DVD Jaquette de : Simon Boccanegra (Royal Opera House 2010)

Distribution

Interprètes
  • Plácido Domingo
    Simon Boccanegra
  • Marina Poplavskaya
    Amelia Grimaldi
  • Ferruccio Furlanetto
    Jacopo Fiesco
  • Joseph Calleja
    Gabriele Adorno
  • Jonathan Summers
    Poalo Albiani
  • Lukas Jakobski
    Pietro
  • Louise Armit
    Amelia's maidservant
  • Lee Hickenbottom
    Captain
  • Royal Opera Chorus
Mise en scène
Elijah Moshinsky
Orchestre
Orchestra of the Royal Opera House
Chef d'orchestre
Antonio Pappano
Réalisation
Sue Judd
Origine
Royal Opera House, London
Année
2010

Informations techniques

Durée
149'
Nombre de disques
2
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
EMI Classics
Distributeur
EMI Classics
Date de sortie
24/01/2011

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS Plein débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français
•  Italien

Simon Boccanegra (Royal Opera House 2010) DVD

Note générale : 9/10

Giuseppe Verdi

Opéra


Pour la seconde fois en 2010 Plácido Domingo connaît les honneurs du DVD dans le rôle de Simon Boccanegra de Verdi. La première production, disponible sur DVD Sony Classical, a été enregistrée au Metropolitan de New York, et celle qui nous intéresse ici, à la Royal Opera House de Londres, avec Marina Poplavskaya et Joseph Calleja. Ce DVD est édité par EMI Classics.

 

La production de Simon Boccanegra au Metropolitan Opera avait déjà fait l'objet d'une critique dans nos colonnes. Qu'en est-il de cette autre version, également enregistrée en 2010, dont le casting propose le même Plácido Domingo dans le rôle-titre ? Les avis sont partagés sur la disitribution du rôle-titre comme en témoigne cette critique. [ndlr]

Plácido Domingo dans <i>Simon Boccanegra</i>.  Photo © Catherine Ashmore under licence to EMI RecordsCe Simon Boccanegra de Covent Garden aurait beaucoup gagné à ne pas se situer dans un registre, certes efficace et bien rythmé, mais inoxydablement classique, un peu vide et sans surprise. Certes le décor est de belle dimension, sobre et occupant correctement l'espace, mais le jeu scénique de chaque personnage du drame n’est pas vraiment élaboré, ni même pertinent. Les costumes ont beau être superbes, rien de déterminant ne vient soutenir un approfondissement du tissu dramatique. Dans ce théâtre classique, tout est joué d’avance. Peut-être n’a-t-il pas été facile de diriger dans un rôle si complexe et dans une intrigue qui ne l’est pas moins, un artiste aussi expérimenté et rompu au genre que Plácido Domingo…

On ne présente plus l'interprète espagnol, une des figures marquantes, voire essentielles, de l’art lyrique du XXe siècle, et aussi sans doute du XXIe. L’artiste est hors-norme, d'abord ténor et maintenant baryton, chef d’orchestre, directeur d’opéra. Sa carrière est depuis de nombreuses années tout à fait exceptionnelle et ne compte pas le nombre des années. On murmure çà et là qu’il songe à se retirer mais, alors qu’il vient de franchir le seuil de son 70e anniversaire, il continue d’arpenter les scènes, qui plus est avec de nouveaux rôles. À la différence de plusieurs confrères - finalement assez nombreux - de sa génération, son répertoire aligne une liste stupéfiante de rôles abordés, tant issus de l’opéra italien, français et russe qu'allemand ! Son énergie exceptionnelle et inépuisable conjuguée à une soif totalement irrépressible de la scène, le conduit désormais à aborder les rôles qui ne sont pas ceux auxquels sa voix de ténor le destinait. Après Don Giovanni notamment, le voici ici l’interprète d’un des rôles de baryton les plus éclatants du répertoire verdien, celui du Doge de Venise Simon Boccanegra.

 

Plácido Domingo (Simon Boccanegra) et Marina Poplavskaya (Amelia Grimaldi) dans <i>Simon Boccanegra</i> mis en scène par Elijah Moshinsky.  Photo © Catherine Ashmore under licence to EMI Records

 

Plácido Domingo.  Photo © Catherine Ashmore under licence to EMI RecordsOublions un instant les enregistrements de l’ouvrage que nous connaissons et qui nous ont permis d'apprécier Thomas Hampson, Sherill Milnes et Vladimir Chernov dans l’incarnation souveraine, et portons un regard et une oreille totalement objectifs sur ce Simon Boccanegra de Londres.
Chez Verdi comme dans l’opéra italien en général, la couleur d’un rôle comme celui-ci, à l'image de Posa pour Don Carlo, Germont pour Traviata et Rigoletto plus encore que Jago dans Otello, la couleur et la matière sonore sont déterminants sur les plans dramatique et musical. La tessiture de baryton est volontiers sollicitée par l’auteur, dans le grave mais surtout vers l’aigu. Il en résulte ici, par exemple lorsque Boccanegra reconnaît sa propre fille, une tension tant dramatique que musicale extrême qui ne manque jamais de nous donner la chair de poule, pour peu que l’interprète rivalise d’intensité et de fréquences vibratoires dans cette partie de son registre. On entend alors cette humanité vocale, cette touchante et spontanée matière sonore qu'est la voix de baryton, "la plus naturelle des voix d’homme, celle qu’a priori tout le monde possède", rappelait souvent Pavarotti, lui-même ténor. Cette humanité du rôle de Boccanegra chanté par un baryton, reposera aussi sur la puissance naturelle de son registre grave - même non-appuyé - et sur la multiple colorisation de la plus grande partie de la tessiture.
Mais qu’en est-il donc ici ? Domingo est un ténor exceptionnel qui, à ses débuts a même tenu des rôles de baryton dans la Zarzuela, avant qu’on remarque chez lui une couleur ténorisante, incomparable et rare. Il n’est donc pas, bien que tout à fait à l’aise dans le registre bas de sa voix aiguë, à proprement parler un baryton. Dans le rôle de Boccanegra, on remarque assez vite que son registre aigu est en fait, par la couleur ou la tension qui en est souvent absente, le grave du ténor. À l’inverse, son registre medium n’a pas l’étoffe de celui d’un authentique baryton. Quant au grave, il se trouve particulièrement détimbré ou exempt de toute couleur. Partant, il est incontestable que la typologie vocale du rôle s’en trouve transformée.
On observe du reste un phénomène d’un autre registre mais très comparable lorsque les voix d’opéra - tout du moins développées - abordent le répertoire de la chanson, du gospel, du cabaret ou du jazz. Or, notre sentiment est presque semblable ici… Quoiqu’il en soit Domingo demeure un admirable artiste rompu à la scène, aux duos et aux ensembles, et il irradie toute la troupe de sa seule présence.

 

Joseph Calleja (à droite) et Plácido Domingo (au centre) dans <i>Simon Boccanegra</i> mis en scène par Elijah Moshinsky à Covent Garden.  Photo © Catherine Ashmore under licence to EMI Records

 

Autour de lui, la distribution est plutôt belle et équilibrée.
On remarquera tout spécialement le Paolo de Jonathan Summers, plus encore que Ferruccio Furlanetto (Fiesco) qu’on a entendu en bien meilleure forme. Ce dernier ne semble ni à l’aise, ni conquis - pas plus que nous ! - par son grave alors que le rôle noir et profond en résonne si généreusement. Le duo Amelia/Gabriele est un ravissement qui convainc davantage, tant par les plastiques vocales de Marina Poplavskaya et de Joseph Calleja, que par l'exquise musicalité des deux interprètes. Toutefois, la soprano semble ne pas maîtriser totalement le grand-aigu de son registre et gagnerait beaucoup à articuler davantage l'italien, améliorant en même temps sa diction. Le ténor maltais, pratiquement irréprochable, ne possède pas naturellement le plus beau timbre du monde, mais musicien "habité", il incarne un authentique bonheur musical.

 

De gauche à droite : Ferruccio Furlanetto (Jacopo Fiesco), Marina Poplavskaya (Amelia Grimaldi), Plácido Domingo (Simon Boccanegra) et Joseph Calleja (Gabriele Adorno).  Photo © Catherine Ashmore under licence to EMI Records

 

Le chœur et l’orchestre rivalisent d’engagement sous la direction de Pappano dont la prestation est efficace et déterminante. Plus que tout, l'intérêt de ce Simon Boccanegra revient du reste au talent et à l'investissement sincère et spontané d'Antonio Pappano, véritable pivot de cette production…

 

 

Retrouvez la biographie de Verdi sur le site de notre partenaire Symphozik.info.

Gilles Delatronchette

Suppléments du DVD

En anglais stéréo PCM, avec les mêmes sous-titres que sur l'opéra :

- Le chef d'orchestre Antonio Pappano présente chaque Acte depuis les coulisses de façon vivante. L'occasion, pour nous, de voir quelques plans de répititions et d'entendre quelques réactions à chaud.
Sur le DVD 1 :
- Court sujet à la gloire de Plácido Domingo avec témoignages des principaux chanteurs de la distribution, des créateurs et techniciens. (4')
- Module sur la mise en scène, le point de vue d'Elijah Moshinsky et sa façon de travailler. (6')
L'ensemble se montre fort sympathique et dynamique mais le propos est un peu superficiel ou anecdotique et ne reflète souvent pas le génie de Verdi, ni la tourmente profonde et inspiratrice de son héros Boccanegra.

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

La captation HD ne fait aucun doute tant la résolution s'exprime avec brio dans les plans moyens et rapprochés (bien moins sur les plans larges). Le soin apporté aux costumes n'en ressort que mieux, d'autant qu'une parfaite palette de couleurs les valorise, au même titre que les éclairages sophistiqués de John Harrison qui apportent un relief constant aux différentes ambiances. Les noirs profonds participent à de beaux contrastes qui confirment le très bon niveau technique de ce master vidéo.

Son

La piste stéréo fait preuve de présence et d'ouverture. Avec des basses assez présentes, elles valorise tout d'abord l'orchestre au début de l'opéra. Mais celui-ci passe au second plan dès l'entrée des chœurs. Les voix ressortent alors assez bien mais ce mixage ne rend plus toujours justice aux musiciens engagés tant individuellement que collectivement. De plus, la dynamique se montre quelque peu limitée.
Avec le mixage 5.1, l'orchestre s'exprime magistralement, tandis que voix solistes et chœurs s'intègrent à un ensemble puissant sans rien sacrifier de leur superbe présence. La définition est globalement plus que satisfaisante tandis que l'immersion musicale du spectateur est favorisée par l'utilisation réussie des enceintes surround et l'expression parfaite du canal de graves.

Note technique : 9/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Antonio Pappano
Giuseppe Verdi
Joseph Calleja
The Royal Opera House

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.