DVD Jaquette de : La Force du Destin - Version 1862 (Théâtre Mariinsky 1998)

Distribution

Interprètes
  • Grigory Karasev
    Marchese di Calatrava
  • Galina Gorchakova
    Leonora
  • Nikolai Putilin
    Don Carlo
  • Gegam Grigorian
    Don Alvaro
  • Marianna Tarasova
    Preziosilla
  • Sergei Alexashkin
    Padre Guardiano
  • Georgy Zatavny
    Fra Melitone
  • Lia Shevtsova
    Curra
  • Yevgeny Nikitin
    Alcade
  • Nikolai Gassiev
    Mastro Trabucco
Mise en scène
Elija Moshinsky
Orchestre
The Kirov Orchestra
Chef d'orchestre
Valery Gergiev
Réalisation
Brian Large
Origine
Théâtre Mariinsky
Année
1998

Informations techniques

Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Arthaus Musik
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
26/04/2012

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français
•  Néerlandais

La Force du Destin - Version 1862 (Théâtre Mariinsky 1998) DVD

La Forza del Destino

Note générale : 8/10

Giuseppe Verdi

Opéra


Jadis édité en DVD par TDK, cette réédition Arthaus Musik de La Force du Destin mérite une attention toute particulière car il s'agit de la méconnue première mouture de Giuseppe Verdi écrite à la suite d'une commande émanant du Théâtre Impérial de Saint-Pétersbourg en 1861. Galina Gorchakova, Marianna Tarasova, Nikolai Putilin et Cegam Grigorian incarnent les principaux rôles. Les chœurs et l'orchestre du Kirov sont dirigés par Valery Gergiev…

 

Galina Gorchakova chante le rôle de Leonora dans <i>La Force du Destin</i> sur la scène du Théâtre Mariinsky en 1998.

 

Grigory Karasev (Marchese di Calatrava).Eu égard à ce que nous pourrions appeler sans trop exagérer "une rareté", laquelle trouve parfaitement sa place dans l'actuel axe de redécouvertes d'inédits ou de retour aux versions originales d’œuvres bien connues, cette Force du Destin (La Forza del Destino) russe génère un intérêt qui dépasse la simple curiosité. Sans pousser trop loin la liste des différences, on pourra se contenter d'indiquer qu'elles se révèlent parfois très importantes, comme dans l'Ouverture, passée dans le répertoire de concerts et initialement conçue comme un prélude, et lors du dénouement final. Précisons que ces modifications ne nuisent nullement à la qualité globale de l’œuvre et que le spectateur prendra sans doute plaisir à comparer la présente version avec celle remaniée 7 ans plus tard, inscrite au répertoire des grands théâtres lyriques.

 

Scène de <i>La Force du Destin</i> mise en scène par Elijah Moshinsky au Théâtre Mariinsky.

 

Marianna Tarasova (Preziosilla).Afin de mieux permettre d'apprécier une intrigue qui manque d'unité et de cohérence, le choix a été fait d'une mise en scène tout à fait classique. Les décors d'Andrei Voitenko s'inscrivent dans un réalisme absolu, fidèles presqu'à la lettre aux indications du livret. On trouve même un aspect désuet dans l'utilisation de toile peintes destinées à habiller le fond de scène. Tout cela n'est d'ailleurs pas désagréable et se voit assumé avec bon goût par le metteur en scène Elijah Moshinsky épaulé par Peter Hall pour les costumes d'époque. Aucune recréation moderniste donc, ni abstraction facile dans cette production que l'on pourra opposer à toutes fins utiles avec la production viennoise innovante de La Force du Destin mise en scène par David Pountney, éditée sous label C Major. Là où nous nous posions la question de savoir si l'on pouvait se contenter d'une version au seul intérêt musical, il est ici superflu d'entrer dans ce dilemme avec les artistes du Théâtre Mariinsky tant le niveau vocal s'impose, certes sans coup de cœur, mais sans failles non plus.

 

Sergei Alexashkin (Padre Guardiano).Gegam Grigorian (Don Alvaro).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 






Évacuons d'emblée le petit défaut naturel de prononciation de Grigory Karasev sur la consonne "s", au demeurant à sa place dans son rôle de père bafoué, ainsi que la limite de puissance d'émission et de tenue de note approximative dans les aigus de la mezzo-soprano Marianna Tarasova qui joue une gitane bien convenue, la main sur la hanche.
Le rôle secondaire mais tout de même important de Melitone est révélateur de la direction sérieuse donnée à cette Force du destin : le frère bougon chanté par Georgy Zatavny perd l'aspect comique souvent développé par les interprètes, lequel apporte un peu de légèreté à ce sombre drame. On ne rit pas avec le Destin, ni avec la guerre ni avec la pauvreté. La production du Mariinsky est là pour nous le rappeler…

 

Galina Gorchakova (Leonora) et Gegam Grigorian (Don Alvaro).

 

Mais qu'en est-il des rôles principaux ?
Galina Gorchakova est une Leonora qui n'a plus l'âge du rôle mais impose son personnage sans difficulté. Le chant est soutenu, d'une amplitude généreuse que l'on sent parfois proche de ses limites dans les aigus, limites toutefois jamais franchies. Certes, les déplacements et jeux scéniques restent très prosaïques – c'est le cas de l'ensemble de la distribution - mais la soprano lyrique russe est bien en phase avec l'imposant ténor arménien Gegam Grigorian dont la puissance physique se place tout au service d'un chant très timbré, puissant mais sans excès. On remarquera toutefois de curieuses variations dans l'intonation. Il lui arrive, en effet, d'émettre des notes "rentrées" et sanglotantes au cours d'une même phrase. Cette particularité peut facilement être relevée dans le "Della natal sua terra" de l'Acte III. Mais il n'y a guère lieu de s'en montrer dérangé, d'autant que le chanteur est un bon acteur. Face à lui, l'ennemi de toujours, le Don Carlo de Nikolai Putilin expose un semblable gabarit physique et le même type de voix imposante, dans un registre plus grave. Putilin fait du frère de Leonora un personnage obsédé par la vengeance, aux regards fuyants et glacials, raide dans ses déplacements et au final, tout à fait en phase avec cette Force du Destin. Enfin, le Padre de Sergei Alexashkin incarne la basse russe telle qu'on se l'imagine : notes charnues, souffle et force de l'inertie. Le chanteur est parfait dans le rôle du sévère religieux.

 

Scène finale de <i>La Force du Destin</i> au Théâtre Mariinsky en 1998.

 

La distribution totalement slave, dirigée de main de maître par l'inépuisable Valery Gergiev, se montre à sa place dans Verdi, avec un italien restant tout à fait compréhensible. La musique "militaire" évite le piège du clairon qui sonne trop fort et de la batterie trop rythmée qu'affectionnent souvent les orchestres russes. Quant à la qualité des chœurs, elle ne fait qu'ajouter à cette Force du Destin originelle qui ne fera pas pâle figure aux côtés des versions plus standard que nous entendons le plus souvent.

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du DVD

Aucun.

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Ce master vidéo étonne par la belle précision affichée sur les plans moyens et serrés. Les couleurs sont parfaitement calibrées, entre les carnations naturelles et les saturations des décors et des costumes. La luminosité s'exprime parfaitement entre des premiers plans bien éclairés sans saturation et des fonds de scène souvent assez sombres, qui permettent un niveau de contraste très satisfaisant. Le relief est constamment présent à l'image.

Son

L'unique piste proposée sur ce DVD - un encodage stéréo PCM - se montre parfaitement équilibrée et séparée. Le confort d'écoute est constant, avec des graves assez présents et des aigus exempts d'agressivité. La restitution est dynamique et puissante. L'orchestre s'exprime avec des timbres particulièrement riche, tandis que les voix s'inscrivent au premier plan avec naturel. L'ouverture est panoramique et l'ensemble ne manque pas de profondeur.

Note technique : 8/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Elijah Moshinsky
Galina Gorchakova
Gegam Grigorian
Giuseppe Verdi
Théâtre Mariinsky
Valery Gergiev

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.