DVD Jaquette de : Mission : Cecilia Bartoli chante la musique de Agostino Steffani

Distribution

Interprètes
  • Cecilia Bartoli
    La Musica
  • Philippe Jaroussky
    L'Amoroso
  • Franck Delage
    Agostino Steffani
  • Coro della Radiotelevisione svizzera
Orchestre
I Barocchisti
Chef d'orchestre
Diego Fasolis
Réalisation
Olivier Simonnet
Origine
Château de Versailles
Année
2012

Informations techniques

Durée
60'
Nombre de disques
1
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Decca
Distributeur
Universal Music Classics
Date de sortie
26/11/2012

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
Anglais 5.1 DTS mi-débit
Anglais Stéréo PCM
Français 5.1 DTS mi-débit
Français stéréo PCM
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Espagnol
•  Français
•  Italien

Mission : Cecilia Bartoli chante la musique de Agostino Steffani DVD

Note générale : 9/10

Agostino Steffani

Film  - Concert


Cecilia Bartoli.

Avec Mission, Cecilia Bartoli prend fait et cause pour le compositeur Agostino Steffani (1654-1728).  Elle consacre une journée complète sous les ors de Versailles à redécouvrir un musicien injustement oublié, en compagnie d’artistes totalement investis dans ce projet : I Barocchisti, dirigés par Diego Fasolis, Philippe Jaroussky et le chœur de la radio-télévision suisse. Une "Mission" pas comme les autres filmée avec art par Olivier Simonnet autour d’un prêtre musicien à la vie trépidante, éditée en Blu-ray et DVD par Decca.

Après le "prêtre roux", redécouvert en 1926, voici le "prêtre chauve" ! Non, soyons sérieux, car aucune des représentations supposées d’Agostino Steffani ne va dans le sens du personnage joué par Frank Delage dans ce film, et encore moins celui incarné par Cecilia Bartoli sur la pochette de son dernier album Mission, dont le programme est commun au film d'Olivier Simonnet, celui-ci toutefois plus complet sur le plan musical. En effet, le présent film propose cinq titres inédits au disque.

 

Cecilia Bartoli filmée par Olivier Simonnet dans la Galerie des glaces du Château de Versailles pour son film <i>Mission</i>

 

Cecilia Bartoli à Versailles en juin 2012.En tout état de cause, l'image énigmatique d’Agostino Steffani a grandement participé à mettre sous les projecteurs ce très beau projet initié par la mezzo-soprano, actrice principale de la redécouverte du compositeur.
Une redécouverte assurément indispensable vu le talent de ce contemporain de Cavalli que l’on peut sans peine qualifier d’héritier de Lully (ses ouvertures sont dignes du Te Deum de ce dernier), mais également de précurseur de Haendel par la structure des airs, la virtuosité du chant et du continuo, et même de Bach avec un "Deh non far colle tue lagrime", digne d’une cantate du Kantor. Il faut dire que l’homme n’était pas seulement musicien - compositeur et possiblement castrat -, mais également ambassadeur, diplomate, voire espion, rôle qui lui a permis de voyager abondamment, notamment en France, qu’il retrouve dans ce programme tourné à Versailles. Ainsi le comédien Franck Delage, qui assure également la voix-off française du film, évolue-t-il dans divers lieux du Château, parfois fermés au public, mais aussi dans les jardins, autant de lieux splendides servis par la subtile photographie d'Alexis Kavyrchine.

 

Franck Delage interprète Agostino Steffanni dans <i>Mission</i> d'Olivier Simonnet.

 

Même si l’historien avait déjà entendu parler de Steffani via les nombreux témoignages d’admiration dont il a fait l’objet, voire lu certaines de ses partitions, souvent copiées de son vivant, ce film renferme essentiellement des premières. Et force est de constater que, loin de toute coquetterie de musicologue en mal de reconnaissance, toutes les œuvres présentées dans Mission sont dignes du plus grand intérêt, non seulement du point de vue de l’écriture, mais également de l’interprétation qu’une telle richesse musicale a suscitée chez les musiciens qui apparaissent dans ce film.

 

Cecilia Bartoli (La Musica) et Philippe Jaroussky (L'Amoroso), accompagnés par I Barocchisti dans le film <i>Mission</i>.

 

Le lien entre la sensibilité de Patxi Montero (violone) et celle de Cecilia Bartoli est parfaitement capté par la caméra d'Olivier Simonnet.Cecilia Bartoli n’a pas besoin de Steffani pour se faire un nom ; ce serait plutôt le contraire, et le compositeur a trouvé en elle une championne particulièrement enthousiaste et convaincante. À travers les ethos les plus variés, la cantatrice nous fait voyager au gré des émotions les plus diverses, tantôt tendres avec "Notte amica al cieco Dio", tantôt furieuses dans "Combatton quest’alma". La technique de la mezzo-soprano est toujours aussi impressionnante, que ce soit dans les vocalises vertigineuses des différents airs de bravoure ou dans les piqués incroyables de "Più non v’ascondo". Mais jamais la prouesse ne s'impose au détriment du plaisir de chanter. Le bonheur est tout aussi palpable dans les échanges avec les autres musiciens (Patxi Montero au  violone et Rosario Conte au luth, pour ne citer qu'eux). Philippe Jaroussky, toujours aussi impérial, parvient sans peine à jouer en totale complémentarité avec la diva rossinienne, en complicité même. Et quel orchestre ! Depuis ses débuts baroqueux avec Il Giardino Armonico, Cecilia Bartoli a su s’entourer de la fine fleur des ensembles historiques, sans jamais faire de l’historicisme de bas étage. Sa force et sa projection impressionnantes poussent les musiciens à se dépasser, tandis qu’elle sait idéalement dialoguer avec le timbre si caractéristique des instruments d’époque. Écoutez cette voix caressante imitant avec suavité la flûte à bec dans "Notte Amica…", ou encore cette parfaite imitation de la trompette baroque (qui, contrairement à la trompette moderne, est plus douce dans les aigus) dans "Tra le guerre et le vittorie". Encore de nouveaux aspects de cette voix unique ici révélés à nous !

 

Moment d'intimité musicale entre Rosario Conte (luth) et Cecilia Bartoli à Versailles pour le film <i>Mission</i>.

 

Le réalisateur Olivier Simonnet est notre guide au long de ce voyage qu’il a filmé et écrit, nous faisant découvrir de nombreux recoins du Château de Versailles, sans compter une Galerie des Glaces superbement captée dans la lumière vespérale. Le scénario et la mise en scène non exempts de petits affects maniéristes, sont très vendeurs, tout en évitant très soigneusement les écueils commerciaux. Certains passages privilégient bien le plaisir des images sur la crédibilité musicale (pas de percussions visibles pour l’orage, orchestre absent dans l’introduction si ce ne sont les trompettes), mais globalement, la narration fonctionne très bien et nous emmène sans peine dans l’univers du compositeur.

Cecilia Bartoli, actrice, dans <i>Foschi Crepuscoli</i>.Cecilia Bartoli a su mener à bien cette mission de réhabilitation de la mémoire de Steffani avec la grâce, l’énergie et la fraîcheur qui la caractérisent, et une intelligence rare. Une musicologie en actes, digeste, et qui donne envie d’aller plus loin avec ce "nouveau" génie de la musique. On attend la suite avec impatience !

 



À noter : Les différents sous-titres s'activent en fonction de la langue parlée.




 

Lire le test du Blu-ray Mission - Cecilia Bartoli chante la musique de Agostino Steffani

Jean-Claude Lanot

Suppléments du DVD

En stéréo PCM, avec les mêmes sous-titres que le programme principal :
- "Qui la Dea cieca", air de Niobe dans Niobe, Reine de Thèbes. (2')
- Introduction de Amor vien dal destino. (1'43)

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Le master d'origine HD délivre sur ce DVD ses belles qualités de lumière et de teintes. Des jardins du Château de Versailles aux salons, en passant par la chapelle et la cour de marbre, la photographie d'Alexis Kavyrchine affiche sa subtilité tout au long de cette Mission musicale et poétique. La très bonne définition s'allie à des contrastes probants et des contours bien dessinés. Toutefois, les plans larges perdent la richesse des détails qu'offrent les plans moyens et serrés, mais c'est là la limite connue du support DVD. Quelques rares micro-saccades s'invitent parfois (44'08).

Son

Les pistes stéréo, particulièrement équilibrées, diffusent les voix chantées en évitant toute agressivité au devant d'instruments bien définis dans un parti pris d'harmonie constante. L'écoute reste néanmoins contrastée par certains éclats et bruitages toutefois assez plats car limités à une scène avant peu profonde.
Les mixages 5.1 accentuent la présence vocale sans nuire à l'équilibre atteint avec les formations instrumentales et chorales. La dynamique est supérieure et aboutit à une audition plus vivante, accentuée par certains bruitages parfaitement relayés par le multicanal. Le canal de graves intégré avec retenue apporte une assise à l'ensemble et participe activement à certains airs ("Ove son? Chi m'aita? In mezzo all'ombre…"), tandis que la scène arrière développe une aération mesurée mais très plaisante.
La voix off du comédien Franck Delage est richement timbrée dans les deux mixages, et se montre plus agréable que celle de la version anglaise assurée par Geoffrey Bateman, à la tessiture un peu plus aiguë.

 

Note technique : 9/10

Acheter ce titre

Tutti-magazine.fr est un site gratuit. Vous pouvez lui apporter votre soutien en commandant dans la Boutique Amazon les titres présentés aux mêmes prix et conditions de livraison que sur Amazon.fr

Mots-clés

Agostino Steffani
Cecilia Bartoli
Diego Fasolis
I Barocchisti
Olivier Simonnet
Philippe Jaroussky

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.