DVD Jaquette de : Maurice Steger : Una Follia di Napoli (édition limitée DVD + CD)

Distribution

Interprètes
  • Maurice Steger
    Recorder
  • Fiorenza de Donatis
    Violin
  • Andrea Rognoni
    Violin
  • Anaïs Chen
    Violin
  • Stefano Marcocchi
    Viola
  • Mauro Valli
    Violoncello & Violoncello Piccolo
  • Vanni Moretto
    Double Bass
  • Brigitte Gasser
    Violetta, Viola da gamba & Lirone
  • Naoki Kitaya
    Harpsichord & Organ
  • Daniele Caminiti
    Theorbo, Baroque Guitar & Archlute
  • Margit Ûbellacker
    Psalterium
Chef d'orchestre
Maurice Steger
Réalisation
Joël Cormier/Diego Saldiva
Origine
Église réformée d'Arlesheim, Suisse
Année
2011

Informations techniques

Durée
26'
Nombre de disques
2
Zone/Région
Zone ALL
Éditeur
Harmonia Mundi
Distributeur
Harmonia Mundi
Date de sortie
23/10/2012

Vidéo

Couleurs/N&B
Couleurs
Format images
1.78
Format vidéo
16/9 compatible 4/3
Codec/Standard vidéo
NTSC

Audio

Version(s) sonore(s)
Allemand et italien stéréo DD
Sous-titres
•  Allemand
•  Anglais
•  Français

Maurice Steger : Una Follia di Napoli (édition limitée DVD + CD) DVD

Concerti & Sinfonie per Flauto - 1725

Tutti ovation

Note générale : 10/10

Alessandro & Domenico Scarlatti  - Domenico Sarro

Documentaire


À l’image de Johann Joachim Quantz, protégé de Frédéric II, le virtuose de la flûte à bec Maurice Steger nous invite à une visite en musique de la ville de Naples telle qu’en 1725 en s’appuyant largement sur un manuscrit de cette époque où la flûte "douce" acquérait ses lettres de noblesse. Pour célébrer cette redécouverte et cet interprète, Harmonia Mundi nous gratifie du magnifique combo CD/DVD Una Follia di Napoli dont chaque disque est un ravissement à sa façon.

Menu du DVD du documentaire sur l'enregistrement de <i>Follia di Napoli</i>.

 

En découvrant avec gourmandise Una Follia di Napoli, on en viendrait à se demander comment la flûte à bec a mis tant de temps pour se constituer un véritable répertoire. Comme l’explique fort justement le très bon livret du spécialiste italien de la musique napolitaine Dinko Fabris, il faut en effet attendre 1724 pour voir publié le premier recueil d’œuvres pour cet instrument en solo. Auparavant, ce n’était qu’un instrument d’accompagnement pour la voix, moyen d’expression privilégié de toute musique italienne qui se respecte, et de l’opéra en particulier.
Surnommé à juste titre "le plus grand virtuose de la flûte à bec" par The Independent, Maurice Steger s’est d’abord fait un nom au sein des plus grands ensembles baroques européens, d’Europa Galante aux Violons du Roy en passant par The English Concert ou encore Musica Antiqua Köln. Véritable découvreur de musiques et inventeur de concepts, il a conçu cet album comme un conteur d’histoires : celle de Quantz venu visiter cette année-là la ville de Naples dans l’espoir d’y rencontrer Alessandro Scarlatti. Chose faite, et même bien faite dans la mesure où il parviendra à faire aimer la flûte au vieux maître qui détestait cet instrument jugé par trop faux ! Au cours de ce voyage, découvertes, surprises, plaisir et pédagogie se combinent en une véritable déclaration d’amour pour ce répertoire !

Le disque

Maurice Steger dirige les musiciens pendant l'enregistrement.Un CD de 23 pistes (72'39) est proposé au côté du DVD. Dès les premières notes de Domenico Sarro, le voyage commence et la magie se déploie. La magie d’un son incroyable, d’attaques virevoltantes, d’une virtuosité et d’une légèreté étonnantes, d’une maîtrise sans pareille des affetti en modulant l’émotion quasiment du rire aux larmes au gré d’une simple inflexion de la phrase ou d’une modulation toute baroque glissée subrepticement par le compositeur, dans une vocalité qui n’a rien à envier au monde de l’opéra. Pas un souffle qui se perde, tout est donné à la musique, à l’émotion et aussi au partage. Ce sont à l’évidence des complices et des passionnés que le flûtiste-chef d’orchestre a réunis autour de lui, et auxquels il laisse volontiers la vedette dans la Sinfonia 1 de Scarlatti, uniquement dédiée aux cordes.

 

Mauro Valli.

Brigitte Gasser.

Quelle cohérence dans cet ensemble dont on retiendra notamment la grâce de la viole de gambe de Brigitte Gasser ou encore la virtuosité étourdissante du violoncelliste Mauro Valli, notamment dans Scarlatti. La magie vient également de ce continuo protéiforme : clavecin, théorbe, archiluth, guitare baroque, orgue et surtout psaltérion, tout sauf décoratif. Un continuo participatif tant sur le plan harmonique que mélodique voire contrapuntique, comme une touche de poussière de fée délicatement saupoudrée, telle le liant d’un peintre entre le fond et la touche.

 

La "Follia" est bien là, presque inhumaine dans sa diabolique virtuosité "allegrissimo presto", mais c’est bien vite oublier ces mouvements lents tels le Largo e staccato de la Sinfonia en la mineur de Nicola Fiorenza où le chuchotement de la flûte se fait murmure caressant, où la moindre oscillation du souffle se fait pour nous chavirement. Un bonheur sur tous les plans !

Le DVD

Maurice Steger, interviewé dans le cadre du documentaire.Même si ce genre de documentaire n’échappe pas à l’effet vitrine, il est toujours agréable d’entendre les artistes parler de leur art. Et même si Maurice Steger parle finalement assez peu durant les 26' de ce programme, cela suffit pour percevoir clairement la passion qui l’anime. Passion, déjà, pour son instrument, et cela se ressent dans sa voix, dont la délicatesse du souffle se révèle à chaque instant, et dont la gourmandise musicale se dessine à travers sa "prise de bec", comme s’il embrassait l’instrument.
Passion pour cette musique brièvement explicitée dans ses origines, sa spécificité et son esprit, mais surtout partagée au sein d’un cercle fait d’échanges et de dialogues subtils dans un équilibre parfait. À ce titre, le continuo aurait pu avoir davantage sa place dans le mixage final tant la richesse de ses timbres et de ses improvisations participe autant que les dessus au discours de l’œuvre. C’est d’ailleurs un plaisir de voir les visages des interprètes tantôt concentrés (les violons) tantôt réagissant avec un émerveillement tout enfantin à de nouvelles surprises venues soit de la partition soit d’un collègue musicien.

 

Maurice Steger enregistre <i>Follia di Napoli</i>.

 

Un programme savamment préparé tant sur le plan technique qu’historique et qui, pour autant, sait faire place à l’imprévu comme ingrédient essentiel du plaisir. Un disque comme on les aime. Un disque qui fait du bien !

À noter : Cette édition limitée DVD + CD de Una Follia di Napoli est présentée dans un élégant digipack très soigné, accompagné d'un livret en français, anglais, allemand et italien.
Les sous-titres proposés sur le DVD s'activent en fonction des langues parlées (allemand et italien).

Jérémie Noyer

Suppléments du DVD

Aucun.

Bande-annonce du DVD

Critique Images et Son du DVD

Images

Les plans pris sur le vif pendant les sessions d'enregistrement sont un peu plats en raison d'un éclairage un peu juste et les cadrages trop serrés sur Maurice Steger, loin d'être immobile, génèrent des images légèrement saccadées et peu confortable pour le spectateur. Les interviews des interprètes, bien mieux éclairées, sont affichées avec soin. Les couleurs sont naturelles et la définition très correcte.

Son

CD : Cet enregistrement réalisé dans l'église réformée d'Arlesheim sous la direction artistique de l'ingénieur du son Christian Sager déploie une précision qui trouve son point d'équilibre entre une réverbération bien contrôlée et une cohérence d'ensemble qui évite toutefois l'amalgame des pupitres. La présente instrumentale est agréable et dénuée d'agressivité. La respiration de Maurice Steger ne vient jamais entacher les sonorités subtiles des 6 flûtes utilisées pour ce disque, reproduites avec de belles harmoniques. La dynamique est en outre excellente.
DVD : Sur les extraits musicaux, l'unique piste stéréo propose une excellente séparation et un fort bon détail associé à une profondeur appréciable de la scène avant. L'encodage Dolby Digital n'est pas le meilleur choix au niveau du rendu des timbres et les cordes sont parfois légèrement "braillardes".
Pour les interviews, l'intelligibilité est très convenable et les voix affichent un naturel et de belles harmoniques.

Note technique : 8/10

Mots-clés

Maurice Steger

Index des mots-clés

Les derniers tests

Envoyer cette page à un(e) ami(e)

Envoyer

Imprimer cette page

Imprimer

Peuvent également vous intéresser

Tutti Ovation
Andrea Chénier avec Jonas Kaufmann et Eva-Maria Westbroek - Tutti Ovation
Don Pasquale à Glyndebourne, Tutti Ovation
Les Blu-ray et DVD des Maîtres chanteurs de Nuremberg à Glyndebourne obtiennent le label Tutti Ovation
L'Elixir d'amour - Baden-Baden 2012 - Tutti Ovation
Les Maîtres chanteurs de Nuremberg - Salzbourg 2013 - Tutti Ovation

Se connecter

S'identifier

 

Mot de passe oublié ?

 

Vous n'êtes pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous

Fermer

logoCe texte est la propriété de Tutti Magazine. Toute reproduction en tout ou partie est interdite quel que soit le support sans autorisation écrite de Tutti Magazine. Article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle.