Blu-ray Jaquette de : L'Amour de Danaé (Deutsche Oper Berlin)

Distribution

Interprètes
  • Manuela Uhl
    Danae
  • Mark Delavan
    Jupiter
  • Matthias Klink
    Midas
  • Thomas Blondelle
    Merkur
  • Burkhard Ulrich
    Pollux
  • Hulkar Sabirova
    Xanthe
  • Paul Kaufmann
    Ein König
  • Clemens Bieber
    Ein König
  • Nathan De'Shon Myers
    Ein König
  • Hyung-Wook Lee
    Ein König
  • Hila Fahima
    Semele
  • Martina Welschenbach
    Europa
  • Julia Benzinger
    Alkmene
  • Katarina Bradic
    Leda
  • Chorus of the Deutsche Oper Berlin
Mise en scène
Kirsten Harms
Orchestre
Orchestra of the Deutsche Oper Berlin
Chef d'orchestre
Andrew Litton
Réalisation
Myriam Hoyer
Origine
Deutsche Oper, Berlin
Année
2011

Informations techniques

Durée
155'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
Arthaus Musik
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
24/11/2011

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.0 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Coréens
•  Espagnol
•  Français
•  Italien
•  Japonais

L'Amour de Danaé (Deutsche Oper Berlin) Blu-ray

Die Liebe der Danae

Note générale : 9/10

Richard Strauss

Opéra


Amateurs et admirateurs du Richard Strauss compositeur lyrique, réjouissez-vous ! L'occasion de se confronter à l'avant-dernier opéra de l'auteur est enfin venue grâce à cet exceptionnel Amour de Danaé capté en 2011. Un sans faute presque parfait sous la direction d'Andrew Litton avec Manuela Uhl dans le rôle-titre et une mise en scène signée Kirsten Harms pour le Deutsche Oper Berlin. Un programme disponible en Blu-ray et DVD Arthaus Musik.

 

Manuela Uhl dans <i>L'Amour de Danaé</i> mis en scène par Kirsten Harms à l'Opéra de Berlin.

 

L'Amour de Danaé (Die Liebe der Danae) est une "mythologie joyeuse" composée entre 1938 et 1940 par Richard Strauss sur des esquisses de son dramaturge fétiche Hugo von Hofmannsthal. Le sujet peut surprendre en pleine période de grands troubles internationaux mais conserve les trois constantes dramaturgiques de son auteur, à savoir la permanence de l'Antiquité (ou de l'histoire ancienne), le triomphe de l'amour et une figure féminine centrale. Victime du contexte historique qui empêcha sa création publique avant le décès du compositeur et pâtissant tout autant du caractère de son style musical, L'Amour de Danaé souffre encore aujourd'hui d'une désaffection des scènes d'opéra. À peine une petite vingtaine de représentations depuis la première en 1952 au Royal Albert Hall sous la direction de l'ami de toujours, Clemens Krauss, soit le nombre dévolu à Salomé ou au Chevalier à la rose pour une seule année ! Mais tout l'intérêt d'une telle édition ne se pose pas uniquement en regard de sa rareté, bien heureusement.

 

Scène de <i>L'Amour de Danaé</i> mis en scène par Kirsten Harms à Berlin.

 

Burkhard Ulrich (Pollux).À chaque production d'un opéra de Strauss se pose le même problème de sa dramaturgie et de sa scénographie… Le sujet de cette "mythologie joyeuse", ainsi nommée sur une suggestion de l'épouse de Clemens Krauss, Viorica Ursuleac, pour qui le rôle de Danaé fut écrit, reste pour le moins superficiel par rapport au contexte historique dans lequel elle vit le jour. Par moments, sa parenté avec une opérette à costumes risque de dénaturer totalement la richesse de la musique, véritable synthèse artistique d'un compositeur âgé de près de 85 ans. Les interludes orchestraux relèvent du grand art. À l'image de ceux d'un autre opéra de Strauss, La Femme sans ombre (Die Frau ohne Schatten), la matière orchestrale continue fait bien souvent penser à Wagner, comme le traitement des voix et des personnages: Jupiter rappelle fréquemment Wotan – voir la scène de ses adieux – les quatre Reines peuvent être rapprochées des Filles du Rhin, et le couple formé par Danaé et Midas ne manque pas de faire penser à Tristan et Isolde pour la scène d'amour. Quant à la pâte musicale, certains passages lorgnent avec évidence vers les Quatre Derniers Lieder. La musique de L'Amour de Danaé, continue et expressive, complexe à mettre en place, ne laisse aucun répit à ses interprètes et nécessite une précision diabolique de tous les instants. Andrew Litton caresse cette partition avec attention, et se montre aux petits soins pour ses chanteurs. À la tête du Deutsche Oper Berlin, sa direction fouille en profondeur la multitude de richesses de cet ouvrage à redécouvrir d'urgence.

 

Hulkar Sabirova (Xanthe) et Manuela Uhl (Danaé) dans <i>L'Amour de Danaé</i> mis en scène par Kirsten Harms.

 

Manuela Uhl (Danaé) et Mark Delavan (Jupiter).La soprano allemande Manuela Uhl joue Danaé avec conviction, aussi à l'aise en déesse dans une robe cousue d'or qu'en piteuse victime de la condition humaine. Les notes aiguës fréquentes sont atteintes facilement avec cependant une pointe de tension. Mais sa fréquentation de l'univers straussien et wagnérien lui permet de compenser largement cela par une intelligence du personnage.
Matthias Klink réussit également son Midas, avec une limite semblable quant à la puissance, et l'on aurait aimé avoir affaire à plus de chaleur, d'épaisseur, de gras dans le registre parfois couvert par sa consœur.
Mark Delavan (Jupiter) entouré des quatre Reines.Mais leur duo d'amour sonne juste, et le chanteur montre une bonne présence scénique dans l'évolution de son personnage.
Le baryton américain Mark Delavan campe un Jupiter impressionnant, qui s'améliore au fur et à mesure du déroulement de l'opéra. Il gagne ainsi de plus en plus "en voix", pour finir par libérer totalement son talent dans des adieux très réussis ("Auch dich schuf der Gott", Acte III, 3e Tableau). Son personnage est un des plus complexes de l'œuvre puisqu'il évolue du dieu rayonnant et amoureux au jeteur de sorts vengeur, pour finir en divinité impuissante devant l'amour humain.

 

Thomas Blondelle chante le rôle de Mercure dans <i>L'Amour de Danaé</i> à l'Opéra de Berlin.

 

Mercure est fidèle à sa symbolique mythologique de perspicacité et d'allégresse, et s'illustre dans un jeu d'apparitions et de disparitions réussi. Le ténor belge Thomas Blondelle reste truculent et très à l'aise dans ses déplacements, et la voix est parfaitement en accord avec l'aspect visuel en se montrant légère et présente à la fois.
Burkhard Ulrich, autre ténor léger, assure un Pollux de même catégorie, affolé par les chambardements qui l'entourent, mais dont l'absence de grande scène ne permet pas au spectateur d'apprécier toutes les qualités.
Le quatuor vocal formé par les quatre Reines – les sopranos Sémélé et Europe, la mezzo-soprano Alcmène et la contralto Léda – est une réussite totale. Strauss considérait les ensembles qu'il confie à ce quatuor vocal parmi ses meilleures réussites, ce qui ne peut qu'être confirmé à l'audition des interprètes réunies à Berlin, jouant sous l'angle de polissonnes entremetteuses.

 

Manuela Uhl (Danaé) et Matthias Klink (Midas) dans <i>L'Amour de Danaé</i> à l'Opéra de Berlin.

 

Voyons maintenant ce que propose la mise en scène de Kirsten Harms, épaulée par le dramaturge Andreas Meyer…
Nous l'avons dit, L'Amour de Danaé mélange les genres et navigue en permanence entre l'opérette et le drame. La thématique initiale d'un État réduit en faillite par le Roi Pollux trop dépensier, assailli de créanciers, d'huissiers et de déménageurs, est une aubaine à ne pas laisser passer dans notre contexte de crise actuelle, et l'absolue nécessité de trouver des financements ainsi que la fascination totale pour l'or – on pourrait s'amuser à totaliser les très nombreuses fois où le mot apparaît dans le livret – sert en partie de fil conducteur visuel jusqu'à la conclusion. Associées à l'amour, sans lequel quasiment aucun opéra n'existerait, ces deux thématiques engendrent une nouvelle dramaturgie visuelle convaincante et intelligente. L'actualisation des habits élude l'opérette à costumes. Le rappel de la mythologie s'effectue avec subtilité. On remarque ainsi les tableaux à sujet mythologique directement en rapport avec les personnages du livret saisis par les créanciers, les statues de dieux ou le masque grec de Jupiter. Plus subtils encore, le bas de la robe d'une des Reines à motif grec caractéristique, le chapeau melon de Mercure rappelant la coiffe du dieu romain et, surtout, les presque trop discrets attributs des quatre Reines sous forme de sacs à mains que l'on s'amusera à associer à leurs illustres propriétaires respectives.
Le travail sur les lumières dirigées par Manfred Voss mérite qu'on s'y attarde : la succession des bleus intenses, le magnifique orangé couvrant le duo d'amour, les fumées très wagnériennes sur les débris architecturaux, et les blancs intenses de certains costumes parachèvent une véritable réussite visuelle. Le piano suspendu par les pieds pendant presque tout l'opéra, comme une épée de Damoclès inventée par Dalí, ne manquera pas de rester quant à lui dans les mémoires…

 

Manuela Uhl (Danaé) dans la scène finale de <i>L'Amour de Danaé</i> mis en scène par Kirsten Harms.

 

En résumé, pour sa rareté qu'on ne demande qu'à voir s'atténuer et pour la qualité artistique globale, cet Amour de Danaé doit figurer sur vos étagères en bonne place et ne demandera qu'à être à nouveau visionné pour en apprécier toute la richesse du contenu.


Lire le test du DVD L'Amour de Danaé de Strauss au Deutsche Oper Berlin

Retrouvez la biographie de Richard Strauss sur le site de notre partenaire Symphozik.info

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du Blu-ray

Kirsten Harms.


En HD, et en allemand stéréo DD, avec sous-titres français, anglais, espagnols, italiens, japonais et coréens :


- Bon documentaire sur le travail de répétition, la contextualisation et les justifications artistiques probantes apportées par Kirsten Harms sur sa mise en scène, et Andreas Meyer sur le livret. Un regret toutefois, car, si l'on assiste bien au travail des chanteurs, aucun d'eux n'est interviewé ! (15'26)
- Synopsis de l'œuvre expliqué par le dramaturge, ponctué de nombreux extraits de l'opéra. (7'16)

 

 

 

 

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

Ce master aux couleurs particulièrement équilibrées et lumineuses dans certaines scènes affiche avec constance un fort bon niveau de précision. Les scènes sombres conservent un piqué très honorable et les contrastes profonds rendent le visionnage plaisant. Les dominantes bleues et "or" sont superbes et le rendu des matières à l'écran nourrit de fort beaux plans rapprochés. Un must !

Son

La piste stéréo, assez ouverte et très claire, bénéficie d'une bonne dynamique et d'un équilibre sensible entre le plateau et la fosse. Si les voix solistes ressortent correctement, elles semblent toutefois un peu trop lointaines. En outre, les chœurs manquent de détail et paraissent assez confus.
Le mixage 5.O tranche sur la stéréo par une présence absolument splendide. L'orchestre s'empare de la scène avant et une multitude de détails sort de la fosse avec un relief excellent. Les voix sont parfaitement intégrées et solistes comme choristes s'expriment avec une intelligibilité bien supérieure. La dynamique est également plus étendue. Le caisson de graves n'a pas été inclus dans ce mixage mais l'ensemble ne manque pas de basses. On aurait toutefois préféré les attaques plus franches d'un haut-parleur spécialisé. La scène arrière permet d'ouvrir l'espace et une parfaite aération vient qualifier l'écoute. À la différence de l'encodage Dolby Digital du DVD de ce programme, le DTS HD Master Audio affiche une richesse absolue des harmoniques.

Note technique : 8/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Andrew Litton
Deutsche Oper Berlin
Die Liebe der Danae
Katarina Bradic
Kirsten Harms
L'Amour de Danaé
Manuela Uhl
Mark Delavan
Matthias Klink
Richard Strauss

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.