Blu-ray Jaquette de : Saul (Glyndebourne)

Distribution

Interprètes
  • Christopher Purves
    Saul/Apparition of Samuel
  • Iestyn Davies
    David
  • Lucy Crowe
    Merab
  • Sophie Bevan
    Michal
  • Paul Appleby
    Jonathan
  • Benjamin Hulett
    Abner/High Priest…
  • John Graham-Hall
    Witch of Endor
  • The Glyndebourne Chorus
Mise en scène
Barrie Kosky
Chorégraphie
Otto Pichler
Orchestre
Orchestra of the Age of Enlightenment
Chef d'orchestre
Ivor Bolton
Réalisation
François Roussillon
Origine
Glyndebourne
Année
2015

Informations techniques

Durée
169'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
Opus Arte
Distributeur
DistrArt Musique
Date de sortie
29/06/2016

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Coréens
•  Français

Saul (Glyndebourne) Blu-ray

Tutti ovation

Note générale : 10/10

George Fridric Handel

Opéra


Opus Arte, après Poliuto, immortalise l'autre production phare de l'été 2015 à Glyndebourne : Saul de Handel, confié au bouillonnant Barrie Kosky pour la partie scénique et à l'expert Ivor Bolton à la tête de l'Orchestra of the Age of Enlightenment. Christopher Purves, entouré d'une distribution intégralement anglaise, incarne le rôle-titre.

Scène de <i>Saul</i> mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne en 2015.

 

"Les oratorios de Handel sont parfois plus dramatiques que ses opéras. On le sait parce qu'on l'entend", affirme Barrie Kosky. Si, avec Theodora, à Glyndebourne déjà, Peter Sellars a entrouvert la même porte, si Claus Guth l'a ouverte en grand en parvenant à donner à l'improbable Messie une transcription scénique qui compte parmi les plus beaux spectacles du Monde, le directeur du Komische Oper, également un des metteurs en scène actuels les plus originaux, ajoute une brillante démonstration à cette assertion avec Saul, un des seize oratorios bibliques du grand compositeur.
On trouve effectivement, dans l'excellent livret de Charles Jennens, tous les ingrédients d'un drame lyrique. Interdit de scène pour cause de source biblique, Saul est donc un oratorio qui, de la mort de Goliath à celle de Saul, dépeint les ravages de la jalousie dans le cerveau malade d'un roi abandonné peu à peu par la raison comme par ses proches. Sous évidente influence shakespearienne - King Saul/King Lear, même combat -, et en écho aux incessants changements de dynastie que connaissait l'Angleterre d'alors, cette œuvre magnifique brasse une quantité d'affects kaléidoscopiques : la joie, l'affliction, la manœuvre religieuse, les tourments du Pouvoir, de la vieillesse, du passage de relais générationnel, les liens filiaux et amoureux, l'amour pour une personne du même sexe… Fort heureusement le XXIe siècle remet le bon sens à l'heure et, en toute logique, offre ses planches à Saul.

 

Lucy Crowe (Merab) et Paul Appleby (Jonathan) dans <i>Saul</i> à Glyndebourne.

 

Et à Barrie Kosky ! Le metteur en scène australien se définit lui-même comme un "minimaliste extravagant". Son style irrésistible est un des plus singuliers que l'on puisse admirer de nos jours. Faisant fi des grandes machineries décoratives, une fois qu'il a dessiné les contours de ce qu'il nomme un ”paysage onirique associatif” - dans son Castor et Pollux dijonnais, une immense boîte de bois blond, ici un sol de terre noire habillée de tables festives, de bougies -, il va se concentrer sur l'humain. Le résultat est une merveille de précision quasi chorégraphique. On est au-delà de la direction d'acteurs, aussi inspirée soit-elle. Jamais encore on n'avait vu évoluer les corps des chanteurs avec une telle liberté, au fil d'une lecture ultra-musicale - Kosky rend même hommage à l'orgue dont Handel avait fait l'acquisition spécialement pour Saul au cours d'une scène elle aussi fort applaudie -. La souplesse d'engagement du formidable Chœur de Glyndebourne est elle aussi sollicitée à plein régime.

 

<i>Saul</i> de Handel à Glyndebourne. Au centre : Sophie Bevan (Michal) et Iestyn Davies (David) et Paul Appleby (Jonathan).

 

Il faut d'ailleurs moins de 20' à Barrie Kosky pour mettre le public de Glyndebourne dans sa poche : après l'Hallelujah festif consécutif au triomphe de David sur Goliath, la salle déchaîne son enthousiasme par de longs applaudissements frénétiques dignes d'une fin de spectacle : on aura vu un David en petite frappe, descendre torse nu vers la rampe, vers l'image originelle très réaliste d'une tête tranchée - celle de Goliath -. On verra des chorégraphies pêchues, de magnifiques costumes à l'extravagance très détaillée, une ineffable berceuse offerte à Saul dans les bras de David, un orgue surgir de terre, un repoussant accouchement chez la sorcière d'Endor, la désolation du champ de bataille de Guilboa… Ce Saul est un flot continu d'images saisissantes qui voit Kosky à l'aise partout, de la fête au drame, ou encore dans la radioscopie des affects, d'une lisibilité absolue : de Saul vers David, de ce dernier vers Jonathan, de Michal vers David, du jeu de manipulation du Grand prêtre que Kosky ne s'embarrasse pas de travestir en goule aux ongles démesurés. À la fin, David descend le plateau une nouvelle fois. Mais il n'est plus torse nu. Le regard a changé. Et le chœur a troqué les couleurs de la fête pour une liesse cette fois tout en noir.

 

John Graham-Hall (Witch of Endor) et Christopher Purves (Saul) dans <i>Saul</i> de Handel à Glyndebourne en 2015.

 

Si Barrie Kosky demande beaucoup à ses interprètes, il leur donne aussi beaucoup et les incarnations de chacun peupleront longtemps notre imaginaire. L'extraordinaire Christopher Purves qui fut le Protecteur de Written on skin pour Benjamin et The Perfect American (Disney!) pour Glass va très loin dans la déréliction. On le voit perdre ses cheveux, ses vêtements. C'est audacieux mais payant, jusque dans cette scène où, quasi nu, il accouchera de la sorcière nourricière pour une invraisemblable et bouleversante scène d'allaitement. L'autre figure marquante de cette production, c'est le David sous haute tension de Iestyn Davies. Le contre-ténor britannique sera pour beaucoup une révélation : timbre incarné, chaleureux et sensuel, il incarne de façon troublante le David étrangement absent, ambigu, inquiétant aussi, que lui fait jouer Kosky. Jonathan trouve en l'irréprochable Paul Appleby un parfait mélange de distinction et de retenue. Benjamin Hulett excelle en Grand prêtre ou dans les rôles plus épisodiques qui lui sont confiés. John Graham-Hall n'est pas le moins engagé, qui passe avec audace de la classe d'Aschenbach de Mort à Venise à cette invraisemblable sorcière aux mamelles tombantes qui va délivrer le lait du fatal message de la chute à venir : il faut le voir assumer cette scène - entre répulsion et fascination - pour y croire ! D'abord à peine en retrait dans cette histoire d'hommes, Lucy Crowe - au chant un peu raide au départ - et Sophie Bevan s'imposent peu à peu, complétant une distribution où la classe du chant anglais donne encore quelques leçons. Les chorégraphies inspirées d'Otto Pichler, avec une utilisation remarquable du chœur, font swinguer une musique qui n'attendait que cela. Ivor Bolton est de la fête avec un orchestre déchaîné qui flatte le richissime instrumentarium souhaité par le compositeur : orgue, harpe mais aussi tubalcaïn, sorte de carillon censé évoquer les instruments de la musique biblique, que, par souci d'exactitude musicologique, Handel voulait évoquer.

 

Malgré le dramatisme intense de son sujet, c'est une fête totale que cette œuvre bourrée de tubes, assurément une des plus belles de son auteur, une fête totale que ce spectacle sensationnel qui continue d'inscrire le Festival de Glyndebourne dans la liste privilégiée des lieux où l'esprit souffle.

 

Lire le test du DVD Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne

 

Retrouvez la biographie de George Frideric Handel sur le site de notre partenaire Symphozik.info

 

Jean-Luc Clairet

Suppléments du Blu-ray

Christopher Purves en interview.En anglais, dans le même format sonore que celui choisi pour le programme principal, et sans sous-titres :
- A Descent into Madness : Quelques images de répétitionsà l'appui, Barrie Kosky dit combien Saül est une plongée dans la folie toute shakespearienne. Quant à Christopher Purves, seul chanteur interviewé, il dit son bonheur d'être de la distribution,, affirmant qu'il n'est pas près de participer à nouveau à une production aussi marquante. (10’03)
- Colour and texture – À Musical insight : Le chef d’orchestre Igor Bolton  revient sur la partition de Handel et sur son instrumentation. Plusieurs instrumentistes contribuent à la compréhension de l’œuvre en apportant une certaine lumière sur leurs interventions. (8’26)
- Photos de la production .

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

Ce master HD délivre des plans d’une beauté incroyable, portée par de puissants contrastes, des contours finement dessinés et une colorimétrie de toute beauté. Les scènes sombres conservent un excellent niveau de détail et le spectacle s’apprécie de bout en bout comme si l’on se trouvait dans l’auditorium.

Son

L’encodage stéréo, équilibré et assez dynamique, propose une scène avant assez large et bien définie. Orchestre et voix s’expriment avec équilibre pour un rendu à la fois naturel et précis.
Le mixage surround apporte toutefois une dimension de vie évidente. La scène avant se creuse en profondeur et gagne en détails, tandis qu’à l’arrière, le signal surround participe à l’immersion musicale du spectateur.
Contrairement au DVD et à son mixage Dolby Digital un peu pauvre, le DTS HD Master Audio de ce Blu-ray préserve la subtilité des timbres et étoffe les dynamiques avec panache et naturel.

Note technique : 10/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Barrie Kosky
Benjamin Hulett
François Roussillon
George Frideric Handel
Glyndebourne
Iestyn Davies
Ivor Bolton
John Graham-Hall
Lucy Crowe
Paul Appleby
Sophie Bevan

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.