DVD Jaquette de : Rodelinda (Metropolitan Opera 2011)

Distribution

Interprètes
  • Renée Fleming
    Rodelinda
  • Joseph Kaiser
    rimoaldo
  • Shenyang
    Garibaldo
  • Stephanie Blythe
    Eduige
  • Andreas Scholl
    Bertarido
  • Iestyn Davies
    Unolfo
  • Moritz Linn
    Flavio
Mise en scène
Stephen Wadsworth
Orchestre
The Metropolitan Opera Orchestra
Chef d'orchestre
Harry Bicket
Réalisation
Matthew Diamond
Origine
The Metropolitan Opera
Année
2011

Informations techniques

Durée
197'
Nombre de disques
2
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Decca
Distributeur
Universal Music Classics
Date de sortie
08/10/2012

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS mi-débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français
•  Italien

Rodelinda (Metropolitan Opera 2011) DVD

Note générale : 7/10

George Frideric Handel

Opéra


Rodelinda n’est peut-être pas l’opéra le plus célèbre de Handel, mais il est, selon les dires de Renée Fleming, son opéra préféré. C’est donc elle qui a milité en 2004 pour l’inscrire au répertoire du Met, et qui tient une nouvelle fois le rôle-titre dans cette production mise en scène par Stephen Wadsworth diffusée le 3 décembre 2011 dans les salles de cinéma du monde entier. La soprano est ici entourée de Joseph Kaiser, Andeas Scholl, Iestyn Davies et Stephanie Blythe, pour les rôles principaux. Cette captation est disponible en Blu-ray et DVD chez Decca.

Scène de <i>Rodelinda</i> au Met en 2011.  © Ken Howard/Metropolitan Opera

 

Rafraîchissante et louable initiative que celle de son Directeur Peter Gelb d’introduire le répertoire baroque au Met, mais à double tranchant. La salle mythique construite il y a plus de 125 ans maintenant a plutôt été envisagée pour Verdi et autres Puccini, mais en aucune façon pour la délicatesse d’un orchestre baroque, ce qui pose un certain nombre de problèmes auxquels cette production a tenté de répondre de façon tout à fait intéressante.

Renée Fleming (Rodelinda).  © Ken Howard/Metropolitan OperaPour autant, les instruments baroques ne seraient faits que pour les chapelles, les boudoirs et les placards à balais ? Certes non, et on se souvient d’effectifs orchestraux titanesques pour des performances historiques : Concertos Grossi de Corelli ou Water Music de Handel. Fort des représentations intimistes actuelles de la musique baroque (correctes, mais partielles), on peine à imaginer les 24 hautbois, 12 bassons, 9 cors et 9 trompettes de la création de Music for the Royal Fireworks du même Saxon. Et pourtant, la musique baroque est bel est bien tout sauf figée, et sait remarquablement s’adapter aux circonstances.

Fort de ces considérations, le Met a pris le parti de s’adapter à la fois à ses capacités physiques et à son public en partant de sa culture et en faisant quelque part le cheminement d’un Nikolaus Harnoncourt il y a 40 ans. Lui-même était parti du Philharmonique de Vienne avec quelques amis pour découvrir empiriquement la pratique dite "historique" et avait été rejoint tant par des grandes figures romantiques, voire contemporaines comme Helen Watts (première Messe en si) ou Gérard Souzay (Castor et Pollux), que par des interprètes authentiquement "baroques" comme le contre-ténor Paul Eswood. D’où le style atemporel caractéristique du personnage et de son univers.

 

<i>Rodelinda</i> mis en scène par Stephen Wadsworth pour le Met.  © Ken Howard/Metropolitan Opera

 

Andreas Scholl.  © Ken Howard/Metropolitan OperaDe la même manière, c’est bien l’orchestre du Met qui se met au baroque, passant de Richard Strauss à Handel et du violon moderne au clavecin. Belle ouverture d’esprit et belle flexibilité qui s’enrichit de l’expérience des différents chefs invités par la grande maison, de William Christie (The Enchanted Island) à, aujourd’hui, Harry Bicket, transfuge de l’Orchestra of the Age of Enlightenment. Dans ces conditions, rien à redire sur la grammaire de cet orchestre de circonstance. Seule une absence de style véritable, d’identité serait à déplorer, un côté lisse et policé dans les phrasés, préoccupant si l’ensemble n’était pas si jeune sous cette configuration et ne s’était pas formé vitesse grand V pour pouvoir ainsi présenter une performance absolument crédible. Pas complètement satisfaisant dans les détails, l’orchestre laisse donc plutôt augurer de jolies perspectives.

Côté voix, maintenant, c’est aussi le mélange des genres. On y retrouve ainsi une star straussienne, une autre wagnérienne, un ténor et une basse romantiques et deux contre-ténors baroques. Un catalogue qui serait juste s’il n’était si caricatural, mais qui montre bien l’assemblage incroyable de talents venus des quatre coins du monde - USA, Canada, Angleterre, Allemagne et Chine - et des quatre coins de la musique réunis ici par Renée Fleming. Un casting qui a de quoi remplir le théâtre tant en termes de projection sonore que de recettes, mais dont le caractère hétéroclite ne garantit en rien la consensualité.

Iestyn Davies (Unolfo) et Andreas Scholl (Bertarido).  © Ken Howard/Metropolitan Opera

 

L’image sonore globale de ce plateau est déjà, par nature, déséquilibrée, et cela se ressent dès l’apparition des deux contre-ténors, Andreas Scholl et Iestyn Davies. Si le timbre du premier a quelque chose de miraculeux qui n’est pas sans rappeler la grâce magique d’un Deller, il peine à contrebalancer ses coreligionnaires de par son chant plus dans l’élégance que la puissance. Cela se ressentait déjà lors de la diffusion en direct de ce Rodelinda dans les salles de cinéma, et se voit ici confirmé par l'édition vidéo. Garants historiques de cette production, les deux contre-ténors ne sont en rien à blâmer tant leur performance est digne d’éloges et on imagine le travail fourni de part et d’autre, notamment dans le duo final de l’Acte II entre Rodelinda et Bertarido, pour parvenir à faire malgré tout de ce mariage forcé un véritable moment de musique, et de très belle musique en vérité.

 

Stephanie Blythe (Eduige) et Joseph Kaiser (Grimoaldo) dans <i>Rodelinda</i> de Handel.  © Ken Howard/Metropolitan Opera

 

Stephanie Blythe.  © Ken Howard/Met Opera
Ensuite, on assiste béat à l’incroyable performance de Stephanie Blythe, mezzo wagnérienne s’il en est, qui montre ici une compréhension remarquable du langage handélien, tant dans sa prosodie (son italien est impeccable et ses récitatifs idoines) que dans sa grammaire (ornements et vocalises magnifiquement expressifs). Le tout avec une assise vocale ahurissante, et une évidente affinité avec l’acoustique du lieu. L’autre belle surprise nous vient de la basse Shenyang. Issu du conservatoire de Shanghai, il a été remarqué par Renée Fleming qui lui a permis de rejoindre l’équipe du Met. Quelle profondeur de timbre ! Quelle élégance ! Et un flegme délicieux qui convient à merveille à son personnage et met ce second rôle carrément sur le devant de la scène !
Plus discutable est l’interprétation du ténor Joseph Kaiser. Rien à dire sur son timbre : beaucoup de matière, de rondeur et de puissance à la fois, ainsi qu'une grande élégance et une parfaite compréhension de son rôle de méchant de service qui finit par s’humaniser et servir la cause des héros. Mais dès qu’arrivent les vocalises, rien ne se passe. Les notes s’enchaînent et ne nous disent plus rien d’autre que de la technique, irréprochable mais tellement scolaire…

 

 

 

Renée Fleming interprète le rôle-titre de <i>Rodelinda</i> sur la scène du Met.  © Ken Howard/Metropolitan Opera

 

Quant à Renée Fleming*, son interprétation nous plonge littéralement dans l’embarras. En dépit de toute l’admiration qu’on peut lui porter, et de la reconnaissance qu’on peut éprouver pour le fait qu’on lui doit quelque part cette ambitieuse production, on ne peut malheureusement être convaincu par sa prestation. De fait, son "sfumato sonore", comme l’a qualifié jadis Renaud Machard, n’a pas sa place ici. Pour cristallins et magiques que soient ses aigus, la générosité de ses portamenti tient de l’excès, tout comme son agogique, qui rend ses vocalises pour le moins approximatives, créant un gouffre parfois béant avec l’orchestre. Et que dire de son italien à peine articulé. Certes, il y a du bel canto dans le baroque, mais ce n’est pas la seule donnée et il semble difficile à la diva de s’approprier de nouvelles habitudes. Une personnalité vocale comme Renée Fleming avait beaucoup à apporter au monde du baroque. Là, elle reste sur le côté et au final, celle qui est l’instigatrice de ce spectacle et de ce plateau paraît paradoxalement la plus éloignée du propos et constitue le plus grand sujet de déception de ce projet.
* Cf. extrait de "Moi caro bene !" par Renée Fleming à la fin de cette critique.

 

Renée Fleming (Rodelinda) et Andreas Scholl (Bertarido).  © Ken Howard/Metropolitan Opera

 

Côté mise en scène, le défi était de rendre acceptable sur la scène gigantesque du Met ce huis clos autour de deux couples. Pas de chœur et un simple final en sextuor dans ce Rodelinda. Pourtant, la scénographie de Stephen Wadsworth, bien qu’un rien formelle et parfois raide, fait des merveilles par son sens de l’espace et du détail, jouant avec art sur le proche et le lointain tel un réalisateur de cinéma, avec une direction d’acteur d’un relief de chaque instant, y compris pour les personnages qui ne sont pas sous les projecteurs. Et que dire de ces changements de décors gigantesques, de la chambre au jardin, et de la bibliothèque à la cour, avec cette incroyable machinerie qui soulève les écuries pour nous faire pénétrer sous terre, dans les cachots de Milan ? Cet opéra est capté comme un film - dommage pour l’orchestre, mais le parti pris est assumé – qui nous plonge dans une intrigue dont nous ne sortons pas.

Bref, une histoire passionnante, remarquablement servie malgré ses défauts essentiellement philologiques, mais sans doute une étape importante vers la création d’un style baroque propre au Metropolitan Opera. Nous avons la chance d’assister, grâce aux éditions Blu-ray et DVD de ce live de 2011, à cet événement passionnant. Cette production de Rodelinda laisse augurer de bien belles choses à venir !

À noter : Les Actes I et II sont proposés sur le DVD 1 (139'05) ; l'Acte III, sur le DVD 2 (58').

 

Lire le test du Blu-ray Rodelinda au Metropolitan Opera avec Renée Fleming


Retrouvez la biographie de George Frideric Handel sur le site de notre partenaire Symphozik.info

Jérémie Noyer

Suppléments du DVD

En anglais non sous-titré, dans le même format sonore que celui choisi pour l'opéra :
- Rapide interview du ténor Joseph Kaiser par la soprano Deborah Voigt (3'53). La spontanéité est bien présente dans cet échange curieusement isolé dans la partie bonus. En effet, sont dispatchés dans le cours du programme, sur le DVD 1 : l'introduction de Deborah Voigt à Rodelinda, ses interviews de Renée Fleming, du Directeur technique du Met John Sellars, de Stephanie Blythe, Stephen Wadsworth, Andreas Scholl et Iestyn Davies, ainsi qu'une introduction à l'Acte II. On trouve sur le DVD 2 : une introduction à l'Acte II, une interview du chef Harry Bicket et le bonus décrit plus haut.

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

La richesse picturale très classique de cette production est magistralement rendue par une variété d'ambiances lumineuses aux teintes subtiles. Intérieurs et extérieurs alternent, portés par l'art de l'éclairage scénique de Peter Kaczorowski. Les décors sont remarquablement mis en valeur, comme les costumes et les accessoires. Le contraste est soutenu par des noirs très denses et la définition permet d'apprécier les plans rapprochés et moyens. Cette précision se perd malheureusement dans les plans larges qui font alors regretter la perfection du Blu-ray de ce programme. Mais, en l'état, ce master d'origine HD est de toute beauté.

Son

La piste stéréo propose une excellente ouverture et diffuse un message constamment équilibré entre les voix et les instruments. Clarté et transparence qualifient cette écoute plaisante et vivante.
Le mixage multicanal, porté ici par un encodage DTS mi-débit, ouvre l'espace en conservant les qualités de précision et de transparence de la stéréo. La scène avant se creuse en profondeur pour apporter un relief bienvenu, tandis que les enceintes arrière aident à installer une aération qui rend l'écoute naturelle. Le caisson de basses, savamment intégré, donne plus de corps à l'orchestre, ce qui aboutit également à des contrastes de dynamiques bien plus pertinents. Les harmoniques des voix sont en outre très bien rendues.

Note technique : 9/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Andreas Scholl
George Frideric Handel
Harry Bicket
Iestyn Davies
Joseph Kaiser
Metropolitan Opera
Renée Fleming
Rodelinda
Shenyang
Stephanie Blythe
Stephen Wadsworth

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.