DVD Jaquette de :  La Force du Destin (Wiener Staatsoper)

Distribution

Interprètes
  • Alastair Miles
    Il Marchese di Calatrava/Padre Guardiano
  • Nina Stemme
    Donna Leonora
  • Carlos Álvarez
    Don Carlo di Vargas
  • Salvatore Licitra
    Don Alvaro
  • Nadia Krasteva
    Preziosilla
  • Tiziano Bracci
    Fra Melitone
  • Elisabeta Marin
    Curra
  • Dan Paul Dumitrescu
    Un alcalde
  • Michael Roider
    Mastro Trabuco
  • Clemens Unterreiner
    Un chirurgo
Mise en scène
David Pountney
Chorégraphie
Beate Vollack
Orchestre
Orchester der Wiener Staatsoper
Chef d'orchestre
Zubin Mehta
Réalisation
Karina Fibich
Origine
Wiener Staatsoper
Année
2008

Informations techniques

Durée
161'
Nombre de disques
2
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
C Major
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
24/11/2011

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.0 DTS mi-débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Chinois
•  Coréens
•  Espagnol
•  Français
•  Italien

La Force du Destin (Wiener Staatsoper) DVD

La Forza del destino

Note générale : 7/10

Giuseppe Verdi

Opéra


La Force du Destin, opéra de maturité de Giuseppe Verdi demeure encore peu présent en vidéo. La présente édition du label C Major, disponible en Blu-ray et DVD, forte d'une distribution sans défauts majeurs, est malheureusement desservie par la mise en scène de David Pountney. Le point sur cette production viennoise de 2008, avec Zubin Mehta à la tête de l'orchestre du Wiener Staatsoper, et Carlos Álvarez, Nina Stemme, Salvatore Licitra, Alastair Miles et Nadia Krasteva dans les principaux rôles…

Carlos Álvarez (Don Carlo) et Salvatore Licitra (Don Alvaro) en mars 2008 dans <i>La Force du Destin</i>.  © Wiener Staatsoper/Axel Zeininger

 

L'Ouverture très connue de La Force du Destin annonce la musicalité de toute la représentation en raison de la présence de l'orchestre du Wiener Staatsoper, luxueuse formation en grande partie composée de membres du Philharmonique de Vienne. Zubin Mehta lui imprime des tempos posés et une dynamique non excessive dans le respect des chanteurs tout en suivant une trajectoire très classique. Le timbre émanant de la fosse et le grand professionnalisme des instrumentistes ne seront de fait pas pour rien dans le résultat final.

Nadia Krasteva (Preziosilla).  © Wiener Staatsoper/Michael PöhnComparé à la réussite exemplaire signée avec La Passagère de Weinberg, le metteur en scène David Pountney déçoit énormément dans cette Force du Destin par son manque d'imagination et une dramatisation sans force qui frôle le ridicule. L'Ouverture se présente telle une bande-annonce visuellement surchargée d'images de synthèse qui anticipent le spectacle qui nous attend. La décoration est minimaliste mais des éclairages saturés soutiennent l'action scénique. Seul l'Acte III s'encombre d'escaliers métalliques mobiles. Notre imagination fera ce qu'elle pourra pour s'accrocher à des repères géographiques et temporels, malgré le soutien de la projection de films d'époque relatifs au second conflit mondial. Le livret original se déroule sur plusieurs années, or le metteur en scène a fait le choix de rétrécir le temps. Mais cela ne nuit globalement pas à la compréhension d'une intrigue assez décousue. Le seul vrai fil conducteur sera visuel : deux épées rouges, symboles du Destin.

Le bât blesse en revanche davantage au niveau de la chorégraphie et nous resterons dubitatif devant une pseudo revue de cabaret hollywoodienne avec danseurs bible en main prônant la guerre. Il faut beaucoup de constance à Nadia Krasteva (Preziosilla) pour apparaître, comme les danseurs, vêtue d'un costume de "cow-boy" rouge vif avec pantalon collant noir orné de motifs blancs baroques, ceinturon, chapeau bordé de velours et pistolet au poing ! Deux possibilités s'offrent à nous : attendre que cela passe ou rire franchement ! Les chanteurs ont globalement du mérite de parvenir à trouver leur place dans ce contexte de Seconde Guerre mondiale, mais la qualité du chant est heureusement d'un autre niveau.

Scène de <i>La Force du Destin</i> mis en scène par David Pountney à l'Opéra de Vienne.  Photo © Wiener Staatsoper/Michael Pöhn

 

Alastair Miles (Calatrava), Carlos Álvarez (Don Carlo), Nina Stemme (Leonora) et Salvatore Licitra (Don Alvaro).  Photo © Wiener Staatsoper/Axel ZeiningerAlastair Miles tient le double rôle du Marquis, assassiné dès l'Acte I, et du Père supérieur franciscain Guardiano. Si, dans un premier Acte en demi-teintes, la voix de la basse anglaise reste un peu en retrait et a du mal à s'imposer pleinement face à ses partenaires, en particulier en regard de Nina Stemme (Leonora), son talent explosera par la suite.
Totalement absente de l'Acte III, la soprano incarne pourtant fort bien une Leonora torturée et victime du Destin. Le chant se fait expressionniste, très engagé, et même si les graves sont un peu faibles, le medium et les aigus s'épanouissent librement, riches de couleurs. En synthétisant les diverses évolutions du personnage, l'air final "Pace, mio Dio !" est tout simplement grandiose.
Le talentueux baryton Carlos Álvarez joue à fond la noirceur du personnage du frère vengeur Don Carlo. Puissance du chant très en avant et expressions de circonstance, il impose avec aisance ce personnage porteur de mort, obsédé par la recherche de son honneur.
Son principal partenaire, Don Alvaro, est incarné par le ténor Salvatore Licitra. Trois ans avant son décès accidentel, il livre ici un Don Alvaro d'une grande beauté vocale, très bien timbré, puissant et non criard, très coloré dans les différents registres. Son "O tu che in seno agli angeli" est un grand moment d'émotion avec ses splendides aigus portés et tenus. [À noter : Turandot de Puccini édité par Bel Air Classiques est une des dernières captation avec Salvatore Licitra].
La mezzo-soprano bulgare Nadia Krasteva, nous l'avons écrit plus haut, doit composer avec son déguisement de cow-girl et sa voix en pâtit, mal posée et même essoufflée par moments. Il faut dire que la gitane n'a pas été gâtée par Verdi, soyons francs, peu inspiré et plombée de plus par une chorégraphie ridicule.
Enfin, le rôle secondaire de Fra Melitone trouve en la basse roumaine Paul Dumitrescu un interprète qui ne passe pas inaperçu dans un rôle comique difficile à tenir dans le contexte imposé par la présente production. Son allure de religieux enrobé dépassé par les événements s'affirme sans problème grâce à une voix qui n'aurait pas démérité dans les deux autres rôles de l'opéra confiés à cette tessiture.

 

Carlos Álvarez interprète Don Carlo dans <i>La Force du Destin</i> à l'Opéra de Vienne.  Photo © Wiener Staatsoper/Axel Zeininger

 

Cette Force du Destin est donc victime consentie d'une indigente mise en scène, et chaque spectateur sera libre de se montrer plus ou moins tolérant face à ce spectacle par ailleurs fort bien chanté. Mais l'opéra est un ensemble dans lequel tout doit fonctionner et fusionner. Peut-on alors se contenter, en DVD ou Blu-ray, d'une version au seul intérêt musical ?


À noter : Les Actes I et II sont proposés sur le DVD 1 (73"32) ; les Actes III et IV sur le DVD 2 (87'51).



Lire la critique de La Force du Destin en Blu-ray

 

 

Retrouvez la biographie de Giuseppe Verdi sur le site de notre partenaire Symphozik.info.

 

 

 

 

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du DVD

Sur le DVD 1 : Six bandes-annonces. (Stéréo DD)

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Dès l'Ouverture, Zubin Mehta à la baguette ressort sur un fond noir de jais qui contribue à donner une impression de relief assez marquée, ce qui sera souvent le cas au cours de la captation. Les couleurs sont franchement saturées et les contours assez fins. Pas de doute la Haute Définition d'origine s'exprime de fort belle façon par une précision sur les plan serrés et moyens. Mais, curieusement, certains plans (Nina Stemme) paraissent adoucis et la mise au point approximative (voire défaillante) alors que l'on perd le détail qui caractérise de nombreuses autres images. Effet voulu ?

 

Son

La piste stéréo offre un fort bel équilibre entre la fosse et la scène. L'ensemble est moelleux sans être mou et les timbres vocaux respirent le naturel. La dynamique, en revanche, est un peu contenue.
Le mixage 5.0 ajoute aux caractéristiques de la stéréo une projection vocale bien plus naturelle qui nous permet une meilleure approche de la diction des interprètes. L'orchestre gagne une subtilité et une définition assez flagrantes mais, malheureusement, n'est pas soutenu par le canal de basses non-retenu par l'ingénieur du son. La scène arrière, relativement discrète, aère cependant l'ensemble et une dynamique plus probante tend à mieux servir l'œuvre.

Note technique : 8/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Alastair Miles
Carlos Alvarez
David Pountney
Giuseppe Verdi
La Force du Destin
Nadia Krasteva
Nina Stemme
Salvatore Licitra
Zubin Mehta

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.