Blu-ray Jaquette de : Peter von Winter : Das Labyrinth (Salzbourg 2012)

Distribution

Interprètes
  • Christof Fischesser
    Sarastro
  • Julia Novikova
    Königin der Nacht
  • Malin Hartelius
    Pamina
  • Michael Schade
    Tamino
  • Thomas Tatzl
    Papageno
  • Regula Mühlemann
    Papagena
  • Anton Scharinger
    Alter Papageno
  • Ute Gfrerer
    Alte Papagena
  • Nina Bernsteiner
    Erste Dame
  • Christina Daletska
    Zweite Dame
  • Monika Bohinec
    Dritte Dame
  • Klaus Kuttler
    Monostatos
  • Clemens Unterreiner
    Tipheus
  • Philippe Sly
    Sithos
  • Mauro Peter
    Erster Mohr
  • Manuel Günther
    Zweiter Mohr
  • Zoltan Nagy
    Vierter Mohr
  • Shantia Ullmann
    Oberpriesterin
  • Etc…
Mise en scène
Alexandra Liedtke
Chorégraphie
Ismael Ivo
Orchestre
Mozarteumorchester Salzburg
Chef d'orchestre
Ivor Bolton
Réalisation
Peter Schönhofer
Origine
Festival de Salzbourg
Année
2012

Informations techniques

Durée
159'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
Arthaus Musik
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
23/04/2013

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Coréens
•  Espagnol
•  Français
•  Italien
•  Japonais

Peter von Winter : Das Labyrinth (Salzbourg 2012) Blu-ray

Deuxième partie de La Flûte enchantée (version courte)

Note générale : 9/10

Peter von Winter

Opéra


Le label Arthaus Musik s’associe au Festival de Salzbourg 2012 pour nous offrir la "suite" de La Flûte Enchantée de Mozart - Das Labyrinth - composée par Peter von Winter et créée en 1798. Cette production captée en extérieur, dans la cour du Palais de la Résidence de la capitale mozartienne, rassemble une distribution vocale particulièrement importante placée sous la baguette d'Ivor Bolton. On citera Christof Fischesser, Julia Novikova, Marlin Hartelius et Michael Schade parmi de nombreux autres interprètes de fort bon niveau. Ce spectacle joliment mis en scène par Alexandra Liedtke est disponible à la fois en Blu-ray et en DVD.

Thomas Tatztl interprète le rôle de Papageno dans <i>Das Labyrinth</i> à Salzbourg.

 

Finalement, Hollywood n’a rien inventé ! L’art de la suite - ou parfois de la "préquelle" - lui est bien antérieur, et présentait déjà au XVIIIe siècle les mêmes avantages tels l’affirmation d’un univers solide préétabli, ainsi que les mêmes limites, à savoir l’affaiblissement après un premier opus génial. N’est pas l'auteur du Parrain qui veut !

Malin Hartelius interprète le rôle de Pamina.Témoin ce Labyrinthe, clairement présenté dès l’origine comme la suite de La Flûte Enchantée de Mozart, dont il partage le librettiste en la personne d’Emmanuel Schikaneder. C’était inévitable : avec Mozart Tamino et Pamina n’affrontaient que deux éléments sur quatre, l’eau et le feu. Il fallait bien terminer le cycle pour que Sarastro puisse passer la main. C’est à se demander si le directeur du Theater an der Wien n’avait pas déjà prévu son coup dès 1791, année de création de La Flûte enchantée !
Quoi qu'il en soit, cette suite s’inscrit tout naturellement dans la continuation de l’histoire amorcée par Mozart puisque, outre les épreuves du labyrinthe, il est ici avant tout question de vengeance. La Reine de la Nuit n’a pas dit son dernier mot et cherche à briser tout ce qui a été construit dans le premier opus, tant les couples que leurs objets magiques. Musicalement, cette filiation s’exprime par les mêmes triples accords qui ouvrent l’opéra et que l’on retrouve saupoudrés ici et là, ainsi que par les traits de flûte de Papageno, tels une madeleine de Proust replongeant immanquablement le spectateur dans l’univers mozartien.

 

Philippe Sly (Sithos) et Clemens Unterreiner (Tipheus) dans <i>Das Labyrinth</i> mis en scène par Alexandra Liedtke.

 

Ivor Bolton.Mais le parallèle s’arrête là. Autres temps, autres mœurs : cette "Flûte opus 2" est aussi plus "pugnace" que la première, laquelle était un véritable hymne à la paix. L’Autriche de 1798 est désormais menacée par l’armée napoléonienne et ce n’est plus un combat spirituel qui oppose les personnages ici, mais une véritable guerre, qui se termine en duel pour une dame, plus classique et prosaïque. Musicalement, si les styles des différents personnages sont respectés (vocalises pour la Reine, lyrique pour Tamino, populaire pour Papageno…), on ressent moins l’attention que portait Mozart aux détails des "moments" de chaque protagoniste, chaque air ayant son univers et sa mélodie ô combien prégnante. La musique de Peter von Winter est quant à elle davantage un excellent accompagnement, moins mélodique que dramatique, plus linéaire et donc moins mémorable, en dépit des efforts certains du chef et arrangeur Ivor Bolton présent dans la fosse. Non dénuée d’intérêt et de charme, elle est simplement sans génie. Ce qui explique la discrétion de cette œuvre au répertoire opératique, pour autant regrettable, puisqu’elle se suit assurément avec grand plaisir.

Regula Mühlemann (Papagena) et Thomas Tatztl (Papageno).D’autant que cette production de Das Labyrinth présentée dans le cadre du Festival de Salzbourg est brillamment défendue par un plateau à l’unisson de son charme. Un véritable esprit d’équipe unit les chanteurs et l’orchestre autour de cette version intelligemment abrégée et très efficace concoctée par Ivor Bolton. On est cependant surpris par le choix de Malin Hartelius et Michael Schade pour incarner Pamina et Tamino dans la mesure où ils n’ont rien du jeune couple princier qu’on a l’habitude d’imaginer et de voir dans ces rôles, d’autant que l’écart d’âge est ici très mince avec la Reine et Sarastro. Personnages déjà mûrs, il est difficile de croire à leur initiation. Cela étant, leur performance vocale, notamment celle de Malin Hartelius - Tamino est plus effacé - compense quelque peu cet hiatus dramatique, tant la voix est belle, juste, et surtout émouvante.
Plus convaincant est le choix de Thomas Tatzl dans le rôle de Pagageno, toujours aussi crucial dans cet univers, qui réussit dès le départ à nous séduire par son jeu d’acteur drôle, solide et engagé, et sa voix rustique juste ce qu’il faut. À ses côtés la Pamina de Regula Mühlemann infuse une jeunesse et un charme malicieux particulièrement bienvenus. On retiendra également la Reine de la Nuit Julia Novikova qui, si son air n’a rien de mémorable sur le plan de l’écriture, se sort avec bravoure et aisance de ses vocalises.

 

Julia Novikova interprète le rôle de la Reine de la Nuit dans <i>Das Labyrinth</i> de Peter von Winter.

 

Côté mise en scène, c’est un véritable défi qu’a dû relever Alexandra Liedtke. Le livret prévoit pas moins de quatorze changements de décors, dans un univers clairement spectaculaire. De la part des producteurs, le choix d’une scène extérieure installée dans la cour du Palais de la Résidence pouvait sembler une véritable gageure, mais la jeune scénographe a su faire montre d’une imagination étonnante, essentiellement en reprenant l’idée des étoiles du décor original de l’arrivée de la Reine de la Nuit dans La Flûte de 1791 et en utilisant des panneaux mobiles armés de dizaines d’ampoules. En agissant sur les motifs éclairés et sur la disposition des panneaux, elle a su à la fois créer une multitude d’espaces, mais également jouer avec la nature.


Scène de <i>Das Labyrinth</i>, avec Julia Novikova (la Reine de la Nuit).En effet, Alexandra Liedtke utilise le soleil couchant de cette belle soirée d'été salzbourgeoise comme un véritable paramètre scénographique, et dans un timing impeccable, ne fait intervenir la lumière artificielle qu’à la tombée du jour, et ce de façon progressive. Auparavant, c’est un petit théâtre de saltimbanques dépliable qui sert de toile (au sens propre) à l’intrigue, de façon tout à fait charmante.
Seule longueur dans cette mise en scène : l’Ouverture, intéressante, mais discutable. Comme dans un spectacle itinérant, les acteurs rameutent le public pour le convier à la représentation. Puis, pendant l’Ouverture musicale, ils défilent les uns après les autres pour permettre aux spectateurs d'identifier leur personnage. Certes, on reste bien dans l’univers du décor, mais cela crée une sorte de double "générique" qui alourdit le début du spectacle sans pour autant apporter de détails sur l’histoire et les personnages. Par exemple, pour les raisons exposées plus haut, on cherche désespérément qui peut bien être Tamino parmi cette succession de personnages !

 

Christof Fischesser (au centre) chante le rôle de Sarastro dans <i>Das Labyrinth</i> à Salzbourg.

 

Malin Hartelius (Pamina, en blanc) et Julia Novikova (la Reine de la Nuit).  © Hans Jörg MichelIl convient également de souligner le travail remarquable des costumes. Entre les dentelles de la Reine et de Pamina et les frous-frous fantasques de Papagena et de la famille de Papageno (dont on rencontre les irrésistibles parents !), il est difficile de ne pas tomber sous le charme des remarquables créations de Susanne Bisovsky et Elisabeth Binder-Neururer.

En réalité, peu de chose vient ternir le plaisir la découverte de Das Labyrinth, traitée avec intelligence et une infinie poésie, dont Blu-ray et DVD constituent des témoignages des plus agréables. Ne manquent à ces belles éditions que quelques bonus, pourtant tournés par le Festival de Salzbourg pour la promotion du spectacle, et qui auraient apporté une pédagogie appréciable au spectacle.

 

Lire le test du DVD Das Labyrinth de Peter von Winter à Salzbourg

Jean-Claude Lanot

Suppléments du Blu-ray

Aucun ! Un making-of a pourtant été tourné durant le Festival de Salzbourg 2012.

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

Le passage de la lumière du jour à l’éclairage nocturne est parfaitement véhiculé par ce master Haute Définition de toute beauté. La précision constante permet de profiter au maximum de l'aspect hautement visuel de cette production. Les contours sont finement dessinés, tandis que de puissants contrastes apportent un indéniable relief à ce visionnage qui tutoie la perfection.

Son

Cette prise de son en extérieur étonne franchement par sa précision et la richesse de sa matière.
En stéréo, l'aération est franche et les timbres orchestraux et vocaux se marient dans une superbe harmonie. La diction des chanteurs ressort sans mal dans cet ensemble à la dynamique séductrice.
Avec le mixage multicanal 5.1, la présence des interprètes est décuplée et la profondeur de la restitution n'a d'égale que celle des images. Le caisson de graves habilement intégré donne plus de corps à la restitution, tandis que la scène arrière ventile avec subtilité un signal qui permet une écoute immersive. La dynamique globale, ample et parfois incisive, finit de convaincre. Un must !

Note technique : 10/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Alexandra Liedtke
Christof Fischesser
Das Labyrinth
Festival de Salzbourg
Ivor Bolton
Julia Novikova
Malin Hartelius
Michael Schade
Peter von Winter
Regula Mühlemann
Thomas Tatzl

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.