Blu-ray Jaquette de : Les Noces de Figaro - Glyndebourne 2012

Distribution

Interprètes
  • Sally Matthews
    Countess Almaviva
  • Vito Priante
    Figaro
  • Audun Iversen
    Count Almaviva
  • Lydia Teuscher
    Susanna
  • Isabel Leonard
    Cherubino
  • Ann Murray
    Marcellina
  • Andrew Shore
    Bartolo
  • Sarah Shafer
    Barbarina
  • Colin Judson
    Don Curzio
  • Alan Oke
    Basilio
  • Nicholas Folwell
    Antonio
  • Ellie Laugharne
    Bridesmaid
  • Katie Bray
    Bridesmaid
  • The Glyndebourne Chorus
Mise en scène
Michael Grandage
Chorégraphie
Ben Wright
Orchestre
Orchestra of the Age of Enlightenment
Chef d'orchestre
Robin Ticciati
Réalisation
François Roussillon
Origine
Glyndebourne
Année
2012

Informations techniques

Durée
171'
Nombre de disques
2
Zone/Région
Région ALL
Éditeur
Opus Arte
Distributeur
DistrArt Musique
Date de sortie
07/05/2013

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Codec/Standard vidéo
AVC
Résolution vidéo
1080i

Audio

Version(s) sonore(s)
7.1 DTS HD Master Audio
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Coréens
•  Français
•  Japonais

Les Noces de Figaro - Glyndebourne 2012 Blu-ray

Le Nozze di Figaro

Tutti ovation

Note générale : 10/10

Wolfgang Amadeus Mozart

Opéra


Les Noces de Figaro sont au Festival de Glyndebourne ce que La Traviata est à la Fenice ou Aida à l'Opéra du Caire. Cette luxueuse nouvelle production montée par Michael Grandage, après pratiquement 10 ans d'absence de l’œuvre sur la prestigieuse scène anglaise, méritait donc que l'on s'y intéresse de près. Sally Matthews, Vito Priante, Audun Iversen, Lydia Teuscher et Isabel Leonard, dans les rôles principaux, sont placés sous la baguette de Robin Ticciati. François Roussillon filme magnifiquement ce spectacle disponible en Blu-ray et DVD chez Opus Arte.

 

Lydia Teuscher (Susanna), Vito Priante (Figaro), Ann Murray (Marcellina) et Andrew Shore (Bartolo).  © Alastair Muir

 

Lydia Teuscher (Susanna) et Isabel Leonard (Cherubino) dans <i>Les Noces de Figaro</i> mis en scène par Michael Grandage.  © Alastair MuirLes Noces de Figaro est un opéra si théâtral qu'il exige de véritables chanteurs-acteurs et que la géniale musique soit chargée d'un élan et d'un enthousiasme qui ne fléchissent pas durant près de trois heures. Autant dire qu'un enjeu de taille attend chanteurs, musiciens et metteur en scène. Nous avons déjà eu maintes fois l'occasion de nous attarder sur les différents points de vue qu'il était possible d'adopter lors d'une adaptation musicale et scénique des Noces. Mais, des élans les plus débridés du Sydney Opera House, au classicisme confortable le plus morne de la Scala de Milan en passant par le dramatisme salzbourgeois le plus sombre, de nombreuses possibilités demeurent toujours offertes aux artisans d'une nouvelle production.
Nous ne cacherons pas l'immense plaisir que nous avons eu à visionner cette captation du réalisateur François Roussillon réalisée à Glyndebourne en août 2012. D'une part en raison de la magnifique mise en place visuelle imaginée par le metteur en scène Michael Grandage, d'autre part pour l'éminente qualité du plateau vocal rassemblé en cette occasion.

Dans Les Noces de Figaro, la mise en scène influence les comportements à venir des interprètes. Situées dans au début des années 1970, ces Noces s'inscrivent d'emblée dans un monde qui n'est plus le nôtre, celui coloré et gai d'une société libérée du conservatisme de la génération qui l'a précédée. Un monde de libérations, d'innovations et de décloisonnements sociaux. Si, a priori, les statuts de comte et comtesse, de servantes ou de valets peuvent nous apparaître quelque peu décalés par rapport à la décennie choisie, l'ambiguïté et les échanges sexuels, comme les aventures croisées et les jalousies sont bien le lot de toute époque et s'identifient parfaitement à celle choisie par Michael Grandage. Nous saurons apprécier en outre la retenue, à la limite du hors-sujet, dont fait preuve Ben Wright qui chorégraphie et modifie cette "Folle journée", ou plutôt cette "journée de contrariétés". On ne court pas dans tous les sens dans ce palais de riches bourgeois, curieuse demeure de style mauresque qui aurait très bien convenu à un Enlèvement au sérail. Pour autant, les déplacements sont fluides, tout comme les transitions se montrent souples d'un tableau à l'autre. Le décorateur Christopher Oram, soutenu par les lumières de Paule Constable, réussit à faire de ses décors très travaillés et criants de réalisme un écrin d'une grande beauté. Leur réalisation est des plus soignées, et notre plaisir visuel en devient comblé.
Les chanteurs revêtent des habits aussi chamarrés que les murs qui les entourent. Mais, outre leur raffinement, ils reflètent intelligemment la psychologie de ceux qui les portent, et le plateau vocal trouve aisément ses marques dans cet univers que l'on qualifierait aujourd'hui de "bobo". De plus, contrairement à ce que l'on pourrait craindre, la presque surcharge de détails architecturaux n'engendre aucune outrance dans le jeu des artistes. La maîtrise des gestes, les déplacements mesurés et l'absence de comportement caricatural sont un vrai bonheur dans la mesure où ces partis pris ne diminuent en rien leur efficacité. Voilà en vérité du très bon théâtre musical qui sonne aussi juste que, globalement, la qualité vocale des interprètes réunis ici.

 

Sally Matthews interprète le rôle de la Comtesse dans <i>Les Noces de Figaro</i> à Glyndebourne.  © Alastair Muir

 

Sally Matthews et Audun Iversen (la Comtesse et le Comte Almaviva) dans <i>Les Noces de Figaro</i> mis en scène par Michael Grandage à Glyndebourne.  © Alastair MuirVito Priante est un Figaro parfaitement égal tout au long de l'œuvre : une voix d'une maîtrise totale, naturellement souple et veloutée, jamais dans la dureté ou les gros sons. Ce Figaro-là n'est pas un valet, mais plutôt un invité ou un ami du Comte qui fait part égale avec lui, et ses expressions soulignent la finesse et la noblesse des attitudes.
La Susanna de Lydia Teuscher excelle dans la facilité et l'aisance, et les notes graves sont aussi assurées que les aigus sont aériens. Elle campe un double féminin de Figaro avec du caractère et de la fragilité en même temps.
Le Comte d'Audun Iversen, avec ses grandes moustaches de conquistador, réussit là aussi à combler nos attentes. Son personnage gère le quotidien dont il est victime sans pour autant sombrer dans l'outrance des grosses colères grotesques ou de la bouffonnerie.
Almaviva est ici un bourgeois qui ne comprend pas tout mais qui garde du recul vis-à-vis des manigances de ses proches sans tomber dans la psychose. Sa voix rejoint stylistiquement celle de Figaro, très flexible, sans effets, et montre une tenue admirable.
La Comtesse de Sally Matthews est tout en mobilité, non trop tourmentée par les frasques et l'abandon marital. On émettra une toute petite réserve quant à la pureté de sa voix dans laquelle flotte en permanence un vibrato ainsi qu'une certaine neutralité, lesquels conduisent à nous laisser assez indifférent face aux deux airs pourtant inoubliables que lui a confiés Mozart.
La très photogénique Isabel Leonard joue un Cherubino ni niais ni trop perturbé par la gent féminine. Ses brèves interventions vocales sont idéales.
Andrew Shore constitue l'autre petite déception de la distribution. La voix est fluctuante mais montre heureusement encore suffisamment de tenue pour proposer un Bartolo pas aussi antipathique que la plupart du temps.
La Marcellina d'Ann Murray est en revanche très réussie, et le retournement de situation auquel elle est confrontée à l'Acte III est du meilleur effet comique. Sarah Shafer campe une Barberine légère et à peine angoissée par la disparition de l'épingle compromettante fermant la lettre. Son jardinier de père ne fait pas songer à un ivrogne, et Basilio, rouquin sournois, n'a malheureusement pas les moyens de développer son art étant donné que l'air de l'Acte IV est supprimé.

 

Sally Matthews et Audun Iversen dans <i>Les Noces de Figaro</i> mis en scène par Michael Grandage.  © Alastair Muir

 

Tous les personnages de cette production ont l'âge de leur rôle, et une grande homogénéité caractérise le plateau vocal, dont la maîtrise des effets directement issus du monde du théâtre évite la lourdeur d'un comique grossi et populaire. Michael Grandage adoucit, voire neutralise complètement, la sévère critique sociale de la pièce de Beaumarchais en plaçant dans une époque proche de nous ses propres personnages du quotidien réinventés. La perception d'ensemble risquerait presque de paraître trop uniforme, mais la dynamique associée à un choix de tempi rapides conduits par Robin Ticciati réussissent à insuffler juste ce qu'il faut d'entrain pour emporter le plateau au-delà d'une simple réussite. Alors, on n'hésitera pas à placer ces Noces de Figaro au côté du Cosi fan tutte de Berlin dirigé par Daniel Barenboim, dont les similitudes visuelles sont, au final, assez proches. Quoi qu'il en soit, ces Noces de Figaro représentent un remarquable choix.

À noter : Curieusement, ce programme ne propose pas de sous-titres italiens.

Lire le test du DVD Les Noces de Figaro à Glyndebourne en 2012

 

Retrouvez la biographie de Wolfgang Amadeus Mozart sur le site de notre partenaire Symphozik.info

Nicolas Mesnier-Nature

Suppléments du Blu-ray

Vito Priante et Lydia Teuscher.  © Alastair MuirEn HD et en anglais stéréo PCM, sans sous-titres :


- From Page to Stage revient sur l’approche conjointe du metteur en scène et du décorateur. Des maquettes aux changements à vue sur le plateau, des accessoires utilisés aux fabrications spéciales nécessaires, ce court reportage montre de façon vivante certains aspects visuels et techniques de la production. (13’34)

- The Greatest Opera ever written? donne la parole au chef et à plusieurs interprètes, lesquels confient leur attachement à l’œuvre entre des extraits du spectacle. (8’)

- Photos de la distribution.

 

Bande-annonce du Blu-ray

Critique Images et Son du Blu-ray

Images

Ce master délivre de magnifiques nuances et une colorimétrie richement variée qui permet d’apprécier à leur juste valeur les costumes et décors particulièrement soignés de cette production. Les visages présentent des carnations naturelles, et permet un visionnage des plus réalistes. Une superbe définition s’invite à chaque plan, dévoilant de nombreux détails, ce qui ajoute à la qualité de la restitution. Les contours, toujours finement dessinés, s’allient à de puissants contrastes. Enfin, la beauté des éclairages est parfaitement véhiculée par cette captation totalement réussie.

Son

Le mixage stéréo propose une scène avant finement détaillée qui permet tant à l’orchestre qu’aux chanteurs de s’exprimer dans un remarquable équilibre. Les timbres sont riches et la restitution, jamais agressive, demeure plaisante sur toute la durée de l’opéra.
Mais c’est avec la piste multicanale que le plaisir de l’écoute sera multiplié grâce à une dynamique bien supérieure. Les voix sont merveilleusement projetées à l’avant, et l’orchestre dévoile sa subtilité (clavecin dans les récitatifs) et sa richesse avec un détail surprenant qui se conjugue à un ambitus de dynamique autrement plus étendu. L’ensemble respire mais trouve aussi une assise supérieure dans l’intégration du caisson de graves. La scène arrière parfaitement dosée permet au spectateur de s’inviter à la meilleure place de l’auditorium de Glyndebourne. Ce mixage, par son allant et sa musicalité jamais prise en défaut est un must

Note technique : 10/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Ann Murray
Audun Iversen
François Roussillon
Glyndebourne
Isabel Leonard
Les Noces de Figaro
Lydia Teuscher
Michael Grandage
Robin Ticciati
Sally Matthews
Vito Priante
Wolfgang Amadeus Mozart

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.