DVD Jaquette de : The Rake’s Progress (Jurowski, Glyndebourne 2010)

Distribution

Interprètes
  • Miah Persson
    Anne Trulove
  • Topi Lehtipuu
    Tom Rakewell
  • Matthew Rose
    Nick Shadow
  • Clive Bayley
    Father Trulove
  • Susan Gorton
    Mother Goose
  • Elena Manistina
    Baba the Turk
  • Graham Clark
    Sellem
  • Duncan Rock
    Keeper of the Madhouse
  • The Glyndebourne Chorus
Mise en scène
John Cox
Orchestre
London Philharmonic Orchestra
Chef d'orchestre
Vladimir Jurowski
Réalisation
François Roussillon
Origine
Glyndebourne
Année
2010

Informations techniques

Durée
140'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Opus Arte
Distributeur
Codæx France
Date de sortie
23/11/2011

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS mi-débit
Stéréo DD
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français

The Rake’s Progress (Jurowski, Glyndebourne 2010) DVD

Note générale : 8/10

Igor Stravinsky

Opéra


Cette production de The Rake's Progress de Stravinsky mise en scène par John Cox a été créée en 1975 à Glyndebourne avec les décors et costumes de David Hockney inspirés du peintre et graveur William Hogwarth. Considérée comme une référence, en voici une captation de 2010 avec Miah Persson, Topi Lehtipuu et Matthew Rose. Le London Philharmonic Orchestra est dirigé par le directeur musical du Festival, Vladimir Jurowski, et François Roussillon filme ce retour aux sources…

 

<i>The Rake's Progress</i> mis en scène par John Cox lors du Festival de Glyndebourne 2010.  © Alastair Muir

 

Matthew Rose (Nick Shadow).  © Alastair Muir
En 1975, le metteur en scène John Cox et le décorateur David Hockney imaginaient pour The Rake’s Progress de Stravinsky une scénographie librement inspirée des gravures de William Hogwarth datant de 1735. Juste retour des choses pour le peintre dont la série de tableaux homonyme a elle-même inspiré le compositeur pour écrire son opéra-pastiche de l’art lyrique classique. Or il s'agit bien d’inspiration et non de copie, car décors et costumes de cette production prennent des libertés et nous projettent dans le XXe siècle avec une cohérence qui fit son succès, tant et si bien qu’elle fut montée plusieurs fois à travers le monde.



Dernière en date, la présente reprise d’août 2010 pilotée par Vladimir Jurowski, dont on a pu réellement apprécier le Don Giovanni disponible en DVD chez EMI Classics. Pour autant, bien que rompu à la stylistique mozartienne à laquelle il avait su donner un éclairage aussi respectueux qu’inédit, c’est vers les origines russes du compositeur que se tourne ici l’indomptable chef d’orchestre, avec des timbres débordant de matière et de mordant. Sans jamais délaisser le raffinement, une puissance inexorable se dégage de cette direction mordante, brutale, tout sauf distanciée. Le traitement des numéros choraux, impressionnant de maîtrise et de charisme, n’a de fait plus grand-chose de mozartien, et chaque détail est sculpté, puissamment gravé dans le marbre, à l’image de cette descente aux enfers.

 



Côté plateau vocal, le trio Rakewell, Trulove et Shadow domine nettement une distribution très honorable dont l’expérience mozartienne apporte précisément le contrepoint nécessaire à l’orchestre dans un équilibre idoine comme rarement cette partition en a connu.

 

Elena Manistina (Baba the Turk) et Topi Lehtipuu (Tom Rakewell).  © Alastair Muir


Topi Lehtipuu campe un Tom Rakewell plus dramatique que réellement suave et sa prestation ne laisse aucun doute sur les intentions du personnage. Point d’hédonisme ici, mais une véritable efficacité, un sens du rôle et une présence sur scène déjà très affirmée pour ce jeune chanteur plein de promesses. Miah Persson, figure bien connue de la scène salzbourgeoise, se montre à la fois totalement convaincante, séduisante, mais surtout touchante dans le rôle d'Anne Truelove. Quelle maîtrise dans cette prestation de la soprano suédoise que d'aucuns se plaisent à comparer à Renée Fleming !Enfin, le Nick Shadow de Matthew Rose est un démon comme on les aime, robuste et lyrique à la fois. Le timbre, stable et chatoyant, offre un bonheur comme souvent les "méchants" peuvent en apporter

Miah Persson (Anne Trulove) et Topi Lehtipuu (Tom Rakewell).  © Alastair Muir


Au final, c’est un kaléidoscope d’influences et de styles parfaitement maîtrisé que nous propose Glyndebourne avec ce Rake's Progress à la fois intelligent et beau. Si de nouveaux axes sont révélés, la cohérence avec l'œuvre demeure totale, à l’instar de la réalisation de François Roussillon, toujours élégante dans sa sobriété, impeccable dans sa subtilité, avec cette légère distance qui en constitue la signature.

Une captation à connaître de toute urgence !


Lire le test du Blu-ray The Rake's Progress à Glyndebourne

Jean-Claude Lanot

Suppléments du DVD

En anglais stéréo DD, avec sous-titres français, allemands et espagnols :
- Dynamique présentation de l'œuvre et de la production assortie de nombreux propos recueillis auprès des intervenants, dont le metteur en scène John Cox. (7’)
- Un intéressant making-of donne la parole, parmi d'autres, à Topi Lehtipuu, Miah Persson, Mattew Rose, Vladimir Jurowski et au décorateur et costumier David Hockney. (12’)
- Photos de la distribution.

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

De superbes couleurs qualifient ce master d'origine HD. Dans les plans rapprochés le détail révèle avec finesse le soin apporté aux costumes, mais se dilue toutefois dans les plans larges, à l'inverse du Blu-ray de cette captation. Le piqué est globalement convaincant et les contrastes sont honorables.

Son

La piste stéréo, assez large, se montre bien équilibrée et assez riche en basses. Toutefois, la sensation de lointain est assez prononcée et l'encodage Dolby Digital compresse trop les harmoniques.
Le mixage 5.1 apporte un gain flagrant de présence à l'ensemble et bénéficie d'une dynamique plus importante, mais il privilégie les voix sur un orchestre qui manque de relief. Les graves sont superbement délivrés par le caisson de basses, et les enceintes surround participent à une immersion réaliste très appréciable.

Note technique : 8/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

François Roussillon
Glyndebourne
Igor Stravinsky
Matthew Rose
Miah Persson
The Rake's Progress
Topi Lehtipuu

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.