Blu-ray Jaquette de : Les Deux Foscari (Leo Nucci, Teatro Regio di Parma)

Distribution

Interprètes
  • Leo Nucci
    Francesco Foscari
  • Roberto De Biasio
    Jacopo Foscari
  • Tatiana Serjan
    Lucrezia Contarini
  • Roberto Tagliavini
    Jacopo Loredano
  • Gregory Bonfatti
    Barbarigo, senatore
  • Marcella Polidori
    Pisana
  • Mauro Buffoli
    Fante del Consiglio de’ Dieci
  • Alessandro Bianchini
    Servo del Doge
  • Coro del Teatro di Parma
Mise en scène
Joseph Franconi Lee
Chorégraphie
Marta Ferri
Orchestre
Orchestra del Teatro Regio di Parma
Chef d'orchestre
Donato Renzetti
Réalisation
Tiziano Mancini
Origine
Teatro Regio di Parma
Année
2009

Informations techniques

Durée
116'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
C Major
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
06/11/2012

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Chinois
•  Coréens
•  Espagnol
•  Français
•  Italien
•  Japonais

Les Deux Foscari (Leo Nucci, Teatro Regio di Parma) Blu-ray

I Due Foscari

Note générale : 7/10

Giuseppe Verdi

Opéra


Les Deux Foscari n'est certes pas le plus populaire des opéras de Verdi, malgré un assez bon livret de Piave et un excellent rôle pour le baryton qui incarne le Doge de Venise. En octobre 2009, dans le cadre du Festival Verdi, des caméras HD se sont installées au Teatro Regio de Parme pour filmer la production mise en scène par Joseph Franconi Lee. Leo Nucci est entouré de Tatiana Serjan et Roberto De Biasio, tandis que Donato Renzetti dirige l'ensemble depuis la fosse. Ce programme, issu de l'intégrale Tutto Verdi, est disponible en Blu-ray et DVD chez C Major.

Leo Nucci interprète le Doge Francesco Foscari dans <i>Les Deux Foscari</i>.  © Roberto Ricci/Teatro Regio di Parma

 

Tatiana Serjan (Lucrezia Contarini) et Roberto De Biasio (Jacopo Foscari).  © Roberto Ricci/Teatro Regio di ParmaCréé à Rome en 1844, toute l'action des Deux Foscari (I Due Foscari) se situe au cœur de la "Sérénissime" à la fin du Moyen-Âge et nous raconte la chute de la maison des Foscari, dont le père n'est autre que le Doge.

Dans cette production du Teatro Regio de Parme, le grand baryton italien Leo Nucci accomplit une belle performance dans le rôle du vieux Doge de Venise Francesco Foscari. Ainsi, dans la scène et romance de l'Acte I : "Eccomi solo alfine… O vecchio cor, che batti", il fait déjà ressortir toute son expérience vocale et dramatique. On retrouvera cet aplomb artistique lors du trio de l'Acte II, puis du quartet qui le place face à sa belle-fille Lucrezia, son fils Jacopo et Loredano, un des membres du Conseil des Dix, mais surtout pendant toute la scène finale de l'œuvre, quand il apprend d'abord la mort de son fils puis sa destitution en tant que Doge de la Cité-État par la famille des Malipiero – ce qui le mènera à son propre décès par excès d'angoisse : "Questa dunque… Che venga a me… Quel bronzo ferale". Là, Leo Nucci est au summum de son expression vocale et dramatique : large tessiture, ampleur et qualité de la ligne de chant… Il nous place à ce moment à la hauteur du drame de Lord Byron que Piave a utilisé pour son livret !

La direction de Donato Renzetti, à la tête de l'Orchestre Teatro Regio di Parma, ainsi que les ensembles vocaux préparés par Martino Faggiani, constituent un autre atout de cette captation. Les pages purement orchestrales restent toutefois rares et très courtes dans ces Deux Foscari (Prélude de l'Acte I et Introduction de l'Acte III) et ne permettent donc pas au chef de vraiment mettre en valeur son orchestre. En revanche, il nous montre toute sa mesure lors des ensembles : pour le finale grandiose de l'Acte II, lors des adieux de Jacopo au cours de l'Acte III, ou encore pendant le finale de l'Acte III.
De même, les attaques du chœur sont impeccables et l'ampleur vocale admirable. On remarquera d'abord le chœur masculin du début de l'Acte I, qui nous plonge dans le mystère de Venise et au sein des intrigues liées au pouvoir politique centré autour de la police d'Etat qu'était le Conseil des Dix. Puis, ce même chœur masculin, toujours structuré autour de la question du pouvoir, projettera sa puissance lors du finale de l'Acte II et de celui de l'Acte III. Le chœur féminin n'est pas en reste et soutient à plusieurs reprises le personnage de Lucrezia.

 

Scène des <i>Deux Foscari</i> de Verdi mis en scène par Joseph Franconi Lee au Teatro Regio di Parma.  © Roberto Ricci/Teatro Regio di Parma

 

Tatiana Serjan (Lucrezia Contarini).  © R. Ricci/Teatro Regio di ParmaLa mise en scène de Joseph Franconi Lee s'exprime de façon on ne peut plus classique, autant dans la direction d'acteurs que dans l'esthétique des costumes en phase avec la Venise du milieu du XVe siècle, avec des décors sobres suggérant plus souvent qu'ils ne montrent. La performance des artistes prime donc de fait, mais également le travail scénique lié au chœur avec, notamment, la formation de sortes de tableaux vivants. Toutefois, un bémol de taille concerne le jeu théâtral trop figé et stéréotypé dans les duos de Jacopo et Lucrezia. Pourquoi se tiennent-ils ainsi par les mains tout en regardant le chef d'orchestre ?

Si Leo Nucci s'impose comme l'artiste majuscule de cette production, les autres solistes se positionnent nettement en retrait, tout au moins sur le plan vocal. On tiendra la basse Roberto Tagliavini pour un bon Loredano, impressionnant lorsqu'il annonce sa destitution au vieux Doge Foscari, mais son ampleur vocale paraît relativement étroite là ou une grande voix de basse était attendue. Bien plus encore, les personnages de Lucrezia et Jacopo souffrent d'incarnations vocales trop justes. Roberto De Biasio prête un physique très crédible au fils du Doge et sa ligne de chant se montre correcte, mais le timbre nasillard frise souvent le désagréable. Quant à la soprano Tatiana Serjan, si elle apporte à Lucrezia une crédibilité dramatique incontestable, il faut compter avec des aigus forte difficiles, un timbre acide, et un manque de rondeur conjugué à un vibrato peu maîtrisé.




Au final, cette captation vaut essentiellement pour la performance de Leo Nucci, qui apporte une ampleur vocale et dramatique considérable au personnage du Doge de Venise. On pourra également retenir la qualité des ensembles et des chœurs ; mais, globalement, il faut bien reconnaître que c'est à peu près tout. Toutefois, mis dans la perspective de l'intégrale Tutto Verdi éditée par C Major, ces Deux Foscari constituent un maillon que les passionnés visionneront sans doute avec indulgence.

Lire le test du DVD Les Deux Foscari de Verdi

 

Retrouvez la biographie de Giuseppe Verdi sur le site de notre partenaire Symphozik.info

Jean-Luc Lamouché

Suppléments du Blu-ray

En HD et en anglais et italien stéréo PCM non sous-titrés :
- Introduction aux Deux Foscari. Ce sujet bien conçu présente l'argument de l'opéra illustré d'extraits de la production et livre quelques éléments sur l'histoire de l'œuvre et le contexte de la création. (10'46)
- Cinq bandes-annonces d'opéras de Verdi. (Stéréo PCM)

 

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

Le master d'origine HD délivre ici une richesse de détails qui se jouent des zones d'ombres du plateau. De nombreuses scènes paraissent bien peu éclairées mais la définition présente des contours toujours finement dessinés et les noirs profonds permettent à de puissants contrastes de s'exprimer. Les couleurs bénéficient d'un rendu de pointe, en particulier de splendides rouges et de magnifiques jaunes-or. La définition permet en outre d'apprécier autant le soin porté aux costumes que des plans larges qui, contrairement au DVD de ce programme, affichent toujours une définition de fort bon niveau.

Son

Le mixage stéréo, large et profond, diffuse une belle dynamique qui sert autant l'orchestre que les voix tout au long du spectacle. La balance entre fosse et scène est équilibrée et l'écoute se pare de graves assez présents. On regrettera seulement le manque de lisibilité des ensembles et des forte vocaux parfois agressifs et trop réverbérés.
La piste 5.1 apporte ce détail qui permet de rendre la scène avant bien plus vivante. L'orchestre gagne en largeur et les instruments se détachent tandis que le chœur gagne en détail et les solistes en projection. Le caisson de graves apporte une assise mesurée à l'ensemble, tandis que les enceintes surround aèrent subtilement l'écoute. La réverbération, toutefois, est souvent dommageable aux forte vocaux, en outre trop stridents.

Note technique : 8/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Donato Renzetti
Giuseppe Verdi
Joseph Franconi Lee
Leo Nucci
Roberto De Biasio
Tatiana Serjan
Teatro Regio di Parma

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.