DVD Jaquette de : Verdi : Requiem (Barenboim, Scala – 2012)

Distribution

Interprètes
  • Anja Harteros
    Soprano
  • Elina Garanca
    Mezzo-soprano
  • Jonas Kaufmann
    Tenor
  • René Pape
    Bass
  • Coro del Teatro Alla Scala
Orchestre
Orchestra del Teatro alla Scala
Chef d'orchestre
Daniel Barenboim
Réalisation
Andy Sommer
Origine
La Scala
Année
2012

Informations techniques

Durée
93'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Decca
Distributeur
Universal Music Classics
Date de sortie
26/08/2013

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS Plein débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Français

Verdi : Requiem (Barenboim, Scala – 2012) DVD

Note générale : 9/10

Giuseppe Verdi

Concert


Le bicentenaire de la naissance de Giuseppe Verdi est pour les éditeurs l'occasion d'enregistrer un grand nombre de ses opéras. Le cas marginal du Requiem a trouvé cependant preneur chez Decca avant d'autres versions attendues en réunissant autour de Daniel Barenboim, nouveau Directeur musical de la Scala de Milan, un quatuor de solistes de grande qualité. Jugez plutôt : Anja Harteros, Elīna Garanča, Jonas Kaufmann et René Pape. Dans ce temple de l'Art lyrique, tout n'était pourtant pas gagné d'avance tant cette composition constitue un cas particulier au sein de l'ensemble de l’œuvre verdienne. Verdict grâce à la captation live du 27 août 2012 désormais disponible en Blu-ray et DVD.

Daniel Barenboim dirige le <i>Requiem</i> de Verdi à la Scala de Milan le 27 août 2012.  © Marco Brescia/Decca

 

La soprano Anja Harteros.Verdi n'a que très peu composé pour l'église. En dehors de quelques pièces isolées - un Ave Maria, un Pater Noster, et les Quatro pezzi sacri (Quatre pièces sacrées) - le Requiem apparaît bien comme son œuvre majeure dans ce domaine, tant au niveau de l'écriture que de la durée. Composé entre Aida et Otello, on pourrait penser que la Messe des morts aurait du mal à trouver sa raison d'être au milieu d'un univers quasi exclusivement consacré au théâtre lyrique. Mais, presque perdu parmi la trentaine d'opéras composés par Verdi, le Requiem est une pièce majeure dont toute la difficulté représente justement pour les interprètes de lui trouver sa juste place.

Le ténor Jonas Kaufmann.Certaines compositions dont les titres ne laissent apparemment aucune ambiguïté ne vont pas sans poser de vrais problèmes interprétatifs aux artistes. En effet, comment ne pas percevoir certains airs tirés des Passions de Jean-Sébastien Bach comme de vraies arias d'opéra baroque ? Quelles places doivent prendre les Messes brèves de Mozart dont l'expression est bien plus proche de la scène que de l'autel ? Ces difficultés ne peuvent en tout cas pas être résolues uniquement par des pirouettes linguistiques telles que les affectionnait Rossini en qualifiant ses ouvrages pour l'église de "sacrée musique" ! Certes, certains aspects du Requiem de Verdi flirtent avec l'opéra : des arias frôlent le grand air, des effets parfois très dramatiques sont exprimés par l'orchestre (Dies Irae), et quatre solistes aux tessitures différentes se livrent à une multitude d'échanges musicaux.

 

Anja Harteros, Elīna Garanča, Jonas Kaufmann et René Pape chantent le <i>Requiem</i> de Verdi à la Scala de Milan le 27 août 2012.

 

La mezzo-soprano Elīna Garanča.Dans cette version du Requiem de Verdi dirigée par Daniel Barenboim, le problème, si tant est qu'il y en ait eu un pour lui, a été brillamment résolu, et l'actuel Directeur musical de la Scala a su surmonter son amour du théâtre pour imposer un style certainement très proche de l'esprit qu'a insufflé Verdi dans son œuvre. L'ambiguïté personnelle du compositeur vis-à-vis de la religion a donc été exploitée par le chef d'orchestre de manière à ne jamais affirmer une profession de foi musicale sans toutefois la nier explicitement. Le tour de force est en tout cas évident et le souffle nécessaire à cette très longue partition réussit à homogénéiser le discours de manière tout à fait convaincante tout au long des deux parties qui la constituent, et entre lesquelles aucune pause n'est faite.

La basse René Pape.La soprano Anja Harteros possède une voix claire très sonore qui arrive aisément à dominer la masse chorale imposante alignée derrière elle sur cinq rangées. Le son est très ouvert, les aigus sortent sans difficulté, qu'ils soient émis avec puissance ou avec retenue. Son visage demeure très concentré sur sa prestation comme, du reste, celui de la mezzo-soprano lettone Elīna Garanča. Cette dernière développe un chant très homogène et une tenue de notes parfaite, tout en nuances introspectives. Le ténor-star Jonas Kaufmann n'a pas à tant s'impliquer dans une partition peu développée pour son registre. Cela peut être un bien pour le rendu global du quatuor vocal dans la mesure où son timbre apparaît presque trop brillant et métallique pour ce type de partition. Pour peu, il aurait été facilement bien trop en avant et aurait rompu l'unité de l'ensemble. La basse René Pape confère beaucoup d'humanité dans le rendu de certaines parties. On citera en exemple son "Mors stupebit", dont les syllabes émises répandent un effroi qui conviendrait parfaitement à une situation théâtrale.

Daniel Barenboim dirige le <i>Requiem</i> de Verdi.  © Marco Brescia/DeccaDaniel Barenboim, sans partition, insuffle par des mimiques très expressives une vie et un ressenti très probants à l'imposante masse chorale parfaitement préparée par le maître de chœur Bruno Casoni. Le rendu de la masse chorale est à ce titre un véritable exploit. Quant à l'orchestre de la Scala, il trouve dans le Requiem de Verdi une belle occasion de mettre en avant ses capacités solistiques au sein, là aussi, d'un fort bel équilibre sonore.

Le magnifique cadre théâtral de la Scala de Milan n'a pas influencé du mauvais côté les artistes interprètes de cette œuvre unique. La mystique céleste fait place au dramatique terrestre, bien plus proche de l'humain que du divin. Une vision qui nous convient parfaitement. Ajoutons que la réalisation de Andy Sommer fait de nous un spectateur parmi les mieux placés pour assister à ce somptueux concert.


À noter : l'éditeur ne propose pas de sous-titres en latin sur ce programme, mais les différentes parties du Requiem sont affichées à l'écran. La captation de ce concert existe également en CD, édité par Decca.



Lire le test du Blu-ray Requiem de Verdi avec Jonas Kaufmann à La Scala

Retrouvez la biographie de Giuseppe Verdi sur le site de notre partenaire Symphozik.info

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du DVD

Aucun.

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Dès les premières images, on se trouve légèrement déçu du manque de luminosité de la proposition. L'entrée des solistes sur la scène de la Scala paraît bien triste en raison d'un manque d'éclat et, sans doute, d'éclairage. En revanche, la définition permet d'apprécier le détail de ce master sur les plans serrés et moyens. Les choses se gâtent quelque peu lorsque la caméra propose un plan général car la définition se perd. Les couleurs sont bien équilibrées, les noirs très profonds et un bon contraste enrichissent la plupart des plans. Enfin, le piqué est variable selon les plans. Reste que l'ensemble est bien triste voire éteint sur le plan pictural. En outre, on remarquera des pertes de netteté dans certains mouvements rapides.

Son

Le mixage stéréo propose une scène bien équilibrée. La séparation est correcte et le dosage entre orchestre, chœur et chanteurs solistes se montre convaincant. L'écoute manque cependant de profondeur et la masse exprimée est un peu à l'étroit entre les deux enceintes.
La piste 5.1, encodée en DTS plein débit - c'est suffisamment rare pour le signaler ! -, apporte l'indispensable aération qui fait défaut à la stéréo. Non seulement la scène avant se creuse pour révéler les différentes strates de ce message sonore souvent très complexe, mais l'ouverture diffusée est bien supérieure. Le caisson de graves, parfaitement intégré, apporte son inégalable soutien à l'ensemble, tandis que les haut-parleurs surround installent une acoustique réaliste, accentuent l'immersion du spectateur et aident au positionnement des trompettes du Tuba mirum dans l'espace. Les nuances sont ici parfaitement rendues sans l'ombre d'une saturation, et la dynamique sert au mieux tant les nuances que la puissance de l'œuvre.

 

Note technique : 7/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Anja Harteros
Daniel Barenboim
Elina Garanca
Giuseppe Verdi
Jonas Kaufmann
René Pape
Requiem de Verdi
Scala de Milan

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.