Blu-ray Jaquette de : Oberto, Conte di San Bonifacio (Teatro Verdi di Busseto, 2007)

Distribution

Interprètes
  • Mariana Pentcheva
    Cuniza
  • Fabio Sartori
    Riccardo
  • Giovanni Battista Parodi
    Oberto
  • Francesca Sassu
    Leonora
  • Giorgia Bertagni
    Imelda
  • Coro del Tetro Regio di Parma
Mise en scène
Pier'Alli
Orchestre
Orchestra del Teatro Regio di Parma
Chef d'orchestre
Antonello Allemandi
Réalisation
Tiziano Mancini
Origine
Teatro Verdi, Busseto
Année
2007

Informations techniques

Durée
125'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
C Major
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
23/10/2012

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Chinois
•  Coréens
•  Espagnol
•  Français
•  Italien
•  Japonais

Oberto, Conte di San Bonifacio (Teatro Verdi di Busseto, 2007) Blu-ray

Note générale : 5/10

Giuseppe Verdi

Opéra


C'est logiquement avec l'opéra Oberto que l'éditeur C Major débute sa collection Tutto Verdi lancée pour le bicentenaire de la naissance de Giuseppe Verdi. Premier opéra de son auteur, il porte déjà les prémices d'une écriture qui marquera à jamais l'expression lyrique. Mariana Pentcheva, Fabio Sartori, Giovanni Battista Parodi et Francesca Sassu se partagent les rôles principaux dans la mise en scène de Pier'Alli pour le petit Théâtre Verdi de Busseto, tandis qu'Antonello Allemandi dirige l'orchestre du Teatro Regio de Parme. Cette captation de Tiziano Mancini réalisée en 2007 est disponible en Blu-ray et en DVD.

 

Fabio Sartori chante le rôle de Riccardo dans <i>Oberto</i> de Verdi mis en scène par Pier'Alli.  © Roberto Ricci/Teatro Regio di Parma

 

Giovanni Battista Parodi (Oberto). © Roberto Ricci/Teatro Regio di ParmaVerdi a 26 ans lors de la création de son premier opéra Oberto, Conte di San Bonifacio. Deux précédents projets - Rocester et Lord Hamilton - sont restés dans les cartons mais on retrouve certainement dans cet Oberto écrit sur les traces de Rossini une partie du matériel composé pour ses "essais" de jeunesse. Toutefois, c'est davantage à Donizetti que l'écriture vocale particulièrement tonique fait souvent penser.
Le livret d'Oberto s'appuie sur un argument "prétexte" à quatre protagonistes d'Antonio Piazza et Temisctocle Solera qui ont fait le choix peu confortable du point de vue narratif d'ouvrir le rideau sans présenter sur scène les "antécédents" indispensables à la compréhension des personnages. Ceci étant, il n'est pas très difficile de se retrouver dans ce schéma habituel de la basse qui contrarie une liaison soprano-ténor.

La direction nerveuse et précise d'Antonello Allemandi convainc dès la Sinfonia construite autour des divers thèmes de l'œuvre. Le chef est raffiné dans son approche et les forts contrastes dynamiques qu'il suscite interpellent, même si les cordes se montrent un peu justes. Pour la suite, l'équilibre entre l'orchestre et les voix montrera une direction attentive aux chanteurs, comme ce n'est pas toujours le cas.

Si la musicalité de la fosse sert de belle façon cette partition toute à l'honneur du jeune Verdi, la distribution rassemblée sur scène est loin de convaincre entièrement. Ce sont les voix masculines qui tirent le mieux leur épingle du jeu, à commencer par le ténor Fabio Sartori dont la vaillance de projection et les aigus parfaits et tenus caractérisent un Riccardo sans grande aura mais bien chantant malgré quelques flottements au début de l'opéra (belles Cavatine à l'Acte I et Romance "Ciel, che deci! Di quel sangue" à l'Acte II). La jeune basse Giovanni Battista Parodi montre plus de présence dans le rôle-titre d'Oberto. Il faut dire que la stature est différente et l'aisance en scène bien supérieure. La voix n'a peut-être pas toute la puissance requise pour cette incarnation mais le timbre est riche, la diction expressive et la musicalité jamais prise en défaut.

 

Mariana Pentcheva interprète le rôle de Cuniza dans <i>Oberto</i> de Verdi.  © Roberto Ricci/Teatro Regio di Parma

 

Il est bien plus difficile d'adhérer aux voix féminines. On passera très vite sur le timbre ingrat de Giorgia Bertagni dans le rôle peu exposé d'Imelda, confidente de Cuniza. La mezzo-soprano Mariana Pentcheva possède une technique vocale à même d'offrir une belle assurance au personnage de Cuniza mais cette assise ne parvient jamais à être équilibrée par une sensibilité malgré le savoir-faire vocal et quelques nuances plutôt bien gérées. Le jeu est primaire et la physionomie de la chanteuse peu avantagée par sa coiffure. La soprano Francesca Sassu, physiquement plus avantagée et douée d'une expression plus intéressante ne possède en revanche pas un timbre inoubliable et, si la justesse est bonne et la ligne de chant bien conduite, le manque de couleur et, finalement, d'intérêt pour cette expression vocale fade, plombe notre empathie envers Leonora, fille d'Oberto. De plus, empêtré dans une gestuelle factice qui réclame continuellement des positions de mains peu naturelles à la chanteuse, le personnage reste continuellement à distance de la sensibilité du spectateur. Seul son "Tutto ho perduto !" de la scène finale se montrera-t-il plus touchant.
Les chœurs du Teatro Regio de Parme sont en revanche excellents et honorent chaque intervention ménagée par Verdi, tant en soutien des solistes que lors de belles expressions chorales.

 

Francesca Sassu (Leonora).  © Roberto Ricci/Teatro Regio di Parma

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




La scène du Théâtre Verdi de Busseto n'est pas très grande, et certaines loges ont été utilisées pour y placer des choristes. Une idée intéressante qui permet visuellement d'élargir le plateau. Mais, malheureusement, le metteur en scène Pier'Alli ne semble pas plus inspiré par cet Oberto qu'il l'était pour Les Puritains à Bologne, et on aura rarement vu mise en scène plus statique que celle-ci. Bien entendu, la structure des airs installe souvent les personnages de façon assez lourde, mais on dirait que tout a été fait pour accentuer le statisme. Les chanteurs solistes entrent le plus souvent par le fond de scène par une légère pente, se placent au centre du plateau et chantent, quasiment sans bouger… Le déficit chronique d'éclairage de la scène alourdit encore cette sensation de lourdeur qui ne s'estompe pas au cours de la représentation. Quant à la dominante orange, si elle permet quelques compositions visuelles assez jolies, le manque de variété de couleurs aboutit à une démonstration terne et, finalement, bien monotone.
Pour revenir à la gestuelle imposée à Francesca Sassu, on a bien du mal à en comprendre la raison. La soprano s'en tire plutôt bien et ses bras donnent l'impression de se placer assez facilement en réponse aux phrases musicales. Mais on croirait un automate et l'artifice ne fonctionne plus, passé quelques minutes. Plus largement, les rapports entre les personnages souffrent d'une distance qui les sépare et aucune interaction de jeu ne fonctionne vraiment sauf, peut-être, le face à face nerveux entre Oberto et Riccardo à l'Acte II.

 

Giovanni Battista Parodi (Oberto) et Francesca Sassu (Leonora) dans <i>Oberto</i> mis en scène par Pier'Alli.  © R. Ricci/Teatro Regio di Parma

Restent alors quelques passages parfaitement construits sur le plan musical, tels le finale de l'Acte I et son "concertato" de stupeur bien rendu, qui tend à prouver la maturité d'écriture du jeune Verdi et un superbe quatuor à l'Acte II, qui réunit Riccardo, Leonora, Cuniza et Oberto autour d'une écriture très maîtrisée. Mais il faut reconnaître que cette production statique et visuellement peu intéressante défendue par une distribution approximative ne saurait convaincre outre mesure le spectateur, même indulgent.


 

À noter : Les options sonores et de sous-titrage de ce Blu-ray doivent être sélectionnées une fois lancé le programme principal par le biais du menu pop-up.

Le Blu-ray d'Oberto est également disponible au sein de la luxueuse intégrale Tutto Verdi éditée par C Major. Il constitue le disque no. 1 de la collection.



Lire le test du DVD Oberto

 

 



Retrouvez la biographie de Giuseppe Verdi sur le site de notre partenaire Symphozik.info

Philippe Banel

Suppléments du Blu-ray

En Haute Définition :
- Introduction à Oberto. Quelques données historiques bien illustrées replacent la création d'Oberto dans son contexte, mais c'est l'argument de l'opéra qui occupe la majeure partie de ce sujet. Les personnages du drame sont introduits, puis le livret est présenté en détail, accompagné de nombreux et trop longs extraits de l'opéra. (Italien ou anglais stéréo PCM à la prise de son indigente (enregistrement dans une boîte ?). Pas de sous-titres. 10'40)
- Cinq bandes-annonces d'opéras de Verdi. (Stéréo PCM)

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

L'orchestre filmé pendant l'Ouverture manque singulièrement de lumière et les carnations des musiciens affichent une nette dominante orangée. L'ouverture du rideau ne change pas grand-chose à cette première constatation et c'est sur un plateau constamment sous-éclairé que nos yeux devront se poser. Certes, les noirs profonds de ce master ne souffrent aucune critique mais en l'état, ils renforcent notre inconfort. De plus, l'éclairage de scène projette souvent des ombres sur les visages, ce qui n'arrange rien. Seuls un ou deux costumes viennent éclairer cette noirceur envahissante. La Haute Définition, en revanche, permet à de nombreux détails de compenser la pauvreté des contrastes.

Son

La piste stéréo propose une dynamique trop restreinte, peu de corps et des aigus trop agressifs. Les graves sont en revanche plutôt bien reproduits. Mais l'orchestre se retrouve souvent masqué par des voix, elles-mêmes assez lointaines.
L'orchestre se montre bien plus détaillé en 5.1 et profite de riches basses bien dispensées par le caisson de graves, et d'une aération bienvenue véhiculée par les enceintes surround. Les timbres des voix sont parfaitement reproduits, ce qui ne joue malheureusement pas à l'avantage des voix féminines. L'ensemble se montre quelque peu agressif dans les forte.
Sur les deux pistes : de nombreux bruits de plateau assez audibles.

Note technique : 6/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Fabio Sartori
Giovanni Battista Parodi
Giuseppe Verdi
Mariana Pentcheva
Oberto
Pier'Alli

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.