en fosse.

 

Scott Hendricks interprète Il Conte di Luna dans <i>Le Trouvère</i> à La Monnaie en 2012.  © Bernard Coutant

 

Le superbe décor d'une demeure rouge aux boiseries d'ébène illustre la métaphore des passions noires des hommes et pourpres du sang des cerveaux. La pièce est aussi vide de meubles, à l'exception d'un divan, que les têtes des protagonistes sont pleines de traumas de tout genre. Les tempêtes sous les crânes, spectateurs compris, peuvent se déclencher dans ce huis clos impitoyable. La musique commence au terme d'un prologue muet de cinq minutes qui fait entrer dans l'aquarium fatal de cette scénographie claustrophobique cinq chanteurs condamnés à une constante promiscuité. Seul Ferrando, abattu à bout portant et à la surprise générale au terme de "Di quella pira", sera autorisé à quitter le jeu de ce monde étouffant d'opacité, son cadavre immobile demeurant sur scène durant toute la quatrième partie. Dure journée pour les chanteurs mais aussi pour les spectateurs !

Nous avons lu les explications du concept de Tcherniakov figurant dans le livret fourni par l'éditeur seulement après le visionnage du DVD, et avouons que nous n'avons absolument rien compris à ce spectacle, certainement le plus abscons auquel il nous a été donné d'assister ! Tcherniakov a eu beau placer quelques cartons entre les tableaux - "Se souvenant de leur rencontre dans le jardin, tard dans la nuit"… -, c'est peine perdue. La lecture, après visionnage, des déroulés comparés chez Verdi et Tcherniakov, eux aussi présents dans le livret, n'y changera rien et on s'épuisera devant la contrainte de ce concept harassant, lequel fait écran à la musique. À aucun moment nous ne parvenons à nous départir de l'idée frappée du bon sens : comment Azucena peut-elle réunir, des années après, des personnages qui, pour certains, sont morts sous la plume de Verdi ?

 

Sylvie Brunet-Grupposo (Azucena) et Marina Poplavskaya (Leonora) dans <i>Le Trouvère</i>.  © Bernard Coutant

 

Il y a deux Tcherniakov, celui des grandes réussites lyriques de notre temps avec Eugène Onéguine (pourtant sans discontinuer autour d'une table), Macbeth et Wozzeck. Et il y a l'autre, celui qui, à Aix, joue avec le feu de la narration pour un Don Giovanni avec explication de texte, aujourd'hui l'ascendant de ce Trouvère totalement incompréhensible. C'est le même Tcherniakov qui, pour l'auteur de ces lignes, a totalement raté Dialogues des carmélites en enfermant les religieuses de Poulenc dans l'exiguïté d'un décor absurde qui, c'est un comble, ne permet pas aux voix de s'exprimer.
Si ce Trouvère va bien au-delà de la simple transposition et ouvre ainsi une nouvelle porte à la mise en scène d'opéra, on n'est pas sûr d'avoir envie que s'y engouffrent d'autres titres du répertoire. Imaginons un instant Tosca ou Les Troyens à l'aune d'un pareil traitement, à savoir quelques années après les événements survenus dans leur livret respectif : Sauve qui peut !

On trouve les spectateurs de La Monnaie bien sages à l'apparition du metteur en scène, à la fin de la représentation. On note aussi que Maria Poplavskaya choisit de s'éclipser à cet instant des saluts. Hasard ou signe d'un légitime trop plein de maltraitance ? La chanteuse russe, dotée de moyens vocaux plus spectaculaires que son investissement scénique appliqué - c'était aussi le cas de sa Marguerite dans Faust au Met - est particulièrement mise à l'épreuve dans son incarnation scolaire d'une Leonora femme-enfant sur laquelle pleut la testostérone. Tcherniakov va jusqu'à lui faire chanter "D'amor sull'ali rosee", dos aux spectateurs, face au mur ! La malheureuse chanteuse, jusque-là presque indemne, voit tous ses registres écartelés par ce numéro si difficile et semble vivre un chemin de croix dépassant celui du personnage.

 

Giovanni Furlanetto (Ferrando), Scott Hendricks (Luna), Misha Didyk (Manrico) et Marina Poplavskaya (Leonora).  © Bernard Coutant

 

Sylvie Brunet-Grupposo interprète Azucena.  © Bernard CoutantGiovanni Furlanetto campe un Ferrando bien en place à défaut d'être inoubliable, à la hauteur du fonctionnaire qu'on lui demande d'incarner. Le Comte de Luna de Scott Hendricks chante comme Tcherniakov le fait jouer, entre deux bières et une platée de chips. L'incarnation est solide voire épaisse. L'on se dit que là encore le metteur en scène porte peut-être la responsabilité d'une voix très investie mais peu subtile. En veste de crocodile, trouvère moderne façon Johnny Hallyday russe, le Manrico de Misha Didyk se sort plus qu'honorablement de cette étrange affaire avec un chant solaire, très italien d'allure, qui méprise le contre-ut que Verdi n'a jamais écrit.
Mais celle qui réaliserait le vœu du compositeur en faisant s'intituler ce spectacle Azucena, c'est bien sûr Sylvie Brunet-Grupposo. Le capital de sympathie est immense pour cette chanteuse hors-norme dont les apparitions sont toujours mémorables, annonciatrice du grand frisson, comme lorsqu'elle incarne Madame de Croissy à L'Opéra de Lyon avec Christophe Honoré. Elle est ici la seule qui tire son épingle du jeu ultra-contraignant imposé par le metteur en scène à une distribution de chanteurs qui font preuve d'un investissement qu'un quintette de stars du chant médiatisées aurait à coup sûr décliné. À ce titre, ils méritent notre respect.
 

"Verdi était quelqu'un qui travaillait beaucoup avec les forces vives qui étaient mises à sa disposition", rappelle Marc Minkowski. Accaparé par la compréhension de cette étrange mise en scène, le spectateur a quelque difficulté à situer la direction du chef, quelque part entre brutalité, sautes d'humeur et vrai envol, avant de se dire que Le Trouvère, c'est finalement tout cela à la fois et que le vibrionnant spécialiste de Rameau est à sa place chez Verdi. Les chœurs de La Monnaie sont les puissants moteurs de la mémoire intérieure voulus par le metteur en scène.

Si la captation du réalisateur Andy Sommer rend parfaitement compte d'une production beaucoup moins périlleuse à capter que tant d'autres plus nourricières d'images, cette vidéo, musicalement honorable, est au final davantage destiné aux fans de Dmitri Tcherniakov ou des artistes de ce nouveau Trouvère, qu'à ceux qui désirent faire leurs premiers pas face au casse-tête de cet opéra énigmatique.


Lire le test du Blu-ray Le Trouvère mis en scène par Dmitri Tcherniakov à La Monnaie




Retrouvez la biographie de Giuseppe Verdi sur le site de notre partenaire Symphozik.info

Jean-Luc Clairet

Suppléments du DVD

En russe stéréo DD avec sous-titres français et anglais :
- Entretien avec Dmitri Tcherniakov. Ce  module est aussi court que précieux car Tcherniakov y donne le mode d'emploi indispensable de sa mise en scène. (14'41)

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

L’origine Haute Définition du master se retrouve sur les plans serrés et moyens, porteurs de détails, lesquels se perdent sur les rares plans larges. La colorimétrie répond sans doute aux exigences du metteur en scène et on appréciera ou pas ces nombreuses images adoucies à l’excès. Il est vrai que les divers luminaires installés sur le plateau ne peuvent que difficilement se marier à une captation. D’où cette esthétique laiteuse qui finit par être lassante. Mais s'il s’agit d’un parti pris… Tcherniakovien !

Son

La piste stéréo, bien timbrée et parfaitement séparée, nourrit une scène avant expressive. Les voix ressortent parfaitement et l’orchestre ne disparaît pas derrière les chanteurs, comme c’est parfois le cas. La dynamique, de plus, est impressionnante.
Cette dynamique se trouve amplifiée avec le mixage multicanal, et l’orchestre paraît plus présent et plus large. Les timbres gagnent en précision et les voix sont un peu mieux projetées. Le caisson de graves apporte plus de solidité à la structure, tandis qu’à l’arrière, les haut-parleurs surround apportent une aération de qualité à l’audition. L’encodage Dolby Digital, comme souvent, se montre quelque peu criard, en particulier lors des passages les plus sonores. Cette piste, néanmoins, reste la plus indiquée pour une restitution vivante.

Note technique : 7/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Giovanni Furlanetto
La Monnaie
Le Trouvère
Marina Poplavskaya
Misha Didyk
Scott Hendricks
Sylvie Brunet-Grupposo

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.