DVD Jaquette de : Simon Boccanegra (Scala 2010)

Distribution

Interprètes
  • Placido Domingo
    Simon Boccanegra
  • Ferruccio Furlanetto
    Jocopo Fiesco
  • Massimo Cavalletti
    Paolo Albiani
  • Ernesto Panariello
    Pietro
  • Anja Harteros
    Amelia Grimaldi (Maria)
  • Fabio Sartori
    Gabriele Adorno
  • Antonello Ceron
    Capitano del balestrieri
  • Alisa Zinovjeva
    Ancella di Amelia
  • Chorus of the Teatro alla Scala
Mise en scène
Federico Tiezzi
Orchestre
Orchestra of the Teatro alla Scala
Chef d'orchestre
Daniel Barenboim
Réalisation
Patrizia Carmine
Origine
Teatro alla Scala
Année
2010

Informations techniques

Durée
149'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Arthaus Musik
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
21/01/2013

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DD
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Coréens
•  Espagnol
•  Français
•  Italien
•  Japonais

Simon Boccanegra (Scala 2010) DVD

Note générale : 8/10

Giuseppe Verdi

Opéra


Peut-être en raison de la complexité de son livret, Simon Boccanegra est un opéra de Verdi parmi les moins considérés. Créé en 1857 à la Fenice de Venise, il fut ensuite très largement révisé. Cette production de la Scala de Milan signée Federico Tiezzi compte parmi celles qui rendent justice à la partition, notamment grâce à la présence du ténorissimo Plácido Domingo, ici comme baryton, sous la direction de Daniel Barenboim. Un programme capté en 2010, disponible en Blu-ray et DVD chez Arthaus Musik.

 

Scène de <i>Simon Boccanegra</i> de Verdi, dans la production de Federico Tiezzi.

 

Plácido Domingo (Simon Boccanegra).Un des grands intérêts de cette captation réside dans sa distribution, à commencer par la performance de Plácido Domingo dans le rôle du Doge de Gênes au XIVe siècle. Tout comme dans les productions du Met et du Royal Opera House, captées aussi en 2010, le ténor incarne un remarquable Simon Boccanegra sur le plan dramatique, usant de la tessiture de baryton. Domingo contrôle et maîtrise tout, en particulier lors des duos qui le placent face à Paolo (Massimo Cavalletti), Fiesco (Ferruccio Furlanetto) ou Amelia (Anja Harteros), dont la voix se marie à la perfection avec la sienne. À l'Acte I, l'incarnation vocale et dramatique se montre superbe, jusqu'à la scène finale, impressionnante d'autorité. À l'Acte III, Domingo saura nous bouleverser lors de la mort du Doge, réconcilié avec Fiesco et bénissant l'union entre Gabriele et sa fille Amelia.

 

Ferruccio Furlanetto (Jocopo Fiesco).Massimo Cavalletti (Paolo Albiani).

 

 













Fiesco est interprété par la grande basse Ferruccio Furlanetto. Moins présent à la scène que Domingo, sa prestance dramatique et vocale n'en est pas moins éclatante, comme en témoigne dès le Prologue le célèbre "Il lacerato spirito…". Puis sa voix s'harmonise parfaitement avec celle du premier, en particulier à l'Acte III, lorsque Fiesco commence à regretter la fin envisagée pour le Doge, et le face à face des deux hommes vieillis donne alors lieu à un duo des plus captivants.
Paolo, personnage fort peu sympathique s'il en est, est incarné par Massimo Cavalletti, excellente basse également. Ses interventions lors du finale de l'Acte I se montreront particulièrement marquantes. De même, au début de l'Acte II, lorsque Paolo est démasqué, l'acteur devient assez remarquable.
La soprano Anja Harteros prête ses qualités dramatiques à Amelia, mais également son vibrato instable à froid. Ainsi, au début de l'Acte I, "Come in quest'ora bruna" manque de l'assurance et des rondeurs attendues. Le duo d'amour qui suit, avec Gabriele, est déjà meilleur. Mais il faudra attendre le finale de l'Acte I pour que la voix prenne son envol et parvienne à une projection aisée. À l'Acte II, sa participation dramatique sera décisive et, à l'Acte III, dans sa robe blanche immaculée, elle saura nous toucher alors que son père mourant vit ses derniers instants.
Si Gabriele est pourtant un des rôles de prédilection de Fabio Sartori, il ne donne pas ici vraiment satisfaction. Relativement à l'aise avec la tessiture du personnage, le ténor n'a ni la crédibilité physique ni dramatique pour nous persuader de l'amour que lui porte Amelia… ! Dans "Cielo pietoso, rendila…", à l'Acte II, la ligne de chant est très bien tenue, comme seront vocalement très honorables ses interventions dans le trio du même Acte, les duos qui suivront, et les grands ensembles. Le problème est vraiment autre…

 

Anja Harteros interprète le rôle d'Amelia Grimaldi dans <i>Simon Boccanegra</i> de Verdi à la Scala en 2010.

 

Daniel Barenboim salue à la fin d'une représentation de <i>Simon Boccanegra</i>.La direction de Daniel Barenboim et les qualités musicales de l'orchestre et des chœurs du Théâtre de la Scala de Milan constituent un autre atout d'importance pour ce Simon Boccanegra. La maîtrise du chef sur l'orchestre est entière, associée à une précision extrême. On perçoit chez Barenboim comme un don de soi en dépit d'une partition qui ne compte aucune grande page orchestrale. On notera, par exemple, la douceur des premières mesures du Prologue rendues telles une caresse, le court "Prélude" de l'Acte I et son finale doté d'une dimension dramatique fascinante, ou la rapide coda de l'Acte II.
Les chœurs de la Scala se montrent excellents dans cette partition qui les emploie sans leur offrir un écrin à la hauteur de celui d'autres opéras de Verdi, comme Nabucco. On pourra apprécier la scène finale de l'Acte I, alors que le peuple génois est au bord de la guerre civile, et une fort belle prestation en coulisses, à la fin de l'Acte II, en appui du trio.

 

Anja Harteros (Amelia Grimaldi) et Fabio Sartori (Gabriele Adorno) dans <i>Simon Boccanegra</i> de Verdi mis en scène par Federico Tiezzi.

 

La mise en scène très traditionnelle de cette production de Milan sert l'œuvre avec une iconographie particulièrement riche. Les costumes de Giovanna Buzzi sont superbes, et les décors soignés et parfois légèrement stylisés de Bruno Casoni - les voiles des bateaux au début du Prologue - nous plongent sans mal dans la Gênes de 1339. La direction d'acteurs de Federico Tiezzi est à la fois précise et expressive. Homme de théâtre et dramaturge, il s'est intéressé à la mise en scène d'opéras à partir des années 2000, en particulier avec les œuvres de Wagner et Verdi. La scène finale de l'Acte I restera sans doute dans les mémoires grâce à une dimension tragique parfaitement amenée et soutenue. De même, le travail de Tiezzi soigne on ne peut mieux la fin de l'opéra et la mort du Doge.

 

Anja Harteros (Amelia Grimaldi) et Plácido Domingo dans la scène finale de <i>Simon Boccanegra</i> mis en scène par Federico Tiezzi.

 

Peu de faiblesses, à vrai dire, dans cette captation de Simon Boccanegra. On regrettera d'autant plus le démarrage difficile d'Anja Harteros et la présence de Fabio Sartori dans le rôle de Gabriele, vocalement honnête, mais aucunement crédible sur scène. Reste que cette production mérite le détour pour ses nombreuses qualités intrinsèques, auxquelles il convient d'ajouter la captation réussie de Patrizia Carmine après un fort beau générique à l'esthétique travaillée.


Lire le test du Blu-ray Simon Boccanegra à la Scala de Milan


Retrouvez la biographie de Verdi sur le site de notre partenaire Symphozik.info.

Jean-Luc Lamouché

Suppléments du DVD

Aucun.

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Des noirs très profonds et de multiples scènes sombres ont tendance à enterrer les détails que la définition limitée du support DVD peine à afficher. Mais, dès que les artistes sont suffisamment éclairés, les contrastes séduisent, comme les superbes couleurs, en particulier dans les dominantes bleues, dorées et rouges. La définition se montre très correcte sur les plans rapprochés et moyens, mais se dilue sur les plans larges. Le finale de l'opéra présente sans conteste le meilleur des rendus avec ses puissantes oppositions de teintes et de lumière.

Son

L'excellent mixage stéréo dévoile un équilibre probant et préserve une lisibilité parfaite tant des voix solistes que de l'orchestre. La dynamique s'exprime amplement et un certain relief rend l'écoute particulièrement agréable.
La piste 5.1 exprime une dynamique accrue, accentue la projection des voix, mais aussi des chœurs, et tend vers un réalisme de la restitution. La fosse prend davantage d'importance et participe à développer une scène avant panoramique, soutenue par un caisson de graves parfaitement intégré. Les enceintes surround véhiculent un signal assez important et aèrent cet ensemble très contrasté. Cependant, l'encodage Dolby Digital ne se départit pas d'un léger côté "criard", en particulier dans les forte, là où un DTS aurait assuré plus de musicalité et de rondeur.

Note technique : 8/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Anja Harteros
Antonello Ceron
Ernesto Panariello
Fabio Sartori
Ferruccio Furlanetto
Massimo Cavalletti
Plácido Domingo
Scala de Milan
Simon Boccanegra

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.