DVD Jaquette de : Rossini : L'Echelle de soie (Pesaro - 2009)

Distribution

Interprètes
  • Daniele Zanfardino
    Dormont
  • Olga Peretyako
    Giulia
  • Anna Malavasi
    Lucilla
  • José Manuel Zapata
    Dorvil
  • Carlo Lepore
    Blansac
  • Paolo Bordogna
    Germano
Mise en scène
Damiano Michieletto
Orchestre
Orchestra Haydn Di Bolzano E Trento
Chef d'orchestre
Claudio Scimone
Réalisation
Tiziano Mancini
Origine
Rossini Opera Festival, Pesaro
Année
2009

Informations techniques

Durée
104'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Opus Arte
Distributeur
DistrArt Musique
Date de sortie
13/06/2012

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS Plein débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Français
•  Italien

Rossini : L'Echelle de soie (Pesaro - 2009) DVD

La Scala di seta

Note générale : 8/10

Gioachino Rossini

Opéra


Composé à l'âge de 20 ans, L'Échelle de soie est un des tout premiers opéras de Gioachino Rossini. De l’œuvre complète, son Ouverture est à n'en pas douter la page la plus connue. Peu proposé en vidéo, l'occasion nous est donnée d'apprécier aujourd'hui l'intégralité de cet opéra grâce à la captation d'une représentation du Festival Rossini de Pesaro en août 2009. Le bien connu Claudio Scimone est à la baguette pour diriger avec entrain cette farce comique en un seul Acte dans une mise en scène de Damiano Michieletto, tandis qu'Olga Peretyatko, Paolo Bordogna, Carlo Lepore et Anna Malavasi se partagent les rôles principaux. Un DVD disponible chez Opus Arte.

 

Le casting réuni pour <i>L'Échelle de soie</i> mis en scène par Damiano Michieletto à Pesaro en 2009.  © Studio Amati Bacciardi

 

Claudio Scimone dirige <i>L'Échelle de soie</i>. Sur scène : Carlo Lepore.N'ayons pas peur de le dire d'emblée : L'Échelle de soie (La Scala di seta) n'est pas un grand chef-d’œuvre. Pourtant, on aurait tort de se priver du plaisir que dégage cette farce légère du jeune Rossini qui porte déjà en elle la verve comique et la jouissive ardeur musicale de celui qui fera office de véritable raz-de-marée dans le monde extravagant des maisons d'opéra contemporaines. Claudio Scimone saisit dès l'Ouverture cette énergie, cette légèreté du discours qu'il va transmettre à tout le plateau. Les récitatifs sont accompagnés au pianoforte.

 

Miroir utilisé par Paolo Fantin pour le décor de <i>L'Échelle de soie</i> à Pesaro.

 

Cette Ouverture instrumentale est illustrée par une activité visuelle remuante dès les premières notes qui accompagnent des déménageurs affairés à mettre en place les meubles qui serviront de décor durant toute la représentation. Un miroir réfléchissant plaqué sur le mur du fond permettra de donner une autre perspective à la scène vue de la salle. Ce n'est pas une nouveauté en soi, mais l'effet reste bienvenu sur le plan spatial et esthétique. L'appartement figuré est sans murs, mais les pièces sont délimitées par l'artifice théâtral du jeu des chanteurs qui consiste à fermer une porte qui n'existe pas. Le mobilier très moderne trouve sa place avec l'arrivée des artistes présentés comme des mannequins inertes, ce qui ne constitue une idée originale.

 

Paolo Bordogna (Germano) et Olga Peretyatko (Giulia) dans <i>L'Échelle de soie</i> en 2009.

 

Olga Peretyatko interprète le rôle de Giulia.La soprano colorature russe Olga Peretyatko tient le rôle féminin principal, celui de Giulia, placé au centre de toute l'action, et la fraîcheur vocale de la jeune cantatrice mérite tous les éloges. Aigus brillants accrochés avec une facilité déconcertante, agilité dans les vocalises et beaucoup de présence scénique : l’artiste tient son rôle sans le charger inutilement. Elle incarne une jeune femme de nos jours, adepte de sports et de bien-être mais moins des contraintes et des tâches ménagères puisqu'elle emploie un domestique, Germano.

Paolo Bordogna chante le rôle de Germano.De fait très affairé, il trouve en la basse Paolo Bordogna un bon représentant, sans produire toutefois des exploits vocaux inoubliables. On le sent légèrement limité dans l'ouverture de l'émission, mais son air principal, alors qu'il repasse, plie des chaussettes et nourrit le poisson rouge, montre qu'il possède de réelles qualités scéniques et en fait la démonstration avec une aisance certaine.
Blansac, autre personnage masculin, représentatif du hâbleur italien, est incarné par Carlo Lepore, soit l'autre artiste qui domine la distribution. Avec son beau timbre de basse, lui aussi très à l'aise sur le plateau, il est un concurrent sérieux à Germano.


José Manuel Zapata interprète le rôle de Dorvil.Des deux ténors, on retiendra surtout le Dorvil de José Manuel Zapata, le rôle du tuteur Dormont étant très mineur et, il faut bien l'avouer, très faiblement chanté par Daniele Zanfardino. Contrairement à son physique imposant, José Manuel Zapata laisse s'échapper une voix claire de ténor léger, assez blanche, parfois tentée par des notes nasales, dans l'ensemble pas désagréables mais pas toujours convaincantes. Il faut dire également que le couple formé avec la soprano russe frôle l'erreur de casting, tant on voit mal ces deux chanteurs mari et femme !
Enfin, l'autre personnage féminin de cette Échelle de soie est très bien représenté par la soprano Anna Malavasi, qui sait opérer brillamment la transformation initiale d'une vieille fille coincée en vamp extravertie pour qui le goût de la provocation séductrice n'a aucun secret ! Rossini ne lui a écrit qu'un seul air de séduction, mais qui trouvera un écho de satisfaction comique bien mérité auprès du public.

La réalisation vidéo de cette production italienne confiée à Tiziano Mancini propose certains plans en split screen à des moments judicieusement sélectionnés, ce qui varie les points de vue et se conjugue à l'utilisation du fond en miroir. Les éclairages d'Alessandro Carletti mettent agréablement en valeur les couleurs franches des décors de Paolo Fantin, lequel signe également les costumes de la production.
En conclusion, proposer à l'heure des écrans plats et de l'induction un Rossini dénué de prétention, mais toujours avec la cafetière italienne traditionnelle, est un atout certain pour cette Échelle de soie bien dans l'air du temps.

À noter : Opus Arte a soigné le menu d'accueil de ce DVD. La validation des différentes options proposées nous promène sur le plan de la maison dans laquelle se déroule l'opéra, animé en 3D de façon ludique.


Retrouvez la biographie de Gioachino Rossini sur le site de notre partenaire Symphozik.info

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du DVD

Le metteur en scène Damiano Michieletto.En italien stéréo DD, avec sous-titres anglais uniquement :

- Un dynamique making-of réalisé par Davide Mancini brosse les différents aspects de la production, de la place de L'Échelle de soie dans l'œuvre de Rossini, à la présente mise en scène. De nombreux instantanés de répétitions animent le montage et de courtes interviews du casting et du metteur en scène nous permettent d'approcher de façon plaisante l'optique défendue avec énergie par les interprètes. (22'14)
- Photos de la distribution.

 

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Les couleurs vives de la production investissent l'écran mais les contours manquent légèrement de précision et elles bavent quelque peu. Toutefois, les contrastes parviennent à donner vie à la captation en dehors des zones peu éclairées du plateau. La définition, honnête sur les plans serrés, à tendance à se diluer bien trop dans les plans plus larges. Ceci étant, l'ensemble se laisse regarder sans déplaisir.

Son

En stéréo, la séparation est assez extrême et, dès l'Ouverture, on perçoit des entrées d'instruments tantôt à gauche, tantôt à droite. Mais le message orchestral demeure cohérent et même, gagne en vie. Les voix s'inscrivent au centre de la scène avant dans un équilibre globalement atteint vis-à-vis de la fosse. Néanmoins, les timbres paraissent légèrement étriqués et la dynamique semble trop retenue.
Avec le mixage 5.1, les voix se détachent bien mieux et les timbres s'épanouissent davantage, affichant de subtiles harmoniques parfaitement véhiculées par un encodage DTS plein débit autorisé par la durée raisonnable de l'œuvre. La dynamique s'exprime de façon moins limitée et s'accorde bien mieux aux contrastes rossiniens. Le caisson de graves apporte un soutien très mesuré à l'ensemble, tandis qu'à l'arrière, les enceintes jouent les utilités en se contentant de diffuser une timide réverbération insuffisante pour ouvrir la scène arrière et permettre aux sonorités de s'épanouir.
À noter : le continuo se montre très présent sur l'enceinte avant droite dans les deux versions sonores.

Note technique : 7/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Claudio Scimone
Damiano Michieletto
Gioachino Rossini
La Scala di seta
L'Echelle de soie
Olga Peretyatko
Paolo Bordogna
Rossini Opera Festival, Pesaro

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.