DVD Jaquette de : Passion selon Saint Matthieu BWV 244 (Thomanerchor Leipzig)

Distribution

Interprètes
  • Christina Landshamer
    Soprano
  • Stefan Kahle
    Contre-tenor
  • Wolfram Lattke
    Tenor (Evangelist)
  • Klaus Mertens
    Bass (Jesus)
  • Gotthold Schwarz
    Bass (Pilatus)
  • Thomanerchor Leipzig
  • Martin Lattke
    Tenor (Arias)
Orchestre
Gewandhausorchester Leipzig
Chef d'orchestre
Georg Christoph Biller
Réalisation
Michael Beyer
Origine
St. Thomas Church Leipzig
Année
2012

Informations techniques

Durée
164'
Nombre de disques
2
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Accentus Music
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
09/10/2012

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.1 DD
5.1 DTS mi-débit
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Coréens
•  Français

Passion selon Saint Matthieu BWV 244 (Thomanerchor Leipzig) DVD

Note générale : 4/10

Johann Sebastian Bach

Concert


L'Église de Saint-Thomas de Leipzig accueille la monumentale Passion selon saint Matthieu de Bach en avril 2012. Le très réputé Thomanerchor Leipzig officie avec le Gewandhausorchester dirigé par Georg Christoph Biller dans le lieu même où le compositeur œuvra en tant que maître de chapelle de 1723 à 1750. Comment la magie de ce lieu et l’excellence reconnue de la formation chorale n’agiraient-elles pas en profondeur sur cette interprétation ? Critique en forme de bilan pour ces blu-ray et DVD édités par Accentus Music.

 

glise Saint-Thomas de Leipzig accueille <i>La Passion selon Saint-Matthieu</i> de Bach en avril 2012.

 

Georg Christoph Biller dirige <i>La Passion selon Saint-Matthieu</i> en 2012 à Leipzig.Interpréter la Passion selon Saint Matthieu à l’église Saint-Thomas de Leipzig, c'est se placer sous le regard bienveillant de Bach lui-même, peint sur vitrail. Ambiance…
Force est de reconnaître que le lieu est somptueux, absolument majestueux, et qu'il sert magnifiquement la musique de Bach par sa beauté mais surtout par son acoustique. Il faut en effet s’être rendu dans cet édifice pour recevoir ces sonorités qui parviennent au visiteur... enchantées, délavées comme si elles venaient à lui dans leur nudité originelle afin d'être mieux ressenties. Mais la captation de toute musique en pareil lieu est difficile, voire même particulièrement épineuse. Placer les micros et décider de leur nombre n’est pas toujours aisé pour obtenir un rendu réaliste de ses subtilités et de toutes ses nuances. Réussir ce difficile pari est sans doute possible, mais tel n'est pas le cas pour cette Passion selon saint Matthieu enregistrée en public les 5 et 6 avril 2012. Loin s’en faut car, à bien des égards, la présente prise de son s'avère catastrophique. Les voix ne sont pas restituées dans leurs couleurs initiales et se trouvent écrasées à leurs extrémités. Dès lors, impossible de rendre justice à la plongée dans les graves ou à l’escalade dans les aiguës auxquelles la musique de Bach nous convie bien souvent. Très directionnelle, la captation nous prive en outre de la respiration du lieu et de la sensation liée à la présence du public dans l'édifice, ceci n'étant pas nécessairement gênant. Mais, globalement, l'intégralité de la palette sonore semble être uniformisée au point d'aseptiser la musique de Bach. Ces remarques, toutefois, sont à tempérer si l'on a la possibilité d'écouter ce programme en multicanal et non en stéréo.

 

Le Thomanerchor Leipzig chante dans <i>La Passion selon Saint-Matthieu</i> de Bach en avril 2012.

 

Cependant, à cette technique déficiente, s'ajoutent malheureusement d'autres problèmes dus à l’interprétation. La direction de Georg Christoph Biller ne parvient pas à faire exister le Gewandhausorchester Leipzig suivant toute la vie contenue dans la partition. Même l’Ouverture de la Passion, pourtant véritable miracle de beauté, ne nous touche pas avec la force qu’on lui connaît car les entrées de voix manquent de clarté et d’intensité. En revanche, il est flagrant que tout a été fait pour valoriser les chanteurs et l’orchestre apparaît comme les bras qui, délicatement, soutiennent les voix dans leur déploiement. Chaque musicien semble ainsi contribuer à exhausser les différentes voix. Le problème est que Bach n’a pas pensé la Passion ainsi, ayant songé à des voix et des instruments qui s’entremêlent. C’est de la jonction entre voix et instruments que la beauté peut naître. Cette jonction a été précisément pensée par Bach comme une fusion, même si celle-ci est de facto impossible, et qu'ainsi, à l’écoute, on demeure toujours face à une addition de timbres vocaux et instrumentaux. Mais il faut donner vie à cette intention du compositeur, et tendre à atteindre ce but. Or, aucune tentative de la sorte n'est présente dans cette interprétation et il existe même, chez le spectateur, le sentiment que ni l’orchestre, ni le chef de chorale, ni les choristes eux-mêmes ne s'approprient la musique. Le Thomanerchor semble très souvent trop timoré par rapport aux indications de Bach, comme s'il se tenait en retrait de l'émotion, cherchant à déployer constamment un travail consciencieux mais qui ne renferme pas en lui, malheureusement, la flamme irisée de la musique.

 

Georg Christoph Biller dirige le Gewandhausorchester Leipzig dans <i>La Passion selon Saint-Matthieu</i> en 2012.

 

Mais la faiblesse de cette interprétation ne s'illustre pas uniquement dans le rôle de l’orchestre par rapport aux voix. Elle tient également – et peut-être surtout – à la faiblesse des voix elles-mêmes. On passera rapidement sur les prestations moyennes de Stefan Kahle et de Wolfram et Martin Lattke pour nous attarder sur Klaus Mertens et Gotthold Schwarz, seuls à parvenir à construire une individualité sonore qui porte la partition de Bach, du moins dans une certaine mesure. Même la soprano Christina Landshamer ne parvient pas à apporter suffisamment de justesse, de rigueur et d’engagement dans son chant pour que celui-ci devienne le vecteur entre le sacré et l'auditeur.

 

La soprano Christina Landshamer.Le ténor Martin Lattke.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Aussi, nombre de chanteurs font affleurer leurs propres faiblesses, dévoilant, face à nous, les limites de leur chant. Que l’on ne soit pas face à de "grandes voix" n’est, bien sûr, pas problématique en soi. Mais il se dégage ici de plusieurs interventions un parfum d’amateurisme, certes léger, mais dommageable à la partition. Ainsi, les chanteurs, trop souvent, n’incarnent pas suffisamment les paroles du texte et manquent de conviction. En outre, le phrasé n’est parfois pas suffisamment respecté. Enfin, une impression de platitude se dégage très souvent de la texture sonore déployée en raison d'une trop grande monotonie dans l’interprétation, à laquelle il faut ajouter un manque notable d’articulation.

Le contre-ténor Stefan Kahle

La seule qualité que l’on peut reconnaître à cet enregistrement est la réalisation de Michael Beyer qui, avec une certaine fluidité des mouvements de caméras, cherche à épouser au plus près l’euphonie et l'euphorie (jusque dans le malheur) de la musique. Et c’est assez réussi, jusqu'au montage qui évite toute saccade pour offrir une fluidité bienvenue. Mais ceci ne suffit pas à donner à un enregistrement ses lettres de noblesse et cette Passion selon Saint Matthieu très insuffisante pourra être rapidement supplantée par une autre.


 

 

À noter : le réalisateur Michael Beyer a consacré un documentaire au Chœur de garçons Saint Thomas de Leipzig : Die Thomaner, disponible en Blu-ray et DVD chez Accentus Music.

Ce programme est réparti sur 2 disques : Le DVD 1 contient la première partie (68'13) ; le DVD 2, la seconde (96'10).


Lire le test du Blu-ray Passion selon Saint Matthieu par le Thomanerchor

Retrouvez la biographie de Johann Sebastian Bach sur le site de notre partenaire Symphozik.info

Matthieu Gosztola

Suppléments du DVD

Sur le DVD 1 : 4 bandes-annonces. (Stéréo PCM)

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

La captation HD apporte de belles qualités à ce DVD. À commencer par la richesse des détails sur les plans moyens et serrés, de fort beaux contrastes, un piqué remarquable et des contours assez fins. En revanche, les vues d'ensemble perdent une grande part de définition, contrairement au Blu-ray de ce programme à la qualité constante.

Son

Le mixage stéréo, indépendamment d'une dynamique honorable, propose une scène avant très plate qui, jamais, ne parvient à sortir du cadre. Les timbres sont pauvres et étriqués et l'ensemble semble étouffer les détails attendus.
Le mixage 5.1 ouvre de façon spectaculaire la scène avant et les voix solistes ressortent bien mieux tout en pâtissant de forte qui se diluent dans la réverbération. L'orchestre se montre plus détaillé et gagne une profondeur bienvenue. Mais l'ensemble ne parvient pas à diffuser une image sonore convaincante malgré l'aération apportée par les enceintes surround et la solidité des graves diffusés par le canal de basses.
L'encodage Dolby Digital est assez pauvre du côté des harmoniques. Il faudra lui préférer le DTS mi-débit, plus subtil.

Note technique : 4/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Georg Christoph Biller
Gewandhausorchester Leipzig
Johann Sebastian Bach
Passion selon Saint Matthieu
St. Thomas Boys Choir Leipzig
Thomanerchor Leipzig

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.