DVD Jaquette de : Rusalka (Bayerische Staatsoper)

Distribution

Interprètes
  • Kristīne Opolais
    Rusalka
  • Klaus Florian Vogt
    Prince
  • Nadia Krasteva
    Foreign Princess
  • Günther Groissböck
    Water Goblin
  • Janina Baechle
    Ježibaba
  • Ulrich Reß
    Forester
  • Tara Erraught
    Kitchen Boy
  • John Chest
    Hunter
  • Evgeniya Sotnikova
    1st Wood Nymph
  • Angela Brower
    2nd Wood Nymph
  • Okka von der Damerau
    3rd Wood Nymph
  • Chor der Bayerischen Staatsoper
Mise en scène
Martin Kušej
Orchestre
Bayerishes Staatsorchester
Chef d'orchestre
Tomáš Hanus
Réalisation
Thomas Grimm
Origine
Nationaltheater, Munich
Année
2010

Informations techniques

Durée
154'
Nombre de disques
2
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
C Major
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
29/09/2011

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.0 DTS mi-débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Chinois
•  Coréens
•  Espagnol
•  Français

Rusalka (Bayerische Staatsoper) DVD

Note générale : 10/10

Antonín Dvořák

Opéra


Rarissimes au catalogue, les opéras d'Antonin Dvořák ne méritent pas le purgatoire éditorial dans lequel ils stagnent. L'éditeur C Major nous propose avec ce Rusalka une rencontre exceptionnelle, non dénuée de surprises, avec un grand chef-d’œuvre du répertoire. Le Bayerisches Staastorchester est placé sous la direction de Tomáš Hanus et le rôle-titre interprété par Kristīne Opolais. Cette captation est disponible en Blu-ray et en DVD.

Kristīne Opolais interprète le rôle-titre de <i>Rusalka</i> dans la mise en scène de Martin Kušej.

 

Günther Groissböck (l'Ondin) et Kristīne Opolais (Rusalka) dans <i>Rusalka</i> d'Antonín Dvořák sur la scène du Bayerische Staatsoper.  Photo © Wilfried HöslLe compositeur tchèque Antonin Dvořák a composé Rusalka en 1900, quatre ans avant de décéder. Ce conte lyrique nous plonge, si l'on s'en tient au livret original, dans un univers de légendes peuplé de naïades, de génie des eaux, de sorcière, de prince et de princesse, de château et de forêts. Pour poser les bases de notre analyse, proposons dans un premier temps un résumé de l'action originale :
L'ondine Rusalka rêve de devenir humaine car elle est amoureuse d'un prince qui se baigne parfois dans le lac où elle vit. Pour y parvenir, malgré l'avis contraire de l'Ondin, elle fait appel à une sorcière qui pose deux conditions : rester muette et, en cas d'échec dans sa quête, retourner au royaume des eaux après avoir fait mourir le prince. Le Prince la rencontre pendant une partie de chasse, tombe amoureux et l'emmène dans son château. Mais le Prince change, ne comprend pas l'attitude de Rusalka et la remplace par une Princesse étrangère séductrice. L'Ondin vient chercher Rusalka qui comprend son échec. Le Prince la maudit et perd également la Princesse étrangère. Rusalka est rejetée par ses sœurs les naïades. Afin d'échapper à la malédiction, elle propose à la sorcière de tuer le Prince, devenu mélancolique et malade. Malgré l'avertissement de l'ondine, il succombe au baiser fatal. Rusalka continuera à errer sa vie durant…

On imagine facilement la difficulté de scénographier une telle légende. Tout comme des œuvres lyriques à caractère mythologique, à commencer par la Tétralogie de Richard Wagner, il est improbable de faire dans la demi-mesure. En l’occurrence, soit le choix se porte sur du conventionnel agrémenté de tout l'attirail adéquat – décors, ustensiles et costumes à caractère "merveilleux" - soit le metteur en scène tranche dans le vif et réinvente totalement la dramaturgie. C'est l'option choisie par le metteur en scène Martin Kušej dans cette production munichoise de 2010. Il s'est ainsi attelé à Rusalka comme Kasper Holten a métamorphosé ses Wagner (cf. Tannhäuser en profondeur, tout en conservant la trame originelle.
Cette réinterprétation, bien que discutable, nous a séduit, car elle s'empare de la légende pour en donner une lecture parallèle d'une puissante actualisation.

 

Janina Baechle interprète Ježibaba dans <i>Rusalka</i> en octobre 2010.

 

Martin Kušej bouleverse dans un premier temps les liens entre les personnages. Ici, L'Ondin et la Sorcière vivent ensemble dans un rapport dominant/dominé malsain : alors qu'elle endure visiblement une mauvaise conscience morale supportée grâce à l'alcool, lui, tyran domestique et meurtrier en puissance, entretient des rapports de domination perverse avec ses "filles" les naïades, lesquelles vivent dans son sous-sol, terrées au milieu de la tuyauterie et des flaques d'eau. Le Prince, d'abord conquis par Rusalka, devient conquérant et provocateur en s'exhibant avec la Princesse étrangère, vue sous l'angle d'une espèce de vamp fatale mangeuse d'hommes. Le troisième "couple" maudit est formé par le garde-chasse et le marmiton. Dans ce monde perverti évolue Rusalka, ballottée entre bons sentiments et dégoût de la race humaine.

Les décors suivent cette actualisation. La division en deux de l'espace scénique durant une partie de l'opéra s'avère très efficace et visuellement porteuse de sens, et le sous-sol humide remplit efficacement l'imagerie originelle de la profondeur lacustre. L'Acte II, au château, présente une grande pièce de réception, dépouillée aux murs gris, plus en accord avec l'idée que l'on se fait d'une salle de réception dans une grande demeure. La dernière partie nous plonge dans l'univers glacé d'un asile psychiatrique, innovation totale en regard du livret d'opéra.

 

Klaus Florian Vogt interprète le rôle du Prince dans <i>Rusalka</i> mis en scène de Martin Kušej.

 

Les costumes créés par Heidi Hackl s'appuient intelligemment sur une utilisation symbolique des couleurs, et le monde aquatique dont est issue Rusalka est utilisé en rappels constants par le bleu et les objets qui occupent l'espace : aquarium, évier et bouteilles d'eau.
Le blanc revêt les ondines, les danseurs pendant la scène centrale de ballet, et envahit l'asile de l'Acte III. Le noir est attribué à la Princesse étrangère, femme fatale, et au smoking du Prince, manière de souligner d'une manière logique l'évolution du personnage vêtu d'un tee-shirt bleu à l'Acte I. Le patchwork de la sorcière se marie avec le débraillé de l'Ondin et ils reflètent habilement des esprits tourmentés. Rusalka revêtira un ensemble rose pour sa transformation humaine, puis une robe de mariée et, pour finir, une tenue d'hôpital, tout comme ses sœurs. Enfin, on ne saurait passer sous silence la couleur rouge vif, celle des chaussures à talons de Rusalka et surtout celle du sang dans des scènes d'un réalisme cru qui ont sans doute été pour une bonne part dans les critiques négatives reçues par cette production de Rusalka. L'apogée de tout l'opéra se trouve au moment du ballet de l'Acte II, transformé en une vision cauchemardesque impressionnante.
La chevelure revêt elle aussi une importance symbolique intéressante mais traditionnelle. À la noirceur de celle de la Princesse s'oppose la blondeur innocente de Rusalka. La permanence de tout ce qui a trait à l'eau fait curieusement de l'Ondine un personnage bien plus désirable et bien moins innocent qu'il y paraît. Constamment en tenue légère et mouillée, on comprend à ce titre l'éveil du désir du Prince.

Kristīne Opolais dans <i>Rusalka</i>.  Photo © Wilfried HöslDans ce Rusalka, les chanteurs s'affirment comme de très bons acteurs. Il leur était pourtant peu évident de trouver leur place et de réinventer les personnages dans une telle transformation d'atmosphère. En outre, les caméras du réalisateur Thomas Grimm étaient là pour saisir en gros plans les multiples sentiments habitant ces âmes tourmentées. Visages torturés, cyniques, provocateurs, soumis ou apeurés, les chanteurs expriment une riche gamme d'émotions et aucun temps mort n'est à regretter dans cette captation.

La soprano lettone Kristīne Opolais, que nous avions déjà eu l'occasion d'apprécier dans le difficile opéra de Prokofiev Le Joueur, excelle dans l'incarnation de l'Ondine Rusalka, mi-divinité, mi-femme. Son apprentissage de l'humanité alors qu'elle tente avec difficulté de se tenir debout en portant des chaussures à talons, ou ses postures scéniques qui la conduisent à se retrouver souvent allongée ou dans des positions inconfortables pour chanter, valent tous les éloges. Le plus redoutable pour elle se trouve dans l'Acte II durant lequel, muette, elle ne chantera qu'à la toute fin. Sa présence sur scène n'est alors que jeu visuel, ce qui est exceptionnel pour un premier rôle ! La voix s'adapte à toutes les situations et Dvořák a concocté des airs magnifiques pour son héroïne. Le très fameux "Mĕsíčku na nebi hlubokém" - Hymne à la lune que l'on pourra comparer avec la version de Renée Fleming parue dans un DVD sorti chez EuroArts, "Necitelná vodní moci" suivi de "Vyrvána životu v hlubokou samotu" et le duo d'amour final emportent notre totale adhésion avec des pianissimi intenses, des forte lumineux et une très bonne tenue du son.

 

Nadia Krasteva (la Princesse étrangère) et Klaus Florian Vogt (le Prince).

 

Le Prince, aux allures de grand blond un peu fade, possède une voix claire bien en phase avec le personnage, visiblement faible. Le ténor allemand Klaus Florian Vogt réussit à ne pas imposer une trop forte personnalité quand il subit le destin de plein fouet mais, plus lucide à l'Acte II, son attitude devient non équivoque face à la Princesse étrangère. Dans ce rôle, la mezzo soprano bulgare Nadia Krasteva impose du reste sans difficulté ce personnage provocateur par une plastique généreusement mise en valeur et des attitudes dénuées d’ambiguïté mais avec une voix légèrement moins ferme que nous l'aurions souhaité.
L'Ondin de Günther Groissböck est l'incarnation du mal, celui par qui tout arrive, manipulateur qui finira déchu après avoir détruit mentalement ses "filles", enfermées dans un asile. La basse autrichienne a la voix de stentor idoine, intimidante et puissante. Là encore, les couleurs font bien ressortir les sentiments néfastes.
Dernier rôle important, la Sorcière de la mezzo allemande Janina Baechle possède le physique inquiétant de la femme aux pouvoirs surnaturels, mais non dénuée d'une certaine humanité et de sentiments. Pendant son grand air de l'Acte I, lors de la transformation de Rusalka - "Čury mury fuk", équivalent tchèque de notre "abracadabra"-, aussi bien que durant toute l'œuvre, a aucun moment elle ne surjoue un personnage qui s'y prêterait aisément.
Les rôles secondaires du garde-chasse (le ténor Ulrich Ress) et du marmiton (la soprano Tara Erraught) sont également fort bien tenus : le premier en gros ours équarrisseur et amateur de jeunes garçons, le second en éternel apeuré écrasé par une autorité à laquelle il ne peut échapper. Si les voix ne posent aucun problème de justesse ou de couleurs, on peut toutefois s'interroger sur la légèreté de la voix du ténor allemand pour un rôle initialement conçu pour le registre de baryton qui sied davantage au personnage.

Kristīne Opolais dans la scène finale de <i>Rusalka</i>.Le Bayerisches Staastorchester possède les qualités requises pour cette partition magnifique, à la frontière entre un XIXe siècle romantique et un XXe siècle novateur. La musique écrite par Dvořák nécessite une compréhension profonde de la culture tchèque et de la langue. C’est pourquoi la présence sur le podium de Tomáš Hanus, pour qui cet opéra était une première, compte pour beaucoup dans la réussite de ce projet.

Le metteur en scène Martin Kušej a su créer pour Rusalka une atmosphère de thriller très forte, transformant l'action du livret originel en une sorte de drame psychologique teinté de merveilleux et de violence sauvage psychologique et physique. Cet univers éprouvant a marqué les interprètes dont certains n'oublieront jamais l'expérience vécue sur le plateau du Nationaltheater de Munich.

À noter : Les Actes I et II sont proposés sur le DVD 1 (99') ; l'Acte III sur le DVD 2 (55')


Lire le test de Rusalka en Blu-ray

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du DVD

Le metteur en scène Martin Kušej.En allemand stéréo DD, avec des sous-titres anglais uniquement :

- Un riche making-of composé d'assez longues interviews des principaux chanteurs, du metteur en scène, du chef d'orchestre et du Directeur général du Bayerische Staatsoper revient sur divers aspects de la production et de l'œuvre. Comme le confie un chanteur, 6 semaines de répétitions n'ont pas été de trop pour assimiler l'optique de Martin Kušej. (Sur le DVD 1, 36')
- Quatre bandes-annonces. (Sur le DVD 2)

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Avec ses couleurs naturelles, ses bons contrastes et sa Haute Définition d'origine, ce master vidéo propose des plans moyens et serrés globalement très satisfaisants. Mais les zones peu éclairées perdent en grande partie le précieux détail, comme les vues d'ensemble. Reste que ce DVD sert cette excellente captation au mieux de ses possibilités de rendu.

Son

La piste stéréo, assez ouverte, trouve un bel équilibre entre voix et orchestre. La profondeur est satisfaisante et une brillance appréciable accompagne le médium et le haut du spectre au côté de basses relativement bien servies.
Avec le mixage 5.0, le design sonore se rapproche bien plus des sensations obtenues dans une salle d'opéra. L'orchestre, bien mieux défini et contrasté, exprime de superbes nuances et des éclats à l'impact plus saisissant. Les voix des chanteurs sont agréablement projetées et les harmoniques mieux définies. La dynamique se montre en outre plus large.

Note technique : 9/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Antonin Dvorak
Janina Baechle
Klaus Florian Vogt
Kristine Opolais
Martin Kusej
Rusalka

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.