DVD Jaquette de : La Traviata (Glyndebourne 2014)

Distribution

Interprètes
  • Venera Gimadieva
    Violetta Valéry
  • Michael Fabiano
    Alfredo Germont
  • Tassis Christoyannis
    Giorgio Germont
  • Hanna Hipp
    Flora Bervoix
  • Emanuele D'Aguanno
    Gastone
  • Magdalena Molendowska
    Annina
  • Eddie Wade
    Baron Douphol
  • Oliver Dunn
    Marchese D'Obigny
  • Graeme Broadbent
    Doctor Grenvil
  • David Shaw
    Giuseppe
  • Daniel Shelvey
    Messenger
  • The Glyndebourne Chorus
Mise en scène
Tom Cairns
Chorégraphie
Aletta Collins
Orchestre
London Philharmonic Orchestra
Chef d'orchestre
Mark Elder
Réalisation
François Roussillon
Origine
Festival de Glyndebourne
Année
2014

Informations techniques

Durée
132'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Opus Arte
Distributeur
DistrArt Musique
Date de sortie
17/07/2015

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS mi-débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Coréens
•  Français
•  Japonais

La Traviata (Glyndebourne 2014) DVD

Note générale : 9/10

Giuseppe Verdi

Opéra


En juillet 2014, le Festival de Glyndebourne produisait une Traviata délibérément intemporelle unanimement saluée par la critique. Le couple central était incarné par la star montante de l’opéra Michael Fabiano et une révélation venue de Russie, Venera Gimadieva. Le réalisateur François Roussillon, habitué des lieux, se trouvait derrière la caméra pour immortaliser ce spectacle disponible aujourd'hui en Blu-ray et DVD chez Opus Arte.

 

Venera Gimadieva (Violetta Valéry) dans <i>La Traviata</i> à Glyndebourne en 2014.

 

Venera Gimadieva à l'Acte I de <i>La Traviata</i>.L'année 2014 était importante pour Glyndebourne, car on fêtait les 80 ans du Festival. Cet anniversaire coïncidait avec un changement de direction musicale. Robin Ticciati, succédant alors à Vladimir Jurowski au terme d'un mandat très prospectif, marquait le retour à un certain classicisme dans la programmation, mais sous un jour très actuel.
Pour preuve cette Traviata, classique parmi les classiques, relue sous un jour nouveau à défaut d’être vraiment original.

Le classicisme sans doute annonciateur de cette nouvelle ère se ressent déjà dans les décors particulièrement sobres d’Hildegard Bechtler, qui contrastent dans le style mais s’accordent finalement dans l’esprit aux costumes très travaillés signés par la même artiste. L’épure d’un côté et les magnifiques dentelles de l’autre nous parlent, chacune à sa façon mais conjointement, d’une forme d’élégance et d’un raffinement que l’opéra a pour tradition de concentrer.
Autre tradition, celle du London Philharmonic Orchestra, dont l’élégance ne sera pas démentie dans cette captation. Là encore, aucune démonstration gratuite, et Mark Elder fait preuve d’une louable économie de moyens qui place l’orchestre en filigrane. La fosse se fait ainsi participative - encore que la prise de son aurait pu lui accorder une plus grande présence - mais discrète, avec cette retenue toute britannique. Un Verdi d’outre-Manche à défaut d’ultramontain, mais qui parvient sans peine à convaincre par sa maîtrise consommée des équilibres et des phrasés.

 

Tassis Christoyannis (Giorgio Germont) et Venera Gimadieva (Violetta Valéry) dans <i>La Traviata</i> mis en scène par Tom Cairns.

 

Côté voix, il faut avouer que Venera Gimadieva focalise irrémédiablement l’attention. Dès l'Acte I, elle déploie sa voix puissante et posée à la fois, et impose sa présence dans une économie de mouvements qui la rend souveraine. Le phrasé est impeccable et parfaitement soutenu du début à la fin de l'ouvrage, distillant un timbre robuste mais parfaitement élégant, rond et chaud. Sa force parvient à peine à dissimuler la sensibilité qui éclatera à partir de l'Acte II. Dès lors, l’émotion prendra le dessus. Une émotion alliée à la dignité de l'interprète, qui rendra cette performance bouleversante car tout aussi assumée que pudique.

 

Michael Fabiano (Alfredo Germont) dans <i>La Traviata</i> à Glyndebourne en 2014.

 

Face à cette figure "de Commandeur", Michael Fabiano met un peu plus de temps à s’imposer. Au premier Acte, il campe un Alfredo quasiment dépassé par ses sentiments, et par l’aura de cette Violetta inflexible, quitte à laisser échapper quelques imprécisions dans les ornements du Brindisi, avec un timbre encore mal assuré. Plus à l’aise dans les deux Actes suivants, car plus en phase avec sa sensibilité personnelle, son approche délicate du phrasé et surtout des nuances. Son Alfredo n’est plus un noble qui tente une approche sur une courtisane, mais bien un homme authentiquement amoureux. C’est le Michael Fabiano que l’on connaît et que l’on apprécie qui nous revient ici, et il nous livre une performance qui demeurera aussi touchante que convaincante, à l’intensité crescendo jusqu’à l’issue tragique de l’opéra.

 

Tassis Christoyannis interprète Giorgio Germont dans <i>La Traviata</i> à Glyndebourne en 2014.

 

Tassis Christoyannis livre quant à lui une très belle interprétation de Germont, figure paternelle faussement solide, dont le hiératisme du timbre d’airain dissimule une authentique humanité que l’on sent poindre derrière chaque note.
Enfin, comme toujours, mention spéciale pour les Chœurs de Glyndebourne dont la qualité ne s’est jamais démentie, et qui nous livrent ici de fort belles pages !

 

Venera Gimadieva et Michael Fabiano à l'Acte III de <i>La Traviata</i> à Glyndebourne.

 

Au final, cette version de La Traviata plutôt sobre, mais non dénuée de puissance, apparaît sage mais pas pour autant conventionnelle, et le metteur en scène Tom Cairns parvient à un équilibre plutôt bien géré entre un classicisme presque rhétorique et une véritable relecture d’aujourd’hui du drame mis en musique par Verdi. La maîtrise du réalisateur François Roussillon en termes de musicalité et de cohérence du montage fera le reste pour témoigner de la qualité des productions de Glyndebourne qui semblent défier le temps et les modes.

 


Lire le test du Blu-ray La Traviata à Glyndebourne avec Venera Gimadieva et Michael Fabiano



Retrouvez la biographie de Giuseppe Verdi sur le site de notre partenaire Symphozik.info

 

Jean-Claude Lanot

Suppléments du DVD

La soprano Venera Gimadieva est interviewée dans les bonus de <i>La Traviata</i>, disponible en Blu-ray et DVD chez Opus Arte.En VO stéréo DD non sous-titrée :


- Verdi’s La Traviata – "Once Heard, Never forgotten" donne la parole à Mark Elder, Tassis Christoyannis et Michael Fabiano qui livrent leur approche sur l’aspect théâtral de La Traviata. (8’57).
- An Opera for all Times s’appuie sur les témoignages de la décoratrice et costumière Hildegard Bechtler, de la choriste Jennie Witton et de quelques autres intervenants pour aborder les aspects propres à cette production. (6’42)
- Photos de la distribution.

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

La captation HD révèle ici de superbes plans rapprochés qui permettent d’apprécier le soin apporté à la conception des costumes, en particulier ceux portés par Violetta. Seuls les plans larges sont grandement en retrait par rapport au Blu-ray de ce programme et perdent ce précieux détail qui qualifie les gros plans et, dans une certaine mesure, les plans moyens. Les contrastes sont superbes et la densité des noirs permet l’expression d’une colorimétrie de toute beauté. Sur le plan pictural, ce master convainc donc totalement.

Son

Le mixage stéréo, plaisant par son ouverture et sa clarté, laisse malheureusement l’orchestre trop en retrait par rapport aux voix solistes. Ceci étant, si la fosse est laissée pour compte, les timbres vocaux s'en trouvent favorisés. La dynamique globale est satisfaisante, et l’écoute particulièrement fluide.
La piste multicanale 5.1, par comparaison, expose une scène avant très vivante. Les voix se découpent au-devant d’un orchestre toujours trop discret mais qui gagne en définition. Les chœurs trouvent là aussi une présence bien plus convaincante. Le caisson de graves parvient à apporter plus de densité à l’écoute et, à l’arrière, les enceintes surround aèrent l’espace pour une immersion discrète des plus naturelles.

Note technique : 8/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

François Roussillon
Giuseppe Verdi
Glyndebourne
La Traviata
Mark Elder
Michael Fabiano
Tassis Christoyannis
Tom Cairns
Venera Gimadieva

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation
La Finta Giardiniera à l'Opéra de Lille - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.