DVD Jaquette de : Les Noces de Figaro (Opéra de Paris - Strehler 2010)

Distribution

Interprètes
  • Ludovic Tézier
    Il Conte di Almaviva
  • Barbara Frittoli
    La Contessa di Almaviva
  • Ekaterina Siurina
    Suzanna
  • Luca Pisaroni
    Figaro
  • Karine Deshayes
    Cherubino
  • Ann Murray
    Marcelina
  • Robert Lloyd
    Bartolo
  • Robin Legate
    Don Basilio
  • Antoine Normand
    Don Curzio
  • Christian Tréguier
    Antonio
  • Maria Virginia Savastano
    Barbarina
  • Olivia Doray
    Una Donna
  • Carol Garcia
    Una Donna
  • Chœurs de l'Opéra National de Paris
Mise en scène
Giorgio Strehler
Chorégraphie
Jean Guizerix
Orchestre
Orchestre de l'Opéra National de Paris
Chef d'orchestre
Philippe Jordan
Réalisation
Don Kent
Origine
Opéra de Paris
Année
2010

Informations techniques

Durée
178'
Nombre de disques
2
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Bel Air Classiques
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
25/09/2012

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
5.0 DD
Stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français
•  Italien

Les Noces de Figaro (Opéra de Paris - Strehler 2010) DVD

Le Nozze di Figaro

Note générale : 7/10

Wolfgang Amadeus Mozart

Opéra


Presque quarante ans après sa création, la mise en scène mythique de Giorgio Strehler des Noces de Figaro de Mozart pour le Palais Garnier se voit ici reprise à l'Opéra Bastille, remontée par Humbert Camerlo. Ekaterina Siurina, Luca Pisaroni, Barbara Frittoli, Ludovic Tézier et Karine Deshayes se partagent les rôles principaux, tandis que Philippe Jordan dirige l'Orchestre de l'Opéra National de Paris. Une captation de Don Kent disponible en Blu-ray et DVD chez Bel Air Classiques.

 

 

Barbara Frittoli (la Contesse Almaviva) et Ludovic Tézier (le Conte Almaviva) dans <i>Les Noces de Figaro</i>.  Photo Fred Toulet

 

Se lancer dans Les Noces de Figaro, c’est a priori partir pour une "folle journée". La mécanique bien huilée de Da Ponte sait en effet distiller quiproquos et émotions avec un dosage parfait dont la musique de Mozart a su s’emparer avec une élégance mêlée de folie à nulle autre pareille. Soit du pain bénit pour tout metteur en scène qui se respecte.
À cet égard, en 1973, Giorgio Strehler avait su saisir cette perche pour créer une mise en scène au millimètre tant dans la direction d’acteurs (et quels acteurs dans la version Solti !) que la scénographie, inspirée de Fragonard, à la lumière subtilement dosée. Cette production est restée depuis lors "la" référence de l’Opéra de Paris et a été adoptée à la Scala de Milan.

 

Luca Pisaroni (Figaro).Ekaterina Siurina (Suzanna).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





Ludovic Tézier (Conte Almaviva).Malheureusement, les années ont passé et le metteur en scène a disparu en 1997. Sans doute aurait-il su adapter son travail réalisé pour l'Opéra Garnier à la scène de l’Opéra Bastille, ce vaste espace qui ne demande qu’à être habité… Pourtant généreux de nature, comme on peut le constater dans l'interview proposée en supplément, Humbert Camerlo n’a malheureusement pas su adapter son propos à ce nouveau contexte, ou tout simplement pas réalisé la nuance entre héritage et tradition.
Outre ses qualités musicales, la reprise de cette ré-création en 2012 avec Luca Pisaroni, cette fois en Comte Almaviva, et Alex Esposito en Figaro tenait encore la route grâce au charisme scénique des protagonistes : Alex Esposito est un acteur né et ses mimiques étaient assez incroyables tandis que Luca Pisaroni faisait un Comte parfait entre le ridicule que lui imposent les femmes et l’expression supérieure d’un Scarpia en herbe.

Barbara Frittoli (Contesse Almaviva).  Photo Fred TouletDans la présente captation de 2010, le même Luca Pisaroni interprète le rôle-titre et s’en tire plutôt très bien, mais reste en deçà de ses réelles possibilités comme engoncé dans un carcan bien trop sage. Les chanteurs, dans leur ensemble, restent figés dans la contrainte, elle-même renforcée par une direction d’orchestre désespérément lisse. L’espace est pourtant large entre le classicisme à outrance et les délires de certains baroqueux, mais Mozart se retrouve ici privé de toute étincelle. Techniquement irréprochable, avec des sonorités parfois somptueuses et une véritable perfection formelle, notamment dans les échanges entre cordes et bois, cette version manque singulièrement de vie.

Sur ce plateau se détache toutefois nettement Figaro, qui se débat comme un diable pour faire bouger les choses et qui apporte au rôle un timbre rayonnant et profond à la fois, ainsi qu’une humanité touchante, voire une intimité, dans les scènes de couple de l’Acte I, qui justifierait presque les options artistiques de cette version. De même, le Chérubin de Karine Deshayes ne peine pas à convaincre, notamment dans un "Voi che sapete" déployant des trésors de délicatesse et une pointe de tristesse qui lui donne un relief particulièrement émouvant.


Mais pour le reste, en dépit de la qualité intrinsèque du plateau vocal, le courant peine à passer. La technicité prend le pas sur le drame, et c’est toujours mauvais signe. Le duo final entre le Comte et la Comtesse, véritable sommet de la musique occidentale, en passerait presque inaperçu tant il est insipide. Vraiment dommage, d'autant que Barbara Frittoli possède de réels talents d'actrice qui s'expriment on ne peut mieux dans les rôles féminins les plus forts. Preuve en est l'Acte II de ces Noces où la soprano habite l'écran avec un talent certain.

Scène des <i>Noces de Figaro</i> sur la scène de l'Opéra Bastille.  Photo Fred Toulet

 

Nous sommes loin de l’échec car la mécanique de Strehler remplit encore son office, mais c’est la déception qui s’installe, le sentiment d’une expérience qui a passé presque s’en rendre compte et, pire, sans qu’il nous en reste rien.



À noter : Le DVD 1 contient les Actes I et II (97'27) ; le DVD 2, les Actes III et IV (81'02).

 

Lire le test du Blu-ray Les Noces de Figaro de Strehler à l'Opéra Bastille

 

Retrouvez la biographie de Wolfgang Amadeus Mozart sur le site de notre partenaire Symphozik.info.

Jean-Claude Lanot

Suppléments du DVD

Humbert Camerlo.

Sur le DVD 2, en français DD, avec des sous-titres anglais optionnels :


Interview du metteur en scène Humbert Camerlo dans laquelle il explique avec enthousiasme la production de Giorgio Strehler sur le plan de la compréhension des personnages et de leur humanité. Il rapporte en outre l'attachement des chanteurs à cette version. Les propos sont étoffés de nombreux extraits de la captation, ce qui a pour effet de hacher un peu trop une intervention au demeurant intéressante. (21')

 

 

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

L'éclairage de ce spectacle, aussi réussi soit-il sur le plan esthétique, se montre nettement insuffisant pour une captation qui doit se contenter de portions du plateau plongées dans l'ombre et d'éclairage partiel sur les visages des chanteurs. Le Blu-ray de cette captation parvenait difficilement à afficher un rendu satisfaisant et ici le DVD, ne peut faire autrement que diffuser des images assez plates par manque de contrastes, une définition peu performante hors certains gros plans, et un bruit vidéo excusable pour les mêmes raisons. De plus, des pertes de netteté dues à la conversion vidéo s'invitent sur les mouvement rapides des chanteurs ou des caméras. En revanche, dans cet ensemble terne, les couleurs s'expriment parfaitement avec des ocres, jaunes et rouges splendides.

Son

Le mixage stéréo étonne par sa dynamique et la qualité de la séparation. L'ouverture est large et les voix bien exposées. Mais la profondeur manque derrière les chanteurs et les timbres de l'orchestre ne bénéficient pas d'un recul suffisant pour créer une impression de relief. D'où un rendu plutôt plat. Quelques forte agressifs.
La piste 5.0 valorise bien mieux les émissions dans l'espace et respecte cette distance qui permet à l'orchestre de s'épanouir pleinement avec un clavecin bien mieux mis en valeur, et aux chanteurs de gagner une projection qui s'inscrit dans un relief très correct et une meilleure localisation. Toutefois, la réverbération est un peu trop sensible et l'encodage Dolby Digital prive les harmoniques d'une certaine richesse. Pas de caisson de graves dans ce mixage, mais des basses correctes, et des enceintes surround qui apportent une aération appréciable à la diffusion de l'ensemble.

Note technique : 6/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Ekaterina Siurina
Giorgio Strehler
Karine Deshayes
Le Nozze di Figaro
Les Noces de Figaro
Luca Pisaroni
Ludovic Tézier
Opéra national de Paris
Philippe Jordan
Wolfgang Amadeus Mozart

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.