DVD Jaquette de : Parsifal (Elming, Meier - Munich)

Distribution

Interprètes
  • Poul Elming
    Parsifal
  • Falk Struckmann
    Amfortas
  • John Tomlinson
    Gurnemanz
  • Waltraud Meier
    Kundry
  • Günther von Kannen
    Klingsor
  • Fritz Hübner
    Titurel
  • Rosemarie Lang
    A Voice from above
  • Carola Höhn
    Flower-maiden
  • Brigitte Eisenfeld
    Flower-maiden
  • Borjana Mateewa
    Flower-maiden
  • Carola Nossek
    Flower-maiden
  • Laura Aikin
    Flower-maiden
  • Elvira Dreßen
    Flower-maiden
  • Peter Bindszus
    Grail Knight
  • Gerd Wolf
    Grail Knight
  • Peter Menzel
    Squire
  • Andreas Schmidt
    Squire
  • Efrat Ben-Nun
    Squire
  • Chor der Deutschen Staatsoper
Mise en scène
Harry Kupfer
Orchestre
Staatskapelle de Berlin
Chef d'orchestre
Daniel Barenboim
Réalisation
Hans Hulscher
Origine
Deutsche Staatsoper Berlin
Année
1992

Informations techniques

Durée
244'
Nombre de disques
3
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
EuroArts
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
17/04/2012

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.33
Format vidéo
4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Français
•  Japonais

Parsifal (Elming, Meier - Munich) DVD

Note générale : 8/10

Richard Wagner

Opéra


En décembre 1992, soit quelques années après la chute du mur de Berlin et la réunification Est-Ouest, l'Opéra d'État Allemand de la capitale germanique affiche Parsifal mis en scène par Harry Kupfer. Daniel Barenboim, en chef d'orchestre invité, dirige la Staatskapelle berlinoise ainsi que Poul Elming, Waltraud Meier et John Tomlinson dans les rôles principaux. Cette captation est disponible sur un DVD EuroArts.

Poul Elming (Parsifal) et Waltraud Meier (Kundry) à l'Acte II de <i>Parsifal</i> mis en scène par Harry Kupfer.

 

John Tomlinson (Gurnemanz) à l'Acte I de <i>Parsifal</i>.De nombreuses qualités musicales se sont données rendez-vous en cette fin d'année 1992 pour ce Parsifal berlinois dirigé par Daniel Barenboim, à commencer par un casting de haut niveau…
John Tomlinson, en 1992, était sans doute la basse la plus en phase avec le rôle de Gurnemanz. Sa présence vocale et dramatique est idéale pour cette incarnation, et ce dès le "Récit" du doyen des chevaliers du Graal.
La Kundry de Waltraud Meier est immense, dans un rôle pourtant limité vocalement par le compositeur. Elle est une Kundry parfaitement crédible en tentatrice, et douée d'un potentiel dramatique infini. En témoigne le duo avec Parsifal qu'elle tente de séduire à l'Acte II. Ses aigus sont certes un peu trop métalliques, mais elle sait aussi parfaitement les atténuer et développer des douceurs exemplaires lors du très maternel "Ich sah das Kind".

 

John Tomlinson (Gurnemanz) et Falk Struckmann (Amfortas) à l'Acte I de <i>Parsifal</i>.

 

Si le Parsifal de Poul Elming déçoit à l'Acte I en surjouant le côté "niais" du personnage avant son initiation, on le trouvera plus à l'aise à l'Acte II, en particulier dans la scène qui le place face aux enchanteresses "Filles Fleurs", laquelle constitue en outre un grand moment. Sur le plan vocal, sa voix d'airain impressionne mais il lui manque cependant cette touche belcantiste nécessaire ici. L'Acte III, en revanche, lui permettra une expression tragique qui lui convient mieux, y compris sur le plan vocal, lorsqu'il touchera à l'essence de son personnage révélée par une initiation progressive. Alors qu'il referme la blessure d'Amfortas avec la lance sacrée, son "Nur eine Waffe taugt" est un modèle de projection vocale contenue et d'expression dramatique.
Falk Struckmann incarne un Amfortas bouleversant de souffrance dans son "Monologue", et tout aussi poignant dans la plainte déchirante ("Ja ! Wehe ! Wehe über mich !") lorsque les chevaliers du Graal exigent qu'il dévoile une nouvelle fois le calice divin.
Le Klingsor de Günter von Kannen est impressionnant de mordant et de stabilité vocale dans la ligne de chant. Son emprise sur le personnage de Kundry convainc totalement. Enfin, le Titurel de Fritz Hübner ne démérite aucunement.

 

Günther von Kannen (Klingsor).

Les Filles-fleurs de l'Acte II.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Daniel Barenboim dirige <i>Parsifal</i>.L'orchestre de la Staatskapelle Berlin participe de façon spectaculaire à la réussite de l'entreprise…
Dès le Prélude, Daniel Barenboim sait insuffler majesté, douceur et transparence à la masse orchestrale dont les cordes soyeuses ne sont jamais écrasées par les cuivres. Quant à la Première montée au Graal, son ampleur sera on ne plus digne de l'écriture wagnérienne. La maîtrise qu'il obtient de son orchestre paraît ici à proprement parler insurpassable. Le sommet de cet accomplissement sera atteint lors des interventions orchestrales de l'Acte III, avec un Prélude porteur de concentration et d'engagement dramatique, puis durant la magnifique scène de "L'Enchantement du Vendredi Saint", et enfin lors d'une Seconde Montée au Graal tout bonnement jubilatoire.
Les chœurs de l'Opéra d'État possèdent puissance et ampleur, comme en témoigne "Zum letzten Liebesmahle" à l'Acte I, une puissance qu'ils sauront contenir dans certains passages pour aboutir à une délicatesse quasi spirituelle. À l'Acte II, le "Kom, kom ! Holder Knabe" des "Filles-Fleurs" fait merveille, comme le "Geleiten wir" qui marque l'arrivée dans la Salle du Graal à l'Acte III. De fait, l'aisance de la formation dans ce répertoire ne fait aucun doute tant la constance est de mise tout au long de l'œuvre.

Waltraud Meier (Kundry), John Tomlinson (Gurnemanz) et Poul Elming (Parsifal) à l'Acte III de <i>Parsifal</i> mis en scène par Harry Kupfer.

 

La mise en scène ne se hisse toutefois pas à la hauteur de l'accomplissement musical de cette production. À mi-chemin entre la science-fiction (porte d'entrée de module spatial, navette…) et un univers angélique (les Elohims de l'Ancien Testament représentés par la blancheur des costumes), l'esthétique peut surprendre, comme ce parti pris d'ambiances colorées trop souvent monotones et arrêtées sur un gris-bleu froid lassant qui laisse à penser à un refus des valeurs chaudes. Il faudra attendre l'Acte III et ses projections vidéo pour nous sortir d'une certaine torpeur. Et pourquoi avoir réduit les "Filles-Fleurs" à de jeunes femmes dénudées apparaissant sur des moniteurs ? L'écroulement du château et du jardin de Klingsor n'est pas davantage réussi… C'est en fait du côté de la direction dramatique que se situe la réussite de Harry Kupfer tant il parvient à obtenir un remarquable investissement des solistes, mais aussi de la masse chorale.

Ce Parsifal bénéficie indéniablement de superbes qualités musicales et interprétatives. Mais on ne saurait passer sous silence les quelques points qui nous empêchent de considérer cette production comme une réussite totale.


À noter : L'Acte I est proposé sur le disque 1 (105'14), l'Acte II sur le DVD 2 (64'24), et l'Acte III sur le disque 3 (74'47). II faudra faire preuve de perspicacité pour distinguer le contenu des trois disques, car seule une référence en petits caractères permet de les distinguer. Il eut été pourtant si simple d'indiquer les Actes sur chaque galette !

Jean-Luc Lamouché

Suppléments du DVD

Sur le DVD 1 : 4 bandes-annonces wagnériennes. (Stéréo DD)

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Ce master de 1992, non au format 16/9, offre une qualité globalement satisfaisante. Néanmoins, le rendu des couleurs - des valeurs froides sur la presque intégralité du spectacle - laisse parfois à désirer en raison de contours approximatifs. Les ambiances scéniques le plus souvent sombres ont tendance à appauvrir le contraste. Quant à la définition, elle se montre honnête sur les plans moyens, mais très insuffisante sur les ensembles.

Son

L'unique piste stéréo propose dynamique, relief, profondeur et transparence. Les pupitres de l'orchestre sont assez bien localisables et les voix des chanteurs solistes et des chœurs ressortent correctement, dans un bon équilibre fosse/scène y, compris lors de l'affirmation des cuivres. La réverbération est assez importante sans toutefois se montrer déplaisante.

Note technique : 7/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Daniel Barenboim
John Tomlinson
Parsifal
Poul Elming
Richard Wagner
Waltraud Meier

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Wozzeck mis en scène par Andreas Homoki - Tutti Ovation
Saul mis en scène par Barrie Kosky à Glyndebourne, Tutti Ovation
Adam's Passion d'Arvo Pärt mis en scène par Robert Wilson - Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.